● Mauritanie : la fête de l’Aïd el-Kebir sera célébrée dimanche 10 juillet



Sahara Média – La commission centrale pour l’observation du croissant lunaire a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi qu’elle n’a disposé d’aucune information confirmant l’observation du croissant cette même nuit.

La commission a précisé qu’elle a contacté toutes les wilayas du pays et a poursuivi ses investigations jusqu’à 23h30, sans avoir obtenu une quelconque confirmation pour l’observation du croissant lunaire.

La commission considère que le 1er du mois Dhou Al hijja coïncidera avec le 1er juillet 2022 et que la fête de l’Aïd Al Adha sera célébrée dimanche 10 juillet 2022.

La prière sera organisée à 9 heures à la mosquée Ibn Abass

©️ Crédit source : Page Mauritanie FACEBOOK

● Partage d’annonce | Association pour La Défense de la Voix des Enfants en Mauritanie – ADVEM

Bonsoir

Association pour La Défense de la Voix des Enfants en Mauritanie – ADVEM

Information


Vivons la paix

Nous avons la grande de joie de vous annoncer les dates de la 1e édition du Festival International des Droits des Enfants !
Il se déroulera à Nouakchott du 21 au 24 juillet 2022 🥳

Animations

Spectacles

Ateliers

Jeux

Pour plus des infos contactez :

+22241929791

©️ Crédit source : ADVEM

✓Ganbanaaxu ou l’émergence d’une assise sociale ingénieuse, gage de solidité fraternelle et communautaire à long terme | O FISO RIM 2023 O Ganbana !



Aujourd’hui dans une certaine opinion publique, le label communicationnel via divers supports que véhicule le concept Ganbanaaxu Fedde, s’inscrit et s’accroche à l’engagement contre l’esclavage par ascendance chez les Soninkés. C’est ainsi l’élan initial enclenché par une dynamique de prise de parole subversive et décomplexée face à un statu quo sociétal et traditionnel intrinsèquement inégalitaire. Une charpente sociale tissée de diverses hiérarchies qui assignent les uns et les autres par un étiquetage statutaire inné. Les honneurs s’héritent en vase clos et les indignités sont aussi attribuées dans le même régime coutumier hermétique. Le tout se structure et se perpétue à travers clans alliés et identités nominales. Les noms de familles en fonction des zones et des milieux, sont l’expression d’une réalité clanico-politique à vocation hégémonique. Une configuration politique aux facettes primitives en total déphasage avec l’ordre étatique républicain supra qui fait du Citoyen la référence cardinale de la chose politique moderne. Ces mini entités clanico-politiques (villages ou groupes de villages trans-territoriaux) assoient leur légitimité régalienne à diverses emprises sur des figures ancestrales (patriarches légendaires). À coup de fables et de forcing historique quasiment mariné à la même sauce apologétique, chaque clan construit et perpétue son roman d’identité sociale et politique. Ainsi un schéma organique de fiertés exclusives se met en place globalement d’une manière diffuse dans l’élément « communauté soninké ». Ces fiertés exclusives se confrontent autour d’un aléatoire patronage originel voire « original » de la personnalité-type soninké. Un imaginaire foncièrement ancré dans des consciences très sensibles à l’idée du Pur en légitimité des uns sur les autres. Frictions, égards pernicieux et arrogances ridicules, l’homogénéité sociale et communautaire n’arrive pas à s’instaurer valablement, gage d’une véritable dynamique pour une société en phase avec son époque.

Et l’éveil Ganbanaaxu surgit !

