Tournoi l’EED 2017, quelques clichés lors de la remise des trophées. 

L’entraîneur de l’équipe de DAFORT et l’un de ses joueurs. 

Certains responsables de la délégation DAFORT participant à la soirée l’EED et une membre de l’équipe l’EED. 

La délégation DAFORT à la soirée l’EED 

Une partie de l’équipe de DAFORT.

Les écoliers vacanciers à l’honneur lors de la soirée 

Le trophée primant le journaliste sportif Lassana Camara de Mauritaniefootball 

Le primé meilleur joueur du tournoi, Papis Cissé en casquette accompagné du responsable sport AJDF Gagny Sylla et d’autres joueurs.

Une partie de l’équipe ORGANISATION l’EED.

Le Graal Trophée de la compétition remis à l’équipe de DAFORT édition 2017.

Lors de la soirée de Gala l’EED, ce samedi 16 septembre 2017 à Aubervilliers, l’équipe de DAFORT a reçu son trophée de vainqueur du tournoi football l’EED 2017. Notre blog n’ayant pas pu assister à l’événement pour une large couverture, s’est contenté d’un recoupement arbitraire à travers diverses sources via les réseaux sociaux pour étoffer ce bref aperçu. Selon un témoin participant à la soirée, le déroulé de la cérémonie a été très riche. Film, expositions , discours présidentiel, remise des trophées et des récompenses et des prestations artistiques ont été les moments phares de la rencontre.  

Côté sportif, on ose un focus sur le sacre de DAFORT. En effet l’équipe de DAFORT qui a remporté l’édition 2017 du tournoi football l’EED le 26 août dernier , a été honorée officiellement comme Championne.

Sources reprises et écrites par K.S


Publicités

Le gouvernement de la Mauritanie refoule des militants antiesclavagistes américains.

​مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

IRA – Mauritanie : Note d’information

 

La société civile de la ville de Chicago, composée de fondations et organisations de droits civiques, d’associations de cultes musulman ou chrétiens, de corporations professionnelles – magistrats, avocats, élus des circonscriptions et de l’Etat de l’Illinois – est l’héritière, depuis feu révérend Martin Luther King, d’une solide et constante tradition de soutien à toutes les causes justes, notamment les luttes contre l’esclavage, le racisme et l’Apartheid et l’oppression de personnes d’ascendance africaine. Elle compte surtout à son actif, le combat acharné et patient pour la promotion des droits civiques aux Etas Unis. Et C’est exactement en vertu de cette vocation internationaliste, que l’organisation Abolition Institute est née, il y a cinq ans dans le but d’éradiquer les inégalités de naissance en République islamique de Mauritanie.

Aussi, à cette fin,  la déclaration de Chicago appelait-elle, en 2014, à l’engagement des mauritaniens et des partenaires du pays. Abolition Institute a créé le prix annuel nommé Aichana, du nom de la première femme libérée de la servitude, par Sos-Esclaves.  Il convient de rappeler que l’Ong Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie (IRA – Mauritanie) jouit, également, d’une coopération étroite avec Abolition Institute et d’autres organisations de l’Illinois ; elle obtint, en 2017, la prestigieuse distinction. Enfin, au titre de l’élan collectif, un autre partenaire de Abolition Institute, Anti-Slavery International, bénéficie d’un financement de 1 million de dollars US, de la part du gouvernement fédéral, comme contribution à l’émancipation des victimes d’inégalité de race et de caste en Mauritanie.

Sous la houlette de Abolition Institute, la société civile de Chicago à invité et reçu, successivement, Boubacar Messaoud, leader de Sos-Esclaves en 2016 et Biram Dah Abeid les 7 et 8 juillet 2017. S’en suivirent, sur place, d’importants programmes d’échanges et de rencontres avec des hommes d’églises, des imams, des avocats, des magistrats et des personnalités de marque tel le révérend Jessie Jackson, compagnon du Dr King, icône de la lutte pour les droits civiques et premier candidat afro-américain à la Présidence des États-Unis d’Amérique. Au terme des discussions, la société civile de Chicago, exprima le vœux de visiter la Mauritanie, afin de s’imprégner de l’expérience des abolitionnistes locaux mais aussi écouter les autorités de l’Etat hôte. La période du 8 au 15 septembre à été retenue, non sans respecter le préalable d’informer le Département d’État américain et le gouvernement de la Mauritanie. La précaution a été scrupuleusement suivie.

