● Agression à l’hôpital | La version des faits, selon Tacko Soumaré

La version des faits, selon Tacko Soumaré « Je me nomme Tacko Lassana Soumaré ; je suis sage femme d’état, je travaille à l’hôpital mère et enfant depuis huit ans. J’ai été victime d’une agression manifeste dans l’exercice de mes fonctions par un accompagnant de la patiente répondant au nom de Cheikh Brahim Ould Kebbadi.
Ces faits ce sont déroulés le soir du Samedi 24 Décembre vers les deux heures du matin à l’hôpital mère et enfant pendant que j’étais de garde.
Ce jeune homme est venu avec une femme déclarant que c’était sa sœur, qui avait une grossesse de 5mois plus une épigastralgie. Cette dernière m’a fait savoir qu’elle était venu se consulter au paravent et que l’une de mes collègues l’avait prescrit des comprimés, mais ça n’apaisait toujours pas ses douleurs, alors elle sollicite une perfusion.
Immédiatement, je lui ai créé une fiche d’hospitalisation qui lui a permis d’entrer dans le service des hospitalisations pour recevoir un traitement. A mon retour au service des urgences, quelques instants après une petite absence, j’ai trouvé une vieille dame avec sa fille assises, je l’ai demandé en toute politesse en quoi pourrais-je l’aider ? Elle me fait savoir qu’elle était la mère de cette femme que je viens d’hospitaliser et qu’elle est venu pour prendre sa fille pour la transférer dans une clinique privée. J’étais sous l’effet de la surprise car je pensais que cette patiente n’était accompagnée que par son frère.
Par éthique de sage femme j’ai essayé de calmer cette maman qui avait l’air nerveuse pour la rassurer sur l’état de sa fille qui était entrain de recevoir son traitement dans de bonnes conditions. Mais hélas, la maman continuait d’insister qu’elle allait transférer sa fille et que rien ne pourrait lui en empêcher.
Toujours par mon éthique de sage femme, j’ai décidé d’accepter sous réserve que ce transfert soit conforme aux règles et procédures légaux qui consistent à emmener sa pièce d’identité et signer une décharge qui atteste que la patiente est sortie sous sa responsabilité. Chose qu’elle refuse catégoriquement pour tenter un usage de force. Je l’ai alors suggéré d’aller empreinter la porte des services d’hospitalisation pour essayer de régler le problème avec les médecins qui suivaient sa fille car la porte des urgences était juste réservée aux malades.
Et comme les agents de la sécurité n’étaient pas au poste, le jeune homme a insisté avec force pour faire passer sa maman, ensuite lui et sa sœur pour accéder à la patiente. La sœur s’est précipitée pour devancer sa maman qui marchait avec des pas très lents, et quand je les ai suivis pour informé la sécurité, la maman m’a barré le passage en prononçant des injures et en me donnant un petit coup de coude. Pendant que j’essayais de la dire de me céder le passage le fils est venu par derrière pour me cogner contre le mur et m’infliger des coups au point de me blessé au front.
Le Samedi soir, l’administration de l’hôpital nous a convoqués à la police pour un dépôt des plaintes, et au commissariat, ce dernier continuait toujours son forfait, cette fois ci avec des agressions verbales : des outrages et des injures sur ma personne, allant même jusqu’à me menacer de m’ôter ma tenue de sage femmes en m’accusant ouvertement et à tord d’avoir frappé sa mère d’où la raison de son agression.
Heureusement que les locaux de l’hôpital ou s’est déroulé ces faits étaient équipés par des caméras de surveillances. Je suis parti recueillir les vidéos sur lesquelles on ne voyait en aucun moment ma main se lever sur la vieille dame, mais tout ce que l’on voyait sur ces vidéos, c’était un homme qui agressait injustement une sage-femme.
Etant une victime, je déplore le fait que le dossier tarde à être acheminé au procureur pour que la justice soit faite, car après le visionnage de la vidéo par le commissaire, celui-ci juge que c’est une bagarre sous prétexte que je me suis défendu, d’où la raison que mon agresseur n’est pas en garde-à-vue.
En tant que citoyenne dans une république islamique et un état de droit, j’exige en toute fermeté que la justice soit faite contre cet individu qui m’a agressé dans l’exercice de mes fonctions créant des troubles dans une institution administratives ou sont présents des personnes sensibles qui souffrent. Je subis un traumatisme qui me fait passer des nuits blanches avec des maux de tête.Je réclame la justice en vertu de toutes les actions juridiques qui protègent les personnels dans l’exercice de leurs fonctions, plus particulièrement ceux dans le secteur de la santé et au nom de toutes les lois sur la violence faites aux femmes. »

