● Le Parti RAG – Lettre de protestation | A l’attention de SEM le Président de la République Islamique de Mauritanie, Mohamed Cheikh El-Ghazouani

Son Excellence Monsieur le Président,
La diaspora Mauritanienne dans le monde a lu avec consternation l’arrêté conjoint Numéro 000140 du ministère des affaires étrangères et de la coopération et du ministère de l’intérieur et de la décentralisation en date du 26 janvier 2023, portant établissement de la liste des pays concernés par le vote des mauritaniens établis à l’étranger pour les futures élections législatives.
Seuls deux ministres ne peuvent décider à leur guise d’un découpage électoral, de
surcroit discriminatoire, de mauritaniens vivant à l’étranger. Ils évoquent l’ouverture d’un seul bureau de vote en France et que sur l’ensemble du continent Africain, les mauritaniens ne pourront voter qu’en Gambie, en Côte d’Ivoire et en Guinée Bissau.
Nous sommes certains que vous ne trouvez pas cette démarche démocratique. Il en est de même pour le vaste continent Américain et Asiatique où les votes ne seront respectivement possibles qu’aux Etats Unis d’Amérique, en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis et au Qatar.

Son Excellence Monsieur le Président,
Nous vous demandons d’user de votre pouvoir en qualité de Président pour exiger qu’un bureau de vote soit ouvert dans chaque pays accréditant un ambassadeur ou un consul de Mauritanie. Nous protestons vigoureusement contre ce découpage électoral et souhaitons que la
décision y afférente soit annulée.

Paris le 30 Janvier 2023

Parti pour la Refondation de l’Action Globale (RAG) section France

Ampliations :

• CENI
• Premier Ministre
• Ministère des affaires étrangères et la coopération
• Ministère de l’intérieur
• Aux partis politiques de l’opposition comme la majorité présidentielle
• Aux institutions internationales : Union Européenne, Nations Unies, Union Africaine, Parlement Européen.

● Rencontre fructueuse entre la CVE et la CVE/V

CVE/VR – Le lundi 09 janvier 2023, la CVE/VR a reçu une forte délégation de la CVE conduite par son Président, M. Ba Mamadou Alassane. Un grand moment de retrouvailles entre ces deux entités qui partagent ce qu’elles ont de commun : le vivre ensemble.

Les deux entités ont passé en revue plusieurs questions d’intérêt national qui ont abouti à une convergence de vue et une réelle volonté de travailler en parfaite synergie afin de relever ensemble tous les défis de l’heure, en réponse à la forte demande de la base; celle de reconstituer la grande famille du Vivre Ensemble.

Des discussions franches et sincères ont été au menu de cette rencontre de haut niveau qui constitue le prélude d’une forte alliance, en perspective des prochaines échéances électorales.

Visiblement très satisfaits de la profondeur des débats, les deux parties ont convenu de se retrouver dans les meilleurs délais pour donner corps à cette alliance gagnante qui se dessine, au grand bonheur de nos nombreux militants et sympathisants.

Un vœu ardent pour la réunification de nos deux pôles qui partagent les mêmes aspirations pour une Mauritanie debout et réconciliée avec elle-même.

Fait à Nouakchott le 09 janvier 2023


Pour la CVE/VR                                   Pour la CVE,

Le Président Alassane DIA              Le Président Ba Mamadou Alassane

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=762308

● Union des Blogueurs Mauritaniens | Présentation



Une structure naissante décidée en date du 29 novembre 2022 regroupe des blogueurs mauritaniens et acteurs sensibles aux thématiques liées au champ communicationnel du blogging. L’UBM se fixe comme objectifs entre autres, une approche de promotion de la paix et du dialogue pour la résolution des conflits et pour la concorde sociale. Elle bénéficie d’un appui du projet SEMAH. Son activité pionnière a été une caravane de sensibilisation sur les dangers des fake news, effectuée à Rosso les 17 et 18 décembre passés.

Ce vendredi 30 décembre 2022 à Nouakchott, l’Union a organisé une rencontre nommée Thé Palabre sur la thématique suivante : Rôle des blogueurs et artistes pour la promotion de la paix, du dialogue et de la prévention des conflits.