Or, dès son arrivée à l’aéroport de Nouakchott, la délégation est interdite de séjour en Mauritanie et refoulée, sur le même vol, au retour vers Paris, sa provenance. Bien entendu et comme d’usage, la décision ne se fondait sur aucune motivation écrite.

Cette fuite en avant de la part du pouvoir intervient dans un contexte général d’atteintes aux libertés d’expression, d’emprisonnement de journalistes, de sénateurs et d’intimidation d’hommes d’affaires, tous abus précédés, en 2016, d’actes de tortures sur des détenus d’opinion. Elle atteste, d’amblée, de l’aversion défensive des dirigeants, envers les composantes du mouvement pour légalité raciale. L’enjeu de l’esclavage des noirs et son rapport d’intimité sinon de causalité, à la domination matérielle et symbolique, suscitent, depuis trois décennies, les mêmes réflexes de déni et d’occultation. Dès que la question est évoquée, les décideurs de la Mauritanie officielle, gardiens spontanés de l’oppression multiséculaire, s’empressent de cacher, de frauder, de se barricader sous le prétexte de prévenir l’éternel complot de l’étranger. Or, ironie du sort, l’attitude suicidaire du repli sur soi, contribue davantage à cliver le champ social et susciter la défiance réciproque. En cela, la récente mesure de refoulement aux frontières participe de la même inclination à opposer les communautés ; quand le système s’efforce à différer l’étalage de la vérité, il tente d’abord de s’assurer le contrôle des esprits, condition structurelle au pillage des ressources par les héritiers de l’hégémonie ethno-tribale.

Au-delà des condamnations de routine et de l’indignation accoutumée, l’IRA expose, ici, les faits nus et réitère son appel à poursuivre l’action multiforme pour une Mauritanie de la citoyenneté, hors des privilèges et à contrepied de la violence politique. Il s’agit de réactiver, sans cesse, le processus d’obstination, de subversion et de contre-culture dont la réussite dépend, pour l’essentiel, de la faculté à fédérer les concours et cumuler les énergies. La cause de la lutte anti-esclavagiste, chez eux, ne concerne pas seulement les mauritaniens ; elle requiert la participation de  volontaires, venus de l’humanité optimiste. Les militants américains de la dignité de l’Homme noir y ont une place de choix, compte tenu de l’histoire commune. Nous les saluons et exprimons la fierté de les savoir avec nous, parmi nous, pour toujours !!

 

Dakar le 13/09/2017            La commission de communication

IRA :Biram Dah ABEID invité d’honneur du 6è Congrès Panafricain de Munich

Communiqué de presse

Dans son intervention aux congressistes, le président de l’Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA –  Mauritanie), Prix des Droits de L’Homme de l’ONU 2013, invité d’honneur de ce 6è Congrès, a attiré l’attention du public sur l’esclavage dont les personnes d’ascendance africaine continuent d’être victime dans les pays arabes. S’agissant de son pays, la Mauritanie, il a dénoncé les interprétations fallacieuses de l’islam qui s’appuient sur un « code nègre » qui maintient les structures et modes de pensées esclavagistes dans le pays. Il a informé le public sur l’esclavage par ascendance qui continue de régir les rapports sociaux en Mauritanie et dont la composante haratines (esclaves et  anciens esclaves) est la principale victime.

Il a dénoncé le génocide, les exécutions sommaires et le racisme dont les noirs ont été et continuent d’être victimes en Mauritanie.

L’évocation des 28 négros africains exécutés pour célébrer symboliquement le 28è anniversaire de l’indépendance du pays a fait couler des larmes à certains Congressistes.