©️ Crédit source : Post Facebook https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10225769719607016&id=1152152356

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

👉🏿 Lien Amazon de notre livre Mes Écrits Osés https://amzn.eu/d/4R0fqa9

● Fusillade à Paris : le suspect confirme l’origine « raciste » de son geste

L’homme de 69 ans a ouvert le feu, vendredi 23 décembre, au niveau d’un centre culturel kurde. Il a tué trois personnes et en a blessé tout autant.

Source AFP

Le caractère raciste de la fusillade qui a endeuillé la rue d’Enghien, dans le 10e arrondissement de Paris, vendredi 23 décembre, se confirme. L’homme âgé de 69 ans, soupçonné d’avoir tué trois personnes près d’un centre culturel kurde à Paris, a indiqué à un policier, lors de son interpellation, avoir agi parce qu’il était « raciste ».

Le suspect,un conducteur de train à la retraite de nationalité française, a fait usage de son arme à plusieurs reprises. Il a été maîtrisé dans un salon de coiffure à proximité avant l’intervention de la police et a été interpellé avec « une mallette » contenant « deux ou trois chargeurs approvisionnés, une boîte de cartouches de calibre 45 avec, au moins, 25 cartouches à l’intérieur », a précisé une source proche du dossier, confirmant une information du JDD. L’arme utilisée est un « Colt 45 de 1911 » de l’armée américaine « d’apparence usée ».

Trois personnes, une femme et deux hommes, ont été tuées, un homme a été sérieusement blessé et deux hommes moins grièvement, selon le dernier bilan.

Des manifestations prévues dans la journée
La femme tuée, Emine Kara, était une responsable du Mouvement des femmes kurdes en France, selon le Conseil démocratique kurde en France (CDK-F). Elle avait fait une demande d’asile politique qui avait été« rejetée par les autorités françaises », a précisé vendredi devant la presse le porte-parole du mouvement, Agit Polat.

Les deux hommes décédés sont Abdulrahman Kizil, « un citoyen kurde ordinaire » qui fréquentait « quotidiennement » l’association, et Mir Perwer, un artiste kurde reconnu comme réfugié politique et « poursuivi en Turquie pour son art », selon le CDK-F. Une source policière a confirmé à l’Agence Frande-Presse (AFP) les identités d’Emine Kara et d’Abdulrahman Kizil.

L’émotion a gagné la communauté kurde très présente dans ce quartier, qui a évoqué un acte « terroriste » et mis en cause la Turquie. Des incidents ont éclaté vendredi avec les forces de l’ordre.

Le préfet de police, Laurent Nuñez, doit recevoir samedi 24 décembre au matin des responsables de la communauté kurde, qui ont annoncé une manifestation à la mi-journée à Paris.

Le suspect placé en garde à vue
Le suspect a été placé en garde à vue et une enquête, confiée à la police judiciaire, a été ouverte pour assassinat, tentative d’assassinat, violences volontaires avec armes et infraction à la législation sur les armes. La piste d’un attentat terroriste a, elle, été écartée à ce stade des investigations, a précisé vendredi la procureure de Paris, Laure Beccuau.

Il a « voulu s’en prendre à des étrangers » et a « manifestement agi seul », avait estimé le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lors d’un point presse, vendredi, sur les lieux. Le suspect fréquentait un stand de tir, avait-il précisé. « Il n’est pas sûr que le tueur qui a voulu assassiner ces personnes […] l’ait fait spécifiquement parce q’elles étaient des Kurdes », avait-il souligné, alors que des rumeurs d’attaque « politique » étaient relayées par la communauté kurde.

Les « motifs racistes des faits » vont « évidemment faire partie des investigations », avait renchéri Laure Beccuau lors d’un point presse. « Rien ne permet à ce stade d’accréditer une quelconque affiliation de cet homme à un mouvement idéologique extrémiste », avait-elle souligné en fin de journée dans un communiqué.

Il est inconnu des fichiers du renseignement territorial et de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et « n’était pas fiché comme étant quelqu’un de l’ultradroite », selon Gérald Darmanin.