Il est lieu ici de saluer cette belle initiative citoyenne pour la consolidation de l’entente sociale, gage de développement multidimensionnel dans notre cher pays.

Notre blog exprime nos encouragements et notre reconnaissance à l’endroit des porteurs de cette Union visionnaire et annonce notre adhésion à ce projet. Bravo!

• Quelques photos sur les activités réalisées :



Les contacts Tél : 20382688 ou 47617698

31 décembre 2022

KS pour le BLOG

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

👉🏿Lien Amazon de notre livre Mes Écrits Osés https://amzn.eu/d/4R0fqa9

● Réforme du système éducatif : A quand la Mauritanie de la raison ?

Établie par l’administration coloniale, le premier système d’enseignement public en Mauritanie, qui a vu le jour à la fin du XIX siècle et au début du XX ème siècle, s’est heurté aux réticences des populations qui voyaient d’un mauvais œil la venue de l’école occidentale en terres d’islam.

La naissance au forceps de l’école dite moderne en Mauritanie a connu des points d’achoppements tant au niveau du contenu historico-culturel à transmettre qu’au niveau de la langue de formation.

A la fin de la colonisation, les politiques éducatives étaient plutôt conçues autour de l’affirmation, la construction et le renforcement d’un État-nation musulman et arabo-africain naissant.

Cependant 60 ans après l’indépendance, force est de constater que la question primordiale de l’éducation qui devrait être inculquée aux jeunes mauritaniennes et mauritaniens, pour en faire des citoyens modèles et qualifiés, n’a toujours pas été structurellement réglée. Pour cause, le modèle éducatif qui doit émaner d’une vision politique claire, a été parasitée par une forte dose d’idéologie.

Confirmant ainsi cette vieille assertion D’Emmanuel Kant selon laquelle « l’art de gouverner les hommes et celui de les éduquer sont les deux découvertes humaines les plus difficiles pour l’humanité ».

L’éducation étant le pilier de toute les sociétés aspirant à un devenir meilleur, son contenu doit faire l’objet d’une composition et d’une malléabilité habile. Une sorte de potion magique résultant d’un mélange de valeurs culturelles, spirituelles, intellectuelles et sociétales, qui, administrées aux jeunes mauritaniennes et mauritaniens en fera des esprits fertiles à même de répondre le mieux aux défis qui se posent à la société et le monde. Toutefois, cette manœuvre suppose un diagnostic sans complaisance avec une démarche allant du bas vers le haut, du réel vers la conceptualisation et des problèmes vers les solutions.

Les systèmes éducatifs successifs adoptés par les autorités mauritaniennes n’ont jamais réussi à cristalliser les attentes du pays dans sa diversité à travers un programme commun d’inclusion.

Les courants idéologiques de tous bords privilégient plus souvent leurs aspirations personnelles et leurs intérêts communautaires, ou identitaires, parfois dans un but hégémonique, au détriment d’une vision nationale qui tirerait toute la Mauritanie vers le haut.

L’Etat, chef d’orchestre par excellence, qui devrait être guidé par le bien-être commun et débarrassé de toute considération partisane, n’a pas pour l’instant, joué pleinement son rôle.

La Mauritanie de la Raison…

Au lendemain de l’indépendance, il était judicieux d’adapter le programme éducatif aux réalités et aspirations du pays.

Lorsque la Mauritanie devient indépendante en 1960, l’arabe (littéraire) est langue nationale, mais le français est la seule langue officielle du nouvel Etat. Puis l’arabe a été ajouté au français en tant que langues officielles.

Avec la réforme éducative de 1966 et le renforcement du coefficient de l’Arabe dans le système éducatif, qui a donné naissance au bilinguisme séparatiste, nous avons assisté à la formation de deux mondes parallèles que tout sépare, avec chacun son programme éducatif. Ce système a abouti à la division du pays en deux, les arabophones et les francophones.