Un idéal et aussi une visionnaire philosophie sociale, ce concept mérite une grande attention de la part de tous les éveillés en pays soninké. Une sorte de wokisme intra-communautaire permettrait un toilettage culturel et idéologique. Au cœur de l’éveil Ganbanaaxu, on y consacre consciencieusement des notions suivantes : La Dignité, La Liberté, L’Humanisme, L’Égalité et La Fraternité. Par une approche déterminée, cet engagement enclenché en masse depuis fin 2016, interpelle et parle à la conscience collective de la communauté soninké voire au-delà même africaine. Ganbanaaxu, comprendre autrement en vocable soninké « O Ganbana » que j’ose transposer comme « Une Digne et mutuelle acceptation de notre Humanité commune » . Une identité sociale ouverte qui sanctifie la Dignité Humaine. Ainsi une véritable ingénierie sociale et communautaire serait gage d’une révolution profonde de nos mentalités liées aux fiertés exclusives. Et une nécessité intellectuelle et culturelle permettra une saine articulation entre l’imaginaire et le réel. Par Ganbanaaxu, l’élément social soninké sera débloqué et gagnera en efficacité dans tous les domaines. Les compétences feraient la légitimité et on sortirait du hasard de la naissance. Ce hasard dont les conséquences bloquent, freinent et causent d’innombrables situations schizophréniques sapant le vivre-ensemble. Une certitude m’assaillit profondément les idéaux Ganbanaaxu portés par la dynamique militante en cours peuvent donner matière réelle à « O Ganbana ». Une prise de conscience qui cadre pertinemment avec la résurgence panafricaniste très active au cœur de notre continent. Les détracteurs qui rechignent avec diverses manœuvres et violences à la proposition « O Ganbana« , doivent réactualiser leur logiciel culturel et sociologique. Il suffit d’imaginer que l’appellation « esclaves ou descendants d’esclaves » puisse exister et nommer un certain contenu sociétal réel dans un même groupe sociolinguistique, pour se faire une idée du retard en cours. Ainsi l’intelligentsia soninké devrait se questionner enfin, l’irruption de cet éveil Ganbanaaxu est un défi intellectuel posé et une aubaine inestimable à saisir plus que jamais. En perspective du FISO (Festival international Soninké), événement biennal prévu courant 2023 en Mauritanie, j’ose espérer que Monsieur Abdoulaye Bathily, soninké, universitaire et homme politique sénégalais qui a publié un ouvrage récemment titré « Passion de liberté« , sera parmi les guest-stars intellectuels. Il pourrait nous clamer l’assertion exprimée ces derniers jours lors de la présentation de son livre à Dakar en disant « Cette jeunesse que je vois, doit se battre avec les moyens de son époque. Partout où je vais, ce bouillonnement, même jusque dans les excès qui sont produits par ceux qui sont en face. La passion de la liberté habite en chacun d’entre nous. La passion de liberté je la vois en chacun des jeunes » . Et il dira en résumé ce jour « La passion de liberté a pris chacun d’entre nous » .

Plus que jamais nous lui dirons justement c’est cette ferveur pour la liberté qui surfe aujourd’hui en pays soninké. Les tares liées à l’esclavage par ascendance sont à éradiquer nécessairement au sein de nos milieux. Vœu d’espoir, au (O) FISO Mauritanie 2023, nous pouvons magnifier et promouvoir O Ganbana. Et en finir avec l’habituel folklore exhibitionniste qui prend la centralité de l’événement.

✍️🏿KS pour le BLOG

● Les propos polémiques de Wenger | La réaction d’un dirigeant de club mauritanien, Moussa Khairy.

