● Les propos polémiques de Wenger | La réaction d’un dirigeant de club mauritanien, Moussa Khairy.

Arsene Wenger, (une regrettable sortie à l’égard du football africain), (les élucubrations d’un sexagénaire sur les talents africains) ….
« Kylian MBappé a des origines africaines, mais il a été formé en Europe. S’il était né au Cameroun, il ne serait pas devenu ce joueur (…) Il y a l’Europe et le reste du monde, et le reste du monde a besoin d’aide, sinon nous perdrons trop de talent ». Dixit Arsene Wenger
Arsene Wenger, entraineur français, âgé de 72 ans, et presque un pied dans le troisième âge, respecté jusqu’ici. Personnellement, j’avais beaucoup de respect pour cet homme dont on disait beaucoup de bonnes choses. Mais comme on dit, « chassez le naturel, il revient au galop ».
Visiblement en Occident, les techniciens ou les grands dirigeants du football continuent de regarder notre continent de haut. Il leur arrive de dire, comme c’est le cas aujourd’hui avec Arsene Wenger par exemple, qu’un joueur né en Afrique ne peut pas avoir ni le talent ni l’effort nécessaire, qu’il ne peut pas se former et s’instruire au fil des ans. Naître aujourd’hui en Afrique n’apporterait rien en terme de talent, de génie et de virtuosité, par rapport à celui qui serait né en Europe, à en croire ces dirigeants.
Je trouve que c’est une sortie malheureuse et un irrespect total, d’abord en termes de sacrifice des africains. C’est aussi une insulte au bon sens et une insulte à l’avenir, et surtout une insulte par rapport à tous ces jeunes africains qui font aujourd’hui le bonheur et les beaux jours du football européen et américain, du football mondial en gros.
Dire que s’ils étaient nés en Afrique, ils n’auraient pas eu le talent qu’à MBappé, c’est oublier que le talent est inné et qu’il peut éclore partout ; il ignore les nationalités, les races, les cultures et les géographies. C’est surtout faire la sourde oreille et oublier des grands noms du football africain qui ont brillé par leur talent en Europe et dans le monde, comme Samuel Et ’O, Georges Weya, Didier Drogba, pour ne citer que ceux-là.
Donc tous ces grands noms n’existeraient pas parce qu’ils sont nés en Afrique et non en Europe ???!!.
Il s’agit là d’une vision tronquée qui cache mal et trahit un peu la position scandaleuse de certains dirigeants occidentaux à l’égard du continent.
Oui, M. Arsene Wenger, l’Afrique a des talents. Le continent continuera à en produire. Sachez enfin, que l’avenir du football se construit et se construira en Afrique.

©️ Crédit source FB : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=6216920771657662&id=100000194010652

● « Sabri Chidekh, ambassadeur du Paris Saint Germain dans la tourmente après ses tweets racistes révélés »



L’ambassadeur du Paris Saint Germain, Sabri Chidekh dénommé “Sabri parisien ou rien » connu pour ses analyses après-match avec pleines d’énergie, se retrouve au milieu dans des affaires très délicates suite à la divulgation de tweets racistes et negrophobes.

L’un des plus grands ambassadeurs auprès de la jeunesse de banlieue, Sabri, 30 ans, de parents algériens se retrouve dans une tempête après la révélation de tweets négrophobes datant de 2013. Celui qui s’affichait en mai dernier aux côtés de Mbappé, Gana Gueye ou encore Kimpembe à visiblement un problème avec leur couleur de peau et la culture de tous ceux et celles qui leur ressemble. Ce dernier n’a pas hésité à montrer son dédain à l’égard des noirs en se moquant de certains comportements et modes de vie des populations noires dont la plupart sont des clichés hallucinants: “ Hurler dans le métro ça parle fort, ça rigole mais personne ne comprend vu qu’il parle sa langue” ou encore “Faire un enfant à une meuf et se barrer sans assumer” sont une partie de ses propos avancés envers les noirs (d’ou le hashtag #délires de noirs).

