✓MAURITANIE – LA TRANSITION EN DÉRIVE, SE RESSAISIR ! | PAR LE PRÉSIDENT IBRAHIMA MOCTAR SARR (Contribution datant de 2006)





J’avais adhéré au PMT (Parti Mauritanien du Travail) en 1972. Ce parti avait été créé dans la foulée des conséquences des événements de 1966 où l’on a vu les deux communautés négro-africaine et arabe s’affronter à la suite de l’imposition de l’arabe comme matière obligatoire avec note éliminatoire dans le contrôle des connaissances, rendant la situation académique des élèves négro-africains extrêmement difficile.
Les 19 cadres qui avaient dans un manifeste appuyé la revendication des élèves négro-africains furent arrêtés par le gouvernement de Moctar Ould Daddah.

Nous sommes à l’époque du socialisme triomphant dans le cadre du mouvement pour la libération des peuples opprimés d’Asie et d’Afrique qui luttent pour l’indépendance nationale.
Pékin et Moscou avaient fait beaucoup d’adeptes parmi les jeunes du Tiers Monde.
En Mauritanie les premiers mouvements contestataires voulaient faire la révolution démocratique et populaire. Ironie du sort, ils étaient nés sur des bases ethniques voire nationalistes.

Le PMT était essentiellement négro-africain. Certains de ses leaders ne sont plus, d’autres, Dieu merci, continuent la lutte aujourd’hui dans d’autres formations.
Le PKM (Parti des Kadihines de Mauritanie) arrivé plus tard sur le terrain, était dirigé par les éléments arabes et recrutait et essentiellement dans leur communauté.
Grâce à son dynamisme renforcé surtout par les courants panarabistes dont les premiers éléments commençaient à s’organiser, il a vite occupé le terrain de la contestation contre le régime de Moctar Ould Daddah et réussi même le tour de passe de liquider dans la foulée, le PMT en l’intégrant avec armes et bagages en son sein, à la suite d’un Conseil national de ce parti, érigé en congrès extraordinaire en décembre 1974.

Devenu le maître absolu du mouvement révolutionnaire national, le PKM décréta que les questions liées à la cohabitation entre nos communautés nationales sont des questions secondaires et que le principal est de lutter contre le néocolonialisme et l’impérialisme.
Lorsque Moctar Ould Daddah, en décidant de rejoindre la Ligue arabe devait satisfaire certaines exigences d’indépendance économique, militaire, politique et naturellement culturelle, a pris les mesures importantes que le mouvement réclamait, à savoir : la nationalisation de la Miferma (actuelle SNIM), la création de la monnaie nationale, la rupture des accords de coopération militaire avec la France, le PKM décréta encore que son régime était devenu un allié objectif et qu’il ne fallait ne plus le combattre. L’intégration au parti au pouvoir, le PPM (Parti du Peuple Mauritanien) s’est opérée face à la désapprobation des éléments négro-africains et même ceux qui étaient à l’époque acquis aux idées du PKM et qui ont finalement créé une scission avec d’autres éléments arabes en conservant la ligne originelle du MDN (Mouvement démocratique national) face à ceux qu’on appelait les Chartistes (éléments du PKM ayant rejoint le PPM). Ce noyau qui a continué à animer les idéaux du MDN deviendra MND (Mouvement National Démocratique) base de l’UFP, dans l’ère démocratique.

Les autres éléments négro-africains qui avaient estimé être  » trahis  » par la Révolution qui n’a pas pris en charge les problèmes liés à la cohabitation et qui étaient à leurs yeux essentiels, décidèrent de s’organiser et de créer leurs propres mouvements après avoir transité par les organisations culturelles comme l’ARPRIM (Association pour la Renaissance du Pulaar) ou l’Association pour le Soninké (Yillinkaare), etc. Les luttes politiques se sont déplacées sur le terrain culturel avant la naissance des organisations politiques dont des négro-africains étaient les initiateurs et qui selon les textes étaient ouvertes à tous les mauritaniens qui voulaient œuvrer pour la mise sur pied d’un Etat démocratique égalitaire et social sur la base d’une juste solution de la question nationale.

Là également ces organisations resteront essentiellement composées de négro-africains et le discours plus axé sur les revendications identitaires, donnant l’occasion à leurs adversaires politiques de leur coller l’étiquette de  » nationalistes négro-africains « , et même de  » nationalistes étroits « , face aux autres organisations qui se voulaient elles nationalistes arabes comme le Baath ou le nassérisme. La première de ces organisations que nous avions créée l’UDM (l’Union Démocratique Mauritanienne) devait connaître une scission avec la naissance de l’ODINAM (Organisation pour la Défense des Intérêts des Négro-africains de Mauritanie) et le MPAM (Mouvement Populaire Africain de Mauritanie). Ces trois organisations vont former avec le MEEN (Mouvement des Elèves et Etudiants Noirs), les FLAM (Forces de Libération Africaine de Mauritanie), en 1983.

Vingt ans après le « Manifeste des 19 », les FLAM publient un deuxième Manifeste en avril 1986 : le « Manifeste du Négro-mauritanien Opprimé ». Comme en 1966, le gouvernement de Ould Taya répond par une répression démesurée, réclusion totale des condamnés à de lourdes peines, déportation au mouroir de Oualata dont certains ne reviendront pas : Tène Youssouf Guèye, Djigo Tafsirou, Ba Alassane Oumar, Ba Abdoul Khoudous.

A notre sortie de prison le 14 septembre 1990, ma conviction était établie qu’il fallait aider par une action convergente et interne, tout le peuple mauritanien à comprendre la nécessité de régler ensemble et de manière consensuelle cette question de cohabitation pour empêcher une certaine classe hégémonique ethno-raciale en constitution d’utiliser cette contradiction pour alimenter et perpétuer la division entre les Mauritaniens et parachever l’exclusion et le génocide déjà entamé.

Avant même la pseudo-démocratisation de Maouwiya en 1991, nous avions repris du travail avec l’AMN (L’Alliance pour une Mauritanie Nouvelle) qui adhère au FDUC (Front Démocratique Uni pour le Changement) dès sa création avec sa lettre des 402 qui proposait à la classe politique de ne pas s’engager dans le processus démocratique annoncé si certains préalables n’étaient pas remplis.