A partir de 1991, l’arabisation progressive et à marche forcée s’est mise en route avec comme conséquences notables, une baisse tragique et continue du niveau des élèves et la floraison des écoles privées aux programmes étrangers accueillant la masse de petits mauritaniens fuyant le système scolaire national bancal.

Il est plus que temps de remettre la mosquée au cœur du village. En effet, la Mauritanie gagnerait à ce qu’elle soit au centre des préoccupations nationales et non telle ou telle autre communauté.

Sur la question des langues d’enseignement, de communication et de travail, il nous suffit d’un peu de réflexion et d’analyse sans complaisance pour trouver la solution, à moins d’avoir des considérations non avouées.

La Mauritanie est majoritairement hassanophone. Il est, de ce fait, normal et souhaitable de capitaliser sur cet acquis pour faciliter la communication avec une grande partie de la population. Notons que beaucoup de pays africains caractérisés par une fragmentation plus importante de leurs populations n’ont pas cette chance. A contrario, des pays voisins comme le Mali et le Sénégal voient la quasi-totalité de leurs populations s’agréger autour d’une même langue.

La Mauritanie, pour des raisons démographiques, culturelles et pratiques, se doit d’ériger l’arabe au rang de langue officielle (ce que personne d’ailleurs ne récuse) donc langue d’enseignement et de communication.

Il reste que l’arabe n’est pas pratiquée par tous les mauritaniens et que tous les mauritaniens ne sont pas arabes. Pour des raisons d’unité et de cohésion nationales, mais également pour que la greffe puisse prendre, il est indispensable que des ponts linguistiques soient créés avec les autres communautés nationales. Pour ce faire, serait-il réaliste et même souhaitable que toutes les langues nationales soient officialisées et enseignées comme le proposent certains ? Est-ce le meilleur moyen de créer une nation et un avenir en commun que de permettre à chaque communauté de rester enfermé dans sa langue et sa culture ? Un tel système peut-il être objectivement et rationnellement justifié y égard aux véritables défis que sont ceux du pays ?

Les réponses à ces questions nous semblent, à priori, s’énoncer négativement, mais même à supposer que nous ayons tout faux, ce qui est possible, la mise en place d’un tel dispositif nécessite une grande préparation dans la formation du personnel, l’élaboration des programmes et l’installation des infrastructures.

En attendant, la formule qui siérait tant à la Mauritanie, de notre point de vue, serait un système commun à deux langues officielles et d’enseignements que seraient l’arabe et le français avec obligation à tous les mauritaniens de les maitriser toutes à la sortie de la scolarité.

Le choix du français ne s’explique pas par l’amour irraisonné que nous aurions pour la langue de Molière mais parce qu’elle est déjà inscrite dans notre histoire et installée dans notre quotidien. La langue française, au-delà du fait qu’elle nous ouvre au monde permettraient au pays et aux citoyens francophones de garder leurs acquis sur l’histoire (politique, administrative…) de la Mauritanie qui s’est faite en grande partie en français.

Notre conviction, qui sans aucun doute est celle de la majorité des mauritaniens, est que notre pays doit marcher sur un programme commun unique qui nous rassemble tous autour de l’essentiel, c’est-à-dire un avenir radieux. A coup sûr, cela ne s’obtiendra pas lorsque les intérêts communautaires prennent le dessus sur le destin commun national, mais lorsque chacun fait des concessions pour l’intérêt suprême général qui, in fine, nous protège tous.

Un tel système doit toutefois favoriser, en parallèle, un climat propice au développement des langues nationales par une liberté de presse notamment audiovisuelle et une expression culturelle de la diversité.

Cercle Citoyen Mauritanien

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=761762

● Aux Mureaux, la diaspora africaine s’engage pour les objectifs de développement durable en Mauritanie

Carenews – Organiser la rencontre entre la diaspora africaine et les associations engagées en Mauritanie, voilà un pari réussi avec brio en novembre !

L’objectif de la journée culturelle était simple : mettre à l’honneur la Commune de Sagné en Mauritanie et les acteurs engagés pour son développement.