Mais au-delà de la violence de ses propos, celui qui est l’ambassadeur du PSG depuis 2 ans est cité pour des affaires sales: escroqueries, trafic de drogue, pari sportif, arrangement avec l’équipe, prostitution. Le très-suivi Sabri s’est récemment pris le bec avec le très sérieux journaliste Romain Molina concernant ses informations sur le PSG et le transfert de Mbappé. Ce dernier, connu pour ses informations fiables n’a pas manqué l’occasion de dévoiler la nature du personnage Sabri, tant suivi par les jeunes fans du Paris Saint Germin. Pour sa défense Sabri nie l’implication des faits, nombreux sont ceux qui l’attaquent via des tweets révélateurs. Une chose est sûre : l’ambassadeur s’est fait plusieurs ennemis dont la mère du célèbre joueur Kylian Mbappé, qui ne le supporte pas.

Selon nos sources, une plainte pour propos racistes va être déposée à l’encontre du PSG et de son ambassadeur Sabri.

©️ Crédit source : Page NNhttps://www.facebook.com/210978968912133/posts/7930942666915686/

✔️Conférence internationale à Alger sur la diplomatie du sport | La contribution de notre compatriote, l’expert médias Lassana Camara (Le Quotidien de Nouakchott)


Jeudi 9 juin 2022, s’est tenue à Alger la Conférence Internationale sur la Diplomatie du Sport organisée par le Forum Algérien pour la Citoyenneté et la Modernité (FACM). De nombreux experts Algériens et étrangers dont notre compatriote Lassana Camara y ont pris part.

Après le mot de bienvenue du Président du Forum Algérien pour la Citoyenneté et la Modernité, Amine SBIA, il y a eu les allocutions des représentants du Ministère des Affaires étrangères et celui de la jeunesse et des Sports d’Algérie. Après ce fut, les interventions du Président du Comité Olympique Algérien Abderrahmane Hammad et de Mustapha Larfaoui, ex président de la Fédération Internationale de Natation (FINA), membre Honoraire du Comité Olympique International (CIO), avant le début des travaux du forum.

Des communications ont été ensuite, développées par les différents intervenants (Abderrahmane Belmoctar- ex directeur général MAE, ancien Ambassadeur, Dr Slimane Aradj- Recteur de la Faculté des Sciences Politiques, à l’Université d’Alger 3, Saïda Brahim- Secrétaire Générale du FACM- ex Parlementaire, Walid Bouchenafa – Consultant International du Sport et Lassana Camara- Expert Média CAF.

Il y avait à la modération : Chérif Oudjani, Dr Nasredine Guemriche et Oussama Iferah respectivement ancien footballeur Algérien et Conseiller International en Sport, Coordinateur de la Commission Ministérielle du Suivi et Evaluation de l’Elite Sportive, Laboratoire de la Politique et de la Commission Sociale.

La diplomatie sportive est devenue un élément stratégique au service du rayonnement de l’Algérie. C’est ce qu’ont affirmé les nombreux experts ainsi que des responsables Algériens ayant occupé des postes au sein des instances sportives internationales, présents à ce forum.

Le Mauritanien Lassana Camara, expert Media à la Confédération Africaine de Football (CAF), a mis en exergue l’importance de la coordination entre les ministères de la Jeunesse et des Sports et celui des affaires étrangères dans la promotion du sport.

Selon lui, l’Algérie a toujours été une passerelle pour les joueurs africains qui veulent faire une carrière professionnelle en Europe. ‘’L’Algérie n’a pas besoin de publicité comme beaucoup de pays africains pour faire la promotion du sport, mais il faut juste l’exploiter à travers la mise en place d’une diplomatie effective’’, a fait savoir l’expert Média Mauritanien.

Cette conférence internationale sur « la diplomatie sportive, soft power au service du rayonnement de l’Algérie », aura été l’occasion pour établir une série de recommandations visant à mettre en place une stratégie pour faire valoir les atouts de l’Algérie en matière de diplomatie sportive.

Hachim

Le Quotidien de Nouakchott
___________________________________________________________



Encadré

Communication de notre compatriote : Jeudi 09 juin 2022 – ALGER

De nos jours, il est largement répandu que le sport est un puissant vecteur de lien entre les Hommes, les Institutions et même les États. Un outil de développement sur lequel peuvent s’appuyer des politiques, à conditions qu’il existe une cohérence entre les valeurs véhiculées.

par le sport et les organisations qui s’en réclament. Nombreux sont les exemples d’événements sportifs qui ont permis à des États de rayonner sur une période ou une zone donnée, le temps d’une compétition ou de projets sur le long terme. La Coupe d’Afrique des nations de football en est la parfaite illustration à l’échelle de notre continent africain.

