✓Le ministre de l’Emploi lance un projet visant l’employabilité de 60.000 jeunes d’ici 5 ans

AMI – Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, M. Taleb Ould Sid’Ahmed, a supervisé, mardi, dans les locaux de l’Agence nationale pour l’emploi (Agence Techghil), le lancement de la première phase pilote du Projet Amélioration de l’Employabilité des Jeunes (PEJ) dans le cadre de la mise en œuvre du programme spécial de son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Ce projet financé par la Banque mondiale dans le cadre de la coopération avec la Mauritanie a pour objectif dans cette phase pilote d’accueillir et d’orienter vers le dispositif de la formation technique et professionnelle 1000 jeunes (filles et garçons) âgés de 15 à 24 ans au niveau des trois wilayas de Nouakchott.

Dans son discours prononcé à cette occasion, le ministre a déclaré que ce projet donne une seconde chance à ceux qui n’ont pas terminé leurs études, la plupart ont entre 15 et 24 ans et c’est la majorité de la jeunesse.

Quasiment plus de 44% n’ont pas le baccalauréat, n’ont pas de brevet, n’ont pas eu la chance de terminer leurs études, ne travaillent pas et ne sont pas inscrits dans un système de formation professionnel.

Il a ajouté que le Président de la République a été très clair que pour lui cette jeunesse est l’épine dorsale du pays à qui il faut donner la possibilité d’accèder à une formation de qualité et de court durée par rapport à la demande du marché.

Le projet dont la durée d’exécution est de 5 ans vise l’amélioration de l’employabilité de 60.000 jeunes vulnérables, dans 8 wilayas du pays, à savoir, les trois wilayas de Nouakchott, les deux Hodhs, l’Assada, le Trarza et le Guidimakha.

©️ Crédit source : https://cridem.org/C_Info.php?article=753301

✓Un élément-retour sur le Documentaire « Noirs en France » sur France 2 hier soir (18/01/2022) !

Éléments médias – Doc France 2



Une très bonne narration par un grand maître des Lettres , l’intellectuel littéraire Alain Mabanckou franco-congolais (Congo Brazzaville). Un fond plein d’enseignements pour plusieurs publics qui se verraient interpeller à divers degrés.

Le test de la poupée est amèrement symptomatique d’une réalité connue de Tous… Où la personnification physique de « L’HOMME-Norme » fait du Blanc la référence naturelle pour ne pas dire divine. C’est la petite aux grosses mèches tressées colorées qui a résumé en quelques mots le catastrophique refus de soi qu’on a intégré socialement et psychologiquement. Combattre avec obsession notre corps naturel pour correspondre à un modèle imposé par une vision civilisationnelle racialisante. D’ailleurs un conditionnement aux complexes bien tenus dans tous les milieux à travers le monde afro. Dans le documentaire d’hier soir, la participante qualifiée de haute fonctionnaire avec sa coiffure en perruque peut être un cas illustrant ce que j’appelle une « docile violence » qui saigne gravement le corps typé Noir et le psyché black. Ne pas assumer ses cheveux naturels crépus n’est en rien différent du fait de vouloir éclaircir sa peau. Ce sont 2 traits apparents qui font naturellement le modèle physique type. Étrangement on a souvent tendance à critiquer celles/ceux de nôtres qui fuient notre Peau mais l’agression qu’on fait subir à notre silhouette avec des perruques passe sous silence. Celle qui tient à porter une perruque pour être typée à un modèle a autant de choses à régler avec elle-même qu’une autre personne qui veut s’éclaircir la peau. Ainsi cette haute fonctionnaire censée futée et consciente intellectuellement sur la condition NOIRE et les enfants qui ont opté pour la poupée blanche au détriment de la noire, sont de la même manière produits inconscients et conscients du même système de complexes intégrés et normalisés. Tout est question de regard, si on fuit son naturel-modèle pour un autre naturel-modèle qui serait la référence enviée, il ne faut pas s’attendre à une sérénité communautaire en assumant son originalité physique.

À lire un bref mot écrit sur ce sujet en 2015 : https://soninkideesjose.wordpress.com/2015/11/26/retro-un-cri-ose-a-tout-le-peuple-noir-nous-sommes-un-modele-en-soi-et-non-une-copie/

KS pour le BLOG

✓Le Journal Hebdo Le Phare | désormais disponible sur la plateforme Youscribe.com

Chères lectrices, chers lecteurs bonjour. Très heureux je suis de vous informer qu’à partir de ce mois de Janvier 2022 (permettez-moi, d’ailleurs, de vous la souhaiter très bonne, très heureuse, pleine de santé, de succès, de prospérité, d’élévation…), vous pouvez trouver votre canard Le Phare sur la bibliothèque virtuelle Youscribe. Vous souhaitant une bonne lecture en ligne, je voudrais vous rappeler que Le Phare est un hebdomadaire d’informations générales, politiques, d’actualités, des sports, de faits divers, qui paraît tous les Lundis à Bamako dans la capitale du Mali en Afrique de l’Ouest. Le Phare est un journal d’expression française. Merci à vous!

Par Goudia KONATE (Enseignant et Journaliste Malien)

✓GAMBANAAXU – Activités Sensibilisation | Sortie médiatique d’Armepes-France [Photos]



Ce dimanche 9 janvier 2022 , la Web-radio Jeunesse Gambana Dafort 🎙️https://radioajgd.com/ a reçu comme invité une équipe du BE Armepes_France . Les éléments présents sont le président Gaye TRAORE, Dramane Gueleye CAMARA, Miryam CISSÉ et Koundou SOUMARE. L’équipe animatrice de la radio a été dirigée par Diadie Abdou COULIBALY. Une émission-fleuve de plus de 3 heures durant laquelle plusieurs thématiques ont été largement abordées. L’engagement Gambanaaxu et ses idéaux de paix et d’égalité adressés à la communauté soninké. Gambanaaxu, une voie de nécessaires réformes sociétales pour en finir avec les vestiges esclavagistes et féodaux dans le corps social soninké.