Dans son allocution le président du Mouvement abolitionniste mauritanien a demandé aux participants et participantes de faire pression sur leur gouvernement pour que la Mauritanie applique ses propres lois relatives à l’esclavage et toutes les conventions internationales ratifiées par son gouvernement.

Dans cette même allocution, il a rendu hommage au jeune patriote africain Kemi Seba victime de la collusion de certains milieux de gouvernance néocolonialistes africains a cause de ses positions pour la renaissance de l’Afrique et en faveur des personnes d’ascendance Africaine.

Le président des réseaux IRA a dénoncé aussi le silence de la communauté internationale sur le génocide des musulmans Rohingas, l’implication d’un prix Nobel de la paix dans ce forfait et encore le silence de la fondation du Nobel.

Biram Dah Abeid a aussi fustigé le régime mauritanien qui tente de contrer la fatalité démographique et démocratique en confisquant le peu de libertés individuelles et collectives en réprimant les forces anti-esclavagistes et démocratiques mauritaniennes à savoir l’interdiction de IRA – Mauritanie, l’emprisonnements et la torture de ses membres, le harcèlement des syndicalistes, des journalistes, des élus et des hommes d’affaires.



Nouakchott le 12/09/2017            La commission de communication

Déclaration d’AMEES : INTIMIDATION CONTRE DES RESPONSABLES DES SECTIONS DE DAFORT ET BOUANZE


Association Mauritanienne  المنظمة الموريتانية   

pour l’Eradication de l’Esclavage للقضـاء علي العبودية

             et ses Séquelles      و رواسبها  

Récépissé n° 0103/MINT/15/01/2008 وصل رقم 0103/و.د/15/01/2008

Tél. : (+222) 41 37 71 04 / 36 60 89 19  /  19 89 60 36  41 37 71 04هاتف :(00222) 

Email : ameeskofo@gmail.com ameeskofo@gmail.com البريد الكتروني :

Nouakchott – Mauritanie انواكشوط –  موريتانيا

Depuis quelques mois, les responsables d’AMEES sont l’objet de provocation et d’intimidation par certains cadres féodaux haut placés de l’état.

Le dernier cas , sous l’instigation de certains cadres, des gendarmes sont venus de la Moughataa de Ould Yengé pour menacer les responsables de notre organisation leur interdisant de construire leur siège au sein d’une concession appartenant à un de nos responsables de la section ; ayant été obligés d’arrêter la construction, ils se sont rendus à Sélibaby pour voir la haute autorité régionale.

Par ailleurs, dans la même Moughataa de Ould Yengé à Bouanze, d’autres féodaux, à la suite du chef de village Demba Diadié Camara et l’Imam de la grande mosquée Diadié Boubou Cissé, sont venus provoquer l’un de nos militants Yakhouba Coulibaly lui réclamant de quitter le terrain dans lequel il a construit une pièce. Alors que le terrain a été provisoirement prêté aux habitants par son père pour lieu de prière des Fêtes. 

Ce dernier ayant refusé, le chef de village et son Imam sont partis porter plainte contre Yakhouba à Selibaby sans passer par le Hakem de Ould Yengé.
Le bureau exécutif de l’AMEES, informé de ces tracasseries qui font suite à d’autres actes d’intimidation et de provocation contre nos militants :

Proteste énergiquement conte les manigances de ces nostalgiques de l’esclavage ;

Demande aux autorités administratives compétentes de mettre fin à de telles provocations et laisser nos cadres et militants mener leurs activités dans la totale légalité.

Informe l’opinion nationale et internationale de ces graves actes outrageants et d’intimidation contraires aux lois régissant la lutte contre l’esclavage et ses séquelles en République Islamique de Mauritanie.

Nouakchott, le 12 septembre 2017

Le bureau exécutif

GANBANAAXUN PIQUE-NIQUE DU 20 AOÛT 2017 EN FRANCE : LA JOURNÉE EN QUELQUES MOTS ET PHOTO-REPORTAGE .