Cette journée culturelle, organisée par la Fedde Kawral, en partenariat avec l’APDS, aux Mureaux a donné l’occasion à des professionnels de présenter les différents projets proposés en Mauritanie dans la commune de Sagné.

Au total, ce sont près de 100 personnes qui ont participé à cette rencontre aux Mureaux.

Mettre à l’honneur l’engagement de la diaspora africaine pour les ODD

Cette année, c’est la diaspora mauritanienne qui s’est rassemblée pour soutenir des associations et projets autour des objectifs de développement durable (ODD) et de l’humanitaire responsable porté par des entrepreneurs sociaux.

Les 17 objectifs de développement durable (ODD) font partie du programme de développement durable, fixé à l’horizon 2030 par 193 pays, pour lutter contre la pauvreté, protéger la planète et assurer le développement durable des pays.

Ces ODD représentent les 17 défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés et “Il est important d’atteindre chacun d’entre eux, et chacune de leurs cibles, d’ici à 2030” selon l’ONU.

La Mauritanie est dans une stratégie d’accélération des réalisations des objectifs de développement durable pour renforcer l’action de la société civile dans “l’environnement, la croissance inclusive et durable” dans le cadre d’une “approche participative qui repose sur la concertation avec tous les bénéficiaires, .., le secteur privé et la société civile.” selon l’IPG AMI (Agence mauritanienne d’information).

Des partenariats multi-acteurs pour des projets humanitaires

La Mauritanie, par sa position géographique, peut offrir un accès direct entre les pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, de l’Afrique subsaharienne et de l’Europe. Cet avantage géographique devrait se ressentir jusqu’aux villes et villages autour des frontières du pays.

Or de récentes analyses des besoins ont montré que de nombreux villages sont totalement isolés et ne bénéficient pas des retombées économiques et stratégiques qu’offre le marché en Mauritanie.

Pour favoriser le potentiel socio-économique de ces territoires, le besoin d’accès en énergie durable et verte (ODD 7, 9 et 11) est un besoin stratégique pour que ces villages puissent exploiter leurs pleins potentiels et intégrer le marché mauritanien.

Cette thématique était mise à l’honneur par nos équipes lors de cette journée culturelle pour présenter le projet.

L’association Électricité pour tous, en lien avec la diaspora mauritanienne à l’international et la population et autorités locales dans les villages, a décidé d’agir pour apporter une solution d’accès à l’énergie durable et verte.

Diegnaba Hamidou, cofondatrice de l’association Électricité pour tous et originaire du village de Sagné.

« Grâce à cet événement, nous avons pu lancer notre campagne de Crowdfunding pour l’installation de panneaux solaires pour 770 foyers dans le village de Sagné (soit 2000 habitant·e·s).»

En fournissant ce village en énergie durable et verte, en rendant cette solution collective pour lutter contre l’injustice climatique et les inégalités sociales et en orientant son usage pour la consommation des ménages mais aussi des entreprises locales, l’association Électricité pour tous souhaite permettre aux habitants de pleinement exploiter le potentiel géostratégique et économique qu’offre ce village.

La journée culturelle de la Commune de Sagné : Une aventure humaine

Grâce à cette journée culturelle organisée dans la ville des Mureaux, de nombreux projets ont pu voir le jour dans la Commune de Sagné en Mauritanie.

Suzie Roijmans, cofondatrice de l’association Électricité pour tous.

« Il y avait une bonne ambiance, plusieurs associations sont venues pour parler de leur projet. C’est une belle chose de pouvoir s’aider entre associations et fêter l’envie de contribuer au développement du pays.»

Cette journée a été l’occasion pour l’association Électricité pour tous et les associations de solidarité internationale agissant en Mauritanie de sensibiliser la diaspora africaine et les institutions locales à l’intérêt de développer une philanthropie et une stratégie RSE africaine.

Sarah Belkattal, cofondatrice de l’association Électricité pour tous.

« Notre rôle est d’institutionnaliser la RSE, la philanthropie, et l’action humanitaire en Afrique en incitant les entreprises locales à investir et soutenir les projets à fort impact social et environnemental au niveau local.»