Un Appel paisible et citoyen pour la promotion des droits humains et la consolidation fraternelle, gage d’un véritable développement socio-économique et civilisationnel. Au 21 ème siècle, au cœur de l’Afrique, continent historiquement saigné affreusement par des traites esclavagistes, on ne peut accepter qu’un esclavagisme « domestique » dit par ascendance puisse être toléré sous une honteuse socialisation dans un même groupe sociolinguistique. Il faut en finir, et toutes les voix justes et humanistes sont conviées à cet engagement militant pour un éveil massif contre l’esclavage coutumier sous toutes ses manifestations dans nos communautés.



Nos chaleureux remerciements à l’équipe de la Web-radio Jeunesse Gambana Dafort 🎙️ pour la disponibilité et l’accueil attentionné.

10 janvier 2022

–La communication Armepes-France

✓MAURITANIE – LA TRANSITION EN DÉRIVE, SE RESSAISIR ! | PAR LE PRÉSIDENT IBRAHIMA MOCTAR SARR (Contribution datant de 2006)





J’avais adhéré au PMT (Parti Mauritanien du Travail) en 1972. Ce parti avait été créé dans la foulée des conséquences des événements de 1966 où l’on a vu les deux communautés négro-africaine et arabe s’affronter à la suite de l’imposition de l’arabe comme matière obligatoire avec note éliminatoire dans le contrôle des connaissances, rendant la situation académique des élèves négro-africains extrêmement difficile.
Les 19 cadres qui avaient dans un manifeste appuyé la revendication des élèves négro-africains furent arrêtés par le gouvernement de Moctar Ould Daddah.

Nous sommes à l’époque du socialisme triomphant dans le cadre du mouvement pour la libération des peuples opprimés d’Asie et d’Afrique qui luttent pour l’indépendance nationale.
Pékin et Moscou avaient fait beaucoup d’adeptes parmi les jeunes du Tiers Monde.
En Mauritanie les premiers mouvements contestataires voulaient faire la révolution démocratique et populaire. Ironie du sort, ils étaient nés sur des bases ethniques voire nationalistes.

Le PMT était essentiellement négro-africain. Certains de ses leaders ne sont plus, d’autres, Dieu merci, continuent la lutte aujourd’hui dans d’autres formations.
Le PKM (Parti des Kadihines de Mauritanie) arrivé plus tard sur le terrain, était dirigé par les éléments arabes et recrutait et essentiellement dans leur communauté.
Grâce à son dynamisme renforcé surtout par les courants panarabistes dont les premiers éléments commençaient à s’organiser, il a vite occupé le terrain de la contestation contre le régime de Moctar Ould Daddah et réussi même le tour de passe de liquider dans la foulée, le PMT en l’intégrant avec armes et bagages en son sein, à la suite d’un Conseil national de ce parti, érigé en congrès extraordinaire en décembre 1974.

Devenu le maître absolu du mouvement révolutionnaire national, le PKM décréta que les questions liées à la cohabitation entre nos communautés nationales sont des questions secondaires et que le principal est de lutter contre le néocolonialisme et l’impérialisme.
Lorsque Moctar Ould Daddah, en décidant de rejoindre la Ligue arabe devait satisfaire certaines exigences d’indépendance économique, militaire, politique et naturellement culturelle, a pris les mesures importantes que le mouvement réclamait, à savoir : la nationalisation de la Miferma (actuelle SNIM), la création de la monnaie nationale, la rupture des accords de coopération militaire avec la France, le PKM décréta encore que son régime était devenu un allié objectif et qu’il ne fallait ne plus le combattre. L’intégration au parti au pouvoir, le PPM (Parti du Peuple Mauritanien) s’est opérée face à la désapprobation des éléments négro-africains et même ceux qui étaient à l’époque acquis aux idées du PKM et qui ont finalement créé une scission avec d’autres éléments arabes en conservant la ligne originelle du MDN (Mouvement démocratique national) face à ceux qu’on appelait les Chartistes (éléments du PKM ayant rejoint le PPM). Ce noyau qui a continué à animer les idéaux du MDN deviendra MND (Mouvement National Démocratique) base de l’UFP, dans l’ère démocratique.

Les autres éléments négro-africains qui avaient estimé être  » trahis  » par la Révolution qui n’a pas pris en charge les problèmes liés à la cohabitation et qui étaient à leurs yeux essentiels, décidèrent de s’organiser et de créer leurs propres mouvements après avoir transité par les organisations culturelles comme l’ARPRIM (Association pour la Renaissance du Pulaar) ou l’Association pour le Soninké (Yillinkaare), etc. Les luttes politiques se sont déplacées sur le terrain culturel avant la naissance des organisations politiques dont des négro-africains étaient les initiateurs et qui selon les textes étaient ouvertes à tous les mauritaniens qui voulaient œuvrer pour la mise sur pied d’un Etat démocratique égalitaire et social sur la base d’une juste solution de la question nationale.