Les mouvements de l’époque qui vont créer l’UFD, sortis de tant d’années de dictature, pensaient qu’il ne fallait pas rater cette occasion de bouter Maouwiya au dehors (à travers des élections démocratiques qu’ils allaient remporter sûrement) vues les oppositions manifestées à l’époque contre son régime. Il se passa ce qui devait se passer et les vrais contradictions entre les tendances de ces mouvements : ceux qui voulaient le changement de tout le système en place et ceux qui ne cherchaient que le départ de Maouwiya, éclatèrent, entraînant la dislocation de l’UFD et la naissance de AC (Action pour le Changement), de l’UFP et d’autres partis, au moment où la plupart des cadres de ce qui est devenu le RFD (Rassemblement des Forces Démocratiques) rejoignaient le PRDS (Parti Républicain Démocratique et Social), aujourd’- hui, PRDR (Parti Républicain Démocratique pour le Renouveau). La lutte démocratique vis-à-vis de Maouwiya s’est peu à peu essoufflée au moment où le régime devenait de plus en plus tribal et familial. Les contradictions se sont aiguisées en englobant l’ensemble des communautés dont chacune trouvait un motif de s’opposer au dictateur qui avait cependant réussi à empêcher toute forme d’unité d’action au niveau des partis politiques qui avaient montré les limites de leurs capacités.

C’est alors que l’action du 8 juin 2003 et l’attaque de Lemegheïty sonnèrent le glas du pouvoir. Avant le 3 août 2005, la classe politique dans son ensemble était convaincue que Maouwiya était le seul obstacle à la solution des problèmes épineux que connaît le pays, à savoir : l’unité nationale, la justice sociale et la redistribution équitable des richesses nationales. Tous étaient également convaincus que de tous ces problèmes, l’unité nationale est de loin le plus important et le plus urgent. Les débats dans le cadre du forum organisé par le RDU (Rassemblement Démocratique pour l’Unité), proche du pouvoir, l’avaient démontré.
Tout en condamnant, par principe, le CMJD (Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie) d’avoir pris le pouvoir par la force, la classe politique avait compris qu’il n’y avait pas d’autres solutions et s’était même précipitée d’être son défenseur face à la réprobation internationale, notamment l’Union Africaine (UA), la Francophonie, l’Union Européenne (UE). Elle espérait du coup être associée au processus de transition dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale et d’un programme concerté pour cette transition. A la surprise générale, le CMJD refuse d’aller dans cette direction et prend une autre diamétralement opposée :

1. tout en condamnant la gestion chaotique du régime déchu et en indexant un système qui a détruit le pays, il ne dissout pas le PRDS, l’instrument politique de cette gestion chaotique. Il ne poursuit pas également les auteurs de cette gestion incriminée ;

2. il laisse en place les hommes du sérail, rappelle d’autres du système : conseillers, membres du gouvernement et même un ancien Premier Ministre, procède au recrutement de nouvelles élites du pouvoir dans les mêmes logiques que l’ancien régime ;

3. il propose en concertation un certain nombre de questions, en particulier celles liées à la transition démocratique et à la bonne gouvernance, mais ignore les véritables problèmes qui ont été à l’origine de la déchéance du pouvoir de Maouwiya : l’unité nationale, les droits de l’homme et la répartition équitable du pouvoir et des richesses nationales.
L’opposition, un moment séduite par cette ouverture et cette disponibilité au dialogue des chefs de la junte au pouvoir, se précipite dans un élan patriotique et généreux de soutien aux nouvelles autorités, sans se soucier de resserrer ses propres rangs afin d’influer sur le cours de l’histoire. Elle n’a pas pris la mesure que les orientations actuelles du CMJD sont le fruit d’un rapport de forces et que, quelle que soit la bonne volonté de ses principaux acteurs pour prendre en charge tous ces problèmes évoqués, ils devaient être soutenus par la classe politique à travers des pressions énergiques pour que les conservateurs du système ne prennent le dessus, ce qui est intervenu.

Aujourd’hui, beaucoup ont déchanté par rapport aux bonnes intentions du CMJD. Les multiples déclarations et réclamations adressées par les partis et les ONG concernant le processus électoral, la CENI, le RAVEL, les Candidatures indépendantes, etc… donnent des signes évidents du refroidissement des ardeurs. Tout le monde est cependant pris par la fièvre des futures consultations électorales dans l’espoir de pouvoir tirer son épingle du jeu. Les ralliements et les alliances se font et se défont, même les organisations internationales (les nations Unies, Union Africaine, Union Européenne, etc…) semblent plus focalisées sur ces futures échéances au point d’oublier leurs propres exigences pour leur soutien à ce processus, notamment les 24 points inscrits dans la Feuille de Route de Bruxelles parmi lesquels figure la question du retour des Déportés mauritaniens au Sénégal et au Mali.

L’ensemble de la classe politique, à l’exception de ce qui confirme la règle, a démissionné face à ses responsabilités par rapport à la transition pour n’avoir pas compris, comme l’UFD en 1991, que le processus électoral proposé est vicié au départ et qu’il pose de sérieuses menaces sur l’avenir du pays. En effet, il n’y aura pas d’alternance politique quel que soit l’homme qui arrivera au pouvoir si le problème de la garantie de cette alternance n’est pas discuté et réglée.

Le futur gouvernement restera sûrement l’otage des militaires qui ne lui permettront pas d’appliquer son propre programme électoral dès l’instant qu’il est en contradiction avec leurs orientations. Il n’y aura pas également de consultation démocratique véritable si la future Loi Fondamentale (la Constitution) n’est pas amendée dans le sens de régler en principe et définitivement les questions liées à la cohabitation, au partage du pouvoir politique et à la séparation des pouvoirs. Il n’y aura pas, non plus, de consultation électorale juste lorsque les anciens dignitaires du régime déchu conservent tous leurs privilèges économiques et politiques et s’engagent dans la compétition, soit pour apprivoiser le meilleur cheval afin de pérenniser le système, soit pour s’imposer eux-mêmes en changeant la couleur du boubou ou du turban.

