● Le président de la CENI supervise le lancement officiel du recensement administratif à vocation électorale (RAVEL)

Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), M. Dah Ould Abdel Jelil, a supervisé, vendredi après-midi, le lancement officiel du recensement administratif à vocation électorale (RAVEL) au niveau des trois wilayas de Nouakchott.

A cette occasion, le président de la CENI s’est informé directement sur le processus d’enregistrement des citoyens âgés de 18 ans et plus sur la liste électorale.

A l’issue de ce tournée effectuée au niveau des moughataas du Ksar, de Darnaim et d’Arafat, le conseiller en charge de la communication et porte-parole officiel de la CENI, M. Mohamed Takhiyoullah Led’hem, a fait une déclaration à l’AMI dans laquelle il a souligné que le RAVEL qui vient d’être lancé se distingue par son caractère exhaustif et permet l’enregistrement de tous les citoyens à partir du l’âge de dix-huit ans et plus, avec la réinscription de nouveau de tous les citoyens qui étaient inscrits auparavant sur les listes électorales.

Il a ajouté que, cette fois, la possibilité de s’inscrire à distance a été introduite. Elle permet à tout citoyen de se faire enregistrer depuis le centre le plus proche de lui, en spécifiant le lieu et le bureau de vote dans lequel il souhaite s’inscrire et voter dans la wilaya, moughataa et bureau de son choix à travers le pays.

Le porte-parole de la CENI s’attend à une augmentation de la liste électorale pour cette année – selon des estimations préliminaires – d’environ 900 000 voix, compte tenu du nombre officiel du recensement électoral précédent, qui s’élevait à 1 500 000 voix.

Et il a indiqué qu’à la lumière de cette mise à jour numérique et statistique actuelle, l’importance du RAVEL résulte de larges et récentes consultations entre le gouvernement et les partis et formations politiques, qui se reflètent positivement sur l’élargissement de la liste électorale.

En ce qui concerne les colonies mauritaniennes à l’étranger, M. Mohamed Takhiyoullah Led’Hem a expliqué qu’un arrêté spécial a été publié spécifiant les pays dans lesquels les citoyens résidant à l’extérieur seront enregistrés au niveau de quatre continents, comme suit :

– Asie : Arabie saoudite, Émirats arabes unis et Qatar,

– Afrique : Guinée-Bissau, Gambie et Côte d’Ivoire,

– Europe : France,

– Amérique du Nord : les États-Unis d’Amérique.

Le Président de la Commission électorale indépendante était accompagné du Secrétaire général de la Commission et de plusieurs de ses membres.

©️ via ami https://ami.mr/fr/index.php/2023/01/28/le-president-de-la-ceni-supervise-le-lancement-officiel-du-recensement-administratif-a-vocation-electorale-ravel/

● Le Commissariat aux Droits de l’Homme se porte partie civile dans l’affaire d’esclavage présumée à F’derik

CDHAHRSC – Le Commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action Humanitaire et aux Relations avec la Société Civile (CDHAHRSC )dans le cadre de son suivi de l’affaire d’esclavage présumée à F’derick et sur la base de l’évaluation des circonstances de l’affaire et du rapport de sa mission d’enquête dépêchée sur les lieux le samedi 21 janvier dès son information du cas, a mandaté un avocat aux fins de le représenter, conformément à la loi, comme partie civile dans la procédure judiciaire en cours.

L’avocat est présentement sur place pour suivre l’instruction et représenter le CDHAHRSC, au besoin, à tous les niveaux de juridictions.

Nouakchott, le 25 janvier 2023

©️ via https://cridem.org/C_Info.php?article=762760

● Le Président de la République à l’ouverture du Festival de Tichit: «Les efforts demeureront vains tant que ne seront pas bannis les comportements surannés»

Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a déclaré ouverte, aujourd’hui à Tichit, la onzième édition du Festival des cités du patrimoine de Tichit 2023. Dans un discours qu’il a prononcé à cette occasion, le Président de la République s’est appesanti sur l’incommensurable richesse du patrimoine culturel, historique et architectural de Tichit ainsi que sur son patrimoine immatériel. Il a salué le génie créateur des femmes et des hommes de cette grande cité qui ont su, à travers les siècles, bâtir, construire et instruire. Cette force, cette énergie, a valu au pays cet inestimable héritage et au reste du monde un apport conséquent à la civilisation et au savoir.

