✓Au sujet du rapt des travailleurs mauritaniens et chinois au Mali | « Des détails relatifs à l’attaque du chantier de la société ATTM au Mali » (Sahara Médias)

Sahara Médias – Des hommes armés non identifiés ont enlevé samedi soir deux mauritaniens et trois chinois travaillant sur le chantier pour la réalisation de la route reliant les villes maliennes de Nara et Kala.

Selon les sources de Sahara Medias l’attaque est intervenue près de la localité de Kagouro, située à 120 kilomètres au sud de la ville de Nara et 60 kilomètres à l’est de la ville de Kala.

Près de cette ville se trouve un chantier de la société mauritanienne ATTM et la société chinoise COVEC qui travaillent à la réalisation de ce tronçon qui fait partie de ce qu’on appelle l’axe Nouakchott Bamako.

Des sources propres à Sahara Medias ont révélé que l’attaque a eu lieu aux environs de 16 heures quand des dizaines d’hommes armés, venus sur des motos, depuis les forêts environnantes ont encerclé le site des travaux.

Ces sources ajoutent que l’attaque a eu lieu alors que la majorité des mauritaniens, y compris les responsables, avaient quitté les lieux en prévision de la fête d’Al Adha et que les personnes présentes sur le site sont de simples ouvriers.

L’une des personnes ayant échappé à l’enlèvement a affirmé que les assaillants appartenaient aux groupes salafistes sans pouvoir déterminer leur appartenance, ni la langue dans laquelle ils s’exprimaient.

L’attaque est intervenue dans une zone où la Kétiba Macina est particulièrement active, elle qui est affiliée au groupe Nousratou Al Islam We Al Mouslimine.

Cette opération n’a toujours pas été revendiquée.

Cette personne a encore dit qu’un autre mauritanien a pu prendre la fuite et a essuyé des tirs sans être touché et n’a pas été poursuivi par les assaillants.

Ceux-ci, a-t-il ajouté, ont confisqué nos téléphones et pris tous les biens dont nous disposions avant de conduire les personnes enlevées dont ils ont bandé les yeux.

Parmi les personnes enlevées figure le chinois, responsable du projet.

La même source révèle par ailleurs que les assaillants ont incendié tous les équipements y compris de gros engins, brûlé de grandes quantités de carburant et amené avec eux trois véhicules légers.

Pendant ce temps, d’autres sources ont affirmé à Sahara Medias qu’une unité de l’armée malienne s’est lancée à la poursuite des assaillants, en coordination avec les autorités mauritaniennes.

Dans un premier commentaire relatif à cette affaire, l’agence mauritanienne d’information a publié une dépêche selon laquelle, un chantier de travaux publics situé entre les villes de Kala et Nara, en territoire malien a été attaqué samedi par des hommes armés non identifiés.

L’AMI ajoute que ce chantier est supervisé par la société ATTM en collaboration avec une société chinoise COVEC et que les autorités mauritaniennes suivent avec un grand intérêt cette affaire.

Les sociétés mauritanienne ATTM et chinoise COVEC se chargent de la construction de cette route, un chantier qui connait de sérieuses difficultés depuis quelques temps, ce qui avait amené le préfet de Nara à se réunir, en juin dernier, avec les responsables de deux sociétés les enjoignant d’achever la route dans les délais fixés.

Les deux sociétés n’ont réalisé jusqu’ici que 17% des travaux alors que 66% de la période fixée s’étaient achevés.

Les sociétés ont justifié ce retard par les difficultés rencontrées dans la région.

©️ Crédit source : https://cridem.org/C_Info.php?article=747217

Guidimakha : démantèlement d’une bande de trafiquants de drogues

Le procureur de la république de la wilaya du Guidimakha, Saad O. Tourad a déclaré vendredi que les forces de sécurité de la wilaya ont réussi à démanteler et à arrêter les membres d’un certain nombre de bandes actives dans le trafic et la confiscation de quantités de produits psychotropes.

Dans une déclaration faite à l’AMI, le procureur a confirmé l’arrestation de ces gangs qui détenaient des produits dangereux, grâce à la vigilance des services de sécurité et leur parfaite collaboration avec les autorités judiciaires.

Le procureur s’exprimait alors qu’il supervisait, en compagnie du wali du Guidimakha à l’incinération de près de 180 kilogrammes de chanvre indien, d’alcool et de produits psychotropes.