Il n’y aura pas de compétition électorale juste, également, quand des mauritaniens n’arrivent pas, malgré la Ceni et le Ravel, à s’inscrire sur les listes électorales parce qu’ils sont déportés hors du pays ou tout simplement parce qu’on refuse de leur livrer leurs papiers d’Etatcivil. Il n’y aura pas de compétition électorale juste, enfin, si le découpage électoral n’est pas modifié conséquemment aux réalités démographiques du pays. Ces interrogations ne sont pas, semble t-il, suffisantes aux yeux d’une certaine classe politique qui estime que la chance qui nous est offerte est exceptionnelle et qu’il faut y aller même sans tous ces préalables. Cela rappelle exactement la situation de 1991 quand la même classe politique nous invitait à ne pas insister sur les préalables contenus dans la Déclaration du FDUC pensant que le pouvoir était à portée de main. Quinze ans après, on se retrouve à la même case de départ. Le CMJD veut laisser au futur gouvernement élu le soin de régler les problèmes essentiels pendants car, fait-il savoir, ce dernier aura la légitimité de le faire.

Mais le prochain gouvernement aura-t-il la volonté politique de régler ces questions actuellement mises sous boisseau ou, s’il le voulait bien, le pourra- t-il ? On le voit bien, le schéma proposé n’est pas rassurant pour la stabilité du pays et son développement harmonieux. Les appétits et les rivalités sont tels que la seule bonne volonté des hommes politiques ne suffira pas. Les enjeux de l’exploitation du pétrole et du contrôle effectif du pouvoir, dans une géopolitique régionale et internationale précaire, ne rassurent pas.
Je ne suis pas un oiseau de mauvaise augure. Je souhaite me tromper et que le plan du CMJD réussisse. Mais qu’on me laisse, comme j’ai toujours tenté de le faire, appliquer le hâdith du Prophète (Paix et Salut sur Lui !) qui dit :  » Celui d’entre vous qui voit un mal doit le changer avec sa main, s’il n’en a pas le pouvoir, qu’il le fasse par sa langue, s’il là également il ne le peut, alors qu’il le récuse en son coeur, mais c’est là la foi la plus faible », (Selon Abu Saed Al- Khudri, rapporté Muslim).

J’ai toujours agi ainsi depuis la Première République. Je l’ai fait à diverses occasions, à l’intérieur et à l’extérieur d’institutions, toujours dans l’accomplissement de mon devoir de musulman et de patriote, même si j’ai eu à en payer parfois un prix très élevé, par exemple, la dissolution de mon parti, Action pour le Changement (AC). Avant l’avènement du CMJD, j’ai interpellé, avec d’autres collègues, le ministre Zeidane sur l’Affaire du pétrole, à l’Assemblée nationale. Nous ne pouvions pas être entendus. Je l’ai fait le 04 Août 2005, au lendemain du changement du pouvoir, dans le cadre de mon ex-parti, l’APP, en demandant à ce qu’une attitude conséquente soit adoptée vis-à-vis de la transition dans le sens que j’ai indiqué plus haut. Ce qui était la ligne directrice du parti, lui-même, depuis toujours. Mais une dérive directionnelle est venue remettre en cause ces orientations.

Malgré mes protestations et rappels à l’observation de cette ligne, la banalisation des problèmes essentiels sur l’autel des perspectives électoralistes, a dominé la direction du parti. Je ne pouvais être complice de tels comportements pour l’histoire au regard des enseignements antérieurs.

Je le fais encore aujourd’hui pour que l’occasion qui nous est donnée par le départ de Maouwiya Ould Si’ahmed Taya, profite à toute la nation et non à une minorité d’exploiteurs. La volonté de rupture avec le passé consiste d’abord à renouveler les termes du discours politique de l’Etat. Les ennemis du peuple ne sont pas les victimes du régime de Ould Taya.
Il n’est pas juste de dire que le retour des déportés présente des dangers et que les mauritaniens ne sont pas d’accords sur la matière de le régler. Entre autres exemples, l’on a vu des militants arabes, et pas des moindres, faire de ce retour des déportés une condition de leur propre retour au pays, quand d’autres militants arabes, et ils sont nombreux, font de ces questions évoquées plus haut, leur cheval de bataille.

Même un banquier de la place est venu en aide aux veuves et aux orphelins des militaires négro-africains assassinés en 1991, laissés à leur sort par l’Etat ; quand je vois, enfin, des Négro-africains, victimes de la répression aveugle, prôner le pardon et la concorde nationale, le rêve d’une paix sociale et d’une réconciliation entre mauritaniens, on le voit bien, n’est pas une utopie. Il suffit de faire un pas vers cette direction.
Les hommes politiques, soucieux du devenir de notre pays, doivent se ressaisir un instant car, le bateau de la transition est en dérive.

Je suggère que le CMJD prenne le temps qu’il faut pour régler les problèmes du pays. Car, lui seul peut les régler sans trop de difficultés avec ce départ de Maouwiya qu’il a provoqué.
Sinon, son action aura été vaine. En symbiose avec la classe politique, dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale de transition et d’un programme concocté en commun, le CMJD doit pouvoir reprendre le processus de transition et le mener à terme en réglant tous les problèmes dont la solution est une condition sine qua non pour la mise en place des bases d’un Etat de droit, démocratique et égalitaire où tous ses fils seront réconciliés. Dès lors, ces membres doivent être récompensés par le peuple tout entier qui, à travers, ses représentants élus, voteront une loi d’amnistie totale pour ceux d’entre qui auraient quelque chose à se reprocher.

C’est dans cette optique que je m’inscris personnellement. J’en appelle à toute la classe politique pour qu’elle ravale un instant son appétit du pouvoir et qu’elle sache que  » rien ne sert de courir, il faut partir à point « . Il vaut mieux prendre du temps pour bien faire, maintenant, par nous-mêmes et pour nous-mêmes, que d’avoir à affronter des problèmes autrement plus difficiles dans l’avenir donnant justement l’occasion à d’autres de s’y immiscer.
Nous avions boycotté la constitution de 1991 parce qu’elle ne répondait pas aux exigences des mauritaniens pour l’unité et la solidarité nationales, le partage équitable du pouvoir et des richesses nationales et pour un Etat de droit respectueux des citoyens.
Le projet de constitution qu’on nous propose aujourd’hui, comme d’autres mesures du CMJD, et dont certaines ont été mises en application, constituent des avancées substantielles dans le cadre de la démocratie, mais les mauritaniens ont besoin d’abord de justice, d’équité et d’unité. Le projet constitutionnel doit être plus amplement discuté et amendé avant d’être soumis à referendum.

