La Table Ronde Ă  L’EHESS Paris sur l’abolitionnisme africain au 21Ăšme siĂšcle, photos et rĂ©cit en brief par notre BLOG.

Ce Samedi 16 fĂ©vrier 2019, s’est tenue une table ronde sur l’abolitionnisme africain au 21Ăšme siĂšcle avec comme principaux intervenants, 2 activistes abolitionnistes connus, le prĂ©sident du mouvement IRA-Mauritanie Mr Biram Dah Abeid (dĂ©putĂ© mauritanien) et Mr Ali Bouzou du Niger, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’ONG Timidria et secrĂ©taire exĂ©cutif du RĂ©seau ouest-africain de lutte contre l’esclavage. DirigĂ©e par Mme Catarina Madeira-Santos, EHESS (l’École des Hautes Études en Sciences Sociales), la rencontre tenue au sein de l’AmphithĂ©Ăątre François Furet a eu un franc succĂšs par la teneur des interventions et l’affluence du public. Dans sa communication, Mr Ali Bouzou a pointĂ© le dĂ©ni et les contradictions Ă©manant des pouvoirs publics dans son pays et d’autres de la sous-rĂ©gion autour des problĂ©matiques liĂ©es Ă  l’esclavage. Par la suite le leader abolitionniste mauritanien Biram Dah Abeid, rĂ©cemment fait Docteur honoris causa par l’UC Louvain en Belgique, a rappelĂ© le difficile cheminement du combat abolitionniste qu’il mĂšne depuis une dĂ©cennie avec son organisation IRA-MAURITANIE (Toujours non reconnue par les autoritĂ©s de Nouakchott). Le leader abolitionniste Ă©lu dĂ©putĂ© au parlement mauritanien en septembre dernier, indexe un certain systĂšme de valeurs tenu par des segments esclavagistes eux-mĂȘmes soutenus par le pouvoir Ă©tatique en place. Il appelle Ă  un esprit de rebelle contre une lĂ©gitimation de l’esclavage comme mode de vie sous le rĂ©fĂ©rent tronquĂ© du religieux . Le Prix Onusien 2013 pour son engagement pacifique pour les Droits Humains et candidat dĂ©clarĂ© Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle 2019 en Mauritanie, pense que l’engagement politique est un des outils menant Ă  un abolitionnisme efficient Ă  terme. Cet angle de vue de la voie politique dans l’engagement abolitionniste est aussi encouragĂ© par le responsable NigĂ©rien de TIMIDRIA.

Au cours de la table ronde, l’universitaire mauritanien Abdel Wedoud Ould Cheikh a Ă©tayĂ© sa communication en commentaires trĂšs instructifs sur une certaine lĂ©gitimation religieuse de l’esclavage.

Lors des Ă©changes avec le public, un focus a Ă©tĂ© mis sur les rĂ©cents Ă©vĂ©nements gravissimes liĂ©s aux mentalitĂ©s esclavagistes et fĂ©odales en milieux soninkĂ©s notamment dans la rĂ©gion de Kayes. En rĂ©pondant, le prĂ©sident d’IRA-MAURITANIE, rĂ©plique que les lamentations depuis ici Ă  l’Ă©tranger ne servent pas grand chose sans un engagement courageux de rĂ©sistance face aux esclavagistes sur le terrain. Par ailleurs il a reprochĂ© avec franchise Ă  certains Ă©lĂ©ments mauritaniens du mouvement GANBANAAXU FEDDE (Mouvement abolitionniste ancrĂ© chez les soninkĂ©s) qui s’affichent politiquement avec le systĂšme Ă©tatique alors que ce dernier est le premier dĂ©fenseur des forces esclavagistes de tous les bords.

đŸ”·ïžIci en intervention Mr Ali Bouzou du Niger

đŸ”·ïžici le dĂ©putĂ© Biram Dah Abeid, prĂ©sident du mouvement abolitionniste IRA-MAURITANIE

đŸ”·ïžIci Madame Catarina Madeira-Santos (EHESS Paris)

đŸ”·ïžle Professeur Abdel Wedoud Ould Cheikh, universitaire mauritanien.