Son Excellence a souligné que l’esprit de résilience face aux adversités qui a animé les fondateurs de Tichit et qui inspire encore leurs descendants, est un capital que toutes les politiques publiques actuelles visent à renforcer. Il s’agit, a-t-il dit, au plan social, de lutter contre l’exclusion et la pauvreté, et d’ériger une école républicaine ; au plan économique, de développer les secteurs productifs, et en œuvrant à l’autosuffisance alimentaire et au développement durable ; et, au plan politique, de renforcer les institutions, en consolidant les libertés et en promouvant les droits de l’Homme.

Voici une traduction intégrale de ce discours:

«Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux, et que les bénédictions d’Allah soit sur Son Saint Prophète

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale;

Monsieur le chef de l’opposition démocratique;

Mesdames, Messieurs les ministres;

Monsieur le wali;

Messieurs les présidents des conseils régionaux;

Messieurs les députés et les maires;

Mesdames, Messieurs les membres du Corps diplomatique;

Messieurs les présidents des partis politiques;

Messieurs les invités des cités du patrimoine;

Habitants de Tichit;

Honorable assistance;

Je tiens, tout d’abord, à exprimer mes sincères remerciements aux habitants de la ville de Tichit pour leur accueil chaleureux et leur hospitalité authentique, souhaitant la bienvenue aux invités de ce festival, ainsi qu’à tous ceux qui ont pris la peine de se déplacer pour célébrer avec nous la richesse patrimoniale incommensurable dont recèle cette ville historique.

Tout, dans la ville de Tichit, témoigne du génie de ses habitants, de par leur capacité à résister et à innover, de par aussi ses riches bibliothèques, ses manuscrits uniques en leur genre et son architecture originale. Mais avant tout cela, ses célèbres jurisconsultes, ses illustres Oulémas, et ses artisans qui ont une grande maîtrise de l’art de l’industrie, de la construction, de l’élevage, et de bien d’autres domaines.

Tous ont su, avec constance et pugnacité, grâce à leur potentiel créatif, faire de cette ville, pendant de nombreuses périodes successives, un centre économique prospère et un carrefour majeur d’échanges commerciaux entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, ainsi qu’une citadelle de rayonnement culturel et de foisonnement des sciences ; une citadelle qui a contribué de manière significative à l’enrichissement de la connaissance et du savoirs islamiques.

Ils ont également su faire de la communauté de Tichit une société ouverte, cohésive et fortement ancrée dans les valeurs de la religion islamique, renforcée par sa riche diversité sociale et culturelle et par son unité tissée par les liens de la foi.

Mesdames, Messieurs;

L’esprit de résilience face aux adversités sur lequel cette ville a été fondée et s’est épanouie, est ce que nous tenons aujourd’hui, à travers toutes nos politiques publiques, à renforcer. Au plan social, en luttant contre l’exclusion et la pauvreté, et en construisant une école républicaine. Au plan économique, en développant nos secteurs productifs et en œuvrant à l’autosuffisance alimentaire et au développement durable. Et, au plan politique, en renforçant nos institutions, en consolidant les libertés et en promouvant les droits de l’Homme.

Cependant, nos efforts dans cette démarche, à quelque niveau qu’ils soient, n’auront tout l’effet escompté que s’ils s’accompagnent d’un changement profond des mentalités et des comportements sociaux, en conformité aux principes et valeurs de citoyenneté et aux impératifs qu’impose la construction d’un État moderne.

C’est pourquoi, lors de la précédente édition du Festival cités du patrimoine, à Ouadane, nous avons souligné la nécessité de se départir des comportements entretenus par les stéréotypes qui engendrent méfiance et incompréhension des uns envers les autres et des préjugés qui les alimentent.

Nous avons enjoint au gouvernement d’appliquer strictement la loi à cet effet, et de prendre les mesures nécessaires, à différents niveaux, pour délivrer définitivement notre société de ces comportements surannés préjudiciables.

J’insiste, encore aujourd’hui, sur la nécessité de faire face à la montée de l’esprit tribal et sectaire.

Il n’est pas raisonnable, ni acceptable, alors que nous sommes au troisième millénaire, d’assister à certains phénomènes qui se sont beaucoup produits ces derniers temps, notamment la transformation de certains litiges fonciers en conflits tribaux primitifs, aigus et violents, et dont la prévalence est fondamentalement contraire à la notion de l’État moderne, tout comme elle perturbe le développement et porte gravement atteinte à la cohésion sociale.