Si tel n’était le cas, nous constaterons que des choix électoraux restent toujours possibles comme à l’époque du régime déchu où l’opposition, tout en ne reconnaissant pas la validité du processus, s’y est inscrite malgré elle. Les forces du progrès et du changement doivent pouvoir s’entendre sur l’homme qui, contre vents et marées aura le courage d’engager le peuple dans la véritable alternance, non pas celle d’affairistes qui veulent perpétuer le système, non pas celle d’un pouvoir en otage qui serait sans prérogatives. Cet homme doit avoir un passé et un présent qui rassurent.
Qu’Allah guide nos pas !

©️ Crédit source : Post FB d’un Profil anonyme (source confirmée par un responsable ajd/mr) – https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=4994269657269984&id=100000609982880

✓L’affranchi conditionné à l’arrière garde sociale et ses maîtres face à la personnalité rebelle abolitionniste !

Harriet Tubman (1820… – 1913) disait : « J’ai libéré un millier d’esclaves, j’aurais pu en libérer 1000 fois plus si seulement ils avaient su qu’ils étaient esclaves« 

Cette citation est attribuée à la grande militante téméraire de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis courant fin du 19 ème. À la décoder on en sent de l’amertume contenue. Elle risquait sa vie pour susciter des vocations de libération auprès de ses semblables toujours damnés dans le joug esclavagiste. Elle devint le cauchemar des esclavagistes haineux qui mettaient même un prix sur sa tête. On la voulait morte parce que son activisme donnait des coups à leur système d’exploitation injuste et abject.

J’y vois la méthode de la révolte libératrice de loin très honorable et conséquente que l’affranchissement trompeur qui conditionne socialement et psychologiquement les « bénéficiaires » à une seconde phase de servitude.

J’ose mettre en exergue à juste titre la citation de Thomas Sankara qui disait également : «L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère

Ainsi l’affranchissement de fait ou sous couverture sournoise, est une arnaque sociale et symbolique dont sont victimes les personnes esclavagisées et statutairement assignées à y végéter par « hérédité ». Un affranchi par une condescendance prétentieuse des tenants du système féodalo-esclavagiste , n’est autre qu’un néo-mameluk social logé à l’arrière garde sur tous les plans dans la communauté. Il tient le rôle d’un élément faire-valoir socialement et d’homme-outil au service de la nomenklatura féodale. Il a été affranchi pour servir autrement où l’esclavagisme va évoluer vers un parasitisme sociétal. Donc un affranchi ne s’affranchit ni se libère et reste un « esclave muté ». Un conditionnement l’a dépourvu des ressorts sociaux et intellectuels pour questionner et comprendre la magouille qui l’accable tant d’une manière héréditaire. L’affranchi reste coincé et dupé entre divers complexes refoulés et tentatives ridicules et mesquines à vouloir plaire l’ordre du maître à qui il croit devoir sa relative et trompeuse promotion existentielle.

Et l’abolition, la valeureuse et vaillante lutte abolitionniste se mène par une personnalité rebelle et intrépide. Celle qui croit et décide de s’extirper d’une inhumanité du joug de la servitude et ses lésions sociales, qui l’a affectée depuis de nombreuses années. Au contraire d’un affranchi qui peut être obtus socialement, la personnalité rebelle abolitionniste est dotée d’un élan subversif et d’une profondeur analytique qui confondent et perturbent les références pionnières du système inique construit contre elle. Aujourd’hui dans le cas soninké en Afrique de l’ouest, la dynamique abolitionniste est portée par des vaillants militants citoyens qui ne quémandent pas une quelconque sollicitation d’affranchissement auprès de qui que ce soit. Ils s’expriment en citoyens consciencieux qui se servent du Droit positif pour se faire respecter et protéger leurs personnes et leurs biens.
Ainsi cet engagement du genre déstabilise aujourd’hui tout système dit structuré quoique millénaire ou pas, autour des criantes discriminations héritées du monstrueux régime esclavagiste d’antan. La digne personnalité abolitionniste réclame des réformes pour corriger et restaurer l’égale DIGNITÉ Humaine . Elle établit ses repères sur une autre échelle de valeurs à l’aune du temps présent et expose les sinistres contradictions de l’ancien ordre et ses tenants. D’où l’engrenage haineux et violent qui peut surgir immanquablement sur sa voie. Quasiment une loi universelle et l’épreuve Divine des épreuves pour défaire les injustices il faut s’attendre à la furie et aux sacrifices multiples. Au final c’est toujours LA VÉRITÉ qui sera le camp victorieux tôt ou tard.

KS pour le BLOG

✓À propos de Biram Dah Abeid | Par Moulaye El Hassene

• Voici pour moi la définition des termes politiques suivants:

1Trahison: c’est lorsque le candidat qu’on soutient arrête de défendre et de prôner les idées et points pour lesquels on l’a soutenu, ou qu’il commence à prôner le contraire de ce pour quoi on l’a soutenu. Tant qu’il n’a rien fait de cela, il ne peut pas cocher la case « trahison ». Quant à ceux qui ne font pas partie de ses soutiens, l’emploi par eux du terme « trahison » à son égard, n’a pas de sens à la base.

2- Échec: c’est lorsque le candidat qu’on soutient arrête son ambition d’aboutir au poste de décision pour lequel on le soutient, et se satisfasse d’une nomination où de calmants venant du pouvoir ou d’accords faits sous la table limitant son éligibilité. Et si c’est le cas, tout le monde aurait le droit de dire qu’il a échoué, qu’on soit de ses soutiens, ou externe à son cercle de soutiens.