Déjà deux mises en examen
Le tireur présumé est mis en examen depuis décembre 2021 pour violences avec armes, avec préméditation et à caractère raciste, et dégradations pour des faits commis le 8 décembre 2021. Il est soupçonné d’avoir blessé à l’arme blanche des migrants d’un campement du 12e arrondissement et d’avoir lacéré leurs tentes, avait relaté à l’époque une source policière. Après un an en détention provisoire, il a été remis le 12 décembre en liberté, comme l’exige la loi, et placé sous contrôle judiciaire, avait indiqué la procureure.

Il a en outre été condamné en 2017 à six mois de prison avec sursis pour détention prohibée d’armes et, en juin dernier, à douze mois d’emprisonnement pour des violences avec armes commises en 2016. Il a fait appel de cette condamnation.

Le matin des faits, « il n’a rien dit en partant […] Il est cinglé. Il est fou », a déclaré à l’AFP le père du suspect, âgé de 90 ans, le décrivant comme « taiseux » et « renfermé ».

©️ via https://www.lepoint.fr/faits-divers/fusillade-a-paris-le-suspect-confirme-l-origine-raciste-de-son-geste-24-12-2022-2502745_2627.php#11

● Afrique du Sud : au moins 14 morts dans une soudaine crue, plusieurs disparus


Les victimes font partie d’un groupe religieux qui « participait à des rituels religieux dans la rivière quand un orage est tombé ».

Le bilan s’alourdit. Quatorze personnes sont mortes dans la soudaine crue d’un cours d’eau à Johannesburg, en Afrique du Sud, frappée samedi par de violents orages, et les secours doivent se poursuivre pour retrouver plusieurs disparus, a-t-on appris dimanche soir auprès des services d’urgence de la ville.

Le bilan est ainsi passé de neuf à quatorze morts, avec la découverte de cinq corps supplémentaires, a précisé Robert Mulaudzi, porte-parole des services d’urgence de la ville, qui n’était pas en mesure dans la soirée de donner un chiffre précis de personnes restant portées disparues

« Hier (samedi) soir, un groupe participait à des rituels religieux dans la rivière quand un orage est tombé », avait-il expliqué plus tôt, précisant qu’il y avait 33 fidèles présents aux abords de la petite rivière Jukskei, au moment de cette crue spectaculaire. « Quand l’orage a éclaté, beaucoup étaient debout dans le lit de la rivière, menant des rituels, des baptêmes » ou rituels de purification, a-t-il raconté. « Ils ont été emportés par la force du courant », dit-il, précisant que le pasteur présent à ces cérémonies avait survécu.

L’espoir de retrouver des disparus vivants « s’amenuise »


« Deux personnes ont été emportées, leur décès a été confirmé le soir-même sur place », a précisé le porte-parole. Les secouristes, avec l’appui des pompiers, ont repris leurs efforts dimanche, permettant d’identifier douze autres corps. L’espoir de retrouver d’autres disparus « vivants s’amenuise », a-t-il souligné.

Les montées soudaines d’eau sont fréquentes dans ce quartier périphérique de Johannesburg, où les orages, presque tous les soirs pendant l’été austral, sont souvent soudains et violents.

« L’accès aux rivières est libre dans ce pays et les gens pratiquent leur religion où ils veulent », a rappelé Robert Mulaudzi. Et d’ajouter : « Mais nous devons intensifier nos campagnes de sensibilisation » pour éviter que des drames de ce type ne se reproduisent. »

©️ via le Parisien https://www.leparisien.fr/faits-divers/afrique-du-sud-au-moins-14-morts-dans-une-soudaine-crue-plusieurs-disparus-04-12-2022-D6AUOVL3DFAMLMXD3G5U32ZLXA.php#xtor=AD-1481423552

● Vol et agression en recrudescence à Sélibaby

Les populations de Sélibaby vivent depuis une semaine la peur au vendre, notamment avec la multiplication des vols et agressions. La semaine dernière plusieurs commerces ainsi que des domiciles ont reçu la visite de ces « indésirables », emportant avec eux tout ce qui leur tombe sous la main : mobiliers de salon, téléphones portables, argent, or etc.

Les vitres de plusieurs véhicules ont été cassées par ces brigands à la recherche d’objets de valeurs. Des personnes se sont faites également agressées à Sélibaby ville, dans la rue alors qu’elles se rendaient à la boutique du coin ou à la pharmacie.