L’État reconnaît et protège la propriété foncière privée, celle qui en remplit les conditions légales, de même qu’il reconnaît et protège la possession par concession tant que les conditions requises à cet effet sont remplies.

Mais en même temps, en vertu du principe de la prééminence de la propriété foncière de l’État, et en application des exigences de la loi, tout en donnant la priorité à l’intérêt public, l’État n’acceptera, en aucune manière, que ne soient porté atteinte aux ressources naturelles et aux projets de développement sur la base d’une soit disant propriété qui ne repose sur aucun fondement juridique.

De plus, le règlement des litiges est de la compétence exclusive de la justice, et nul n’a le droit de chercher à s’approprier, par de vers soi, ce qu’il juge bon pour lui. L’État s’opposera fermement et rigoureusement à de tels comportements.

Mesdames, Messieurs;

Le Festival des cités du patrimoine est une inestimable occasion de valoriser notre potentiel patrimonial et d’évoquer les glorieuses périodes de notre histoire afin qu’elles demeurent vivifiées dans notre conscience collective.

Nous avons eu à cœur de faire de ce festival, à la fois, une fête du patrimoine et une opportunité de lancement de projets de développement.

Ainsi, le gouvernement a alloué pour cette édition du festival, comme pour l’édition précédente, environ trois milliards d’anciennes ouguiyas pour financer des projets de développement dans divers domaines tels que l’eau, l’énergie, l’agriculture, l’environnement, et autres secteurs d’importance.

Tout en espérant que ces projets contribuent à soutenir la résilience de la population, et à promouvoir la ville économiquement et socialement, j’annonce ouverte, avec la bénédiction d’Allah, la onzième édition du Festival des cités du patrimoine, en lui souhaitant un grand succès.

Je vous remercie».

©️ via https://ami.mr/fr/index.php/2023/01/20/le-president-de-la-republique-a-louverture-du-festival-de-tichit-les-efforts-demeureront-vains-tant-que-ne-seront-pas-bannis-les-comportements-surannes/

● « Aziz » a tenté de quitter le pays aprés avoir appris la date de son jugement | Selon les autorités de Nouakchott

Essahraa – Les autorités mauritaniennes donnent leur version des faits après que l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz a été empêché de quitter le pays mercredi 4 janvier dans la soirée.

Le porte-parole du gouvernement mauritanien, Nani Ould Chrougha, explique qu’une convocation devait lui être remise pour un interrogatoire.

« La journée du mercredi 4 janvier au matin, le tribunal chargé du dossier a informé l’opinion publique par l’affichage public que la date de jugement a été fixée au 25 janvier 2023. Suite à cette publication, partagée sur les réseaux sociaux et relayée par tous les médias, le tribunal a également émis des convocations pour interrogatoire », déclare le porte-parole.

Ce dernier revient sur les faits à l’aéroport menant à la confiscation de son passeport : « À 21h, l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz s’est présenté au comptoir d’Air France. Il a fait ses formalités et c’est au comptoir de la police des frontières que les [agents de la police des frontières, NDLR] ont constatés que dans le système, la personne elle-même est objet d’une convocation, qui doit être remise par les services de police judiciaire.

Et aussitôt, ils récupèrent le passeport pour s’assurer de la remise de la convocation au lendemain. Chose qui a été faite. »

Alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol pour Paris, Mohamed Ould Abdel Aziz a été intercepté à l’aéroport de Nouakchott, son passeport lui a été confisqué et il a dû rentrer chez lui. En attente d’un jugement pour des accusations de corruption, l’ancien président mauritanien n’est pourtant plus sous contrôle judiciaire.

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=762228

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

● Lancement des États Généraux de la Justice : discours du Président de la République

AMI – Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a affirmé sa détermination à prendre en compte les résultats des États Généraux de la Justice, qui ont débuté, jeudi à Nouakchott, dans ses efforts visant à développer continuellement notre appareil judiciaire dans le but d’ancrer un système judiciaire professionnel, juste et équitable; un système qui consacre l’État de droit, garantit les droits et libertés, et constitue une source de réconfort pour tous, aussi bien, à l’intérieur, qu’à l’étranger.