3- Changement de veste: ce n’est pas tisser des liens politiques d’équilibre avec un camp adverse dans l’idéologie. Car parfois les règles du jeu politiques obligent les participants à de telles approches afin d’éviter ou de surmonter une impasse. En politique il n’existe pas de lignes droites, sauf pour les naïfs. La politique est un labyrinthe où 99% des protagonistes échouent à trouver la sortie, à cause justement de leur entêtement à vouloir toujours foncer tout droit tête baissée. Changer de veste, c’est passer subitement d’un camp politique qui prône certaines idées, à un autre camp politique qui prône et œuvre pour le contraire de ces idées, et se soumettre surtout à l’idéologie de ce dernier au lieu d’y peser pour en faire dévier la trajectoire.

4- Faire de la politique uniquement pour l’argent: C’est toujours faire plaisir aux riches mécènes qui nous financent, ne jamais les contredire, et rester très complaisant envers eux en toutes circonstances. Être démagogue et ne jamais froisser émotionnellement l’élite bourgeoise du peuple. Éviter tout ce qui peut emmener à la prison, car ce n’est pas en prison qu’on peut profiter de son argent.

5- Perdre son temps: c’est soutenir un candidat qui, en l’espace de 5 ans, n’a pu démontrer aucune avancée notable sur le chemin de la conquête du pouvoir. Quelles que soient les raisons à cela. Soutenir un acteur politique uniquement pour ses valeurs et son intégrité morale, sans tenir compte de ses aptitudes et compétences en matière de politique, c’est cela perdre son temps et n’avoir rien compris à la politique.

Aucune de ces cinq définitions ne s’applique, selon moi, à Biram.

Biram Dah Abeid reste aujourd’hui, pour moi, l’acteur politique qui a le plus de potentiel à pouvoir renverser le pouvoir tribalo-religio-raciste en place. Et, à défaut de pouvoir régler tous les problèmes du pays, il pourra au moins stopper cette exclusion ethnique, raciste, religieuse, tribaliste, et féodale, qui caractérise la scène politique et sociale du pays depuis l’Indépendance, et qui nuit gravement à l’unité et à la prospérité de la nation.

©️ Crédit source : Post FB de l’auteur https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=231721739138071&id=100069007393897

✓ Islam et l’égalité | le monde musulman ou du moins afro-musulman a besoin d’un Desmond Tutu !



En Afrique du Sud de l’apartheid l’archevêque anglican feu Desmond Tutu (décédé le 26 décembre 2021) mena le combat pour l’égalité face à d’autres chapelles de l’église hollandaise qui prêchaient la théologie de l’élection (avec un peuple élu et d’autres peuples inférieurs). Ces voix dites religieuses valaient une caution morale et spirituelle au régime politique d’apartheid qui racialisait TOUT , et considéraient les Noirs sur leurs terres ancestrales comme un peuple damné à la relégation civilisationnelle par Dieu lui même d’abord. Ainsi dans nos milieux dits musulmans, un discours religieux et spirituel similaire bien huilé de l’élection circule tranquillement de différentes facettes (Arabes/non-arabes, Blancs/Noirs, castes supérieures/castes inférieures, et nobles/esclaves…). L’affaire à Pout dagne au Sénégal autour d’un enterrement d’une personne de caste de forgerons, et toutes les frictions liées aux positions d’honneur et de responsabilités (imamat, droit d’aînesse…) dans les milieux Soninkés avec l’esclavage par ascendance, peuvent être ramenés à cette vision suprémaciste distillée religieusement d’une couche sociale élue par dieu qui devrait dominer dans le temps et dans l’espace d’autres couches qui seraient damnées à la servitude sociale par hérédité. On dit facilement par la rengaine fataliste et apologétique, que mon hégémonie sociale et raciale est une faveur divine à ton détriment donc si tu te rebelles, ce serait comme récuser les décrets divins et tu en serais puni même dans l’Au-delà. Le ridicule apparaît quand les Noirs qui s’accrochent à cet ordre discriminatoire et hégémonique aux relents fascistes à un point A (leur giron communautaire) et en deviennent victimes amèrement au point B (extra muros en zone blanche ou arabe).

KS pour le BLOG

✓Le Grand Entretien du BLOG | Avec Mr Mahamadou Marega (Étudiant à L’UCAD)

– Nous vous présentons l’interview accordée par un frère soninké de Golmy au Sénégal. Âgé de 33 ans, Monsieur Mahamadou Marega, étudiant à L’UCAD – Dakar, est déjà titulaire d’une licence en Études Arabes (option Pensée Islamique). Il s’exprime souvent à travers de posts FB pleins de sagesse et d’inspiration intellectuelle. Nous lui souhaitons une paisible continuation dans l’ensemble de ses projets. Nos vifs remerciements pour sa disponibilité en répondant à notre sollicitation.

Lire ci-dessous ses éléments de réponse à nos questions.

Question 1 : Bonjour Monsieur Muhammad Marega , pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Mahamadou Marega :
Je m’appelle Mahamadou Marega.
Je suis étudiant, à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Et je suis titulaire d’une licence en études arabes (option pensée islamique).


Question 2 : En tant que jeune africain universitaire , êtes-vous engagé dans une Cause (politique, associative, culturelle ou sociale) d’intérêt général ? Si oui dans quel cadre et avec quels moyens pour atteindre vos objectifs ?

• MM : Pour le moment, je ne suis membre de façon active dans aucune association à caractère politique, social, culturel ou humanitaire. Même s’il y a des associations avec qui, je suis en phase sur le plan idéologique et que je défend de façon sympathique.

Question 3 : Ces dernières années la communauté soninké connaît des soubresauts sociaux autour de la problématique de l’esclavage par ascendance, quelle analyse faites-vous de la situation ? Vos commentaires sur la dynamique abolitionniste transnationale en cours portée par le mouvement Gambanaaxu Fedde..?