đŸ”·ïžIci Leila, l’Ă©pouse de Biram Dah Abeid

✅Suite en photos cĂŽtĂ© Assistance :

🖊RĂ©cit et photos par K.S pour le BLOG

ConfĂ©rence sur l’esclavage en Italie : la communication du leader abolitionniste Biram Dah Abeid dans le sĂ©nat Ă  Rome.

Intervention de Biram Dah Abeid Ă  la confĂ©rence sur l’esclavage au 21eme siĂšcle le 13. 02. 2019 au Senat de Rome (Italie) sur l’invitation de la FĂ©dĂ©ration Italienne des Droits Homme. La confĂ©rence s’est tenue sous le patronage du SĂ©nat et de la Chambre des DĂ©putĂ©s de la RĂ©publique Italienne.

Les participants sont: SĂ©nateur Alessandro Alfieri , Commission des Affaires Ă©trangĂšres du SĂ©nat Italien ; Antonio Stango , prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration Italienne des Droits de l’Homme ; Alberto Civica , secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral UIL Lazio ; Francesco d’Ovidio , responsable pour des opĂ©rations du DĂ©partement des droits fondamentaux de l’Organisation Internationale du Travail ; Toni Iwobi , vice prĂ©sident de la Commission des Affaires Ă©trangĂšres du SĂ©nat de la RĂ©publique ; Nicoletta Pirozzi , responsable du programme de l’Union EuropĂ©enne de l’Institut des Affaires Internationales et professeur au DĂ©partement Science Politique de l’UniversitĂ© de Rome III ; Silvia Stilli , porte parole de l’Association des Organisations Italiennes pour la coopĂ©ration et la solidaritĂ© internationale ; Marta Grande, prĂ©sidente de la Commission des Affaires Ă©trangĂšres de la Chambre des DĂ©putĂ©s ; Lia Quartapelle, Commission des Affaires Ă©trangĂšres de la Chambre des DĂ©putĂ©s ; Fabrizio Petri, prĂ©sident du ComitĂ© InterministĂ©riel pour les Droits de l’Homme ; Giuseppe Maimone, professeur d’Histoire et des institutions d’Afrique et Asie, DĂ©partement des Sciences Politiques et des relations internationales de l’UniversitĂ© Palerme ; Laura Harth, reprĂ©sentante Ă  l’ONU du Parti Radical Non Violent, Transnational et Transparti.

Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=c3ccNRLOqfQ&feature=youtu.be

Source crédit : Réseaux officiels IRA-MAURITANIE.

Le dĂ©putĂ© Biram Dah Abeid honorĂ© Ă  L’UC Louvain en Belgique : Son allocution.

Monsieur le Recteur,
Mesdames et messieurs membres du jury,
Mesdames et messieurs les étudiantes et étudiants, chers invités.

Aujourd’hui, je ressens l’honneur et la reconnaissance de mon engagement, de ma douleur et de la rumination de dizaines de millions de forçats, subjuguĂ©es sous, d’autres cieux, du seul hasard de leur venue au monde. Autant de mes semblables endurent, jusqu’à nos jours, le rĂ©trĂ©cissement, pour ne pas dire l’amputation de leur ĂȘtre, sous l’emprise du travail forcĂ© ou indĂ©cent, du mĂ©pris de couleur et de l’infĂ©rioritĂ© ethnique. L’esclavage, mĂȘme quant il s’estompe ou disparait comme institution, continue Ă  produire, sur le temps Ă©tirĂ©, l’inĂ©galitĂ© prosaĂŻque et la honte de soi qu’entraine la moindre conscience de se savoir amoindri, dĂšs la naissance. Un descendant d’esclave s’émancipe au travers de sa descendance et toujours dans l’obstination, pour ne rĂ©colter, in fine, que l’évidence de son humanitĂ©. Vous semble-t-il concevable de souffrir et de mourir pour une Ă©vidence ? MalgrĂ© sa banalitĂ©, l’article est trop cher payĂ© mais nous autres rejetons de paria n’avons d’autre choix. La libertĂ© s’impose Ă  nous, non en termes de facultĂ© mais de survie. Je vous invite Ă  redĂ©couvrir le sens de cette vocation contrainte, par les exemples familiers Ă  l’entendement de l’Europe, dans la littĂ©rature de la Shoah et celle du Goulag.