Par exemple : La Mauritanie qui n’existait pas sur la scène sportive internationale, grâce à la vision sportive et diplomatique de son Président Ahmed Yahya a propulsé le pays vers sommets avec des arguments solides à la hauteur de ses ambitions, une révolution du foot mauritanien, au pas de course. Pourtant il s’était retrouvé devant le désert aride, une équipe à la dernière place du classement mondial, exclu des compétitions internationales, pas d’entraineurs salariés, pas d’administration réelle. Parti de zéro, Ahmed Yahya entreprend un véritable travail de titan, redore le blason et Nouakchott devint une destination pour parler football (Sommets de la FIFA, Cérémonie FFRIM Awards, les présidents de la FIFA et de la CAF ont visité le pays, plusieurs fois…).

Le Rwanda avec ses contrats de Marchandising avec le PSG. Un autre grand pays qui a mis une place, une politique de diplomatie industrielle autour du sport en signant des partenariats avec plus d’une vingtaine de Fédérations, ce pays est devenu une base arrière des nations qui n’ont pas de stades aux normes internationales. Une référence absolue en matière de synchronisation de diplomatie sportive, économique et diplomatique avec des résultats gigantesques.

A tel point que parvenir à rayonner en s’associant aux valeurs positives telles que le fair-play et le respect de l’autre, le dépassement de soi ou encore la solidarité est devenue un enjeu crucial pour créer un lien avec l’opinion publique mondiale. Et pour cause, le sport crée des conditions propices à la conduite des relations internationales. Il peut être d’un grand appui pour acter des réformes, susciter des innovations ou encore introduire de nouvelles approches dans les diplomatiques …

©️ Élément médias Post Facebook https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10227216245335644&id=1343830013

✓Alan Pardew quitte le CSKA Sofia après des insultes racistes contre ses joueurs

~~Alan Pardew a démissionné de ses fonctions d’entraîneur du CSKA Sofia, a annoncé le club mercredi. Des supporters avaient proféré des insultes racistes contre leurs propres joueurs. Une nouvelle affaire de racisme dans le football bulgare.

Cinq matches et puis s’en va. Alan Pardew a claqué la porte du CSKA Sofia, dont il était l’entraîneur depuis fin avril, a annoncé le club bulgare dans un communiqué publié mercredi sur son site officiel. L’entraîneur anglais a exprimé son « indignation » face aux comportements racistes de certains supporters envers les joueurs noirs du club.

Lors d’un match joué le 19 mai contre le Botev Plodiv (0-0), des supporters du CSKA avaient jeté des bananes et des bouteilles d’eau sur leurs propres joueurs, les ont hués et leur ont interdit l’accès aux vestiaires.

« Malheureusement, c’est fini pour moi ici », a expliqué l’ancien manager de Newcastle, de West Ham et de Crystal Palace en Premier League. « Les événements qui se sont produits avant et après le match contre le Botev Plovdiv ne sont pas acceptables », s’est-il indigné.

Pas le premier incident raciste en Bulgarie

Ce n’est pas la première fois que la Bulgarie se fait remarquer pour des comportements racistes de certains de ses supporters. En octobre 2019, un match de qualification pour l’Euro 2020 contre l’Angleterre (défaite 0-6) avait été interrompu deux fois quand les trois joueurs noirs des Three Lions, Marcus Rashford, Raheem Sterling et Tyrone Mings, avaient été la cible d’injures racistes.

L’épisode anglais était devenu une affaire d’État et avait contraint Borislav Mihaylov, le président de la fédération bulgare (BFU), à démissionner avant de finalement se représenter au poste avec succès. D’autant que quatre mois plus tôt, lors de la victoire du Kosovo à Sofia (3-2), des insultes avaient déjà fusé dans les travées du Stade Vassil-Levski. En pointant du doigt le problème du racisme dans le football bulgare, Alan Pardew rappelle la BFU à ses mauvais souvenirs.