Là également ces organisations resteront essentiellement composées de négro-africains et le discours plus axé sur les revendications identitaires, donnant l’occasion à leurs adversaires politiques de leur coller l’étiquette de  » nationalistes négro-africains « , et même de  » nationalistes étroits « , face aux autres organisations qui se voulaient elles nationalistes arabes comme le Baath ou le nassérisme. La première de ces organisations que nous avions créée l’UDM (l’Union Démocratique Mauritanienne) devait connaître une scission avec la naissance de l’ODINAM (Organisation pour la Défense des Intérêts des Négro-africains de Mauritanie) et le MPAM (Mouvement Populaire Africain de Mauritanie). Ces trois organisations vont former avec le MEEN (Mouvement des Elèves et Etudiants Noirs), les FLAM (Forces de Libération Africaine de Mauritanie), en 1983.

Vingt ans après le « Manifeste des 19 », les FLAM publient un deuxième Manifeste en avril 1986 : le « Manifeste du Négro-mauritanien Opprimé ». Comme en 1966, le gouvernement de Ould Taya répond par une répression démesurée, réclusion totale des condamnés à de lourdes peines, déportation au mouroir de Oualata dont certains ne reviendront pas : Tène Youssouf Guèye, Djigo Tafsirou, Ba Alassane Oumar, Ba Abdoul Khoudous.

A notre sortie de prison le 14 septembre 1990, ma conviction était établie qu’il fallait aider par une action convergente et interne, tout le peuple mauritanien à comprendre la nécessité de régler ensemble et de manière consensuelle cette question de cohabitation pour empêcher une certaine classe hégémonique ethno-raciale en constitution d’utiliser cette contradiction pour alimenter et perpétuer la division entre les Mauritaniens et parachever l’exclusion et le génocide déjà entamé.

Avant même la pseudo-démocratisation de Maouwiya en 1991, nous avions repris du travail avec l’AMN (L’Alliance pour une Mauritanie Nouvelle) qui adhère au FDUC (Front Démocratique Uni pour le Changement) dès sa création avec sa lettre des 402 qui proposait à la classe politique de ne pas s’engager dans le processus démocratique annoncé si certains préalables n’étaient pas remplis.

Les mouvements de l’époque qui vont créer l’UFD, sortis de tant d’années de dictature, pensaient qu’il ne fallait pas rater cette occasion de bouter Maouwiya au dehors (à travers des élections démocratiques qu’ils allaient remporter sûrement) vues les oppositions manifestées à l’époque contre son régime. Il se passa ce qui devait se passer et les vrais contradictions entre les tendances de ces mouvements : ceux qui voulaient le changement de tout le système en place et ceux qui ne cherchaient que le départ de Maouwiya, éclatèrent, entraînant la dislocation de l’UFD et la naissance de AC (Action pour le Changement), de l’UFP et d’autres partis, au moment où la plupart des cadres de ce qui est devenu le RFD (Rassemblement des Forces Démocratiques) rejoignaient le PRDS (Parti Républicain Démocratique et Social), aujourd’- hui, PRDR (Parti Républicain Démocratique pour le Renouveau). La lutte démocratique vis-à-vis de Maouwiya s’est peu à peu essoufflée au moment où le régime devenait de plus en plus tribal et familial. Les contradictions se sont aiguisées en englobant l’ensemble des communautés dont chacune trouvait un motif de s’opposer au dictateur qui avait cependant réussi à empêcher toute forme d’unité d’action au niveau des partis politiques qui avaient montré les limites de leurs capacités.

C’est alors que l’action du 8 juin 2003 et l’attaque de Lemegheïty sonnèrent le glas du pouvoir. Avant le 3 août 2005, la classe politique dans son ensemble était convaincue que Maouwiya était le seul obstacle à la solution des problèmes épineux que connaît le pays, à savoir : l’unité nationale, la justice sociale et la redistribution équitable des richesses nationales. Tous étaient également convaincus que de tous ces problèmes, l’unité nationale est de loin le plus important et le plus urgent. Les débats dans le cadre du forum organisé par le RDU (Rassemblement Démocratique pour l’Unité), proche du pouvoir, l’avaient démontré.
Tout en condamnant, par principe, le CMJD (Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie) d’avoir pris le pouvoir par la force, la classe politique avait compris qu’il n’y avait pas d’autres solutions et s’était même précipitée d’être son défenseur face à la réprobation internationale, notamment l’Union Africaine (UA), la Francophonie, l’Union Européenne (UE). Elle espérait du coup être associée au processus de transition dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale et d’un programme concerté pour cette transition. A la surprise générale, le CMJD refuse d’aller dans cette direction et prend une autre diamétralement opposée :

1. tout en condamnant la gestion chaotique du régime déchu et en indexant un système qui a détruit le pays, il ne dissout pas le PRDS, l’instrument politique de cette gestion chaotique. Il ne poursuit pas également les auteurs de cette gestion incriminée ;

2. il laisse en place les hommes du sérail, rappelle d’autres du système : conseillers, membres du gouvernement et même un ancien Premier Ministre, procède au recrutement de nouvelles élites du pouvoir dans les mêmes logiques que l’ancien régime ;

3. il propose en concertation un certain nombre de questions, en particulier celles liées à la transition démocratique et à la bonne gouvernance, mais ignore les véritables problèmes qui ont été à l’origine de la déchéance du pouvoir de Maouwiya : l’unité nationale, les droits de l’homme et la répartition équitable du pouvoir et des richesses nationales.
L’opposition, un moment séduite par cette ouverture et cette disponibilité au dialogue des chefs de la junte au pouvoir, se précipite dans un élan patriotique et généreux de soutien aux nouvelles autorités, sans se soucier de resserrer ses propres rangs afin d’influer sur le cours de l’histoire. Elle n’a pas pris la mesure que les orientations actuelles du CMJD sont le fruit d’un rapport de forces et que, quelle que soit la bonne volonté de ses principaux acteurs pour prendre en charge tous ces problèmes évoqués, ils devaient être soutenus par la classe politique à travers des pressions énergiques pour que les conservateurs du système ne prennent le dessus, ce qui est intervenu.