Il a ajouté que ces quantités ont été saisies par les services de sécurité alors que les trafiquants, s’apprêtaient à les acheminer hors de la wilaya, profitant de la position géographique de la wilaya, frontalière de certains pays voisins pour s’adonner à cette activité.

Le procureur de la république a appelé les citoyens à faire face avec détermination à ces gangs qui ventilent leurs dangereux produits, particulièrement nocifs à la santé des individus et plus généralement de la société.

©️ Crédit source : https://fr.saharamedias.net/guidimakha-demantelement-dune-bande-de-trafiquants-de-drogues/

✓LES COMMERÇANTS MAURITANIENS ARRÊTÉS EN CÔTE D’IVOIRE ACCUSÉS DE TERRORISME ONT ÉTÉ BLANCHIS ET LIBÉRÉS

Les autorités ivoiriennes ont relaxé mercredi des commerçants mauritaniens, arrêtés la veille dans le cadre d’une enquête relative à des attentats terroristes, après s’être assurées que ceux-ci n’étaient pas impliqués dans ces attentats. Le procureur de la république, président de la commission d’enquête sur les attentats contre des bases militaires en Côte d’Ivoire, a annoncé mercredi la libération des commerçants mauritaniens qui avaient été interpelés après leurs interrogatoires.

Selon le procureur es enquêtes n’ont pas dévoilé aucune preuve de la complicité des commerçants mauritaniens lors de ces attentats et ont donc été libérés. Les autorités ivoiriennes avaient arrêté 5 commerçants mauritaniens, suspectés d’avoir reçu des fonds qui auraient été destinés à financer « deux attentats terroristes » contre la base militaire de Kafoulo en juin 2020 et la localité de Dorobo, deux attentats qui ont coûté la vie à 14 soldats ivoiriens et un gendarme.

saharamedias

© Crédit source : http://adrar-info.net/?p=70811

Sélibabi : le wali exhorte les opérateurs de transport à lutter contre la drogue et la contrebande

AMI – Le wali du Guidimakha, M. Tayeb Ould Mohamed Mahmoud, a tenu une réunion mardi dans les bâtiments de la wilaya à Sélibabi, avec les acteurs locaux dans le domaine des transports.

La rencontre, qui a réuni des représentants de la délégation régionale du transport terrestre, du syndicat des chauffeurs, de quelques hommes d’affaires investissant dans les transports, des directeurs de gare routière et des responsables des services de sécurité de la wilaya, vise à sensibiliser à la nécessité de prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher l’entrée de matières interdites dans cette wilaya frontalière.

Dans un discours prononcé à cette occasion, le wali a souligné la nécessité de la vigilance et du respect des précautions de sécurité dans l’inspection des bagages, la surveillance des passagers et le signalement immédiat de tout cas suspect à cet égard.

Il a ajouté que la wilaya, en raison de sa situation géographique ouverte aux frontières de deux pays frères, est vulnérable aux opérations de contrebande et à diverses tentatives de faire pénétrer drogue et contrebande dans le pays, appelant les travailleurs des transports à coopérer avec les autorités sécuritaires pour lutter contre diverses opérations de contrebande, notamment celles liées aux matières dangereuses.

De son côté, le porte-parole de la délégation régionale du Syndicat des Chauffeurs Professionnels de la wilaya, M. Sleiman Ould Abdallah, a lancé un appel à tous les transporteurs leur demandant de contribuer à la lutte contre la contrebande et à s’assurer que tous les bagages soient inspectés tout en assurant le suivi et le contrôle de tout colis suspect en étroite coordination avec les autorités sécuritaires pour protéger la patrie Et le citoyen des dangers des substances prohibées.

La réunion s’est déroulée en présence du hakem de la moughataa de Sélibabi, M. Mohamed Ould Nami, du Vice-Président du conseil régional du Guidimakha, M. Moustapha Magha, et du maire de la commune de Sélibabi, M. Mohamed Vall Ould Mekhale.