Alan Pardew sans attache
Le technicien anglais de 60 ans, qui entraînait le neuvième club de sa carrière, n’aura passé que cinq matches sur le banc. Il avait rejoint le club bulgare en octobre 2020 en qualité de directeur sportif pour contribuer « par sa vaste expérience et ses contacts à développer le club en attirant des joueurs dans le groupe professionnel », d’après le CSKA. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Avant même cette affaire, Pardew avait fait part de sa frustration au sujet des infrastructures du vice-champion de Bulgarie cette saison, insuffisantes selon lui.

©️ Via l’Équipe https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Alan-pardew-quitte-le-cska-sofia-apres-des-insultes-racistes-contre-ses-joueurs/1336661

✓La fédération sénégalaise de football donne une «leçon de morale» au conseil national de l’éthique de la FFF

La fédération sénégalaise de football a donné « une leçon de morale » au conseil national de l’étique de la fédération française de football. C’est le moins que l’on puisse dire après la sortie ratée de ce conseil national de l’étique, qui, sous la menace, a enjoint Idrissa Gana Gueye d’arborer le maillot en guise d’excuses ou à défaut, il serait à l’origine d’une faute grave.

C’est avec une grande surprise (et une grande inquiétude sur le traitement de certains joueurs essentiellement d’origine africaine, disons le clairement) que la Fédération Sénégalaise de Football a pris connaissance de la lettre du 17 mai 2022 portant en-tête de la FFF(Fédération Française de Football) et censée venir de son Conseil National de l’Ethique.

S’il est difficile de trouver les bases légales, statutaires ou réglementaires d’une telle démarche dans les textes du Football ou du sport en général , sa finalité est par contre claire : contraindre le joueur à faire ce que son libre arbitre ne l’incline à faire.

Est-on vraiment dans cette France que l’on nous avait contée et racontée dans nos écoles, celle qui a comme devise la liberté, la fraternité et de l’égalité pour tous ?

Comment une instance qui prétend promouvoir l’éthique dans le Football peut se fonder sur des supputations pour s’adresser à une personne pour lui enjoindre de s’exprimer et pire encore de s’afficher avec le maillot aux couleurs LGBTQI+ pour mettre fin aux dites supputations ?

Cela ne rappelle-t-il pas ces pratiques d’un autre temps dans les salles de classes des écoles où pour punir l’élève « insoumis », le maître ou le professeur le mettait au supplice de l’humiliation devant ses autres camarades de classe pour la sanction comme pour l’exemple ?

Il est un principe élémentaire en droit qui dit que nul ne peut être tenu à apporter la preuve d’un fait négatif. Pourquoi le dit Conseil national d’éthique n’a-t-il pas commencé par demander aux médias français qui ont porté l’accusation d’apporter la preuve de leurs allégations ? Mieux, pourquoi ne s’est-elle pas adressée au club du joueur qui a communiqué sur les raisons de la non participation d’Idrissa Gana Guéye au match de la polémique ?

La tournure de la correspondance est d’autant plus inquiétante en ce qui concerne le respect des droits élémentaires du joueur Idrissa Gana Guéye qu’on y lit cette phrase qui sonne comme une sentence comminatoire sans jugement préalable : « en ne participant pas à cette opération, vous validez le comportement discriminatoire, le refus de l’autre et pas seulement de la communauté LGBTQI+.»

La suite est sans commentaire car elle traduit en elle-même toute la dimension des préjugés de l’auteur de cette lettre éthique : « Nous devons tous nous sentir concernés par toutes les discriminations et pas seulement celles qui nous touchent personnellement. »

Manifestement et inconsciemment, au moment d’écrire sa lettre, le sieur Patrick Anton n’a pas pu s’empêcher de mettre en lien la situation qu’il décrit ou déplore avec la couleur (ou la religion) de Mr Idrissa Gana Guéye.

Ce faisant, s’est-il rendu compte qu’il est en train de stigmatiser le dit joueur en le classant d’emblée et sans son avis dans la catégorie des personnes discriminées ?

Ainsi se présente toute la problématique des libertés de nos jours, elles ne sont plus universelles : il ya celles que l’ont promeut voire impose, même au forceps s’il le faut, d’autres pour lesquels on détourne la tête et qui ne bénéficieront jamais d’une journée de championnat dédiée malheureusement.