Mais, soyons Ă©quitables et ne nous interdisons l’ironie du paradoxe. Si l’humour est la politesse du dĂ©sespoir, la luciditĂ© ne dĂ©daigne les coquetteries de la franchise.

Oui, nos anciens maitres sont aussi Ă  plaindre. Ils naissent et grandissent dans la certitude acquise de leur prĂ©sĂ©ance. ContestĂ©s ou accusĂ©s, ils cherchent argument auprĂšs des promoteurs de la race et de la religion, deux filets lĂ©taux quand l’ignorance, le prĂ©jugĂ© et la paresse les submergent. Les hĂ©ritiers des propriĂ©taires de nos aĂŻeuls, de nos pĂšres et mĂšres s’y dĂ©battent, aujourd’hui, sans le secours du discernement et finissent par s’épuiser contre la vague irrĂ©pressible de notre soif de mieux-vivre. Vous pouvez le comprendre, vous les rescapĂ©s de tant de rĂ©volutions et de gĂ©nocides, arriĂšres-enfants de colonisateurs : tĂŽt ou tard, les auteurs et complices d’une hiĂ©rarchie fondĂ©e sur l’infĂ©rioritĂ© de l’Autre se trouvent emmurĂ©s dans la prĂ©disposition suicidaire Ă  toujours s’imaginer le progrĂšs en ennemi. Oui, pour son propre salut, la progĂ©niture de ceux qui nous ont asservis des siĂšcles durant, mĂ©rite sa dose de thĂ©rapie curative. Or, nous en sommes l’unique pilule. Qui veut guĂ©rir se doit de nous avaler puis de ravaler l’amertume.

Qui suis-je ? Ma lutte inaugurale, dĂšs l’ñge de 10 ans, je la dois Ă  mon pĂšre. Il me pressait Ă  me battre contre l’esclavage hĂ©rĂ©ditaire qui dĂ©cimait sa famille, sur plusieurs gĂ©nĂ©rations.

Aussi, Ă©tais-je programmĂ© Ă  me tenir, debout, en travers de toute persĂ©cution, dans mon pays et ailleurs, quelle qu’en fut la victime. Un opposant banni, un activiste en prison, un objecteur de conscience menacĂ© de peine de mort, une fillette mariĂ©e de force, un paysan dĂ©possĂ©dĂ© de sa terre, m’interpellent et je ne fuis l’injonction du devoir.

Au-delĂ  des esclaves, ma communautĂ©, beaucoup d’autochtones d’extraction noire africaine subissent, en Mauritanie, la sĂ©grĂ©gation et le dĂ©ni de rĂ©paration, aprĂšs avoir endurĂ© des annĂ©es de tuerie, de dĂ©portation et d’assimilation culturelle. Les responsables de telles cruautĂ©s bĂ©nĂ©ficient encore de l’immunitĂ©, par l’effet d’une loi sur mesure. Je salue, ici, la mĂ©moire des suppliciĂ©s et des disparus. Je renouvelle la rĂ©solution, Ă  leurs proches, de poursuivre l’effort d’éradiquer l’impunitĂ©. Mon admiration va aux Justes, les agitateurs Ă  contresens, penseurs de la dĂ©construction, qui viennent souvent des groupes dominants et s’exposent, ainsi, Ă  l’ostracisme. Leur concours accĂ©lĂšre notre dynamique vers l’égalitĂ© et nous Ă©pargnent, alors, davantage de sacrifices. Grace Ă  eux, la non-violence devient notre rĂ©flexe, guĂšre une utopie.