©️ Crédit source : https://cridem.org/C_Info.php?article=746630

« Quel a été l’impact des politiques publiques suivies pendant des décennies, dans le développement spectaculaire du grand banditisme chez nous? » | Par Lô Gourmo

Quel a été l’impact des politiques publiques suivies pendant des décennies, dans le développement spectaculaire du grand banditisme chez nous? Tout le monde voit bien comment la drogue, son trafic presque à ciel ouvert et sa consommation massive notamment dans les milieux défavorisés, discriminés et abandonnés par les pouvoirs publics à leur sort, constituent l’élément moteur et la cause directe, dans la plupart des actes de délinquance horribles auxquels nous assistons quotidiennement, notamment à Nouakchott et à Nouadhibou.
La drogue, personne n’en parle sauf de rares hommes politiques, en raison de la sensibilité du sujet. Tout le monde sait que des villas cossues, des grosses voitures rutilantes qui roulent lentement, vitres teintées ou non, sitôt passé le crépuscule, certains immeubles qui poussent comme des champignons, n’ont sûrement aucune autre origine que ce trafic, relié à des réseaux internationaux connus dans la sous région frappée par les métastases de conflits nourris à la drogue. Cela est connu et notre pays avait été directement interpellé par Interpol déjà dans les années 80 et une partie substantielle de la police avait été directement frappée pour cela avant d’être curieusement réhabilitée à l’époque. Au cours de la fameuse décennie de Ould Abdel Aziz, des faits et des indices concordants et troublants indiquent que le trafic avait atteint un seuil de complicité critique y compris dans les cercles les plus haut placés du pouvoir.
Bref, si on veut combattre le mal absolu qu’est la délinquance juvénile et autre, il faut s’en prendre à ses causes systémiques, dont la drogue, le détournement et le blanchiment de l’argent public, la corruption de certaines parties de l’administration publique y compris celle en charge de la sécurité et de la justice. Il faut une réforme totale de l’éducation nationale, réorganiser les grands corps de l’Etat, rétablir la confiance des citoyens dans les services publics etc. : reformer l’Etat. Sinon rien!

©️ Crédit source : Post FB de l’auteur https://www.facebook.com/100055346415293/posts/299955801859298/

La police arrête des suspects impliqués dans le meurtre du «vieil Elema»


La police mauritanienne a annoncé ce samedi avoir arrêté trois personnes soupçonnées d’être impliquées dans le meurtre du professeur d’université et juriste Ahmed Salem Ould Elema dans la nuit de jeudi au vendredi.

La page Facebook de la police mauritanienne a publié, que la direction régionale de la sécurité de l’Etat du Nord Nouakchott avait « arrêté la bande criminelle qui a commis le meurtre jeudi soir dernier du citoyen Ahmed Salem Ould Elema ».

La page a indiqué que le gang se compose de trois individus, ne publiant que les initiales de leurs noms, sans révéler d’autres détails.

Elle a ajouté que le gang a effectué son « opération après avoir surveillé la victime, et sous l’emprise de substances intoxicantes », notant que le même gang « a effectué dans la même nuit plusieurs opérations dans différents de Toujounine ».

« L’enquête est toujours en cours avec le gang pour approfondir la recherche afin d’identifier d’autres opérations criminelles », a-t-elle déclaré

Source :
Sahara Media
Police Nationale

©️ Crédit source : https://www.facebook.com/297319407063485/posts/3817216235073767/ – Page Mauritanie FB

🔴 Faits-divers : arrestation à Sélibabi d’une bande de malfaiteurs


A Sélibabi, capitale régionale de la wilaya du Guidimakha, dans le sud de la Mauritanie, sur la frontière sénégalaise, sept (7) malfaiteurs ont été interpellés par la police, ce vendredi 4 juin.

C’est « une capture d’une bande de dealers et de voleurs de tous objets : téléphones portables, couteaux et autres » que le commissariat de police de la ville de Sélibabi a mis hors d’état de nuire.

@babacarbayendiaye
Nouakchott – 05/06/2021

©️ Crédit source : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=4816766818341804&id=100000256018105

AZIZ: LA POLICE M’A ENVOYÉ UN MESSAGE MENAÇANT COMME QUOI «MES ACTIONS SONT INACCEPTABLES».

L’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a déclaré que le directeur de la police des crimes économiques lui a émis aujourd’hui un message menaçant , selon lequel ses actions sont inacceptables.

Ould Abdel Aziz a démenti, dans un message sur son compte Facebook ,avoir eu connaissance de «toute transgression ou violation de l’injustice, malgré les ciblage et provocation qui me sont imposés, sinon que je suis toujours resté ferme et le resterai, et que je vis ma vie quotidienne normalement, et c’est peut-être cela qui tourmente (les autorités) . »



Ould Abdel Aziz a déclaré qu’il a décidé aujourd’hui de se rendre à pied à la direction de la sécurité afin d’éviter ce qu’il décrit comme : « leurs allégations selon lesquelles je minimise le statut des agents de sécurité qui méritent respect et qui ont été ordonnés à exécuter ces harcèlements sans qu’ils n’en soient convaincus.