Aujourd’hui, beaucoup ont déchanté par rapport aux bonnes intentions du CMJD. Les multiples déclarations et réclamations adressées par les partis et les ONG concernant le processus électoral, la CENI, le RAVEL, les Candidatures indépendantes, etc… donnent des signes évidents du refroidissement des ardeurs. Tout le monde est cependant pris par la fièvre des futures consultations électorales dans l’espoir de pouvoir tirer son épingle du jeu. Les ralliements et les alliances se font et se défont, même les organisations internationales (les nations Unies, Union Africaine, Union Européenne, etc…) semblent plus focalisées sur ces futures échéances au point d’oublier leurs propres exigences pour leur soutien à ce processus, notamment les 24 points inscrits dans la Feuille de Route de Bruxelles parmi lesquels figure la question du retour des Déportés mauritaniens au Sénégal et au Mali.

L’ensemble de la classe politique, à l’exception de ce qui confirme la règle, a démissionné face à ses responsabilités par rapport à la transition pour n’avoir pas compris, comme l’UFD en 1991, que le processus électoral proposé est vicié au départ et qu’il pose de sérieuses menaces sur l’avenir du pays. En effet, il n’y aura pas d’alternance politique quel que soit l’homme qui arrivera au pouvoir si le problème de la garantie de cette alternance n’est pas discuté et réglée.

Le futur gouvernement restera sûrement l’otage des militaires qui ne lui permettront pas d’appliquer son propre programme électoral dès l’instant qu’il est en contradiction avec leurs orientations. Il n’y aura pas également de consultation démocratique véritable si la future Loi Fondamentale (la Constitution) n’est pas amendée dans le sens de régler en principe et définitivement les questions liées à la cohabitation, au partage du pouvoir politique et à la séparation des pouvoirs. Il n’y aura pas, non plus, de consultation électorale juste lorsque les anciens dignitaires du régime déchu conservent tous leurs privilèges économiques et politiques et s’engagent dans la compétition, soit pour apprivoiser le meilleur cheval afin de pérenniser le système, soit pour s’imposer eux-mêmes en changeant la couleur du boubou ou du turban.

Il n’y aura pas de compétition électorale juste, également, quand des mauritaniens n’arrivent pas, malgré la Ceni et le Ravel, à s’inscrire sur les listes électorales parce qu’ils sont déportés hors du pays ou tout simplement parce qu’on refuse de leur livrer leurs papiers d’Etatcivil. Il n’y aura pas de compétition électorale juste, enfin, si le découpage électoral n’est pas modifié conséquemment aux réalités démographiques du pays. Ces interrogations ne sont pas, semble t-il, suffisantes aux yeux d’une certaine classe politique qui estime que la chance qui nous est offerte est exceptionnelle et qu’il faut y aller même sans tous ces préalables. Cela rappelle exactement la situation de 1991 quand la même classe politique nous invitait à ne pas insister sur les préalables contenus dans la Déclaration du FDUC pensant que le pouvoir était à portée de main. Quinze ans après, on se retrouve à la même case de départ. Le CMJD veut laisser au futur gouvernement élu le soin de régler les problèmes essentiels pendants car, fait-il savoir, ce dernier aura la légitimité de le faire.

Mais le prochain gouvernement aura-t-il la volonté politique de régler ces questions actuellement mises sous boisseau ou, s’il le voulait bien, le pourra- t-il ? On le voit bien, le schéma proposé n’est pas rassurant pour la stabilité du pays et son développement harmonieux. Les appétits et les rivalités sont tels que la seule bonne volonté des hommes politiques ne suffira pas. Les enjeux de l’exploitation du pétrole et du contrôle effectif du pouvoir, dans une géopolitique régionale et internationale précaire, ne rassurent pas.
Je ne suis pas un oiseau de mauvaise augure. Je souhaite me tromper et que le plan du CMJD réussisse. Mais qu’on me laisse, comme j’ai toujours tenté de le faire, appliquer le hâdith du Prophète (Paix et Salut sur Lui !) qui dit :  » Celui d’entre vous qui voit un mal doit le changer avec sa main, s’il n’en a pas le pouvoir, qu’il le fasse par sa langue, s’il là également il ne le peut, alors qu’il le récuse en son coeur, mais c’est là la foi la plus faible », (Selon Abu Saed Al- Khudri, rapporté Muslim).

J’ai toujours agi ainsi depuis la Première République. Je l’ai fait à diverses occasions, à l’intérieur et à l’extérieur d’institutions, toujours dans l’accomplissement de mon devoir de musulman et de patriote, même si j’ai eu à en payer parfois un prix très élevé, par exemple, la dissolution de mon parti, Action pour le Changement (AC). Avant l’avènement du CMJD, j’ai interpellé, avec d’autres collègues, le ministre Zeidane sur l’Affaire du pétrole, à l’Assemblée nationale. Nous ne pouvions pas être entendus. Je l’ai fait le 04 Août 2005, au lendemain du changement du pouvoir, dans le cadre de mon ex-parti, l’APP, en demandant à ce qu’une attitude conséquente soit adoptée vis-à-vis de la transition dans le sens que j’ai indiqué plus haut. Ce qui était la ligne directrice du parti, lui-même, depuis toujours. Mais une dérive directionnelle est venue remettre en cause ces orientations.

Malgré mes protestations et rappels à l’observation de cette ligne, la banalisation des problèmes essentiels sur l’autel des perspectives électoralistes, a dominé la direction du parti. Je ne pouvais être complice de tels comportements pour l’histoire au regard des enseignements antérieurs.