Les voleurs choisissent le moment où il pleut pour s’introduire dans les boutiques ou agresser les rares personnes qui se trouveraient dans la rue.

Selon, les informations que nous avions reçues, le directeur régional de la sûreté a fait appel aux responsables des commissariats de police des différentes moughataas de la wilaya. Des policiers seraient arrivés de Ghabou, Gouraye et Wompou pour appuyer leurs collègues de Sélibaby avec pour mission de mettre en place un plan de filature pour appréhender ces voyous.

La police aurait arrêté plusieurs jeunes connus pour des faits de vol, de cambriolage et d’agression. Cette mobilisation d’envergure serait une première à Sélibaby où les voleurs ont toujours opéré sans être véritablement inquiétés. Des nombreux habitants de la ville sont satisfaits de cette mobilisation des forces de sécurité pour protéger les citoyens et leurs biens en traquant ces rebuts de la société, sans foi ni loi et prêts à tout pour l’argent.

Sélibaby, ville hospitalière et paisible connaît, un pic de délinquance sans précédent, ces dernières années ; conséquence de la prolifération de la drogue, du chanvre indien notamment, dont la consommation est devenue un phénomène de mode chez les jeunes au Guidimakha.

Seyré SIDIBE

©️ Via https://ondeinfo.com/vol-et-agression-en-recrudescence-a-selibaby/

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

● Kaédi : des habitants de certains quartiers évacuent leurs maisons submergées par les eaux

La ville de Kaédi, a enregistré ce jeudi de fortes pluies estimées à 170 mm, une hauteur de pluie jamais enregistrée depuis plusieurs années dans cette ville.

Selon l’office national de la météorologie on ne déplore pas de victimes humaines mais les dégâts matériels seraient importants.

Pendant ce temps la pluie continue de tomber sur la ville de Maghama, non loin de la ville de Kaédi où une hauteur de pluie de 150 mm a été enregistrée.

Selon des sources de la ville de Kaédi, contactées par Sahara Medias, les habitants de certains quartiers ont évacué leurs maisons submergées par les pluies torrentielles.

Les mêmes sources ajoutent que certains quartiers de la ville se noient après seulement 10 mm de pluie, s’interrogeant de ce qui adviendra avec une hauteur de pluie de 170 mm.

Les autorités locales de la ville, représentées par la commission chargée de la gestion des crises, appuyée par des unités de la garde nationale et la police, se sont empressées d’intervenir et poursuivent leurs efforts mais le niveau des eaux est trop important.

Des blogueurs ont publié des photos et vidéos sur les réseaux sociaux faisant apparaître les quartiers de Kaédi encerclés par les eaux de pluie.

©️ via https://fr.saharamedias.net/kaedi-des-habitants-de-certains-quartiers-evacuent-leurs-maisons-submergees-par-les-eaux/

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

● La mort accidentelle au travail du ressortissant mauritanien à Paris | Quelques éléments sur les circonstances [AJ+ français]

Moussa Sylla, un agent d’entretien de l’Assemblée nationale de 52 ans, est mort en nettoyant le parking du Palais-Bourbon. Un drame de la sous-traitance dénoncé par des centaines de personnes qui se sont rassemblées mardi pour lui rendre hommage.

L’employé de la société Europ Net, d’origine mauritanienne, est décédé le 12 juillet dernier, trois jours après l’incident qui s’est déroulé au 5ème sous-sol d’un parking de l’Assemblée. Le père de famille avait “perdu le contrôle” d’une autolaveuse, selon le collectif CGT parisien du nettoyage, le projetant contre un mur “alors qu’il amorçait un virage entre les niveaux -4 et -5″, précise la police.

©️ Via AJ+ Facebook – https://www.facebook.com/394973304203658/posts/1732287413805567/

● France | Feu d’artifice du 14 Juillet : un garçon de 7 ans et sa sœur de 24 ans tués à Cholet


Le frère et la sœur assistaient au feu d’artifice avec d’autres membres de leur famille et se trouvaient « à une cinquantaine de mètres du pas de tir » lors de l’accident. Un blessé a également été hospitalisé, dans un état qui n’a pas été précisé.

La fête a viré au drame. Un garçon de 7 ans et sa sœur de 24 ans ont été tués lors d’un dramatique « incident de tir » survenu pendant le feu d’artifice du 14 juillet jeudi à Cholet (Maine-et-Loire), qui a également fait un blessé.