Et Ould Abdel Aziz a ajouté: «C’est pourquoi j’ai levé l’embarras car je pense qu’ils sont gênés par ces ordres, mais ils sont obligés de les exécuter , et je comprends ça très bien. »

Ould Abdel Aziz a ajouté: «Après la signature ennuyeuse et inutile, qui n’a d’autre sens que des restrictions et des règlements de comptes contre moi, le directeur de la police des crimes économiques m’a convoqué et il m’a assuré que la présence de voitures et de forces de sécurité à proximité de mon domicile est une nécessité urgente pour respecter les exigences de l’assignation à résidence.

Ould Abdel Aziz a souligné que c’est «la première fois que le directeur agit ainsi et il ne fait aucun doute que c’est à cause de l’embarras qu’ a causé ma réponse d’hier soir au communiqué de la direction de la sécurité , car ce point faisait partie de mes critiques dirigées contre leur méthode.»

Ould Abdel Aziz a remercié ceux qu’il qualifie de citoyens fidèles, pour ce qu’il a décrit comme «la sincérité de votre soutien spontané pendant ma marche aller-retour vers et de la direction de la sécurité . Je nie que le peuple mauritanien soit qualifié d’opportuniste, car le peuple mauritanien est sincère et loyal.

Le déni, l’hypocrisie et l’opportunisme n’est le fait que de ses acteurs qui ne représentent pas la fierté du peuple mauritanien. »Selon le texte du tweet.

Ould Abdel Aziz a estimé que ce qui lui plaît et guérit le cœur des fidèles, c’est son assurance que la Mauritanie triomphera par la force de son peuple et par l’échec de ce système.



Source : https://alakhbar.info/?q=node/33228

Traduit par adrar info

©️ Crédit source : http://adrar-info.net/?p=70083

LA DIRECTION GÉNÉRALE DE SURETÉ NATIONALE CLARIFIE LES INFORMATIONS RELAYÉES PAR LES RÉSEAUX SOCIAUX AU SUJET DES PRÉSUMÉES PRESSIONS EXERCÉES SUR L’ACCUSÉ MOHAMED OULD ABDEL AZIZ

La Direction générale de Sureté nationale a rendu public, dimanche, un communiqué de presse donnant des clarifications sur les informations relayées par les réseaux sociaux et les plateformes privées au sujet de présumées pressions exercées sur l’accusé Mohamed Ould Abdel Aziz de la part de certains individus et de véhicules qui surveilleraient son domicile et le poursuivraient partout où il se rend.

Dans le communiqué, dont une copie est parvenue à l’AMI, la Direction générale de la Sureté nationale affirme qu’elle est soucieuse du respect de la loi, de l’application de ses devoirs et l’observation du seuil maximal de retenue et de sang froid face à toutes les provocations quelles que soit leur nature et leur origine et ce dans le respect des exigences professionnelles.

Voici la traduction du communiqué de la Direction générale de la Sureté nationale :

« Nous constatons depuis quelques temps des informations relayées par les réseaux sociaux relatives aux allégations de ces plateformes et par la personne de Mohamed Ould Abdel Aziz qu’il serait sujet à des pressions exercées sur lui de la part de certains individus et des véhicules qui surveillent son domicile et le poursuivent partout où il se rend.

Dans le souci de clarifier l’opinion publique nationale et d’élever toute équivoque, nous apportons les précisions suivantes :

-Mohamed Ould Abdel Aziz est une personne accusée devant la justice et soumise aux exigences de la :

– Décision n ° 044-2021 du 10/05/2021 pour le renouvellement du contrôle judiciaire, qui stipule la signature trois fois par semaine à la Direction de la lutte contre la criminalité économique et financière.

– Décision n ° 046/2021 du 11/05/2021 du pôle d’investigation en charge de la lutte contre la corruption relative à l’ajout de mesures visant à renforcer le contrôle judiciaire sur l’accusé, notamment :

-De ne pas quitter sa résidence habituelle dans la moughataa du Ksar, sauf avec l’autorisation de l’équipe d’enquête ou en cas de nécessité absolue liée aux conditions de santé ou aux rituels religieux dans les limites de la wilaya de Nouakchott-Ouest ou en réponse à la convocation adressée par les autorités judiciaires.