Arsene Wenger, (une regrettable sortie à l’égard du football africain), (les élucubrations d’un sexagénaire sur les talents africains) ….
« Kylian MBappé a des origines africaines, mais il a été formé en Europe. S’il était né au Cameroun, il ne serait pas devenu ce joueur (…) Il y a l’Europe et le reste du monde, et le reste du monde a besoin d’aide, sinon nous perdrons trop de talent ». Dixit Arsene Wenger
Arsene Wenger, entraineur français, âgé de 72 ans, et presque un pied dans le troisième âge, respecté jusqu’ici. Personnellement, j’avais beaucoup de respect pour cet homme dont on disait beaucoup de bonnes choses. Mais comme on dit, « chassez le naturel, il revient au galop ».
Visiblement en Occident, les techniciens ou les grands dirigeants du football continuent de regarder notre continent de haut. Il leur arrive de dire, comme c’est le cas aujourd’hui avec Arsene Wenger par exemple, qu’un joueur né en Afrique ne peut pas avoir ni le talent ni l’effort nécessaire, qu’il ne peut pas se former et s’instruire au fil des ans. Naître aujourd’hui en Afrique n’apporterait rien en terme de talent, de génie et de virtuosité, par rapport à celui qui serait né en Europe, à en croire ces dirigeants.
Je trouve que c’est une sortie malheureuse et un irrespect total, d’abord en termes de sacrifice des africains. C’est aussi une insulte au bon sens et une insulte à l’avenir, et surtout une insulte par rapport à tous ces jeunes africains qui font aujourd’hui le bonheur et les beaux jours du football européen et américain, du football mondial en gros.
Dire que s’ils étaient nés en Afrique, ils n’auraient pas eu le talent qu’à MBappé, c’est oublier que le talent est inné et qu’il peut éclore partout ; il ignore les nationalités, les races, les cultures et les géographies. C’est surtout faire la sourde oreille et oublier des grands noms du football africain qui ont brillé par leur talent en Europe et dans le monde, comme Samuel Et ’O, Georges Weya, Didier Drogba, pour ne citer que ceux-là.
Donc tous ces grands noms n’existeraient pas parce qu’ils sont nés en Afrique et non en Europe ???!!.
Il s’agit là d’une vision tronquée qui cache mal et trahit un peu la position scandaleuse de certains dirigeants occidentaux à l’égard du continent.
Oui, M. Arsene Wenger, l’Afrique a des talents. Le continent continuera à en produire. Sachez enfin, que l’avenir du football se construit et se construira en Afrique.

©️ Crédit source FB : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=6216920771657662&id=100000194010652

Baccalauréat : l’Éducation nationale met à la disposition des candidats les épreuves des années passées

Alakhbar – Pour aider nos candidats au baccalauréat 2022, le ministère de l’Éducation Nationale et de la Réforme du Système Éducatif, en coopération avec la Direction des Projets Éducation et Formation et l’Agence Française de Développement, met à la disposition des candidats les annales des épreuves du baccalauréat des années précédentes, solutionnées par des professeurs qualifiés.

Cliquez ici pour accéder aux annales :


https://drive.google.com/drive/folders/1Wf7KrgOXrYPufKE055NTsBMtSCakwQCI?usp=sharing

~Via https://cridem.org/C_Info.php?article=757193

✓Début des examens du brevet de fin d’études du 1er cycle du secondaire sur tout le territoire national


Les examens de fin d’études du premier cycle de l’enseignement secondaire ont commencé aujourd’hui, mercredi, sur l’ensemble du territoire national.

Au niveau national, 71 726 candidats prendront part à ces épreuves, dont 18 696 candidats libres, et 18 609 issus des écoles privées.

Le nombre de filles participant à ces examens est de 37 628, soit 52,46 %. L’examen se déroulera pendant trois jours dans 314 centres, dont 44 à l’intérieur du pays et 70 à Nouakchott, en plus d’un centre à l’étranger à Banjul.

Il convient de noter que le ministère a adopté cette année une nouvelle méthodologie concernant les examens nationaux, en vertu de laquelle le concours d’entrée en première année du collège sera pris en charge au niveau de wilayas s’agissant des questions mais aussi de la correction. En revanche, pour ce qui est du brevet, seule la correction sera prise en charge au niveau des wilayas.

AMI (Agence Mauritanienne d’information) https://fr.ami.mr/Depeche-64849.html

✓Fabrique des « chérifs » | La Famille authentique du Prophète (psl) est sa communauté spirituelle !


Moi, je croyais qu’on est Tous (musulmans) descendants Chérifs spirituels du Prophète (psl) mais apparemment d’autres de très loin territorialement se créent des soucis aujourd’hui en collant des étiquettes de filiation forcée. Dans quel but justement…? Pour tenir une arnaque sociale et politique en utilisant une donnée que les gens Hedjaz (noyau originel) aujourd’hui n’en font pas une priorité existentielle.

Les Al-saoud venus historiquement du Nejd (très révolutionnaires à un sens bien particulier) courant 20 ème, ont éradiqué méthodiquement les derniers vestiges pilosités dits chérifiens de la Mecque, pour assoir leur légitimité politique et idéologique. Leurrés par les britanniques, ces chérifs qui s’attribuent une parenté avec le Prophète (psl) s’étaient trouvé une planque territoriale au sein d’un bancal royaume appelé aujourd’hui la Jordanie. Et si un negroide soudanais dans nos sables mouvants a comme priorité intellectuelle et sociale de se lier coûte que coûte par du forcing aléatoire et sectaire à la famille prophètique… alors que la famille spirituelle est universaliste… On doit s’interroger !