L’enquête, ouverte pour homicide involontaire, devra déterminer les circonstances précises de l’accident, survenu peu après 23 heures « sur un terrain stabilisé près du stade de Cholet », a précisé le procureur de la République d’Angers, Éric Bouillard, joint par l’AFP dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le frère et la sœur assistaient au feu d’artifice avec d’autres membres de leur famille et se trouvaient « à une cinquantaine de mètres du pas de tir » lors de l’accident. Un blessé a également été hospitalisé, dans un état qui n’a pas été précisé. « À ce stade aucun autre blessé ne s’est signalé », a ajouté le magistrat, qui s’est rendu sur place.

Interrogé sur les circonstances de l’accident, le procureur a évoqué un « incident de tir », sans plus de précision. « Il est beaucoup trop tôt » pour en dire plus, a-t-il ajouté.

« Une explosion »
Laurent Picard, venu au feu d’artifice avec ses deux filles de 8 et 13 ans, a assisté à l’accident, dont il a publié quelques images vidéo sur Facebook. « J’étais à 5/6 mètres de l’explosion avec mes deux filles, j’ai reçu des étincelles et senti la chaleur du souffle », a-t-il témoigné auprès de l’AFP. « Heureusement, là où j’étais placé j’ai servi de bouclier à mes filles en quelque sorte ».

À la fin de cette vidéo d’un peu plus d’une minute, on voit ce qui ressemble à l’explosion d’une fusée parmi une petite foule massée derrière un grillage, puis des cris et des gens qui courent en tous sens, alors que des flammes sont visibles par terre. « Est-ce une fusée partie de travers ou qui a explosé en retombant ? C’est arrivé tellement vite, je ne saurais pas dire », a-t-il ajouté.

Peu après l’explosion, M. Picard dit avoir vu un homme allongé sur le sol, apparemment brûlé, et une femme à qui des secouristes faisaient un massage cardiaque. « Ça criait partout, c’était un peu la panique », se souvient-il, encore choqué. « J’ai mis les filles à l’abri. Ça aurait pu être nous ! Je suis profondément impacté et touché par ces deux décès et le blessé grave ».

« Un drame épouvantable »
Malgré l’incident, le feu d’artifice a été mené à son terme puis la foule a été dispersée, selon lui. Environ 70 pompiers ont été dépêchés sur place, selon le Courrier de l’ouest. Le maire de Cholet Gilles Bourdouleix, a expliqué que des membres de la sécurité auraient « conseillé aux personnes » se trouvant à proximité des lieux de l’accident « de s’éloigner ».

La municipalité travaille « depuis des années » avec l’artificier chargé du feu d’artifice, a-t-il ajouté, et « c’est la première fois » qu’un tel drame survient pendant les festivités du 14 juillet à Cholet selon lui. « C’est un drame épouvantable », a-t-il commenté, joint par l’AFP. L’enquête a été confiée à la Sûreté départementale du Maine-et-Loire et au commissariat de Cholet.

©️ Crédit : https://www.leparisien.fr/faits-divers/feu-dartifice-du-14-juillet-un-garcon-de-7-ans-et-sa-soeur-de-24-ans-tues-a-cholet-15-07-2022-I77GOD46LFBVZBCXX2JB3XPBT4.php#xtor=AD-1481423552

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

● L’homme de 49 ans est décédé des suites de ses blessures, mardi 12 juillet, trois jours après son accident. Il travaillait pour une entreprise de nettoyage.

ASSEMBLÉE – Mercredi 13 juillet, les députés de l’Assemblée nationale ont laissé de côté, durant quelques instants, les débats houleux des derniers jours pour se recueillir en silence, au lendemain de la mort d’un employé travaillant au Palais Bourbon.



Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, c’est le député Alexis Corbière (LFI/NUPES) qui a évoqué le sujet en début de séance avant d’initier une minute de silence respectée par tous les parlementaires présents dans l’hémicycle.

“Je voudrais que cette mort terrible ne soit pas banalisée”, a déclaré Alexis Corbière, avant de rappeler que, chaque année, 733 personnes meurent au travail, d’après les derniers chiffres comptabilisés en 2019. “Quand une femme ou un homme meurt au travail, ça n’est pas quelque chose d’acceptable”, a ajouté l’élu de Seine-Saint-Denis.

