● Le chef de centre de recensement de Selibaby s’arroge les pleins pouvoirs | Par Ibrahima Dioum

Le chef de centre de L’Etat civil de Selibaby refuse le recensement à une citoyenne sous prétexte que cette dernière serait plus âgée que la date de naissance déclarée « tu dis que tu es née en 2000, tu fais plus, dis moi ta vraie date de naissance ».

Ce refus vexant arrive alors que le dossier de la pauvre dame a été validé par la commission de l’enrolement dont fait partie le chef de centre. La chose la plus incroyable est que la justice, après enquête avait rendu un jugement validant la date de naissance de l’intéressée.

Depuis plus d’un mois maintenant, le chef de centre décrié s’amuse a donné des rendez-vous sans fin à la pauvre citoyenne, moments pendant lesquels la jeune dame est soumis à un interrogatoire pour le moins humiliant. Le chef, sans limite dans son abus de pouvoir a même convoqué la maman de la concernée pour lui dire que sa fille est plus âgée que la date de naissance déclarée.

Pourquoi le chef de centre de recensement de Selibaby se dédit de la sorte ? Pourquoi ne fait il pas confiance à la justice qui a fait son travail ? En tout cas cet administrateur a fait ce qu’il veut au détriment d’une citoyenne qui ne réclame que son droit à l’état civil. Et tout cela se passe au moment où le chef de L’Etat demande aux administrateurs de bien se comporter, de restaurer la confiance avec le peuple et de répondre aux demandes des citoyens.

©️ Crédit source : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10222800568218514&id=1104968853

● Le député BDA face à des journalistes africains à Paris.



Lundi 19 septembre 2022, le député mauritanien Biram Dah Abeid a rencontré plusieurs journalistes africains en poste à Paris. En échange avec eux durant plusieurs heures, le leader anti-esclavagiste du mouvement IRA-Mauritanie a répondu avec clarté aux questions posées. De l’historique de son engagement droit-de-lhommiste, sa stature politique en Mauritanie, les questions d’actualité, la géopolitique sous-régionale et les perspectives qui pointent à l’horizon, il a tenu à exprimer et expliciter ses positions.

À suivre prochainement une interview réalisée avec le journaliste beninois Emeric Tohouégnon sur la chaîne généraliste africaine Télésud basée à Paris. Présents également un journaliste sénégalais pour Seneweb et un journaliste malien de La Voix du Mali. Leurs articles sont attendus également dans la presse.

Sur la thématique de l’esclavage, le journaliste sénégalais M. LY (Seneweb) raconte avoir été visé bruyamment par certains milieux négro-mauritaniens, quand il avait abordé les restes liées (cimetières séparés) au phénomène dans certaines localités dans notre zone. Connaisseur de certaines réalités sociales et politiques de la Mauritanie, il a indexé des contradictions saillantes au sein de groupes negro-mauritaniens qui luttent contre le racisme à l’échelle du pays. Très surpris, je me suis dit qu’une certaine conscience émerge au sein du monde africain sur nos anachronismes et nos bizarreries intra-muros. On ne peut couvrir des mentalités esclavagistes et féodales chez nous en coulisses et s’affirmer ailleurs chantres antiracistes. C’est trop gros !



KS pour le BLOG.

👉🏿 Lien PayPal de support au BLOG https://paypal.me/blogcriose?country.x=FR&locale.x=fr_FR