Chers amis de l’universitĂ© de Leuven, je vous promets de poursuivre les Ɠuvres de l’humanisme en action, sur les nobles brisĂ©es de Baruch Spinoza, Primo Levi, Martin Luther King, Nelson Mandela et d’Alexandre Soljenitsyne, pour ne citer que les grands maitres. En ce chemin ponctuĂ© de tĂ©nĂšbres, mes compagnons d’espĂ©rance et moi continuerons de nous Ă©clairer Ă  la lumiĂšre de la DĂ©claration universelle des droits de l’Homme. L’Universalisme nous guide, je dirais nous rappelle la trivialitĂ© exaltante d’appartenir, tous, Ă  la mĂȘme espĂšce. PrĂ©server la diversitĂ© des langues, des arts et des modes d’organisation sociale anime notre combat, d’oĂč la prĂ©sence, aujourd’hui, parmi vous. Nous partageons la foi que l’uniformisation par contrainte de corps, la nĂ©gation de l’individu, l’effacement des singularitĂ©s et l’aversion de l’altĂ©ritĂ© diminuent les dĂ©fenses immunitaires de chaque population, face au fanatisme, la tuberculose de notre siĂšcle adolescent.
Notre tension vers la possibilitĂ© Ă©largie du bonheur et le dĂ©sir d’en faire jouir le plus grand nombre, opĂšre ici et maintenant, sur terre, point en dessous. Nous ne pouvons attendre de mourir pour mĂ©riter la justice. C’est en cela que nous avons besoin de vous, nos frĂšres en humanitĂ©.

Je vous remercie.
Biram Dah Abeid

[ÉvĂ©nement TEMEDT et GANBANAAXU FEDDE – MaliđŸ‡ČđŸ‡±] La confĂ©rence de presse du 19 janvier 2019 Ă  Bamako.

đŸ”žïžMr Diaguily Maro Kenoute, responsable du RMFP- GANBANAAXU MALIđŸ‡ČđŸ‡±

đŸ”žïžMadame Aichata Wallet Attalaka, vice-prĂ©sidente de TEMEDT

đŸ”žïžLassine Konate, membre GANBANAAXU Bamako.

Ce Samedi 19 janvier 2019 Ă  Bamako , la branche malienne du mouvement pacifique d’Ă©veil citoyen GANBANAAXU FEDDE (RMFP) , l’association TEMEDT et d’autres organismes partenaires ont tenu un point de presse d’explication et d’alerte sur les problĂ©matiques liĂ©es Ă  l’esclavage par ascendance.

Les différents intervenants ont interpellé les autorités étatiques, les organisations nationales et internationales travaillant pour la défense des droits humains, sur certaines violations gravissimes des droits humains perpétrées dans certaines zones du Mali notamment dans la région de Kayes.

Des paisibles citoyens qui ne veulent plus vivre comme esclaves en milieux soninkés, ont subi ces derniers mois diverses agressions dans une impunité criante.

Lors cette conférence de presse, des personnes victimes ont été présentées pour témoignages. En milieu soninké , un régime féodalo-esclavagiste incarné en mode de vie pour certains sévit par des actes de violence (tabassages, agressions, fausses accusations, intimidations, expulsions, mise en quarantaine sociale et autres ) sur des citoyens ayant le seul tort, qui est de vouloir vivre comme des HOMMES LIBRES.

Cet esclavagisme statutaire et par ascendance fonciĂšrement sĂ©grĂ©gationniste et discriminatoire dĂ©fie les lois fondamentales de la RĂ©publique du Mali qui consacrent l’Ă©galitĂ© en Droits et en DIGNITÉ entre TOUS LES CITOYENS.

Cette alerte d’information et de dĂ©nonciation doit obliger les autoritĂ©s locales et Ă©tatiques Ă  prendre sĂ©rieusement les dispositions lĂ©gales qui s’imposent urgemment pour garantir la paix civile.

CrĂ©dit source : TĂ©moignages recueillis milieux GANBANAAXU MALIđŸ‡ČđŸ‡±

✅RĂ©cit par KS pour le BLOG

Le dramatique naufrage d’une embarcation en mer mĂ©diterranĂ©e : zones d’ombre persistantes sur le bilan et les nationalitĂ©s de disparus.