Voici le texte intégral du discours du Président de la République à l’ouverture des États Généraux de la Justice :

Monsieur le Premier ministre;

Monsieur le président du Conseil Constitutionnel;

Monsieur le Chef de file de l’Opposition démocratique;

Mesdames et Messieurs les ministres;

Messieurs les magistrats;

Messieurs les avocats;

Mesdames et Messieurs les travailleurs dans le secteur de la Justice;

Honorables invités;

Paix, miséricorde et bénédictions de Dieu sur vous;

De par sa nature même, l’action humaine n’est pas sans défauts et insuffisances, ce qui requiert souvent un examen critique régulier; examen qui est la porte d’entrée vers le progrès et l’émancipation des sociétés. Il est, aussi, la base de la recherche continue pour ce qui est plus complet et plus affiné que ce qui existait déjà.

L’urgence de cette nécessité de révision est souvent aussi importante au même niveau qu’un travail considérable dans la vie des sociétés et des peuples.

Rien n’est plus influent et n’est plus centralisé dans la vie de l’individu et de la société que l’action judiciaire. Cela est dû au fait que c’est à elle que la tâche d’appliquer la justice est confiée. Elle représente, à cet égard, le pilier de la poursuite du contrat social, le pilier de la paix sociale, tout comme elle est la base de l’unité nationale et de la cohésion sociale.

Elle statue sur les litiges, permet l’exercice des droits, établit le principe de l’égalité des citoyens devant la loi et protège leur dignité, leurs droits et leurs libertés. C’est avec l’action judiciaire, également, que l’état de droit, la bonne gouvernance, la démocratie et les droits de l’homme sont consacrés.

Cela s’ajoute à son rôle de premier plan dans le contrôle et la régularisation des transactions et des contrats, et dans la stimulation de l’activité économique en inspirant confiance aux investisseurs et aux partenaires de développement.

Pour que la justice puisse s’quitter convenablement de ces tâches redoutables et nobles, le pouvoir judiciaire doit être professionnel, avec la diversification requise de la spécialisation, de la formation continue et de l’amélioration continue de l’expertise, et en même temps un pouvoir judiciaire indépendant et impartial, accessible et prompt à trancher les affaires, toutefois sans précipitation.

Conscients de cela, nous avons déployé de grands efforts pour renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire en consolidant le principe de la séparation des pouvoirs, en améliorant les conditions de travail des juges, en réformant leur statut juridique et en réorganisant leur carrière afin qu’ils puissent s’acquitter correctement de leurs fonctions.

Sur la base de ce qui a été mentionné ci-dessus au sujet de la nécessité pour toute action humaine d’un examen critique régulier – surtout quant son rôle s’accroit -, soucieux de soutenir notre système judiciaire dans son professionnalisme et son efficacité, nous avons donné les orientations pour l’organisation des Etats Généraux de la Justice dont nous supervisons l’ouverture aujourd’hui.

Ces États généraux ont pour objectifs de permettre aux acteurs du secteur de la Justice de faire le diagnostic de la situation du système judiciaire, d’échanger sur ses principaux défis et d’étudier les questions majeures, telles que la formation, la spécialisation, la protection des droits des justiciables, la facilitation de l’accès au service judiciaire, etc.

Nous attendons de ces États généraux qu’ils aboutissent à l’élaboration d’une feuille de route sous la forme d’un document national sur la réforme et le développement de la justice, ainsi qu’ils la traduisent en un programme d’action détaillé, accompagné de délais de mise en œuvre précis et d’indicateurs de suivi clairs.

Au moment où nous annonçons avec la grâce d’Allah, l’ouverture des États généraux de la Justice, nous affirmons notre détermination à prendre en compte les résultats des Etats Généraux de la Justice dans nos efforts visant à développer continuellement notre appareil judiciaire dans le but d’ancrer un système judiciaire professionnel, juste et équitable; un système qui consacre l’État de droit, garantit les droits et libertés, et constitue une source de réconfort pour tous, aussi bien, à l’intérieur, qu’à l’étranger.

We Essalamou Aleykoum We Rahmetoullah We Berakatouhou.

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=762181

● L’ancien président mauritanien empêché de voyager à l’étranger

Éléments médias photos Al-akhbar

Dans la soirée d’hier 4 janvier 2023, un élément vidéo https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=492471212968854&id=100068860144854 a circulé on y voit l’ancien Raïs mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz déclarant être recalé à l’aéroport Oum Tounsi de Nouakchott et empêché de voyager.