La ville des Mureaux accueille de nombreux événements autour des thématiques du développement durable, de l’entrepreneuriat social et de la solidarité internationale.

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=761720

● L’association Nouvelle Génération de Coumbandao (NGC) déploie une aide médicale «YONKI» (la vie) | L’inauguration ce 1 décembre 2022

Association NGC (nouvelle génération de Coumba Ndao) Loi 1901 (solidarité internationale) AIDE MEDICALE YONKI (la vie)
La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social. Elle est primordiale pour pouvoir satisfaire ses ambitions et ses besoins de la vie quotidienne.
La santé est un droit qui doit être garanti pour tous, individus aisés ou démunis.
Toute âme doit se sentir protégée et avoir espoir de se dire si je tombe malade un jour, je peux me soigner.
Depuis le 3 octobre 2022 nous avons donné une carte santé à 100 personnes les plus vulnérables dans le village de Coumba N’dao (Mauritanie). Leurs frais de santé sont désormais pris en charge à 100% par L’ANGC. Ainsi 38 personnes en situation d’handicap et 62 personnes (hommes et femmes seul.e.s) sans aucune ressource.
La prise en charge des frais d’accouchements de toutes les femmes du village.

Nos coordonnées bancaires et lien PayPal pour vos contributions à nos activités :

IBAN
FR7625733000010000009424535 BIC PSSSFR22XXX
PayPal : ngcoumbandao@gmail.com
Association NGC (nouvelle génération de Coumba Ndao) loi 1901– Siret 818 832 446 00012

©️ Par L’équipe dirigeante NGCFrance

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

👉🏾 Lien Amazon de notre livre Mes Écrits Osés https://amzn.eu/d/4R0fqa9

● Guidimakha | La Semaine Régionale de la culture, de la jeunesse et des Sports : Bakary Doulo Fofana remporte le premier Prix du meilleur poète en sooninké.

Sous la houlette de la délégation régionale de la culture, de la jeunesse et des sports, cet évènement qui s’est étalé sur 5 journées (18 au 22 novembre 2022) , a comme objectifs principaux suivants selon la note de présentation :

– Mobiliser les jeunes de la wilaya autour de l’importance de l’école républicaine, l’importance de l’agriculture, renforcement de la citoyenneté, culture de la paix et la cohésion sociale;

– Redynamiser les activités culturelles et sportives de la jeunesse et encourager les jeunes à participer dans les efforts de développement de leurs wilayas et moughataas;

– Diffuser les messages de sensibilisation liée à la cohésion et le renforcement de l’unité nationale et la lutte contre l’extrémisme ;

– Découvrir et développer les talents ;

– Encourager l’excellence en milieu scolaire ;

– Susciter et développer la culture du volontariat chez les élèves ;

– Créer un cadre de communication et de dialogue entre les jeunes.

Les 4 départements (Selibaby, Ould Yengé, Ghabou et Wompou) de la région ont été représentés pour chacun par une délégation d’une soixantaine de personnes.

Les hauts représentants administratifs et civils (Gouverneur et autres) ont été de la partie pour superviser les activités qui se sont déroulées dans la Maison des jeunes et au sein du stade de la ville de Selibaby.
Diverses disciplines ont fait l’objet de compétitions entre les participants. Ainsi l’enseignant et le communiquant natif du village de Boully (département de Ould Yengé), monsieur Bakary Doulo Fofana a remporté brillamment le premier Prix du meilleur poète en langue sooninké.

Nos chaleureuses félicitations à lui et nous lui adressons nos vifs encouragements pour la poursuite de son génie poétique très inspirant.

• Aperçu de l’événement en quelques photos :

✍️🏿KS pour le BLOG

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

👉🏾Lien Amazon de notre livre Mes Écrits Osés https://amzn.eu/d/4R0fqa9

● Education : le ministre interdit le port de la darâa dans les classes (Circulaire)

Future Afrique – Le ministre de l’Education nationale et de la réforme du système éducatif a remarqué au cours de ses visites dans les établissements d’enseignement public que certains fonctionnaires surtout les enseignants ne respectent pas la tenue correcte, selon une circulaire N° 029 rendue publique, aujourd’hui, lundi 31 octobre 2022.