D’aprĂšs une vĂ©rification sur des bases solides, l’embarcation est partie de cĂŽtes marocaines dans la nuit du vendredi 11 janvier au samedi 12 janvier 2019 pour les terres ibĂ©riques (l’Espagne).

Si on se rĂ©fĂšre Ă  la liste diffusĂ©e par des membres de la communautĂ© soninkĂ© sur les rĂ©seaux sociaux (Whatsapp et Facebook) dans la journĂ©e du 16 janvier, ils seraient 52 Ă  avoir pris place dans ce navire introuvable Ă  ce jour. La source « mĂšre » de cette liste viendrait probablement des passeurs ou leurs contacts du circuit. Cette premiĂšre liste a la particularitĂ© d’avoir devant le nom de chaque candidat migrant, le nom, le prĂ©nom ou le surnom du passeur qui serait son rĂ©fĂ©rent dans le trafic.

✅Ci-dessous la liste 👇

1-Makan Kamisoko / Aly
2-Mariam Camara / Alpha
3-Bacary Soumaré / Aly
4-Bacary Sambaké / Aly
5-Aboubacar Sylla / Alpha
6-Kantra Djoumassy / Aly
7-Mamadou Dabo / Kebé
8-Morlay Sacko / Sanoussy
9-Aboubacar Alaciré Diarra / Gill
10-Siradji Coulibaly / Gill
11-Souleymane Cissé / Gill
12-Demba Gaye Camara / Gill
13-Moussa Camara / N
14-M’paly Diarra / N
15-Ousmane Camara / N
16-Madjigui N’Diaye / N
17-Malik SidibĂš / N
18-Aly N’Diaye / N
19-Sabara Keita / N
20-Moussa Yelly Camara / N
21-Bacary Fodé Camara / N
22-Gaye Konaté / Ibrahim C
23-Younouss Daffa / Ibrahim C
24-Saidou Cissé / Doua Paris
25-Saikou Madjou / Soko
26-Madjou Diallo / Soko
27-Sekou Yattera / Boudé
28-Djadjé Soumaré / N
29-Samba Sacko / Sadjo
30-Makan Coulibaly / Sadjo
31-Habibou Konaté / Boudé
32-Hamidou Traoré / Boudé
33-Demboyi Keitagou / Boudé
34-Oumar Djabira / Mady
35-Marguerita Camara / Diallo
36-Rayanatou Keita / Diallo
37-Fousseyne Camara / Moussa
38-Sidy Camara / Moussa
39-Lassana Coulibaly / N
40-Boubou Traoré / N
41-Hadji Bah / Angola
42-Lamarana Barry / Alpha
43-Thierno Souleymane / Ousmane
44-Mohamed Bathily / Sidy
45-Aboubakry / Soul
46-Sayon Keita / Soul
47-Alhassane Pathé Diao / Soul
48-Gui Patfer / Grd Aly
49-David / Grd Aly
50-Talibé Sokhona / Gill
51-Hammara Camara / Moussa
52-Ladji Diarra / Aly

À ces 52 personnes, il faut y ajouter 2 ou 3 membres de l’Ă©quipage selon les dires de gens ayant connu pareille traversĂ©e pĂ©rilleuse. Dans ce cas le bilan de 54 ou 55 naufragĂ©s est plus que plausible.

Concernant le rescapĂ©, quelques temps aprĂšs la large diffusion de la liste au sein de nos cercles RĂ©seaux sociaux (Whatsapp et Facebook), un audio de tĂ©moignage dont il serait l’auteur a circulĂ© en langue soninkĂ©. Secouru par un bateau de pĂȘcheurs, l’homme prĂ©tend que leur embarcation a chavirĂ© et tous ses compagnons ont Ă©tĂ© emportĂ©s en eaux profondes. Et lui mĂȘme, tenait Ă  une corde liĂ©e un corp matĂ©riel flottant pendant des longues heures . Ce qui a semĂ© le doute sur son tĂ©moignage vocal partagĂ© dans Whatsapp auprĂšs du public, c’est la description de son parcours une fois sur la terre ferme. Il dit avoir marchĂ© une certaine distance et avoir pris le bus avant d’accĂ©der un hĂŽpital pour des soins. Des personnes qui connaissent ces voyages trĂšs durs physiquement en situation normale, ont Ă©mis des rĂ©serves sĂ©rieuses sur la vĂ©racitĂ© de son tĂ©moignage sur l’accident. Ainsi des questions restent ouvertes, d’autant plus que certains proches de disparus avancent qu’ils n’ont plus eu des contacts directs via tĂ©lĂ©phone notamment avec le passeur rĂ©fĂ©rent de leur parent.