MM : effectivement, la société sooninké traverse des grands problèmes d’ordre sociétal, politique et économique. Et la problématique de l’esclavage par ascendance fait partie de ces problèmes-là, il faut le reconnaître. Par ce que pour résoudre un problème ça commence d’abord par reconnaître son existence. Le nier, c’est le condamner à se développer et à se complexifier. Bref, notre société est conservatrice et inégalitaire, et il y a beaucoup de paradigmes qui ne conviennent plus à notre époque. L’esclavage par ascendance est l’une des tares congénitales de notre société. Nous devons y faire face pour l’éradiquer par tous les moyens possibles. En ce qui concerne le mouvement Gambanaaxu Fedde, je pense que franchement parler, c’est un mouvement avant-gardiste et humaniste de par sa philosophie qui prône l’égalité et la justice sociale. Cela dit, un tel mouvement doit être soutenu, parce qu’il y va de l’avancée de notre société.

Question 4 : Quelles pistes de solutions pensez-vous nécessaires pour débloquer les régimes d’organisation coutumière dans certaines sociétés ouest-africaines figées dans des hiérarchies sociales datant d’une époque lointaine (par exemple le cas soninké) ?

MM : comme je l’ai dit plus haut, la société conservatrice qui obéit à une stratification socioprofessionnelle qui, répondait autrefois à des besoins sociétaux, mais force est de reconnaître que le système d’organisation sociale et coutumière n’a plus sa raison d’être. Car, il constitue un véritable obstacle au développement du Soninkara. D’où la nécessité de mener un combat aussi intellectuel que pratique en vue de le changer.


Question 5 : Votre pays, le Sénégal a connu certains mouvements contestataires et d’autres qui y couvent liés à la vie politique, qu’est-ce qui perturbe réellement la démocratie sénégalaise connue comme relativement sereine en comparaison à d’autres pays voisins historiquement ?

MM : Il y a deux points, à mon humble avis, qui perturbent et empêchent la démocratie sénégalaise de jouer pleinement son rôle : le fait que la justice n’est pas indépendante, puisque sans une justice indépendante devant laquelle tous les citoyens sont égaux et justiciables, et d’autre part, le manque d’équité social en matière de redistribution de richesses. Ce qui crée une frustration chez beaucoup de gens, notamment, les jeunes qui n’ont plus des perspectives d’avenir et les événements du 23 Mars en ce sens sont une preuve éclatante.


Question 6 : Le fait culturel, politique et social autour de la Religion dans nos communautés et nos pays, constitue une donnée importante, complexe et à la fois sensible, quelle lecture globale faites-vous de cette situation ?

MM : Mon avis, le fait culturel et le fait religieux sont indissociables puisque la culture est le réceptacle de la religion, mais cela ne veut pas dire que la religion doit être complètement moulée dans le fait culturel. Seulement, avoir l’intelligence de lire le corpus religieux sous la lumière de nos réalités socioculturelles, faute de quoi il y aura toujours des tensions ou des incompréhensions qui peuvent empêcher la religion de jouer pleinement son rôle à la fois éducatif et spirituel.

-Fin

Entretien réalisé par KS pour le BLOG

✓MON HUMBLE AVIS SUR LES LANGUES NATIONALES EN MAURITANIE | Par Cissé Ibrahima DIALLO


Selon mon humble remarque et ma position de la même nature que la remarque en terme de langues nationales, je me dois de dire que toute chose a une première . Les langues scientifiques qui servent de véhicules entre les habitants de la planète aujourd’hui ne se sont pas transformées en un seul jour par un coup de baguette magique en langues scientifiques . Elles ont certainement transité par plusieurs mutations évolutives avant d’atteindre le degré de performance et d’efficiences qu’elles ont atteint jusqu’ici. Aussi, pour éviter des erreurs fatales, je pense qu’il faut étudier en profondeur les buts que l’on veut s’assigner pour la mise en place de ces langues : Est-ce par la volonté de mettre en valeur chaque langue afin que les citoyens du pays ne soient pas lésés de l’ignorance d’une de ces langues ? Est-ce uniquement par chauvinisme égocentrique ? Est-ce pour servir de véhicules communicatifs pour l’administration? De véhicules de développement économique et, ceci dès leur éventuelle adoption technique par l’Etat etc…? Donc impérativement scientifiques, dans ce dernier cas!
En effet, quel que soit le but, elles doivent emboîter progressivement le pas scientifique impératif pour être opérationnelles et répondre totalement à l’exigence de la cohésion sociale absolument nécessaire en terme de relation économique internationale. C’est pour quoi selon une certaine vision, vouloir à tout prix se séparer de la langue scientifique en l’occurrence le français pour la faire remplacer par nos langues loin d’être prêtes à un usage technique et scientifique conséquent, équivaut à se hasarder dans une approche difficilement fructueuse à court et même à long terme.

Par ailleurs, OUI, il faut les conserver et préserver, nos langues mais cette volonté passe nécessairement par une programmation ambitieuse bien réfléchie. La chance nous sourirait en cela puisque des caractères graphologiques latino arabe existent déjà chez nous. Mais compte tenu de la ferme volonté de certaine couches de notre société à vouloir bannir la langue française scientifique de nos institutions, ce serait plus logique de créer nos propres caractères graphologiques à l’instar de certains peuples de la planète qui sont en la matière totalement indépendants. Une telle décision épouserait mieux cette volonté farouche de chercher à bannir une langue scientifique aussi opérationnelle la balayant d’un revers de la main. Langue que l’on utilise partiellement en interne et, à un haut degré de pourcentage en mode relation internationale.