Une enquête judiciaire en cours

Selon les détails fournis dans l’hémicycle par Alexis Corbière, ainsi que par son collègue Éric Woerth (LR), questeur de l’Assemblée, un homme de 49 ans aurait subi un accident de travail impliquant un chariot élévateur dans un parking de l’institution, le samedi 9 juillet. L’employé, dont la famille réside à l’étranger (Mali), travaillait pour une entreprise de sous-traitance dans le domaine du nettoyage. Il est décédé des suites de ses blessures trois jours plus tard, ce mardi.

“Dans l’attente des raisons de cet accident, les engins de cette nature ont été interdits sur l’ensemble des rampes qui composent les parkings de l’Assemblée nationale”, a précisé Éric Woerth, ajoutant que le bureau de l’Assemblée évoquera ce sujet lors de sa prochaine réunion.

Le CSE et le bureau de l’Assemblée nationale ont été saisis. Une enquête judiciaire est aussi en cours pour déterminer les causes de l’accident. Avant la poursuite des débats dans l’hémicycle, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a également affirmé “sa solidarité et celle du gouvernement” à la famille et aux collègues de la victime.

©️ Crédit : https://fr.news.yahoo.com/lassembl%C3%A9e-nationale-deuil-apr%C3%A8s-accident-153052261.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly90LmNvLw&guce_referrer_sig=AQAAAEAPPdle890MENse8U5d8pEprm8t279TQBGMdSbZYtJNqnMeLYflPU-VQgJ2sUY50Gjt4s3czexXzfLv9J3HLAIslSrIR7YOcgonYgkT-NlhUcn4ru1JcIWldxG0VEf4cvpRIFvalnIMLEte39cVpZTwkyxsn5GE2UA1Krbn6BCm

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

Drame de Melilla : Pedro Sanchez dénonce « une attaque contre l’intégrité territoriale » de l’Espagne

France24 – Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a dénoncé samedi « une attaque contre l’intégrité territoriale » de l’Espagne, après la mort d’au moins 18 migrants d’origine africaine lors d’une tentative d’entrée vendredi matin de près de 2 000 d’entre eux dans l’enclave espagnole de Melilla, au nord du Maroc.

Dix-huit migrants sont morts alors qu’ils tentaient de pénétrer dans l’enclave espagnole de Melilla, sur la côte nord du Maroc, et alors que des heurts avaient éclaté avec les gardes-frontières, ont annoncé, vendredi 24 juin, les autorités marocaines.

Près de 2 000 migrants ont tenté de s’introduire sur le territoire espagnol en prenant d’assaut une clôture. Des heurts ont alors éclaté avec les forces de sécurité, ont annoncé les autorités marocaines et espagnoles, ajoutant qu’une centaine de personnes avaient réussi à entrer dans l’enclave.

Les victimes ont trouvé la mort « dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer » qui sépare l’enclave espagnole du territoire marocain, lors d' »un assaut marqué par l’usage de méthodes très violentes de la part des migrants », a précisé à l’AFP une source des autorités de la province de Nador.

Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a condamné ce qu’il a qualifié d' »assaut (…) violent et organisé de la part de mafias qui se livrent au trafic d’êtres humains contre une ville qui est un territoire espagnol ». « Par conséquent, il s’est agi d’une attaque contre l’intégrité territoriale de notre pays », a ajouté le Premier ministre socialiste.

Le chef du gouvernement espagnol a également souligné que « la gendarmerie marocaine avait travaillé en coordination avec les forces de sécurité (espagnoles) pour repousser cet assaut si violent dont nous avons été témoins ». « S’il y a un responsable de tout ce qui s’est produit à la frontière, ce sont les mafias qui se livrent au trafic d’êtres humains », a-t-il déclaré.

Contactée par l’AFP, la Garde civile espagnole, qui surveille l’autre côté de la clôture, a assuré ne pas avoir d’informations sur ce drame, renvoyant vers le Maroc.

Très tôt samedi matin, le calme régnait à Nador, ville marocaine limitrophe de Melilla, ainsi qu’à la frontière de l’enclave espagnole, sans déploiement policier. Situées sur la côte nord du Maroc, Melilla et l’autre enclave espagnole de Ceuta sont les seules frontières terrestres de l’UE sur le continent africain et font régulièrement l’objet de tentatives d’entrée de la part de migrants cherchant à rejoindre l’Europe.