✅Tous soninkĂ©s et du Guidimagha en Mauritanie…?

Certainement NON, mais majoritairement soninkĂ©s probablement OUI, mais pas forcĂ©ment du Guidimagha mauritanien seulement. AprĂšs une brĂšve enquĂȘte de vĂ©rification auprĂšs de ressortissants de villages originaires citĂ©s dans une liste qui circule sur les rĂ©seaux sociaux, nous pouvons Ă©tablir la liste des disparus par village d’origine du Guidimagha mauritanien

Solou 1

Diaguilly 3

Tafara 2

Dafort 3

Tachott 3

Chaggar 5

Hassi 1

En tout ce seraient 18 personnes portĂ©es disparues, issues de diffĂ©rents villages du Guidimagha en Mauritanie. Par ce factuel, nous sommes trĂšs loin des « 52 jeunes mauritaniens issus du Guidimagha » annoncĂ©s noyĂ©s lors du naufrage. Il est trĂšs urgent qu’une enquĂȘte approfondie soit amorcĂ©e sur ce drame qui reste toujours confus Ă  notre sens. Il faut noter que dans une liste vue sur les rĂ©seaux sociaux, on y constate 15 portĂ©s disparus originaires de Selifely (1 seul reconnu disparu finalement), village malien Ă  7 kms de Ould yengĂ© au bord du Karakoro.

✅Et la confirmation de l’activiste militante du cĂŽtĂ© espagnol !?

Le post Facebook de cette militante est venue presque corroborer ce qui se disait et s’Ă©crivait sur le sort de l’embarcation basant sur la premiĂšre « source mĂšre » que nous avons citĂ© plus haut (Les contacts proches-passeurs et le tĂ©moignage du rescapĂ©). TrĂšs suivie sur son profil Facebook, la militante a brossĂ© le scĂ©nario plausible et tenant certainement d’autres Ă©lĂ©ments confidentiels , mais qui lui a donnĂ© l’info sur le dĂ©part et surtout le nombre exact de 54 membres et dire qu’ils sont Ă  majoritĂ© de la Mauritanie ? Il y a sans doute quelque chose Ă  creuser Ă  ce niveau Ă©galement.

☝un tĂ©moignage audio de la militante qui laisse planer des incertitudes.

✅La rĂ©action et la rĂ©tractation de l’antenne UE Mauritanie !

La journĂ©e du 17 janvier, la dĂ©lĂ©gation de l’UE en Mauritanie a communiquĂ© un mot via post Facebook officiel de condolĂ©ances aux familles des disparus. Quelques temps aprĂšs, il a Ă©tĂ© constatĂ© que le post a Ă©tĂ© supprimĂ© sans aucun explicatif depuis sur l’affaire. Et ici aussi quelque chose tague et mĂ©rite d’ĂȘtre Ă©ludĂ©.

Au final, la rĂ©action hĂątive politico polĂ©miste du ministre mauritanien. Ce dernier, banalisant sournoisement un peu le post Facebook du trĂšs influent militant politique Kaaw TOURÉ des FPC ex-flam , s’est laissĂ© confondre par un communiquĂ© de dĂ©menti catĂ©gorique plus que troublant. Alors que Mr TOURÉ n’a fait que reprendre sur son fil actu Facebook , la liste et l’information de la « source mĂšre » sur le naufrage. Ici grĂące Ă  cette brĂšche politicienne qui s’est ouverte, les pouvoirs publics sont obligĂ©s de prendre des initiatives sĂ©rieuses sur l’affaire. Ce qui est trĂšs rare en la matiĂšre. D’ailleurs mĂȘme un certain personnel politique soninkĂ© du Guidimagha s’est exprimĂ© publiquement au moins cette fois-ci. Car ce phĂ©nomĂšne historique de dĂ©parts clandestins vers l’Occident et le lot de tragĂ©dies avec, ne sont pas inconnus d’un soninkĂ© quel que soit son niveau social et politique .