Je le fais encore aujourd’hui pour que l’occasion qui nous est donnée par le départ de Maouwiya Ould Si’ahmed Taya, profite à toute la nation et non à une minorité d’exploiteurs. La volonté de rupture avec le passé consiste d’abord à renouveler les termes du discours politique de l’Etat. Les ennemis du peuple ne sont pas les victimes du régime de Ould Taya.
Il n’est pas juste de dire que le retour des déportés présente des dangers et que les mauritaniens ne sont pas d’accords sur la matière de le régler. Entre autres exemples, l’on a vu des militants arabes, et pas des moindres, faire de ce retour des déportés une condition de leur propre retour au pays, quand d’autres militants arabes, et ils sont nombreux, font de ces questions évoquées plus haut, leur cheval de bataille.

Même un banquier de la place est venu en aide aux veuves et aux orphelins des militaires négro-africains assassinés en 1991, laissés à leur sort par l’Etat ; quand je vois, enfin, des Négro-africains, victimes de la répression aveugle, prôner le pardon et la concorde nationale, le rêve d’une paix sociale et d’une réconciliation entre mauritaniens, on le voit bien, n’est pas une utopie. Il suffit de faire un pas vers cette direction.
Les hommes politiques, soucieux du devenir de notre pays, doivent se ressaisir un instant car, le bateau de la transition est en dérive.

Je suggère que le CMJD prenne le temps qu’il faut pour régler les problèmes du pays. Car, lui seul peut les régler sans trop de difficultés avec ce départ de Maouwiya qu’il a provoqué.
Sinon, son action aura été vaine. En symbiose avec la classe politique, dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale de transition et d’un programme concocté en commun, le CMJD doit pouvoir reprendre le processus de transition et le mener à terme en réglant tous les problèmes dont la solution est une condition sine qua non pour la mise en place des bases d’un Etat de droit, démocratique et égalitaire où tous ses fils seront réconciliés. Dès lors, ces membres doivent être récompensés par le peuple tout entier qui, à travers, ses représentants élus, voteront une loi d’amnistie totale pour ceux d’entre qui auraient quelque chose à se reprocher.

C’est dans cette optique que je m’inscris personnellement. J’en appelle à toute la classe politique pour qu’elle ravale un instant son appétit du pouvoir et qu’elle sache que  » rien ne sert de courir, il faut partir à point « . Il vaut mieux prendre du temps pour bien faire, maintenant, par nous-mêmes et pour nous-mêmes, que d’avoir à affronter des problèmes autrement plus difficiles dans l’avenir donnant justement l’occasion à d’autres de s’y immiscer.
Nous avions boycotté la constitution de 1991 parce qu’elle ne répondait pas aux exigences des mauritaniens pour l’unité et la solidarité nationales, le partage équitable du pouvoir et des richesses nationales et pour un Etat de droit respectueux des citoyens.
Le projet de constitution qu’on nous propose aujourd’hui, comme d’autres mesures du CMJD, et dont certaines ont été mises en application, constituent des avancées substantielles dans le cadre de la démocratie, mais les mauritaniens ont besoin d’abord de justice, d’équité et d’unité. Le projet constitutionnel doit être plus amplement discuté et amendé avant d’être soumis à referendum.

Si tel n’était le cas, nous constaterons que des choix électoraux restent toujours possibles comme à l’époque du régime déchu où l’opposition, tout en ne reconnaissant pas la validité du processus, s’y est inscrite malgré elle. Les forces du progrès et du changement doivent pouvoir s’entendre sur l’homme qui, contre vents et marées aura le courage d’engager le peuple dans la véritable alternance, non pas celle d’affairistes qui veulent perpétuer le système, non pas celle d’un pouvoir en otage qui serait sans prérogatives. Cet homme doit avoir un passé et un présent qui rassurent.
Qu’Allah guide nos pas !

©️ Crédit source : Post FB d’un Profil anonyme (source confirmée par un responsable ajd/mr) – https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=4994269657269984&id=100000609982880

✓Éducatif – Partage médias : Appel solidaire pour la construction d’une madrassa à Nouakchott en Mauritanie



✓Ci-joints le descriptif et le lien de la cagnotte :

https://www.cotizup.com/madrasanouakchott

« Que diriez-vous d’une cagnotte qui augmenterait votre richesse, qui apporterait une bénédiction à vos biens et qui vous assurerait une récompense éternelle ?

Cela correspond à la sadaqa jariya, une récompense dans la vie d’ici bas et dans l’au-delà.

“Lorsqu’une personne meurt, toutes ses œuvres sont interrompues sauf 3 : une aumône continue (sadaqa jariya), une science bénéfique propagée, ou un enfant pieux qui fait des invocations en faveur de ses parents” Muslim.

La Mauritanie est réputée pour l’apprentissage du Coran et des sciences islamiques.

FHC a étudié auprès de oulémas dans le désert mauritanien et est hafidh du coran depuis l’âge de 14 ans. Il dispense des cours de tajwid, Coran, fiqh et ahadiths depuis 11 ans. Il mène les prières de tarawih depuis plusieurs années dans une des mosquées de Nouakchott.

Véritable passionné et personne très humble, il a lancé la construction d’un noble projet, la construction de deux bâtiments de 120m2 chacun :

La madrasa / l’école dans laquelle les enfants / adultes étudient.

Le lieu de vie du professeur et des enfants / adultes qui étudient (chambres, salon, cuisine, salle de bain…)

…mais les moyens financiers manquent ! Nous avons besoin de vous.