S’il ya quelqu’un qui doit clarifier sa situation ou faire amende honorable, ce n’est point Idrissa Gana Guéye mais bien Mr Patrice Anton du Conseil National d’éthique de la FFF qui non content de chercher de la fumée là il n ya point de feu est pris en flagrant délit de menaces voilées et de propos discriminatoires à l’encontre d’un joueur professionnel dont le seul tort est de ne pas avoir joué un match de championnat, ce qui au demeurant jusqu’à plus ample informer est un fait courant et ne concerne que les relations entre ce dernier et son club employeur.

La Fédération Sénégalaise de Football se voit obligée dans de telles circonstances et sans préjudicier en aucune manière aux règles qui régissent le Football dans une association sœur, d’exprimer toute sa solidarité au Joueur Idrissa Gana Guéye, membre de l’équipe nationale du Sénégal et dont elle peut témoigner des qualités humaines exceptionnelles et de son sens poussé du respect de l’autre sans concession sur le respect qu’on lui doit lui-même en tant personne jouissant d’une totale liberté de conscience. Elle se réserve également le droit de saisir les instances internationales compétentes dans le domaine du sport ou en matière de droits de l’homme pour que ce qui ressemble à un harcèlement institutionnalisé cesse.


Dakar, le 19 mai 2022

La Fédération Sénégalaise de Football.

©️ Crédit source : https://www.senenews.com/actualites/notification/la-federation-senegalaise-de-football-fait-la-lecon-de-morale-au-conseil-national-de-letique-de-la-fff_401336.html

✓L’AFFAIRE « GANA-GAYTE »* | PAR Tijane Bal


Quelques questions autour de « l’affaire Guèye ».

La première, prosaïque, est de savoir quel eut été le sort du footballeur s’il évoluait dans un club autre que «qatari» et incidemment que dit la loi qatarie de l’homosexualité et comment se positionnent les propriétaires qataris du PSG par rapport à la loi de leur pays sur le sujet? S’en affranchissent-ils dans la gestion de leur club?
Plus généralement, où commence et comment définir l’homophobie? Ne pas s’associer à une manifestation de «soutien» aux homosexuels est-il en soi une marque d’homophobie? S’agissant d’Idrissa Guèye, pourquoi la clause de conscience invoquée découlant de ses convictions religieuses devrait-elle être disqualifiée? Comment départager deux principes concurrents et pourquoi en déclarer un prépondérant? Par extrapolation, est-on par exemple nécessairement raciste pour n’avoir pas pris part à une manifestation antiraciste? Pourquoi certains sportifs ont-ils été autorisés à invoquer le droit (voire le devoir) de ne pas adopter le kneeling ? Avec quelquefois les encouragement de certaines autorités à l’image de Mme Priti Patel renvoyant le kneeling à « l’idéologie woke? Question corrélative: n’appartenait-il pas aux mouvements antiracistes eux-mêmes de définir les formes et modalités de leur protestation?
Circonscrit, le débat pourrait évidemment déborder le champ du football pour un cadre et des thématiques plus vastes du genre la différence entre universel et universalisme chère à Souleymane Bachir Diagne par exemple. Ou la distinction entre orientation sexuelle des individus et reconnaissance d’un statut au sein de l’espace public ou encore les tensions entre liberté individuelle et discipline de groupe.
Pour conclure, il est possible qu’au-delà du courage (incontestable) du footballeur sénégalais et de la force de son argument, son attitude génère un précédent.

* NB: le titre est de nous: « Gana-gayte »

©️ Crédit source : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10158929244130544&id=731995543 – Partage de lecture via profil de Kaaw Touré

✓Je ne perçois ni salaire ni indemnité de la Fédération Mauritanienne de Football (FFRIM) | Par le président Ahmed Ould Yahya

Je ne perçois ni salaire ni indemnité de la Fédération Mauritanienne de Football (FFRIM), dont l’unique profit qui me revient est purement d’ordre « moral », a affirmé le président de la FFRIM Ahmed Ould Yahya.