Par la suite d’autres organes de presse sĂ©rieux en ligne ont relayĂ© l’information sur la base d’un communiquĂ© de presse d’une association espagnole ci-dessous le doc capture d’Ă©cran.

👇Nous l’avons repris d’un post Facebook de la journaliste mauritanienne Mariem Derwich.

AU DU BLOG, NOUS EXPRIMONS NOS SINCÈRES CONDOLÉANCES AUX FAMILLES ET PROCHES DES DISPARUS.

Paix Ă  leurs Ăąmes. Ameen

🖊K.S pour le BLOG

[Alerte – Esclavage soninkĂ© – Apologie – Mali đŸ‡ČđŸ‡±] : À Diarrah, une grande cĂ©rĂ©monie fĂ©odalo-esclavagiste soninkĂ© se prĂ©pare pour le 26 et 27 janvier 2019.

đŸ”žïžLe tissu Ă  l’inscription apologiste de l’esclavage prĂ©vu pour la cĂ©rĂ©monie

Depuis plusieurs mois, le rĂ©gime fĂ©odalo-esclavagiste soninkĂ© s’adonne Ă  graves violations des droits humains au sein des diffĂ©rentes localitĂ©s notamment dans la rĂ©gion de Kayes et dans la zone de Nioro. Semblant bĂ©nĂ©ficiant d’une certaine impunitĂ©, d’extrĂ©mistes fĂ©odaux aux mentalitĂ©s esclavagistes et moyenĂągeuses attaquent, agressent , exproprient, expulsent, tabassent et poignardent mĂȘme des paisibles citoyens membres du mĂȘme groupe sociolinguistique. Leur seul tort pour subir ces agissements sauvages rĂ©pĂ©titifs , est tout simplement leur refus de la condition sociale dite ESCLAVE dans la communautĂ© soninkĂ©.

Voir ci joint le lien vers un article trĂšs documentĂ© sur cet affreux phĂ©nomĂšne d’esclavage persiste au Mali et en l’occurrence chez soninkĂ©s : https://www.notrenation.com/Esclavage-par-ascendance-en-pays-Sarakole-IBK-interpele

http://bamada.net/recul-moyenageux-au-pays-soninke-la-revolte-des-esclaves-reprimee-dans-le-sang-et-la-privation?fbclid=IwAR3UOMT-_QvIbRYIlKOIuLaX7Lb3-Ahv_T3FBBG9hDpnfzk4j1phKXS4Vv0

Les militants et sympathisants engagĂ©s pacifiquement contre ces tares obsolĂštes et rĂ©trogrades ont interpellĂ© les autoritĂ©s Ă©tatiques Ă  diffĂ©rents niveaux mais toujours les extrĂ©mistes fĂ©odaux deviennent de plus en plus agressifs en dĂ©fiant ouvertement l’ordre rĂ©publicain qui doit prĂ©valoir dans les affaires publiques.

Aujourd’hui, c’est dans cette lancĂ©e d’impunitĂ© totale qu’une cĂ©rĂ©monie apologiste de l’esclavage est prĂ©vue dans la localitĂ© de Diarrah le 26 et 27 janvier 2019. L’appel aux prĂ©paratifs est lancĂ© pour organiser cette rencontre exhibitionniste abjecte par laquelle le rĂ©gime fĂ©odalo-esclavagiste soninkĂ© Ă  travers des coutumes bafouant la DIGNITÉ HUMAINE, va exposer Ă  ciel ouvert au coeur de la rĂ©publique malienne.

Cette atteinte à la MORALE HUMAINE et surtout à la condition Noire historiquement affectée par les traites esclavagistes, est un risque évident pour la sécurité morale et physique de paisibles citoyens aspirant à vivre dignement selon les dispositions légales de la constitution étatique.