A savoir que les enfants / adultes peuvent venir :

en internat à ce moment ils sont logés, nourris et ils étudient avec le moualim.

En externat à ce moment ils sont présents pour les cours puis s’en vont chez eux.

Actuellement dans un logement provisoire chez de la famille, le professeur a 9 enfants en internat et 30 en externat.

Ci dessus les plans architecturaux ainsi que des photos de l’état de construction actuel. Nous en sommes aux fondations pour la madrasa, concernant le lieu de vie les pièces sont juste tracées au sol.

Le but principal de cette cagnotte est finir la construction des 2 bâtiments pour un montant de 23 000 euros. Ce prix comprend l’achat des briques, du fer, du ciment, du sable, du gravier et les heures de travail des maçons.

A travers ce noble projet, Allah ﷻ nous donne la possibilité de contribuer. Quelque soit le montant tout pèse dans la balance de l’au-delà et sera récompense bi idhnillah.

Si vous ne pouvez pas participer financièrement partager cette cagnotte autour de vous.

Fraternellement

Une sœur fisabillilah »

https://www.cotizup.com/madrasanouakchott

✓ Sermon « national » du Vendredi sur les discriminations liées aux castes en Mauritanie | La réaction d’une personnalité de la société civile Mr B.M Coulibaly

La décision du gouvernement Mauritanien d’axer les Quotbas de ce Vendredi 17 décembre sur la question des discriminations basées sur l’esclavage et les assignations qui se perpétuent par ascendance et ce suite au discours du président de la république prononcé à Wadane constitue un signal fort vers la déconstruction des tares jusque la considérées comme des tabous. Cela rappelle aux partisans de l’immobilisme qu’on ne peut dissocier notre patrimoine culturel de l’islam qui constitue notre première source d’inspiration spirituelle et morale. Si on veut combattre ces discriminations et ce mépris on doit s’attaquer aux pratiques quotidiennes par lesquelles cela se manifeste. Chez les negro africains par exemple l’assignation se traduit dans les mosquées qui sont des citadelles uniquement réservées à certaines personnes sur la base de leurs origines sociales. Par conséquent le législateur a besoin de rappeler dans une loi forte et claire que les mosquées conformément à l’islam sont des lieux qui appartiennent à Allah SWT et non à des familles sur une base héréditaires. Une telle mesure parmi d’autres aiderait à déconstruire les mentalités et à jeter les bases dune véritable cohésion sociale. Sinon comment peut on expliquer à un enfant qu’il a les meme droits et les mêmes devoirs que son prochain si certaines fonctions lui sont interdites à vie .
Nous saisissons encore une fois cette tribune pour saluer le courage et la sérénité du President de la république en nommant une question jusque-là banalisée par les lobbies féodaux et qui est à la base de toutes les discriminations inutiles et insensées qui retardent notre marche vers le développement.

©️ Crédit source : Post FB de l’auteur https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=5001553506521646&id=100000011376178

✓MON HUMBLE AVIS SUR LES LANGUES NATIONALES EN MAURITANIE | Par Cissé Ibrahima DIALLO


Selon mon humble remarque et ma position de la même nature que la remarque en terme de langues nationales, je me dois de dire que toute chose a une première . Les langues scientifiques qui servent de véhicules entre les habitants de la planète aujourd’hui ne se sont pas transformées en un seul jour par un coup de baguette magique en langues scientifiques . Elles ont certainement transité par plusieurs mutations évolutives avant d’atteindre le degré de performance et d’efficiences qu’elles ont atteint jusqu’ici. Aussi, pour éviter des erreurs fatales, je pense qu’il faut étudier en profondeur les buts que l’on veut s’assigner pour la mise en place de ces langues : Est-ce par la volonté de mettre en valeur chaque langue afin que les citoyens du pays ne soient pas lésés de l’ignorance d’une de ces langues ? Est-ce uniquement par chauvinisme égocentrique ? Est-ce pour servir de véhicules communicatifs pour l’administration? De véhicules de développement économique et, ceci dès leur éventuelle adoption technique par l’Etat etc…? Donc impérativement scientifiques, dans ce dernier cas!
En effet, quel que soit le but, elles doivent emboîter progressivement le pas scientifique impératif pour être opérationnelles et répondre totalement à l’exigence de la cohésion sociale absolument nécessaire en terme de relation économique internationale. C’est pour quoi selon une certaine vision, vouloir à tout prix se séparer de la langue scientifique en l’occurrence le français pour la faire remplacer par nos langues loin d’être prêtes à un usage technique et scientifique conséquent, équivaut à se hasarder dans une approche difficilement fructueuse à court et même à long terme.

Par ailleurs, OUI, il faut les conserver et préserver, nos langues mais cette volonté passe nécessairement par une programmation ambitieuse bien réfléchie. La chance nous sourirait en cela puisque des caractères graphologiques latino arabe existent déjà chez nous. Mais compte tenu de la ferme volonté de certaine couches de notre société à vouloir bannir la langue française scientifique de nos institutions, ce serait plus logique de créer nos propres caractères graphologiques à l’instar de certains peuples de la planète qui sont en la matière totalement indépendants. Une telle décision épouserait mieux cette volonté farouche de chercher à bannir une langue scientifique aussi opérationnelle la balayant d’un revers de la main. Langue que l’on utilise partiellement en interne et, à un haut degré de pourcentage en mode relation internationale.