À quel dessein surtout…?

~ un commentaire lié cet article paru dans Cridem sur une histoire insolite devenue un cas judiciaire – https://cridem.org/C_Info.php?article=757138

✍🏾 KS pour le BLOG

✓Les peuls sont-ils mauritaniens ? | Pr ELY Mustapha [via Agoravox]


S’ils sont en Mauritanie, ils sont aussi nombreux au Nigeria, au Niger, dans le nord et ouest du Cameroun, au Mali, au Sénégal, en Guinée, au Tchad, en Gambie, au Burkina Faso, au Bénin, en Guinée-Bissau, en Sierra Leone, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Togo et au Soudan. En Guinée Conakry, ils font même 53,4 % de la population !

Ils sont dans toute l’Afrique de l’Ouest, «squattent» toute la bande sahélo-saharienne, soit au total une quinzaine de pays différents soit entre 25 à 65 millions de personnes !



Les peuls sont partout, jusqu’en Afrique du Sud et dans la corne de l’Afrique ! Ce seraient les « chinois » locaux de l’Afrique, partout. Ils portent d’ailleurs différentes appellation, Foulani, Fulbés, Fulfulde, Pular ou encore Fellata…et même toucouleurs. De quoi donner le tournis pour s’y retrouver.

Ils sont partout avec leurs troupeaux qui vont et viennent du Nord au Sud et d’Est en Ouest. Rien ne les arrête, même pas le désert ! Une mobilité à l’énergie solaire qui ferait pâlir les adeptes des énergies renouvelables. Tesla lui-même serait un Peul !

Puisqu’ils sont partout, peut-on dire que les peuls sont mauritaniens ? On ne peut reconnaitre une nationalité qu’a des personnes identifiables et individualisables. Elles ne peuvent être ici et partout à la fois. Le pouvoir d’ubiquité, soit être à deux endroits à la fois, du peul ne peut lui permettre d’être mauritanien. Le peul est l’exemple même de la physique quantique, développant dans les pâturages, les propretés d’un l’électron…suivi de ses vaches.
D’ailleurs peut-on admettre qu’un peul soit plus attaché à l’herbe qui pousse sur toute l’immensité de l’Afrique qu’à un quelconque territoire qu’il traverse au gré des saisons, et des pâturages et qu’il puisse, spécifiquement, être mauritanien ?

S’il était vraiment mauritanien, pourquoi le Peul ne peuplerait pas densément le désert mauritanien, pourquoi ses vaches ne seraient pas dans les oasis et ses taureaux sur les dunes ? Pourquoi les poulos ne vendraient pas le « Kossam » dans le Tiris-zemmour et les bergers peuls ne seraient pas en train de « pâturer » dans la passe d’amougjar ? Simple parce que le peul n’est pas mauritanien. Il est peul voilà c’est tout.

La question est donc résolue et nous venons d’apporter assez « d’arguments » pour ce vieux maure un peu fêlé, qui voudrait « chasser les peuls de Mauritanie, parce qu’ils ne sont pas mauritaniens. ».

Aujourd’hui sous les verrous, cet ersatz est l’exemple de ce que la Mauritanie d’aujourd’hui a produit de pire dans les mentalités dégénérescentes de plus de quarante ans d’un régime militaire d’exacerbation du tribalisme, du clanisme et de la médiocrité humaine.

Peut-on argumenter sur les racines du peuple peul, dont l’existence sur le territoire est bien plus ancienne que la Mauritanie elle-même ?

Lorsque le gouverneur Xavier Copollani traça à l’équerre les frontières de la Mauritanie et lui donna une telle appellation, les peuls étaient déjà là avec leur culture millénaire, leur langue, leur poésie, et leurs épopées légendaires. L’épopée de Silâmaka et Poullôri, la geste de Ham-Bodêdio, l’empire peul du Macina. L’épopée de Boûbou Ardo Galo …

Plus ancien encore, fondateurs de prestigieuses civilisations, l’historien Cheikh Anta Diop a lié les Peuls à l’Égypte ancienne, Tauxier les lie à leur pays d’origine (moyenne Égypte) vers le VIe siècle avant l’ère chrétienne. C’est autant dire que même la Maurétanie romaine n’existait pas encore !