L’association ARMEPES (Association des Ressortissants Mauritaniens pour l’Éradication des Pratiques de l’Esclavage et ses Séquelles) et ses partenaires du Forum GANBANAAXU FEDDE ont organisé un pique-nique géant ce dimanche 20 Août 2017. L’événement qui s’est tenu dans un parc (Le Lac Saint Mandé) géré par la Mairie du 12 ème arrondissement  de Paris, s’inscrit dans l’élan de sensibilisation et d’appel pour une FRATERNITÉ RÉELLE au sein de la communauté soninkée. Le forum GANBANAAXU FEDDE créé le 5 octobre 2016 via le support réseau social Whatsapp regroupe les membres des plusieurs associations et d’autres sympathisants de la CAUSE d’éveil pour une nécessaire réforme sociétale en milieu soninké. Ce pique-nique du 20 Août 2017 marque un autre tournant dans l’engagement, dépassant le cadre très souvent virtuel entre un public de plus en plus intéressé par l’activisme GANBANAAXU. Plusieurs membres du Forum venant d’autres provinces françaises et même de l’étranger (Italie et Espagne) ont pris part à cette sortie publique inédite en milieu soninké pour un IDÉAL aussi révolutionnaire.

Côté organisationnel, les équipes chargées des préparatifs  (Logistique, Cuisine, Sécurité, Accueil, Communication) ont accompli un travail très louable malgré une forte affluence dépassant nos prévisions. Au départ tablant sur 300 à 400 participants attendus, nos estimations ont frôlé finalement  entre 700 à 1000 personnes présentes le jour J. Ainsi de cette toute première expérience, des enseignements seront tirés afin de corriger les petits manquements constatés ici et là. 

L’événement a été intégralement couvert par la webradio GANBANAAXU sous l’égide  de son directeur Papa COULIBALI alias Yimbi Kumma. 


Vers 17 heures comme prévu, les prises de parole ont commencé successivement par le président d’ARMEPES-FRANCE et l’initiateur du Forum GANBANAAXU, Gaye TRAORÉ, son secrétaire général Aboulaye TRAORÉ et d’autres intervenants comme certaines voix fortes connues du Forum GANBANAAXU FEDDE. On peut citer Demba DIARRA et Dramane Gueleye CAMARA. Toutes les interventions ont été axées sur l’objet de l’activisme GANBANAAXU FEDDE et les différentes associations partenaires (ARMEPES-FRANCE, MEMUKKE KOFO, RMFP , ASEPT ET D’AUTRES). Par ailleurs le témoignage poignant et très instructif du doyen Mamadou KONATÉ originaire de Diafounou (MALI) , a été remarqué. Dans l’objectif de vulgarisation du fond discursif de notre engagement, des flyers reprenant certains points saillants de ce qui fait désordre dans le régime sociétal soninké d’aujordhui, ont été distribués au public. Par ces flyers, le chargé de communication ARMEPES-FRANCE, Koundou SOUMARÉ a brièvement expliqué la nécessité de diffuser le message aux publics extracommunautaires très souvent non initiés au “VIVRE SONINKÉ”. Le but est de savoir NOMMER et EXPLIQUER pertinemment  les tares sociétales foncièrement discriminatoires contre lesquelles l’activisme GANBANAAXU FEDDE s’érige. Un autre constat bénéfique a été la présence remarquée d’autres participants qui ne sont pas originaires de la communauté soninkée.

Aujourd’hui toutes les CONSCIENCES SINCÈRES dans l’international SONINKÉ, admettent que la communauté sous l’ancien système féodaloesclavagiste ne peut échapper à des réformes sociétales saines et paisibles pour rester une COMMUNAUTÉ digne de ce nom.