Il serait à retenir que le premier outil de développement est bien la langue; de ce fait, il est plus que nécessaire qu’une langue qui a vocation d’être outil sur la scène internationale s’arme d’être scientifique, ce qui est très loin d’être le cas de nos langues aujourd’hui. Il serait judicieux de conserver la langue scientifique de communication comme didacticiel pour transcrire ses progrès dans nos langues chemin faisant. Le processus sera très long mais moins compliqué que celui qu’ont connu ces langues usage scientifiques opérationnelles qui n’ont profité d’aucunes précédentes mais tout de même ont pu atteindre aujourd’hui le degré performance que l’on connaît tous. C’est pourquoi, il y’a grand espoir que le processus de l’indépendance linguistique que prônent une frange des citoyens est légitime et réalisable. Cependant, si l’on veut labourer son champ l’on ne met pas la charrue avant les bœufs! Alors, il serait plus sage de commencer par le commencement : bien enseigner nos langues, OUI, mais parallèlement à l’enseignement de la langue scientifique de communication quasi-internationale qu’est le français en guise de didacticiel.
Donnons un petit exemple comme réflexion : avec le progrès scientifique, l’arrivée de l’informatique et la téléphonie beaucoup de nouveaux mots sont venus enrichir notre espace linguistique des mots qui n’existaient pas car nous n’avons jamais été ou très peu inventifs, nous devrions d’ores et déjà savoir transcrire dans nos langues ces mêmes mots au lieu de les altérer quant à leur prononciation originelle par exemple : coura pour courant; telfo pour téléphone; resso pour réseaux etc…pour être plus sage au lieu de déformer il faut tenter de créer les équivalents linguistiques quand bien même ces langues également ont des emprunts étrangers parfois. Tel serait l’indépendance totale dans l’avenir. Le chemin sera certes très loin mais l’altruisme voudrait que l’on omette pas de semer le grain d’une plante de nature grande parce que l’on ne serait pas là pour profiter de son ombrage, mais plutôt le faire en pensant que les générations suivantes pourront en profiter de la même manière que l’on profite actuellement des investissements des générations précédentes. Après tout, si l’on veut aller loin, il faut ménager sa monture; autrement dit garder la langue scientifique de communication que l’on dispose en l’occurrence le français, en tirer plus de bénéfice en terme de didacticiel pour au moins transcrire le langage de ses inventions en attendant que l’on puisse peut-être un jour savoir créer nous aussi. Vouloir aller plus vite que nos facultés cognitives et pratiques en l’occurrence c’est quelque part accepter des gros risques de fourvoiement répétitif et de perte de temps; Dieu sait que je ne suis pas défaitiste ni déraisonnablement fataliste mais tout simplement réaliste.
Merci

Nouakchott, le 17 décembre 2021

Cissé Ibrahima DIALLO

✓Mauritanie : Que dire au messie de la transcription des langues ou l’aliène en quête de reconnaissance ? | Par Souleymane Sidibé



C’est quand même étrange de faire une conférence en français et dire que la langue arabe est celle avec qui nous avons eu le premier contact en Mauritanie. Pourquoi ne pas faire cette conférence en arabe, et véhiculer aussi bien sa « pensée » si tel est le cas ? Mieux pourquoi ne pas la faire en pulaar puisqu’il s’agit de parler de transcription d’une langue vers une autre ? Ne faut-il pas avoir les rudiments nécessaires ? Et qu’en est-il des travaux de centaines de personnes au fil du temps?

De même, c’est aberrant de dire que « tous les mauritaniens font leur premier contact avec la langue arabe à travers le Coran ». C’est archi-faux. Le premier contact est bien évidemment avec nos langues : Sooninké, Pulaar, Olof, Hassanya.

Jean Piaget( épistémologue et psychopédagogue suisse) disait de l’acte à la parole. Cela sous entend -peut-être- que l’enfant matérialise l’idée pour ensuite parler. Alors, la parole n’est possible que si cet acte est posé, de façon immatérielle.

De ce fait, la parole n’est possible que si l’individu n’est pas né sourd d’où le « nom » sourd-muet dans le cas contraire. La parole n’est possible que si l’on entend des proches autour de nous véhiculer un ensemble de messages. Ces mots sont dits dans nos langues respectives : aucun autre contact en dehors du sphère « familiale ».

Ne parlons même pas de la théorie de l’esprit(theory of mind) et acquisition du langage chez le jeune enfant de Edy Veneziano dans Spirale 2015/3 (N° 75), pages 119 à 136. Elle martèle que le développement du langage chez l’enfant n’est possible que par une « bonne utilisation communicative du langage en interaction ».

Cela dit, ce contact dont parle M. Sakho est de faible « débit ». C’est un apprentissage qui ne rentre pas ou ne tient pas compte de l’aspect culturel. D’où tire t-il cette « force » d’avancer des arguments si illogiques ?Nonobstant, les télévisions des idéologues lui ouvrent leurs portes. Les « articles » fusent de partout sur les pages de ceux qui n’ont-ils finis leurs querelles internes.

In fine, il est quand même étonnant pour ne pas idiot ou prétentieux de vouloir gober des années de travail avec des arguments peu fournis, qui frôlent le ridicule.
Qu’aurais dit Mourtodo Diop s’il était vivant ?
Un désastre. – Ne faites pas attention aux clameurs.

Des millions de personnes parlent Sooninké, Pulaar, Olof,etc., dans notre continent. Le caractère latin de l’écriture de nos langues reste une richesse et un moyen immense de partage. Que les « aliénés » ne distraient pas celles et ceux qui militent pour la survie de nos identités plurielles même si elles sont étriquées vues d’un autre référentiel.

©️ Crédit source : Post FB reçu de l’auteur https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=4991798597506453&id=100000290871124

✓Le Président de la République: l’Etat continuera à préserver l’unité nationale, la dignité, la liberté et l’égalité de tous les citoyens quel qu’en soit le prix | (AMI)

Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a déclaré que la cité de Ouadane constitue, de par son rayonnement culturel historique et son architecture unique en son genre et ses bibliothèques riches en précieux manuscrits, un trésor patrimonial inestimable.