Par ce communiquĂ© d’alerte, nous prenons Ă  TÉMOINS les hautes autoritĂ©s maliennes, les organisations nationales et internationales travaillant pour la dĂ©fense des droits humains sur cet Ă©vĂ©nement scandaleux en prĂ©paration. Au sein des cercles fĂ©odalo-esclavagistes et rĂ©actionnaires, la propagande honteuse est en plein rĂ©gime pour cette rencontre anachronique en ce courant 21Ăšme siĂšcle.

🔊Nous appelons toutes les consciences Ă©prises de justice et paix et sensibles Ă  la DIGNITÉ HUMAINE, Ă  DÉNONCERđŸš« OUVERTEMENT CETTE MANIFESTATION INDIGNE D’UN MONDE CIVILISÉ.

👍Merci d’avance

Mis en tag Facebook : Claudy Siar RADIO ARMEPES XORONA ME TERINKAA FRANCE 24 Franceinfo Africa24 TV African Diaspora Africa Media Amnesty International Africa Amnesty International Paris Amnesty International USA Amnesty International France Alioune Tine officiel KayesInfos The Diambourou: Slavery and Emancipation in Kayes – Mali Union Africaine Esclavage Soninke United SoninkĂ© Soninkara.com SoninkĂ© & fier Bamako News Bamako Bamada Bamako Niarela

✅Pour la communication GANBANAAXU FEDDE (Aile MaliđŸ‡ČđŸ‡±)

Bamako ~ 17 janvier 2019

Source crédit : réseaux GANBANAAXU FEDDE https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2218270681730240&id=1473902619500387

[Alerte-Info-MaliđŸ‡ČđŸ‡±] : Encore une violente agression sur un citoyen malien qui refuse l’esclavagisme statutaire dans la communautĂ© soninkĂ© (village Bakhamabougou dans le karta)

La journĂ©e d’hier mercredi 9 janvier 2019, dans le village malien soninkĂ© de Bakhamabougou, ce monsieur du nom de Cheikhna Diarra a Ă©tĂ© lĂąchement agressĂ© par d’Ă©lĂ©ments fĂ©odaux extrĂ©mistes soninkĂ©s. Membre actif du mouvement pacifique d’Ă©veil anti-esclavagiste anti-fĂ©odalitĂ©, GANBANAAXU FEDDE, c’est au retour d’une visite au centre de santĂ© local, qu’un groupe de fĂ©odalo-esclavagistes soninkĂ©s s’est ruĂ© sur lui par surprise avec une sauvagerie innommable.

Encore et toujours au Mali, depuis plusieurs mois, des actes criminels sont perpĂ©trĂ©s par des extrĂ©mistes fĂ©odaux soninkĂ©s dans une impunitĂ© criante. À travers plusieurs audios Whatsapp venant de ces groupuscules fĂ©odaux, nous dĂ©tenons une liste de plusieurs noms et prĂ©noms d’individus appelant Ă  un lynchage systĂ©matique de nos membres qui osent s’affirment comme citoyens tt simplement. Ces identitĂ©s seront utilisĂ©es et rĂ©pertoriĂ©es en vue d’une saisine des institutions continentales et internationales faute d’une rĂ©action sĂ©rieuse du pouvoir malien Ă  court terme.
Ce monde soninkĂ©, d’apparence paisible, couve un joug coutumier extrĂ©miste qui verse dans la violence gratuite et sauvage depuis quelques temps dans plusieurs localitĂ©s soninkĂ©s au Mali et ailleurs.

Bon rĂ©tablissement Ă  notre frĂšre et militant pour la DIGNITÉ HUMAINE.

Nos sacrifices auront le dessus sur les complexés obscurantistes de la féodalité en milieux soninkés.

Le lien vers les propos gravissimes vantant cette agression sauvage: https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=369797907142235&id=1473902619500387

✅Pour la communication GANBANAAXU FEDDE (Aile MaliđŸ‡ČđŸ‡±)

Source crédit : Réseaux GANBANAAXU FEDDE