Selon diverses sources, l’ancien homme fort de Nouakchott allait quitter le territoire en destination de Paris et les autorités policières l’auraient empêché par décision judiciaire. Notamment liée aux derniers développements du dossier pendant dit de la décennie. Pour rappel, à la suite d’une CEP (commission d’enquête parlementaire) sur la gestion économique et financière du pays sous son règne, lui et certaines personnalités de son régime font face plusieurs chefs d’accusation et on annonce régulièrement l’ouverture d’un prochain procès sur l’affaire.

Par ailleurs, l’homme principal auteur du coup d’état qui avait fait tomber le président feu Sidioca en 2008, compte investir le champ politique en parallèle de ce lourd dossier sur ses trousses. Il y’a quelques jours, il a été empêché de se rendre à Rosso (La capitale du Trarza) pour assister à un rassemblement politique du parti Ribat dirigé par un ex partisan du mouvement abolitionniste IRA-Mauritanie Saad Louleid.

Ainsi on peut oser un décodage que cette décision de l’empêcher de quitter le territoire présage une ligne droite pour l’établissement d’un procès sous peu. À suivre…!

KS pour le BLOG

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR

👉🏿 Lien Amazon de notre livre Mes Écrits https://amzn.eu/d/4R0fqa9

● Conseil des ministres : la validité des cartes nationales d’identité prorogée de deux ans

Des membres du gouvernement, ont commenté mercredi soir, les résultats du conseil des ministres qui s’est déroulé plus tôt dans la matinée. Il s’agit des ministres de l’Équipement et des Transports, porte-parole du gouvernement, M. Nany Chrougha, de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Mohamed Ahmed Ould Mohamed Lemine, de l’Éducation nationale et de la Réforme du système éducatif, M. Brahim Vall Mohamed Lemine, du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme, M. Lemrabott Ould Bennahi.

Introduisant le point de presse hebdomadaire, le porte-parole du gouvernement a déclaré que le conseil a examiné et approuvé plusieurs projets de loi, de décrets et de communications, dont le projet de décret portant prorogation de la durée de validité des cartes nationales d’identité (CNI).

Intervenant à sa suite, le ministre de l’intérieur a exposé les points saillants de deux projets de décret. Le premier a trait à la durée de validité des cartes nationales d’identité. Elle sera étendue jusqu’en décembre 2024.

Le ministre a relevé que selon les données dont il dispose, plus de 1 200 000 CNI vont expirer d’ici mai 2023. Les fonds nécessaires pour les renouveler sont estimés à 4 800 000 euros. La prorogation, sera bénéfique aux caisses de l’État et aux populations.

Le ministre a rappelé que la décision prise aujourd’hui, s’inscrit dans le cadre d’une série de réformes que le ministère va apporter au système biométrique national. Ces réformes qu’il a qualifiées de progressives, vont permettre d’optimiser le travail effectué par Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés.

Ensuite, le ministre de l’Intérieur a exposé les points saillants du second décret qu’il a présenté en conseil des ministres. Il s’agit du projet de décret portant sur les modalités du recensement administratif à vocation électorale (RAVEL). Il a rappelé que la validité de la carte nationale d’identité est une des conditions pour figurer sur les listes électorales. Concernant le Ravel, le ministre a déclaré que le recensement sera effectué par l’agence nationale des statistiques, sous le contrôle de la Commission électorale nationale indépendante. Le Ravel permettra de constituer le fichier électoral, en prélude des élections qui auront lieu courant 2023.

Lien suite sur ami.mr https://ami.mr/fr/index.php/2022/12/21/conseil-des-ministres-la-validite-des-cartes-nationales-didentite-prorogee-de-deux-ans/

● Mauritanie : création d’un Institut pour la Promotion et l’Enseignement des Langues Nationales (IPELAN)

Le gouvernement mauritanien a annoncé mercredi 21 décembre la création d’un Institut pour la Promotion et l’Enseignement des Langues Nationales (IPELAN).

« La création de cet Institut intervient en application des dispositions de la loi d’Orientation du système Educatif National n°2022-023 du 17 août 2022 », explique le communiqué du Conseil des Ministres.

« L’IPELAN a pour mission : (i) d’organiser, de coordonner et de promouvoir l’ensemble des recherches appliquées dans le domaine des langues nationales ; (ii) de préparer l’introduction dans le système éducatif national des langues Pulaar, Soninké et Wolof ; (iii) d’assurer la formation du personnel chargé de l’enseignement de ces langues dans les établissements scolaires ; et iv) d’assurer l’élaboration du matériel pédagogique », a indiqué le gouvernement.