C’est autant dire que le peul n’a pas besoin d’être mauritanien pour exister, mais la Mauritanie a besoin du peul pour exister, car il en est une composante humaine vitale pour son existence. Enfant sans conteste de son sol, il lui apporte la richesse humaine d’une civilisation millénaire dont la Mauritanie fut (et est) un espace historique.

Mais au lieu d’émuler cette synergie du peuple mauritanien avec toutes ses ethnies, l’Etat mauritanien, a depuis longtemps démissionné de son rôle d’unificateur et d’appareil de solidarité nationale.

L’ignorance de l’autre, le bigotisme civil, le laisser-aller éducatif et culturel, le favoritisme tribal, l’obscurantisme religieux, le « je m’en-foutisme » des décideurs publics, la pauvreté des populations, la misère des classes la démission des intellectuels, le clientélisme politique et l’avenir en impasse, font que naissent des « esprits » tordus qui spolient toute une nation.

Pr ELY Mustapha

©️ Crédit source : via https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-peuls-sont-ils-mauritaniens-pr-241892

✓Discours intégral prononcé par la Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Madame Lalya Kamara

Discours intégral prononcé par la Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Madame Lalya Kamara, le lundi 30 mai 2022, à Atar, lors du lancement de l’atelier de concertation et d’échanges sur l’actualisation de l’offre de la formation professionnelle pour sa mise en adéquation avec la demande du marché de l’emploi, organisé par le Ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

« Monsieur le Wali de l’Adrar
Messieurs, Mesdames les représentants des Conseils Régionaux, des autorités régionales, et des communes des wilayas du Tiris Zemour, de l’Adrar et de l’Inchiri ;
Messieurs, Mesdames les représentants du secteur privé et de l’économie solidaire;
Messieurs, Mesdames les représentants des partenaires au développement ;
Messieurs, Mesdames les représentants des services publics de l’emploi et de la formation professionnelle ;

Mesdames et Messieurs;

C’est un honneur pour moi de lancer aujourd’hui à Atar le premier atelier de concertation et d’échange sur l’actualisation de l’offre de la formation professionnelle pour sa mise en adéquation avec la demande du marché de l’emploi au niveau des wilayas du Tiris Zemour, de l’Adrar et de l’Inchiri.

Mesdames et Messieurs,

Notre pays dispose d’un potentiel économique riche et diversifié qui peut offrir d’importantes opportunités d’emplois. L’exploitation judicieuse de ces opportunités peut donc amener à réduire sensiblement le chômage pour notre jeune population pour ne pas dire l’éradiquer ;

Toutefois, ces atouts ne pourront être pleinement bénéfiques que si nous disposons d’une main d’œuvre qualifiée, motivée par le travail , adaptée aux besoins du marché et débarrassée de toutes les barrières et pesanteurs sociales et des perceptions négatives de nature à entraver l’exercice libre de certains métiers.

C’est à ce titre que, le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, dans l’exécution de la Stratégie Nationale de l’Emploi et dans sa politique d’amélioration de la Formation Professionnelle et Technique tient à mettre le curseur non seulement sur le nombre de jeunes formés mais également et surtout sur le nombre de jeunes insérés dans la vie active.
Et pour cela, une des premières démarches de notre plan d’actions est l’analyse des besoins du marché grâce à la mise en place de mécanismes de concertation avec les employeurs qui en majorité sont du secteur privé qu’il soit formel, informel ou issu de l’ économie sociale et solidaire pour garantir une bonne adéquation de l’offre de formation avec les besoins en qualification du marché du travail.

Le présent atelier tout comme ceux qui suivront les semaines prochaines à Nouakchott, Kaédi et Kiffa s’inscrivent dans cette même démarche.