Par conséquent, il a exhorté les autorités administratives et éducatives à veiller strictement au respect du port de la tenue correcte pendant les heures de travail.

Il a précisé selon le document, que le port du boubou (Darâa) est interdit dans les classes et pendant les heures de travail.

Pour rappel, depuis l’ouverture des classes, le 3 octobre dernier, le ministre M. Brahim Vall Mohamed Lemine effectue des visites inopinées et prévues dans les établissements au niveau des trois wilayas de la capitale.

Synthèse A.SIDI

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=760612

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

• Lien Amazon https://amzn.eu/d/4R0fqa9 de notre livre Mes Écrits Osés .

● APPEL du 28 octobre 2022

Mohamed BABA – La Mauritanie traverse une crise profonde et multidimensionnelle. La période électorale qui s’annonce revêt un aspect crucial pour l’avenir de notre pays. Elle opposera deux principaux pôles qui marquent aujourd’hui la scène politique :

-le pôle du changement comprenant de nombreux courants et initiatives politiques, émergeant sous l’impulsion d’une élite jeune et prenant en charge les revendications de larges couches sociales, conscientes du besoin impérieux de changement.

Ce pôle du changement a aussi l’ambition de consolider les acquis démocratiques en s’appuyant sur les expériences accumulées par la très longue et tortueuse lutte de l’opposition ces dernières décennies ;

-le pôle du statu quo, organisé autour d’une majorité présidentielle éclatée, tiraillé et englué dans ses contradictions, sans cap clairement défini ni leadership affirmé. Ce pôle du statu quo est de plus discrédité par le bilan désastreux du pouvoir en place. Son principal ferment de pensée puise sa force dans ce qui est le plus rétrograde à savoir le clientélisme, le tribalisme, le régionalisme et le communautarisme. À ces références persistantes sont venus s’ajouter, la corruption généralisée, la gabegie, le détournement des biens publics, le trafic d’influence et le blanchiment de l’argent sale.

Pour mener le pays vers une démocratie réelle et apaisée, le Pôle du Changement a besoin de garantie quant à la sincérité du scrutin et à la liberté de concourir. Cela passe par la mise en échec et la dénonciation des velléités, clairement affichées, du Pôle du Statu quo, aidé en cela par une Administration domestiquée, de torpiller le processus, le calendrier comme les opérations électorales en vue du contrôle effectif des résultats.

Nous PATRIOTES REFONDATEURS, lançons un appel à l’ensemble des acteurs politiques (partis, organisations de la Société Civile, leader d’opinion…) qui se reconnaissent dans les valeurs et objectifs du Pôle du Changement, ici décrits, pour agir ensemble afin de :

– se dresser, dans le cadre d’un front organisé et uni, autour d’une plateforme commune, contre les velléités du Pouvoir à instrumentaliser l’Administration au profit du Pôle du Statu quo ;

-exiger un Recensement Administratif à Vocation Electorale (RAVEL) large conduisant à l’établissement d’une nouvelle liste électorale pour assurer la participation de tous ;

-faciliter l’accès à la candidature : agrément pour les partis l’ayant demandé et autorisation donnée aux candidatures indépendantes ;

-mettre en place une institution chargée de l’organisation de l’élection, réellement indépendante et dotée des moyens juridiques et financiers lui permettant d’accomplir sa mission.

Nouakchott le 28 octobre 2022

Les signataires :

Outouma SOUMARÉ

Cheikh SIDI HANENA

Ahmed HAROUN CHEIKH SIDIYA

Lebat MAAYOUF

Maalouma BILAL

Abdallahi EL MOUNIR

Mohamed BABA SAÏD

Seydi Moussa CAMARA

Dame Yaré FALL

Khadijetou SIDINA

Isselmou MAALOUM

Alou Idrissa Yero SOW

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=760582

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

● Association de Défense des Droits des Femmes (ADDF), large sensibilisation sur les dangers de l’excision

L’Authentique – L’Association de Défense des Droits des Femmes (ADDF) que préside Mme Oumoulkheiry Kane a déposé, le jeudi 27 octobre 2022, ses valises à Nouakchott-Nord qui couvre Dar-Naïm, Teyarett et Toujounine.