« L’institut va jouer un rôle pivot dans la réintroduction des langues nationales dans le système éducatif. C’est à cette institution qu’il appartiendra désormais de coordonner l’ensemble des recherches portant sur les langues nationales, la formation du personnel enseignant et la mise en place du matériel pédagogique », a expliqué le ministre de l’Éducation nationale et de la Réforme du système éducatif, Brahim Vall Mohamed Lemine.

Le ministre a aussi souligné que l’expérience du précédent établissement (Institut National des Langues, NDLR) sera prise en compte, ainsi que les personnes ressources qui sont déjà actives dans la promotion et la formation en langues nationales.

« L’institution va fonctionner en l’état durant la période transitoire durant laquelle les langues nationales vont être réintroduites dans le système éducatif. Une fois que cela sera généralisé, les prérogatives de l’institut seront transférées aux inspections, à l’Institut national pédagogique et aux écoles de formation », a précisé Brahim Vall Mohamed Lemine.

La création de cet Institut pour la Promotion et l’Enseignement des Langues Nationales (IPELAN) intervient après l’adoption d’une loi sur la réforme de l’éducation. Celle-ci réintègre l’enseignement des langues nationales dans le système éducatif.

En 1979, le gouvernement mauritanien avait créé un Institut des Langues Nationales (ILN).

Par Cridem Actualités

©️ via cridem https://cridem.org/C_Info.php?article=761819

● Mauritanie | la CENI propose un chronogramme pour les prochaines élections

La commission électorale nationale indépendante a approuvé la proposition relative au chronogramme des élections législatives, régionales et locales de 2023 en recommandant la convocation du collège électoral le 28 février prochain et le premier tour du vote le 13 mai 2023.

La CENI propose les dates ais c’est le président de la république qui convoque le collège électoral, selon la constitution mauritanienne.

La Commission électorale nationale indépendante a délibéré sur la question lors d’une réunion samedi dernier, selon le procès-verbal auquel « Sahara Media » a eu accès.

La CENI a précisé qu’elle avait le choix de convoquer le collège électoral le 6 février, ce qui fera coïncider à cette date la campagne électorale avec le mois béni du Ramadan et la fête d’Evitr.

Ce choix prévoyait les délais suivants : convocation du collège électoral le 6 février 2023, lancement de la campagne électorale le 7 avril 2023, organisation du premier tour des élections samedi 22 avril 2023 et le second tour samedi 6 mai 2023.

La CENI a cependant abandonné ce choix et a recommandé de donner la priorité au choix du lancement de la campagne électorale dès la fin du mois du Ramadan ce qu’elle considère plus prudent.

Ce deuxième choix fixe lui les délais suivants : convocation du collège électoral le 28 février 2023, ouverture de la campagne électorale vendredi 28 avril 2023, organisation du premier tour samedi 13 mai 2023 et deuxième tour samedi 27 mai 2023.

La classe politique du pays, dans un accord avec le ministère mauritanien de l’intérieur et de la décentralisation avait décidé d’anticiper la date des élections prévues initialement mi-2023, une anticipation justifiée par la période d’hivernage dans le pays.

©️ via https://fr.saharamedias.net/mauritanie-la-ceni-propose-un-chronogramme-pour-les-prochaines-elections/

● Kaédi : Le Président de la République inaugure 54 établissements scolaires et 20 structures de santé et pose la première pierre du projet de 1932 logements sociaux dans 10 wilayas

Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a supervisé, ce lundi dans la ville de Kaédi, la pose de la première pierre de la construction de 1932 logements dans dix wilayas et l’inauguration de 54 établissements scolaires et 20 structures de santé, réalisées par la délégation générale à la Solidarité nationale et à la Lutte contre l’Exclusion (Taazour).

Le projet de logements sociaux, qui est l’une des composantes du programme “Dari” de la délégation Taazour, est mis en œuvre dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de la fourniture de logements sociaux adéquats aux citoyens.

Le financement global de ce programme qui s’élève à environ seize milliards MRO, permettra la construction de 1932 logements dans dix capitales régionales dont 276 logements à Kaédi, avec un délai d’exécution compris entre 7 et 16 mois, à condition qu’ils soient tous livrés avant le 7 mars 2024, .