« Un bilan très lourd »

Cette tentative d’entrée massive a débuté vers 6 h 40 lorsqu’un groupe de « près de 2 000 migrants (…) a commencé à s’approcher de Melilla », selon la préfecture. « Plus de 500 » d’entre eux « provenant de pays d’Afrique subsaharienne » ont ensuite forcé l’entrée du poste frontalier avec « une cisaille », a ajouté la préfecture, selon laquelle 133 sont parvenus à rentrer.

Omar Naji, de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), a confirmé à l’AFP que des « affrontements » avaient eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre migrants et agents marocains. Des médias espagnols avaient déjà fait état de violences ces derniers jours entre clandestins et policiers dans la zone frontalière de Melilla.

La section de l’AMDH à Nador a réclamé l’ouverture d' »une enquête sérieuse pour déterminer les circonstances de ce bilan très lourd » qui montre que « les politiques migratoires suivies sont mortelles avec des frontières et des barrières qui tuent ».

L’apaisement des relations entre le Maroc et l’Espagne

Cette tentative d’entrée massive dans l’une des deux enclaves espagnoles est la première depuis la normalisation mi-mars des relations entre Madrid et Rabat, après une brouille diplomatique de près d’un an. La crise entre les deux pays avait été provoquée par l’accueil en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, en avril 2021, pour y être soigné du Covid-19.

Elle avait eu pour point culminant l’entrée en mai 2021 de plus de 10 000 migrants en 24 heures à Ceuta, à la faveur d’un relâchement des contrôles côté marocain. Madrid avait alors dénoncé une « agression » de la part de Rabat, qui avait rappelé son ambassadrice en Espagne.

Pedro Sanchez a mis fin à cette brouille en soutenant publiquement le plan marocain d’autonomie pour le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole contrôlée à 80 % par Rabat mais revendiquée par le Polisario, soutenu par l’Algérie. Début avril, le roi Mohammed VI l’avait reçu à Rabat pour sceller cette réconciliation.

Pour Madrid, cette normalisation a pour but principal de s’assurer de la « coopération » de Rabat dans le contrôle de l’immigration illégale. Très critiqué en interne pour son revirement sur le Sahara, Pedro Sanchez a salué vendredi la « coopération extraordinaire » de Rabat en matière migratoire qui démontre, selon lui, « la nécessité d’avoir la meilleure des relations ».

Juste avant cette réconciliation, Melilla avait été le théâtre début mars de plusieurs tentatives de passage en force dont la plus importante jamais enregistrée dans cette enclave, avec quelque 2 500 migrants. Près de 500 y étaient parvenus ce jour-là.

Le Maroc, d’où partent la majeure partie des migrants vers l’Espagne, a été régulièrement accusé par le passé de les utiliser comme moyen de pression sur l’Espagne. L’apaisement des relations avec le Maroc a entraîné une baisse récente des arrivées en Espagne.

Selon le ministère de l’Intérieur, le nombre de migrants arrivés dans l’archipel espagnol des Canaries en avril, premier mois ayant suivi la normalisation, a été inférieur de 70 % à celui du mois de février.

Avec AFP et Reuters

©️ Repris via https://cridem.org/C_Info.php?article=757604

✔️France : un mauritanien arrêté pour avoir poignardé une femme de ménage

France : un mauritanien arrêté pour avoir poignardé une femme de ménage

Taqadomy – Lundi, la police française a arrêté un homme d’origine mauritanienne, accusé d’avoir poignardé une femme de ménage dans le grand magasin Primark, en banlieue parisienne.

Selon les enquêteurs, l’homme, un ressortissant mauritanien de 48 ans, a poignardé sa collègue au sein d’une entreprise de nettoyage, mardi dernier, à la suite d’une querelle, aux abords du magasin Primark, en Seine et Marne, à l’est de Paris.

La police a pu identifier l’accusé, bien qu’il n’ait pas d’adresse connue, mais les investigations ont conduit à son arrestation dans un hôtel parisien, où il séjournait.

Après son arrestation, il a été placé en garde à vue, où il a été interrogé et accusé de tentative de meurtre, pour avoir poignardé sa collègue à plusieurs reprises dans l’abdomen.

Quant à la victime, elle a été transportée à l’hôpital, où elle a été opérée. Son état est stable.

Taqadomy.net

©️ Crédit source : https://cridem.org/C_Info.php?article=757267