J’ai présidé aux destinées de la Fédération dans des circonstances difficiles et incomparables à celles de toute association du genre, puisqu’elle était la plus médiocre, tant en termes de classement que de ressources, a-t-il dit.

Le président de la FFRIM a fait ces révélations au cours de l’émission « discussions furtives » diffusée par la plateforme Essahraa.

La Fédération est devenue aujourd’hui la « meilleure » des fédérations de football, après avoir remporté le prix de la meilleure fédération en termes d’organisation, a poursuivi Ould Yahya.

A ce qui précède, s’ajoutent aussi sa capacité acquise d’organisation des tournois amicaux et des clubs de toutes les catégories d’âge, en plus de sa présence dans les compétitions régionales et internationales, a-t-il conclu.

Avec Essharaa

✓La Finale du Tournoi UVDS-Ganbanaaxu | Les Images fortes en photos et [Élément Vidéo]

✓Lors de la Finale du Tournoi ⚽ citoyenneté et solidarité inter-villages organisé par UVDS GANBANAAXU à Nouakchott. Un grand rendez-vous sportif et festif au sein du stade olympique en présence de plusieurs personnalités de la communauté Ganbanaaxu, du milieu militant abolitonniste, du doyen Ladji Traoré et du président d’IRA Mauritanie, le député Biram Dah Abeid.

Cette deuxième édition de la compétition a été remportée par le village de Hassi chaggar face à l’équipe du village de Ndiéo à l’issue de tirs au but (7 – 6) après le temps réglementaire à 1 – 1. L’équipe de Hassi chaggar conserve son titre déjà victorieuse de l’édition 1 l’année dernière.

Félicitations à l’équipe gagnante et Bravo à la finaliste.

Mention spéciale à la direction d’organisation Uvds Ganbanaaxu et aux partenaires mobilisés.

GANBANAAXU

Ci-dessous quelques images fortes :

©️ Sources Éléments médias : RS

✍🏾KS pour le BLOG

✓DANIEL RIOLO: « LE FIASCO ULTIME DU PSG »

Retour sur l’énième humiliation du PSG, battu 3-1 sur le terrain du Real Madrid en huitième de finale retour de Ligue des champions.

La démesure de leur médiocrité ne peut pas rencontrer la mesure de nos commentaires. Ce que produit le PSG depuis des années dépasse l’entendement. Il n’y a rien d’irrationnel dans cette nouvelle honte que le PSG a infligé à ses supporters. C’est juste la sanction d’une insulte au foot et au sport. La sanction d’une politique sportive absurde. Qui pouvait croire qu’il était possible de gagner la Ligue des champions avec Messi et Neymar ensemble sur le terrain? Deux joueurs désormais inaptes au haut niveau dont l’unique espoir est un dernier tour de piste réussi au Mondial de leur patron en décembre.

Le PSG n’est pas un club, c’est un cirque. On recrute en dépit de toute logique. On empile les joueurs, jeunes, vieux, blessés. On déverse des millions pour rien. Que le PSG se prenne une telle gifle la semaine de l’inauguration de la boutique à New York est tellement grotesque et ridicule. L’ironie du sort. Aucune expression ne semble convenir, ne semble assez forte

~La seule vedette de ce club, c’est Mbappé. A sa place, vous auriez vraiment envie de rester?


Tous les gens qui entourent Nasser Al-Khelaïfi et le conseillent sur la diversité de la marque, l’expansion, l’économie devraient être licenciés sur le champ. Ils ont entraîné le PSG dans un rejet culturel fondamental. Le PSG est en effet devenu le club le plus détesté des amateurs de foot, des supporters. Il séduit la mode et un public volatile, mais le monde du foot vomit ce que le PSG est devenu. Les supporters du club vont peu à peu se détourner du club. Il y aura d’abord une fronde, une contestation – et je crois que les supporters du PSG, les vrais, doivent déserter le Parc – puis un abandon. Le foot puis le business. Paris a perdu l’équation depuis longtemps.

Sur le terrain, le chantier est immense. Comment construire ou envisager l’avenir avec deux stars au bout du Sunset Boulevard? La seule vedette de ce club, c’est Mbappé. A sa place, vous auriez vraiment envie de rester? Comment vous allez en attirer d’autres? Avec des millions et des salaires fous. Mais c’est avec des dirigeants à une crédibilité sportive nouvelle et incontestable qu’il faudra se relancer. Ceux qui sont en place doivent donc partir.