S’agissant des 54 établissements scolaires qui ont été réalisés par Taazour à travers le programme “Cheïla”, ils comprennent 43 écoles primaires, 6 collèges et 5 lycées avec des équipements de bureautiques, de matériels didactiques et plus de 8 000 tables-bancs pour un coût global de 620 millions MRO.

De même, Son Excellence le Président de la République a supervisé l’inauguration de 20 centres et postes de santé réalisés également par Taazour à travers le programme « Cheïla, avec un budget de 3 milliards 636 millions MRO.

Son Excellence le Président de la République a posé la première pierre du lancement des travaux dans les unités d’habitation et coupé la bande symbolique marquant l’inauguration de 54 établissements d’enseignement et de 20 points et centres de santé. Tout comme il a donné le coup d’envoi pour les travaux de vaste projet de construction de 1932 logements dans dix wilayas.

Dans une allocution qu’il a faite à cette occasion, le délégué général à la Solidarité Nationale et à la Lutte contre l’Exclusion(Taazour) a indiqué que ces importants projets de développement viennent en concrétisation des engagements de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, notamment dans le domaine social au profit des groupes les plus vulnérables.

Il a ajouté que Taazour concrétise les engagements présidentiels les plus importants envers les citoyens après un certain nombre de décisions importantes qui ont élevé sa place dans la hiérarchie administrative par son rattachement la Présidence de la République. De plus, a-t-il ajouté, une plus grande autonomie administrative et financière lui a été conférée et honneur lui a été fait à travers la présidence par le Président de la République de son Conseil Supérieur d’Orientation Stratégique qui compte en son sein le Premier ministre et douze membres du gouvernement.

Le délégué général de Taazour que ce statut et celle indépendance d’action ont valu à la délégation d’abattre un travail colossal sur la voir de réalisation des engagements de Son Excellence le Président de la République à travers des approches basées sur la réflexion méthodique pour déterminer les moyens les plus efficaces de mises en œuvre des stratégies et politiques de développement, de protection sociale, de solidarité nationale, de lutte contre l’exclusion et la pauvreté.

C’est ainsi, a-t-il souligné qu’elle a conçu de façon novatrice des modèles de gouvernance adaptés aux impératifs d’intervention de l’État dans les domaines socioéconomiques au profit des franges pauvres, des groupes en situation de précarité et des personnes à faibles et revenus.

Le Délégué Général a fait une présentation détaillée des réalisations de la de son institution au cours de la dernière période du mandat de Son Excellence le Président de la République, soulignant le caractère transversal de ses interventions qui couvrent l’éducation, de l’assurance maladie, l’appui au travers des filets sociaux, les réponses aux crises d’urgence, la sécurité alimentaire, agriculture et l’énergie domestique en zone rurale. A ces actions s’ajoutent, a-t-il dit, les actions d’aide et de soutien sociaux directs en faveur des groupes les plus vulnérables.

De son côté, le président du conseil régional du Gorgol, M. Amadou Abou Ba, a apprécié le lancement du projet de logements sociaux à Kaédi et le service qu’il représente pour la population la plus nécessiteuse, surtout après que la ville a été exposée aux inondations au cours de la dernière saison des pluies.

Il a ajouté que les habitants de la wilaya se réjouissent profondément des grands progrès réalisés au Gorgol dans divers domaines.

Abondant dans le même sens, le maire de Kaédi, M. Tahra Bradji, a exprimé la joie des habitants de Kaédi de voir se réaliser sur le terrain des rêves auxquels ils aspiraient et qui vont contribuer grandement à améliorer les condition et le cadre de leur vie.

« Kaédi est devenu aujourd’hui un vaste chantier grâce aux projets de développement prioritaires, qui auront un grand impact pour l’atteinte du développement durable au profit du pays et du citoyen.

La cérémonie s’est déroulée en présence du wali du Gorgol, M. Ahmedna Ould Sid’Ebbe, du hakem de Kaédi, M. Mohamed Salem Ould Salahi, des autorités administratives, militaires et sécuritaires et des chefs service régionaux de la wilaya.

©️ https://ami.mr/fr/index.php/2022/12/05/kaedi-le-president-de-la-republique-inaugure-54-etablissements-scolaires-et-20-structures-de-sante-et-pose-la-premiere-pierre-du-projet-de-1932-logements-sociaux-dans-10-wilayas/