Il serait à retenir que le premier outil de développement est bien la langue; de ce fait, il est plus que nécessaire qu’une langue qui a vocation d’être outil sur la scène internationale s’arme d’être scientifique, ce qui est très loin d’être le cas de nos langues aujourd’hui. Il serait judicieux de conserver la langue scientifique de communication comme didacticiel pour transcrire ses progrès dans nos langues chemin faisant. Le processus sera très long mais moins compliqué que celui qu’ont connu ces langues usage scientifiques opérationnelles qui n’ont profité d’aucunes précédentes mais tout de même ont pu atteindre aujourd’hui le degré performance que l’on connaît tous. C’est pourquoi, il y’a grand espoir que le processus de l’indépendance linguistique que prônent une frange des citoyens est légitime et réalisable. Cependant, si l’on veut labourer son champ l’on ne met pas la charrue avant les bœufs! Alors, il serait plus sage de commencer par le commencement : bien enseigner nos langues, OUI, mais parallèlement à l’enseignement de la langue scientifique de communication quasi-internationale qu’est le français en guise de didacticiel.
Donnons un petit exemple comme réflexion : avec le progrès scientifique, l’arrivée de l’informatique et la téléphonie beaucoup de nouveaux mots sont venus enrichir notre espace linguistique des mots qui n’existaient pas car nous n’avons jamais été ou très peu inventifs, nous devrions d’ores et déjà savoir transcrire dans nos langues ces mêmes mots au lieu de les altérer quant à leur prononciation originelle par exemple : coura pour courant; telfo pour téléphone; resso pour réseaux etc…pour être plus sage au lieu de déformer il faut tenter de créer les équivalents linguistiques quand bien même ces langues également ont des emprunts étrangers parfois. Tel serait l’indépendance totale dans l’avenir. Le chemin sera certes très loin mais l’altruisme voudrait que l’on omette pas de semer le grain d’une plante de nature grande parce que l’on ne serait pas là pour profiter de son ombrage, mais plutôt le faire en pensant que les générations suivantes pourront en profiter de la même manière que l’on profite actuellement des investissements des générations précédentes. Après tout, si l’on veut aller loin, il faut ménager sa monture; autrement dit garder la langue scientifique de communication que l’on dispose en l’occurrence le français, en tirer plus de bénéfice en terme de didacticiel pour au moins transcrire le langage de ses inventions en attendant que l’on puisse peut-être un jour savoir créer nous aussi. Vouloir aller plus vite que nos facultés cognitives et pratiques en l’occurrence c’est quelque part accepter des gros risques de fourvoiement répétitif et de perte de temps; Dieu sait que je ne suis pas défaitiste ni déraisonnablement fataliste mais tout simplement réaliste.
Merci

Nouakchott, le 17 décembre 2021

Cissé Ibrahima DIALLO

✓Le jour où des propos « castés » vaudront de la prison ferme nous aurons changé. | Par la journaliste Mariem Derwich.

Obliger les imams à rappeler ( que ne l’ont ils fait avant?) que les inégalités de classes n’ont aucune base religieuse… Il était temps. Nonobstant tout ce que peut dire Ould Ghoulam…
De même, s’élever ( sans citer une fois réellement) contre les préjugés à l’encontre des forgerons, contre les castes et tout l’imaginaire défavorable qui entoure notre mode de nous penser dans le monde, c’est bien. Cependant il n’y a pas que les forgerons qui sont victimes de discriminations. Il y a aussi tous les autres : les griots, les haratines etc etc…
Le jour où un griot pourra épouser une « noble », le jour où un hartani pourra épouser une « noble », le jour où un forgeron pourra épouser une « noble », le jour où un esclave ou un descendant d’esclave pourra épouser une « noble », sans que cela provoque l’ire des groupes dits « nobles », alors nous serons enfin au monde…
Le jour où sera rayé l’ignominie du « on est esclave par la mère » quelque chose aura vraiment changé (un esclave l’est par décision sociale et collective, non pas par la mère. Nier ceci revient à absoudre les classes dominantes et l’appareil religieux qui a légitimé pendant des siècles cette aberration qu’est l’esclavage.)
Le jour où des propos « castés » vaudront de la prison ferme nous aurons changé.
Le jour où un imam refusera tous ces fichus mariages entre soi, au sein d’une même famille, entre cousins ( ne nous leurrons pas, ceux ci existent pour la préservation du groupe en ceci que ce dernier se pense comme « pur » et donc, que cette présupposée pureté « noble » doit être préservée) nous aurons avancé.
Et dans ce combat, ne pas oublier que parfois les victimes de nos sociétés castées, perpétuent aussi les chaînes qui les entravent, comme dans le cas des griots.
Le jour où les griots arrêteront de changer les louanges des « forts » et des « nobles », perpétuant ainsi une vision extrêmement castée de nos rapports humains, nous aurons gagné en humanité.
En attendant les déclarations d’intention resteront creuses…
Car c’est tout notre système de positionnement dans l’espace qui est à revoir… Tout.
Dans notre pays la première injustice, la première inégalité la première aberration, celle dont nous héritons à la naissance, celle qui nous colle à la peau et permet toutes les discriminations, c’est celle de la naissance dans une société qui nous rappelle tous les jours qui nous sommes et qui nous devons être : d’abord un nom puis un arrimage contraint à une position sociale dont on ne sort jamais. Chez nous c’est bien le regard de l’autre ( la société) qui définit qui nous serons et ce que nous pourrons ou non faire, en particulier lors des stratégies matrimoniales.

Et ces systèmes bien rodés ont cours dans toutes nos ethnies, toutes..

©️ Crédit source : Post FB https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=5375248542491535&id=100000193281905

✓Mauritanie : Que dire au messie de la transcription des langues ou l’aliène en quête de reconnaissance ? | Par Souleymane Sidibé



C’est quand même étrange de faire une conférence en français et dire que la langue arabe est celle avec qui nous avons eu le premier contact en Mauritanie. Pourquoi ne pas faire cette conférence en arabe, et véhiculer aussi bien sa « pensée » si tel est le cas ? Mieux pourquoi ne pas la faire en pulaar puisqu’il s’agit de parler de transcription d’une langue vers une autre ? Ne faut-il pas avoir les rudiments nécessaires ? Et qu’en est-il des travaux de centaines de personnes au fil du temps?

De même, c’est aberrant de dire que « tous les mauritaniens font leur premier contact avec la langue arabe à travers le Coran ». C’est archi-faux. Le premier contact est bien évidemment avec nos langues : Sooninké, Pulaar, Olof, Hassanya.

Jean Piaget( épistémologue et psychopédagogue suisse) disait de l’acte à la parole. Cela sous entend -peut-être- que l’enfant matérialise l’idée pour ensuite parler. Alors, la parole n’est possible que si cet acte est posé, de façon immatérielle.

De ce fait, la parole n’est possible que si l’individu n’est pas né sourd d’où le « nom » sourd-muet dans le cas contraire. La parole n’est possible que si l’on entend des proches autour de nous véhiculer un ensemble de messages. Ces mots sont dits dans nos langues respectives : aucun autre contact en dehors du sphère « familiale ».