Le Président de la République, qui s’exprimait à l’ouverture de la XXe édition du festival des Cités du Patrimoine, a ajouté qu’il est temps est grand temps de débarrasser notre patrimoine culturel des séquelles de cette abominable injustice et de rompre définitivement avec les préjugés et les images stéréotypées qui sont en porte-à-faux avec la réalité et en flagrante contradiction avec les préceptes de la Charia et les règles du droit tout comme elles fragilisent la cohésion sociale et l’unité nationale et handicapent le changement des mentalités qu’édictent la notion de l’Etat de droit et le concept de citoyenneté.

Voici le discours intégral de Son Excellence le Président de la République

«Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Chef de file de l’Opposition démocratique,

Messieurs, et mesdames les ministres,

Monsieur le Wali

Messieurs les présidents des conseils régionaux, les députés et maires

Messieurs les membres du corps diplomatique

Messieurs les présidents des partis politiques

Messieurs et mesdames les hôtes des Cités du Patrimoine

Messieurs et mesdames les invités

Honorable assistance

Je voudrais tout d’abord adresser mes vifs remerciements aux habitants de la ville de Ouadane pour la chaleur de l’accueil et la générosité de l’hospitalité ouadanienne authentique. Tout comme j’exprime mes vœux de bienvenue à tous nos hôtes, les remerciant d’avoir enduré les peines du voyage pour partager avec nous la célébration de nos cités du patrimoine.

Messieurs, mesdames,

La cité de Ouadane constitue, de par son rayonnement culturel historique et son architecture unique en son genre et ses bibliothèques riches en précieux manuscrits, un trésor patrimonial inestimable.

Cette cité a pu, des siècles durant, demeurer un carrefour commercial dynamique et un pont reliant l’Afrique du Nord à l’Afrique subsaharienne grâce au génie de ses oulémas, leur grande ambition et la profusion de leur savoir ainsi que la grande capacité d’innovation de ses fils qui ont fourni divers services dans les domaines de la production artisanale, du développement agro-pastorale , d’édifices architecturaux etc.

Ce sont ces franges qui ont permis de venir à bout des conditions naturelles difficiles. Sans leurs efforts légendaires, la cité n’aurait pas vu le jour et n’aurait pas survécu et résisté aux aléas du temps, pour recéler, aujourd’hui, cet immense trésor patrimonial.

Ce qui m’afflige aujourd’hui le plus, c’est ce que ces franges de notre société ont enduré comme injustice et manque de reconnaissance alors que le bon sens voudrait qu’elles soient en tête de la pyramide sociale étant à l’avant-garde des bâtisseurs de la civilisation et les acteurs du développement; elles sont de fait le pilier de la cité, de la création et de la production.

Il est grand temps de débarrasser notre patrimoine culturel des séquelles de cette abominable injustice et de rompre définitivement avec les préjugés et les images stéréotypées qui sont en porte-à-faux avec la réalité et en flagrante contradiction avec les préceptes de la Charia et les règles du droit tout comme elles fragilisent la cohésion sociale et l’unité nationale et handicapent le changement des mentalités qu’édictent la notion de l’Etat de droit et le concept de citoyenneté.

De cette tribune, je convie l’ensemble des citoyens à dépasser les survivances de cette injustice qui ternit notre héritage culturel et à apurer les discours et les comportements des préjugés et des images stéréotypées, tout comme je les invite, tous, à faire face aux expressions tribales en recrudescence ces jours-ci et qui sont contraires à la logique d’un Etat moderne et à l’impératif de consolidation de l’unité nationale et à l’intérêt des individus eux-mêmes.

Il n’est de meilleur garant pour la protection des individus, la préservation de leur dignité et la défense de leurs droits que la prévalence d’une unité nationale bien ancrée dans un Etat de droit moderne.

Je voudrais à cette occasion insister fortement sur le fait que, par la force de la loi, l’Etat continuera à préserver l’unité nationale, la dignité, la liberté et l’égalité de tous les citoyens quel qu’en soit le prix. Tout comme, il n’instituera aucun privilège ou devoir sur la base d’une appartenance quelconque autre que celle à l’Etat.

Messieurs, mesdames,

Ce festival a pour vocation de valoriser notre patrimoine, de promouvoir ses cités et de les appuyer par des projets de développement de manière à fixer les populations dans leur terroir et encourager l’industrie culturelle et patrimoniale.

Je me suis engagé à Chinguitti et à Ouadane à œuvrer à ce que ce festival ne soit pas un objectif en soi dont l’effet s’estompe aussitôt que s’achèvent ses manifestations. Conformément à cet engagement, le gouvernement a procédé à une révision globale du format et des objectifs du festival et dont la présente édition a bénéficié de plus de trois milliards d’ouguiyas anciennes pour le financement de divers projets de développement qui vont contribuer à améliorer l’accès aux services de base tels que l’eau, l’électricité, l’éducation, au désenclavement, au développement agropastoral, etc. Ces projets favoriseront la promotion de la cité et de son environnement et jetteront les bases d’un développement de base harmonieux dans le strict respect des spécificités de la cité.

En renouvelant mes remerciements aux habitants et aux invités, je déclare ouverte, avec la bénédiction d’Allah, la 10ème édition du festival des cités du patrimoine, en souhaitant à tous plein succès.

Je vous remercie.

Que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur vous».

©️ Crédit source : repris via ami.mr – https://fr.ami.mr/Depeche-61731.html#articl-image