Objectif, sensibiliser les populations sur les dangers de l’excision et promouvoir les droits des filles et des femmes. Cette campagne couvrira les trois Wilayas de Nouakchott.

Le quartier Teyssir, aux confins de la Moughataa de Dar-Naïm, zone excentrée sur la route d’Akjoujt, a été le théâtre, jeudi 27 octobre 2022, d’une campagne de sensibilisation contre l’excision et pour la promotion des droits des filles et des femmes.

Cette activité, menée par l’ONG ADDF avec le soutien du gouvernement allemand, a été marquée par la tournée en caravane menée dans la journée au niveau des trois Moughataas de Nouakchott-Nord, Dar-Naïm, Teyarret et Toujounine. La soirée, une tente dressée dans la cour d’une école dans le quartier Teyssir a accueilli une cérémonie officielle.

L’occasion pour la présidente de l’ONG ADDF, Mme Oumoulkheïry Kane, d’annoncer le lancement d’une série de caravanes qui vont sillonner les trois Wilayas de Nouakchott dans le cadre de la mise en œuvre d’un projet de promotion et de protection des droits des femmes en Mauritanie, avec le soutien de la République Fédérale d’Allemagne.

« Notre pays a réalisé des progrès importants en matière de développement humain, de promotion des droits humains et d’égalité de sexe » a-t-elle souligné. Elle a ajouté que « ces progrès témoignent d’une volonté politique réelle, car la Mauritanie a ratifié les principales conventions internationales en faveur des droits humains et de l’équité genre ».

Seulement, selon la présidente de l’ADDF, le pays reste confronté à des défis sociaux à caractère culturel et traditionnel, mais aussi des défis économiques traduits par un manque d’opportunités pour les femmes, sans compter les défis législatifs liés à l’absence de protection spécifique des droits des filles et des femmes.

C’est ainsi que la contribution de l’Allemagne à notre pays se traduit, selon elle, par le projet « Promotion des Droits des Filles et des Femmes et de lutte contre l’excision en Mauritanie », dont l’objectif est de protéger l’intégrité physique de ces deux franges contre toutes formes de pratiques traditionnelles néfastes, comme les Mutilations Génitales Féminines (MGF) en particulier, et à promouvoir leurs droits. Un projet porté par l’ADDF sur le terrain de la sensibilisation.

Selon la présidente de l’association, « la sensibilisation pour le changement de comportement est une activité pertinente qui prend du temps, mais reste le moyen le plus efficace pour la lutte contre l’excision et toute pratique traditionnelle contraire aux droits humains. »

La caravane sur les trois Wilayas de Nouakchott, lancée à partir de Dar-Naïm, seront ainsi l’occasion, selon Mme Oumoulkheïry Kane, de vulgariser la Fatwa que des Ulémas mauritaniens avaient émis en 2010 sur le caractère non religieux de l’excision, ainsi que la déclaration signée par le corps médical sur les dangers médico-sanitaires liés à cette pratique traditionnelle néfaste.

La soirée s’est achevée en beauté par des sketchs sur l’excision, l’humour avec Big Baba et la musique avec des artistes rappeurs.

A souligner que la rencontre s’est déroulée en présence du conseiller politique de l’Ambassade d’Allemagne, de deux représentants de la Coopération allemande (GIZ), d’un représentant du Commissariat aux Droits de l’Homme, de la présidente de l’Observatoire national des droits des femmes et des filles, ainsi qu’un nombreux public, dont un grand nombre d’adolescentes et adolescents, ainsi que des mères de familles.

Il faut rappeler que la cérémonie qui vient d’être organisée marque en principe la deuxième phase du projet dont le lancement officiel a eu lieu le 28 juillet 2022 à l’hôtel Azalaï à Nouakchott.

Cheikh Aïdara

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=760537