Ne parlons même pas de la théorie de l’esprit(theory of mind) et acquisition du langage chez le jeune enfant de Edy Veneziano dans Spirale 2015/3 (N° 75), pages 119 à 136. Elle martèle que le développement du langage chez l’enfant n’est possible que par une « bonne utilisation communicative du langage en interaction ».

Cela dit, ce contact dont parle M. Sakho est de faible « débit ». C’est un apprentissage qui ne rentre pas ou ne tient pas compte de l’aspect culturel. D’où tire t-il cette « force » d’avancer des arguments si illogiques ?Nonobstant, les télévisions des idéologues lui ouvrent leurs portes. Les « articles » fusent de partout sur les pages de ceux qui n’ont-ils finis leurs querelles internes.

In fine, il est quand même étonnant pour ne pas idiot ou prétentieux de vouloir gober des années de travail avec des arguments peu fournis, qui frôlent le ridicule.
Qu’aurais dit Mourtodo Diop s’il était vivant ?
Un désastre. – Ne faites pas attention aux clameurs.

Des millions de personnes parlent Sooninké, Pulaar, Olof,etc., dans notre continent. Le caractère latin de l’écriture de nos langues reste une richesse et un moyen immense de partage. Que les « aliénés » ne distraient pas celles et ceux qui militent pour la survie de nos identités plurielles même si elles sont étriquées vues d’un autre référentiel.

©️ Crédit source : Post FB reçu de l’auteur https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=4991798597506453&id=100000290871124

✓Les signaux de la France politique en 2022 | Un cas d’extrême droite appelé Zemmour !

Crédit Page officielle EZ

Dimanche 5 décembre 2021 à Villepinte, ville de la région parisienne (département de la Seine-Saint-Denis), ils se disent 15 000 participants autour de lui pour lancer leur reconquête de la France. Lui , il s’appelle Éric Zemmour, né le 31 août 1958 à Montreuil, journaliste et chroniqueur politique encarté tribun dans l’extrême droite avec une fixation obsessionnelle à l’endroit de TOUT ce qui a trait à l’extra-européen. Il assume une ascendance de berbère juif du côté d’Algérie. Il est recommandé de lire la dernière contribution de Mr Dominique SOPO président de SOS Racisme (France) dans Jeune Afrique, qui donne un portrait feuilleté psychologiquement de Zemmour… Le lien https://www.jeuneafrique.com/1275993/politique/eric-zemmour-une-nevrose-algerienne/ .

On dirait que ce Zemmour tient ses inspirations d’un ancien temps où les croisades constituaient un carburant idéologique et sociale par du fanatisme religieux du clergé qui rameutait les royautés européennes pour aller en martyrs se faire du Sarrazin (musulman) en Orient. Il profite des temps politiques populistes du moment en faisant du racisme et de l’islamophobie, un programme électoral. Une obsession à une « Francité » originelle est marquante chez lui, jusqu’à laisser apparaître qu’il vivrait des complexes incrustés dans son psyché concernant ses propres origines. Il aurait aimé avoir une filiation géographique avec Charles Martel, car tout ce qui le perturbe avec certaine aigreur maladive semble être lié à ses origines lointaines d’extra-européen physiquement et nominativement . La stratégie caractérielle pleine de ressentiments à vouloir se justifier en indexant sans cesse ceux qu’il considère comme « impurs » dans la « Nationalité française » dont il a bénéficié historiquement. Secoué d’être assimilé à une composante du peuple français ayant des ascendants qui vécurent le statut d’indigènes dans l’empire français d’antan, car il s’y voit minoritaire dans cette minorité . Ainsi il va se visibiliser par un certain populisme trompeur et manipulateur. Il ne dénonce pas au fond un risque de déclin de la France mais plutôt il transpose ses propres craintes d’être rejoint dans la classe d’une certaine catégorie de citoyens français d’aujourd’hui. Son parti s’appelle la « reconquête » dit-on, peut être un clin d’œil à l’histoire avec la reconquista, et les mois prochains vont nous édifier davantage. D’ici là il se déclare hypocritement anti-système politico-médiatique qui l’a construit pourtant en grande partie. Une stratégie à la Trump moins la richesse, il espère par les surenchères discursives exacerber les tensions pour arriver au pouvoir en France. Comme la photo illustrative ici, que Tout reste sombre autour de lui et sa vision. À suivre….!

D’ici là les principaux candidat.e.s qu’on peut citer pour la présidentielle de 2022, sont plus du président Macron (pas déclaré officiellement), mesdames Hidalgo (PS), Pécresse (LR) et Lepen (RN), monsieur Mélenchon (Les Insoumis).

-KS pour le BLOG.

✓A propos de l’accaparement des terres | Par Ba Aliou Coulibaly



— Nous tenons à clarifier si besoin il y a que nous sommes contre toute forme d’accaparement des terres au détriment des véritables populations rurales dont la terre constitue l’unique ressource. Autant nous condamnons avec la dernière énergie l’accaparement opéré par les lobbies affairistes autant nous dénonçons également l’accaparement des terres par les lobbies féodaux . Au Fouta , dans beaucoup de localité , quand il s’agit de se mobiliser pour défendre les terres se sont tous les habitants du village qui se mobilisent mais quand il s’agit d’ en bénéficier , ou de les exploiter seule une petite minorité en profite. Cet état de fait existe malheureusement dans plusieurs villages et fait que des surfaces énormes sont maintenues en jachère ou sont sous exploitées, pris en otage pendant que d’autres populations en ont besoin . Cela est difficilement défendable . Dans notre contexte de sous-développement dans lequel les ressources deviennent de plus en plus rares , la terre est si précieuse et nécessaire que nul n’a le droit de la maintenir morte. Il n’est donc ni équitable ni juste de défendre l’un et de couvrir l’autre , ils sont tous les deux à dénoncer et à condamner.
Je saisis cette occasion pour me joindre aux populations de Ngawlé afin qu’elles puissent bénéficier de leur droit légitime à bénéficier en priorité de leur ressources naturelles.

Ba Aliou Coulibaly
Propriétaire Terrien