✓L’édi-Blog | Mes arguments de plaidoyer pour l’officialisation de toutes nos langues en Mauritanie .

Aujourd’hui en Mauritanie tout ce qui se dit et s’active autour des langues et leur statut prend inévitablement une coloration politique et même politicienne. Et si on essayait de centrer et surtout de se centrer sur nous individuellement comme élément social et citoyen par nos vécus et nos réalités du jour le jour. Je crois qu’on n’a pas besoin d’être un génie prophétique pour saisir qu’une langue maternelle fait partie des éléments constitutifs clés de l’unité centrale de notre Être multidimensionnel. Si on veut on peut, la Mauritanie peut être officiellement multilingue sans problème comme en Bolivie où une vingtaine de langues sont officielles y compris l’espagnol, la langue de l’ancien occupant colonisateur. Je me demande en quoi l’officialisation du soninké, du wolof, du peulh et même du bambara, serait une source d’atteinte dysfonctionnelle à la langue arabe – hassanya. Je crois que cette dernière n’y perd rien du tout et peut se voir tenir sereinement hors de toute instrumentalisation politicienne d’exclusion, le statut de langue témoin de liaison entre nous et parmi nous. D’ailleurs comme la langue française que d’aucuns font semblant de l’éradiquer avec beaucoup d’hypocrisie comme elle serait une idéologie intrusive à bannir dans notre pays. Et pourtant le français tient un lien communicatif entre beaucoup de mauritaniens, et surtout chez une certaine élite trans-communautaire très branchée culturellement et intellectuellement au giron francophone et occidental à l’extérieur. Cette langue, héritage de l’ordre colonial français fait converser aisément un soninké avec un peulh, un haratine, un maure, un wolof et un bambara. L’arabe et le français, avec beaucoup de bonnes dispositions visionnaires, peuvent être à niveau égal un duo linguistique d’ouverture au monde extérieur. Aujourd’hui les langues dites nationales, une fois qu’elles deviennent officielles, l’État par une politique intelligente de construction nationale et d’identité harmonieuse avec nos spécificités linguistiques et géographiques, doit pouvoir faire un attelage administratif et réglementaire qui ne frustrerait aucune composante sociolinguistique à terme. Nous aimons nos langues, toutes nos langues, mais ayons la lucidité nécessaire d’accepter qu’elles n’ont pas toutes les mêmes possibilités internationales aujourd’hui. Ainsi menons des plaidoyers équitables adaptés à court, à moyen et à long terme. Un préfet maure qui parle couramment le soninké appris à l’ENA qu’on pourrait affecter prioritairement à Ould yenge (Guidimagha) ne serait pas moins méritant qu’un diplomate arabisant universitaire nommé aux nations unies. Que nos autorités osent sincèrement poser les jalons d’une Nation Mauritanienne fière de ses spécificités internes et ouverte au Monde de son temps. Trait-union encore l’Afrique subsaharienne et le Maghreb, on apprenait à juste titre en histoire géo à l’époque. Alors assumons ce que nous sommes réellement en officialisant toutes nos langues et en faisons un usage pertinent et pragmatique qui embrasse paisiblement nos réalités.

Entre temps, à nous de donner corps créatif et support réellement à nos langues sans symboles alphabétiques « innés ». Au contraire de l’arabe-hassanya qui est porté par l’officialité de l’arabe classique, les autres langues sont orphelines historiquement de cette donnée cruciale donc elles se trouvent reléguées à la traîne même dans leur environnement naturel et majoritaire d’expression. Il faut du boulot, beaucoup même pour qu’on se mette à jour dans nos langues, et certains s’y travaillent historiquement à travers des associations dédiées. Il en faut plus à mon avis, pour arriver à structurer d’une manière soutenue le fond linguistique et à familiariser la masse de locuteurs. Par exemple, moi personnellement, Wali (gouverneur) et Hakem (préfet), je ne connais pas mot à mot leurs équivalents en soninké. Il est urgent d’asseoir mieux l’aspect technique de nos langues dites maternelles avec beaucoup de contenus. Les caractères latins sont déjà choisis, et les génies et les courageux ne manqueront pas de prouver le contraire de ce qu’on fuit par paresse maladive et aliénation intellectuelle. Il est de facilité notoire, qu’on croit que les contenus scientifiques sont hors de portée de nos langues maternelles. Notre jeune compatriote mathématicien exerçant à Londres, Mr Mouhamadou SY dit Pullo Gaynaako clame et démontre pertinemment avec beaucoup de science, que la langue peulh prend et comprend toutes les subtilités mathématiques comme toute autre langue. Je mettrai une capture d’écran d’un post Facebook qu’il a publié récemment pour illustrer qu’un groupe de gens n’ayant jamais fréquenté l’école a su apprendre des outils mathématiques.

Cet élément illustratif m’a personnellement interpellé avec un bref feedback mémoriel sur les activités commerciales de mon père (paix éternelle à son âme) décédé il y a 13 ans. Illettré, il fut, mais commerçant négociant en sommant de troupeaux de bœufs du village vers le marché sénégalais généralement à Dar Diolof et Dakar durant de nombreuses années (débuts des années 1970… jusqu’à 2002). Après la vente des animaux, il revenait avec d’autres marchandises d’importation ou de la devise étrangère. En gros je veux signifier qu’une certaine comptabilité était nécessairement tenue pour se retrouver dans pareille activité. Je m’étais rendu compte de la complexité des choses 2004, quand j’étais sur la même aventure en compagnie d’un oncle décédé également il y a quelques années (paix éternelle à son âme). Nous avions pris les transports communs du Guidimagha pour rejoindre Dar Diolof, les bergers et les bœufs partis il y a quelques jours déjà. Une fois sur place, il y a des jours ouvrables où des puissants acheteurs venaient de Dakar pour prendre par plusieurs dizaines de têtes de bœufs, et on s’était libérés après 2 ou 3 jours de marché. De Dar Diolof en passant par Dakar jusqu’au retour du village, je tenais mes chiffres à l’aide d’une calculatrice et d’un carnet de notes. Conclusion, nos gens illettrés tirent et tiennent naturellement de notre environnement de notions complexes de calculs, et ils les faisaient comprendre par nos langues maternelles avec aisance.

Autre élément non de moindre, il y’a bientôt une année, un professeur et lettré en sciences islamiques du nom de Cheikh Mohamed Diakho Tanjigora a publié le Coran entier traduit en soninké (sens de versets), Lire https://soninkideesjose.wordpress.com/2021/04/28/la-parution-dun-ouvrage-dune-portee-intellectuelle-monumentale-en-milieux-soninkes-le-saint-coran-traduit-en-langue-soninke-par-le-professeur-muhammad-diakho-tandjigora/ .



Ainsi les 6 236 versets ou signes ont été portés et contenus intelligiblement dans la langue soninké en utilisant l’alphabet latin. Un travail monumental qui a certes mobilisé du temps et d’efforts colossaux, mais la production est là donc en la matière tout est réalisable quand on veut et on y met les moyens. Aujourd’hui en Mauritanie, la documentation administrative nécessaire à la bonne marche au service des populations concernées, peut être traduite et disponibilisée dans toutes nos langues naturellement OFFICIELLES. Il faut le vouloir, je rappelle qu’il y a des pays où il y a une vingtaine de langues officielles, nous sommes à quatres ou 5 seulement…!

✍🏾KS pour le BLOG

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s