Une COMMUNAUTÉ dans laquelle UN HOMME ou UNE FEMME ne serait plus assigné(e) dans une INDIGNITÉ FILIALE PERPÉTUELLE à AVOIR ou à ÊTRE à cause de son passé accidentel peu enviable pour tout le monde finalement. L’idéal de la mouvance GANBANAAXU FEDDE rappelle entre autres certaines dispositions universelles dans toute communauté harmonieuse, comme le RESPECT DU DROIT D’AÎNESSE et la LÉGITIMITÉ PAR LES COMPÉTENCES concernant  tout ce qui a trait à la gestion du cadre public sociétal. Ainsi notre engagement porte un projet de société dans laquelle un imaginaire statut de noblesse ne sera plus conditionné à la présence nécessaire d’un statut d’esclave dans une même communauté partageant la même HUMANITÉ et également la même FOI RELIGIEUSE.

Nous croyons que les solutions passent par des dispositions mentales saines, sincères et humbles pour UNE RÉELLE FRATERNITÉ.

Voir photos en attaché…!

Paris, 21 Août 2017


■La CeCom ARMEPES-FRANCE au nom du  FORUM GANBANAAXU FEDDE.  

L’EED COMME ÉDUCATIF : LA VISITE DE COURTOISIE DE NOTRE BLOG AUX ÉCOLIERS ET ENSEIGNANTS INVITÉS EN VACANCES SCOLAIRES EN FRANCE !

les écoliers entourés par le président de l’EED Waly DIAWARA et l’enseignante accompagnatrice Tacko GANDEGA de Diadjibiné



Avec à gauche Sidi DIAWARA, le directeur de l’école de Boully et au centre Silly CAMARA , enseignant à Tachott-Berané, tous accompagnateurs. 

Avec les écoliers vacanciers et l’enseignante accompagnatrice Tacko GANDEGA. 

Oui en effet…. plus que jamais..!

  

En de début de soirée du lundi 14 Août 2017, votre BLOG s’est rendu auprès de la délégation invitée par l’association l’EED (Ensemble pour l’Espoir et le Développement). Logée dans une résidence située dans la ville d’Aubervilliers, le premier groupe d’un effectif composé d’une vingtaine de personnes, se trouve au cœur d’un comité d’hôte très convivial. Les 8 écoliers et leurs 3 accompagnateurs arrivés à l’aéroport CDG tôt le matin du samedi 12 Août dernier, seront rejoints prochainement par 8 autres écoliers dont 2 ressortissants maliens du village frontalier Sélifely au bord du Karakoro.

Dans notre échange avec le président Waly DIAWARA, il nous apprend que ce dispositif de valorisation de l’éducation est à sa 2 ème saison. L’an dernier il y avait 3 élèves de Boully ayant bénéficié sur MÉRITE, et cette année les sélectionnés méritants sont originaires de 8 communes différentes . 

L’EED s’est engagé à faire de l’ÉDUCATION , un des leviers primordiaux parmi ses projets de développement selon les propos du président DIAWARA. Et aujourd’hui ce dispositif d’accueil d’une délégation issue du monde éducatif, s’insère dans un large processus d’émulation saine par l’excellence « primée » pouvant susciter davantage l’intéressement et la motivation des élèves et leurs parents à la vie scolaire . Mr DIAWARA a déclaré qu’à partir du mois d’octobre 2017, plusieurs cantines scolaires ouvriront et 4000 élèves sont prévus d’en bénéficier gratuitement. 



Nos vifs encouragements à TOUS ceux qui entretiennent cette Flamme d’espoir l’EED. 

Bonne continuation. 

Fraternellement




Réalisé par KS

Regardez « Selibaby le 06 Mars 2017, Ganbanaaxu Fedde Part 2 » sur YouTube

La deuxième partie du film-reportage sur la journée dédiée à l’antieclavagisme en Mauritanie  (6 Mars 2017) à selibaby dans le Guidimagha mauritanien. L’objectif visait la vulgarisation des dispositions juridiques contenues dans la loi 2015-031 auprès des citoyens venus nombreux de différentes localités de cette région du Sud mauritanien. 

Montage vidéo réalisé par Pape COULIBALI alias Yimbi Kumma.