– Dans le but d’assurer l’exécution de cette décision judiciaire, des agents de sécurité en tenue civile ont été affectés à proximité du domicile de l’accusé afin de s’assurer qu’il se conformait aux exigences de la décision précédente.

Sur la base de la réquisition judiciaire, les agents de la sécurité ont exercé leurs missions selon les normes et la déontologie de la profession, et ils ont veillé à la maîtrise de soi malgré la défiance répétée, l’agression verbale, les prises de vue, la diffamation et le harcèlement dont ils ont fait l’objet de la part de l’accusé et d’autres personnes proches de son domicile en plus des provocations lors du récent déplacement à travers un certain nombre de comportements, notamment:

– L’excès de vitesse, l’arrêt brusque au milieu de la route durant la circulation, le changement rapide de direction, l’entrée dans les ruelles étroites et l’engagement brusque dans la direction opposée pour semer la vigilance des agents de la surveillance.

Le rythme de ces provocations a augmenté au cours des jours du 10-17 et 21 mai -2021.

Et les méthodes ont changé à partir du 24/05/2021, lorsque l’accusé, Mohamed Ould Abdel Aziz, a quitté son domicile dans une voiture «Toyota Hilux» conduite par une autre personne, contrairement à son habitude, pour signer à la Direction de la lutte contre les crimes économiques et financiers.

Au retour, le conducteur a répété les comportements de changement brusque de direction et d’excès de vitesse, s’engageant dans une route secondaire étroite et rebroussant chemin à grande vitesse dans le dessein de charger les agents de surveillance alors qu’ils accomplissaient leurs tâches ;

– Le 26/05/2021, un groupe composé de jeunes hommes l’a accompagné à bord de deux voitures, qui ont tenté à plusieurs reprises d’entraver le mouvement de l’équipe de surveillance ;

– Le 27/05/2021, il a induit en erreur l’équipe de surveillance, et a quitté son domicile, accompagné de l’un de ses assistants en direction du tribunal de la wilaya de Nouakchott Ouest alors qu’il n’avait pas reçu de convocation.

Le 28/05/2021, un groupe de jeunes l’a accompagné à bord de quatre voitures qui ont entravé la progression de l’équipe de surveillance jusqu’à ce qu’une de ces voitures entre délibérément en collision avec la voiture de l’équipe de surveillance. Le site d’information El Menassa qui faisait partie du groupe d’accompagnement a commencé à diffuser en direct via Internet l’opération de déplacement dans le but de d’entraver l’équipe de surveillance.

La direction générale de la Sureté rappelle qu’elle restera respectueuse de la loi et de ses engagements et de l’observation du seuil maximal de la retenue face à toutes les provocations quelle que soit leur nature ou leur origine, et ce dans le respect des exigences professionnelles, tout comme elle agira fermement contre les diffuseurs de fausses nouvelles et de rumeurs malveillantes, appelant au respect de la loi ».

AMI

©️ Crédit source : http://adrar-info.net/?p=70062

Sécurité : L’Intérieur créé des comités de surveillance à travers le pays

Essahraa – Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a annoncé la création de comités régionaux et départementaux chargés des aspects relatifs à la gestion et à la surveillance en matière de sécurité, au niveau des toutes les circonscriptions territoriales du pays.

Ces entités prendront toutes les mesures sécuritaires préventives, instaureront la sécurité sur toute l’étendue de la circonscription administrative, préserveront et protègeront l’ordre public.

Ces comités régionaux sont dirigés par le wali et incluent dans leur composition le hakem et les chefs des services de sécurité régionaux, tandis que les hakems dirigent les comités départementaux, formés quant à eux des chefs des services de sécurité locaux.

Ces comités se réunissent toutes les semaines ou en cas de besoin, à l’invitation de leurs présidents. Les rapports sur les problèmes de travail sont adressés au ministre de l’Intérieur.

Le président du comité peut, pour des fins d’exécution de sa mission, tirer profit de n’importe quelle personne dont la l’apport dans le domaine est utile, selon la décision rendue publique par le ministre de l’Intérieur.

https://essahraa.net/node/24302

©️ Crédit source : https://cridem.org/C_Info.php?article=744506