Mesdames et Messieurs

Les engagements pris par son Excellence le Président de la République Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani dans son programme électoral TAAHOUDATI, vise en matière d’emploi et de formation professionnelle, la mise en place d’un service public à l’écoute de la demande sociale et capable de satisfaire les besoins actuels et futurs du marché et ainsi d’anticiper les formations adéquates en vue d’accompagner les mutations économiques, socle de prospérité et de croissance dans les différents secteurs d’activités de notre pays.

Le Gouvernement, sous la conduite du Premier Ministre son excellence Mohamed Ould Bilal, veille à la mise en œuvre de ces engagements à travers la mise en place de moyens appropriés destinés, pour ce qui est de l’Emploi aux programmes inédits pour le développement de la formation, l’amélioration de l’employabilité, la promotion de l’entreprenariat qui constituent dorénavant les 3 piliers des actions du MEFP.

Mesdames, Messieurs, chers participants qui nous avez fait l’insigne honneur d’être présents aujourd’hui,

Vos différentes provenances ainsi que les niveaux de responsabilités que vous occupez dans vos structures respectives révèlent l’intérêt que nous, tous ensemble, accordons à ces concertations et aux résultats auxquels nous parviendrons à terme.

Des questions importantes liées à la demande du marché du travail et à l’offre actuelle de la formation professionnelle feront l’objet de nos débats d’aujourd’hui, il s’agit notamment de répondre aux question suivantes :
L’offre actuelle de formations diplômantes de nos établissements répond-elle aux attentes des entreprises ?
Quelle est votre appréciation de la qualité du travail des jeunes qui sortent de nos établissements ?
Quelles sont vos recommandations pour faire évoluer cette qualité ?
Quelles sont les spécialités demandées et les niveaux les plus adaptés à la demande?
Quelle est le mode de formation le plus adapté à vos entreprises, à vos structures : les formations résidentes, les formations par apprentissage ou celles par alternance ?
Quelles recommandations pouvez-vous formuler pour garantir une meilleure implication de vos entreprises dans la formation et dans nos établissements ?

Votre contribution active à ce débat nous permettra ensemble de mieux définir l’offre du dispositif de formation professionnelle et de cerner, par conséquent, les mesures appropriées pour la mise en place d’un dispositif qui jouerait efficacement son rôle de levier pour l’emploi et d’outil au service du développement des différents secteurs de l’économie nationale.

Sur ce, je déclare ouverte la journée de concertation et d’échange sur l’actualisation de l’offre de formation professionnelle pour sa mise en adéquation avec la demande du marché de l’emploi au niveau des wilayas du Tiris Zemour, de l’Adrar et de l’Inchiri .

Je vous remercie pour votre attention. »

©️ Crédit source : Élément via Page du ministère https://www.facebook.com/100069136902895/posts/326401866341041/

✓Niger : la startup mauritanienne BetaClic figure parmi les cinq lauréats du concours Pastorhackathon

Le comité d’organisation du concours « Pastorhackathon », qui vise à identifier les meilleures solutions numériques au service du pastoralisme au Sahel et en Afrique de l’Ouest, a annoncé samedi 28 mai les cinq lauréats de l’édition 2022, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à Niamey, dans la capitale nigérienne.

Les lauréats recevront 5 millions FCFA comme récompense. La startup mauritanienne Betaclic figure parmi les cinq lauréats de cette compétition qui a vu la participation de 473 candidatures reçues de plus de 10 pays du Sahel et de la sous-région. Son CEO, Ismael Sylla, était présent pour recevoir le prix.

Pour rappel, Betaclic a déjà remporté le premier prix du Kosmos Innovation Center 2021. Elle figure également parmi les trois lauréats du concours de la Startupper de l’année organisé par Total Energies Mauritanie.

Ce concours d’entreprenariat vise à identifier et à accompagner les candidats dans la mise en œuvre et la consolidation de projets autour de sept (7) thématiques liées à l’écosystème pastoral, à savoir : Alimentation bétail et sécurité, Communication, Education – e-learning, Promotion des produits pastoraux, Suivi et mobilité pastorale, Zoonoses et santé animale, Prévention et gestion de conflits.

BetaClic entend participer au développement de l’élevage au Sahel grâce à une plateforme digitale sur laquelle on peut suivre la mobilité (déplacements) et la santé du bétail.

Par Babacar BAYE NDIAYE
Pour Cridem

©️ Via Cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=756968