Cet effectif est fait de bons joueurs, parfois même très bons. Mais le plus important pour le très haut niveau, c’est le caractère, la personnalité. Verratti incarne à lui seul les défaillances parisiennes. C’est un joueur de phase de poule. Un très bon joueur, manieur de ballon hors pair, mais ce n’est pas un champion. C’est un faible. Il est au club depuis 10 ans et n’a jamais progressé. Il reste « l’enfant avec un ballon ».

Du caractère, le PSG n’en a jamais eu. De Chelsea 2014 à aujourd’hui, le mal n’a jamais disparu. L’exception à la règle? Final 8 contre l’Atalanta. Heureusement qu’il n’y avait pas de match retour!

Non monsieur Al-Khelaïfi, ce n’est pas l’arbitre le fautif à Madrid. C’est vous!
Sans leader, même Marquinhos n’en est pas un, cette équipe s’écroule à chaque fois sous la pression. Quand on arrive au PSG, on s’endort, on s’embourgeoise. On perd son envie et on oublie un élément essentiel qui fait le sport de haut niveau, l’humilité. On est enfermé dans une prison dorée qui diffuserait en boucle images et sons répétant : Vous êtes les meilleurs! Le directeur de la prison, le responsable, c’est le président. Ce roi de carton et sa cour de laquais incompétents.

~ Non monsieur Al-Khelaïfi, ce n’est pas l’arbitre le fautif à Madrid. C’est vous!

Vous seul qui depuis des années êtes partout et nulle part. Vous, qui voulez diriger le PSG et le foot mondial sans rien connaître ni de ce club ni de ce sport.

Vous qui êtes en train de saborder le PSG tout en étant honni de toute l’Europe sauf de votre nouvel ami, l’opportuniste Ceferin. Le plus gros exploit de Paris, c’est quand même d’avoir réussi à faire en sorte que même les supporters du Barça souhaitaient la qualification du Real! Je ne sais pas si on mesure le rejet culturel dont fait l’objet le PSG ! Assurément et je l’affirme sans la moindre exagération, sans une révolution interne, le PSG est un club mort!

Daniel Riolo

©️ Crédit source : https://rmcsport.bfmtv.com/football/ligue-des-champions/daniel-riolo-le-fiasco-ultime-du-psg_AV-202203100192.html

✓PSG : LE GRAND RÊVE DU FRANCO-MAURITANIEN DJEIDI GASSAMA

Djeidi Gassama rêve grand. En forme avec l’équipe des jeunes du PSG, le Franco-mauritanien reste très ambitieux avec son club formateur.

A 18 ans, l’attaquant est considéré comme une des plus grandes promesses de la formation parisienne. Plusieurs écuries dont Dortmund, Hambourg, Wolverhampton et le FC Bâle sont déjà intéressées par son profil. Dans un entretien accordé à L’Equipe, Djeidi Gassama n’a pas caché son envie de progresser pour gratter des places dans l’équipe première du PSG. Parmi ses modèles, Kylian Mbappé.

« Cette année, je marque, j’ai beaucoup de temps de jeu donc c’est positif. Après, l’objectif, c’est toujours d’atteindre le groupe pro. Dans ma tête, je veux du temps en senior un jour avec le PSG. Ça discute (il est en fin de contrat pro en 2023). Intégrer la rotation, gratter du temps de jeu l’an prochain, ce serait bien. Forcément, quand tu vois Xavi (Simons) et Edouard (Michut) monter en pro, ça donne envie. Quand ils reviennent nous voir, on leur pose des questions : « Comment c’est ? » « C’est quoi le niveau ? » Ça donne envie après. On y croit, on peut y arriver. Je ne pense pas que ce soit si loin, j’ai envie d’y croire, mais je dois travailler encore. Je regarde beaucoup ce que fait Kylian Mbappé. Je l’observe dans ses déplacements, je prends exemple », a-t-il déclaré.

©️ Crédit source : https://www.africatopsports.com/2022/03/03/psg-le-grand-reve-du-franco-mauritanien-djeidi-gassama/