✓Conférence de presse de Biram : Tous les sujets sur la table

Fraichement rentré au pays après une série d’activités en Europe, le président du mouvement IRA Birame Dah Abeid a tenu le lundi 11 octobre une conférence de presse au niveau de son siège au PK 10.

Le député a abordé d’emblée la question lancinante des concertations nationales en vue, « des concertations entre les différentes composantes de la classe politique et de la société civile que nous attendons avec religiosité et avec un immense espoir », dit-il.

« Une démarche suivie qui soit appropriée et inclusive »

Et de souligner que : « depuis 1978, les mauritaniens courent derrière un pouvoir qui les écoute et qui traite avec sincérité avec le peuple et la classe politique. » Et c’est chose faite et l’espoir que ces concertations soient couronnées de succès a été vivement émis par le conférencier qui a souhaité que la démarche suivie soit appropriée et inclusive.

Abordant la situation qui prévaut, il dira sans sourciller que les mauritaniens ont besoin d’un dialogue, d’une ouverture et d’une attention du pouvoir à leurs problèmes. Et de citer entre autres les inégalités sociales, « les problèmes des populations touchées par le cancer socio-structurel qu’est l’esclavage et celles qui avaient été victimes de l’épuration éthique ».

« Les gabégistes continuent à occuper des postes clés dans la haute administration »

Il a cité aussi l’ampleur de la gabegie, la pauvreté, le chômage et le désespoir suscités par l’échec des services publics avec l’inaccessibilité aux services sociaux de base (Education, Santé, eau potable, routes…)

Cet échec généralisé a, dit-il, été provoqué par la politique de gabegie avec la dilapidation des ressources publiques. Et la gabegie, a-t-il noté, bat son plein. « L’action judiciaire contre Aziz n’a pas été salvatrice et dissuasive pour les gabégistes qui continuent à occuper des postes clés dans la haute administration. »

Cette situation peu enviable n’est pas du goût de la jeunesse qui, selon Birame, est aujourd’hui une jeunesse consciente et éveillée qui aspire à une vie et à une gouvernance meilleure. « Cette jeunesse a les moyens d’investigation et de dénonciation. Il y a possibilité de contestation publique du pouvoir en place mais il y a aussi possibilité de créer le désordre. »

« Nous frôlons le ras-le-bol populaire »

De ce fait le député a lancé un appel au président de la République et à ceux qui l’entourent : « Nous frôlons le ras-le-bol populaire. Les lignes rouges sont en train d’être franchies. Certains responsables gèrent avec insouciance et insolence. Et c’est ce qui a entraîné les problèmes de R’kiz. Le président de la République doit recevoir le pouls direct du peuple. Des mesures d’urgence doivent être prises. Avec la montée des prix, les foyers ne mangent plus à leur faim et basculent dans le désespoir. La vie est chère M. le président.»

« Le pôle IRA-RAG est engagé à soutenir ce dialogue »

Le président du mouvement abolitionniste a réitéré l’engagement du pôle IRA-RAG et sa disposition à soutenir ce dialogue qui pourrait permettre au président de la République « de voir son nom inscrit en lettres d’or dans l’histoire du pays en permettant aux acteurs de s’asseoir sur une même table et régler les problèmes du pays. » « Et pour que ce dialogue réussisse, ajoute-t-il, il faut qu’il soit entamé et conduit avec équité et clairvoyance. Il faut que tous les pôles soient pris en considération. Doivent également être prises en considération les mouvances que les pôles vont identifier. »

« Les engagements pris dans le cadre de l’accord tripartite doivent être respectés »

De l’avis de Birame, ces concertations doivent aussi concerner les ONG les plus en vue de la Société Civile, celles des Veuves et des Orphelins. Et d’ajouter que les rescapés des événements antérieurs doivent être prioritaires. La question des déportés rentrés au pays doit être réglée et les engagements pris dans l’accord tripartite (Mauritanie-Sénégal- HCR) doivent être respectés. Et l’Etat doit ramener ceux qui sont restés au Sénégal et au Mali. « Ce problème doit être réglé à la racine et définitivement. »

« La question des terres est fondamentale pour la cohabitation »

Autres chantiers soulevé : « Les dossiers de la gabegie et le système judiciaire qui est accaparée par une seule communauté à travers sa culture et sa langue. Beaucoup de justiciables ne connaissent pas la langue et il n’existe pas d’interprétariat digne de ce nom. »

L’esclavage agricole a été également a été abordé : « la question des terres est fondamentale pour la cohabitation. Elle est régie par un système féodal et moyenâgeux, un système comparable à celui des Faisandas de l’ancien Brésil. »

« Le problème de la proportionnelle doit être réglé sincèrement »

Sur le point concernant la gouvernance démocratique, Birame a parlé de la Proportionnelle. A ce sujet, il met en jarde le président : «Je souhaite que Ghazouani accepte de poser ce problème pour qu’il soit réglé sincèrement. Pourquoi cette course contre la montre du Conseil des ministres pour créer de nouvelles moughataas. Le président ne doit pas accepter que ses proches l’entrainent vers l’abolition de la proportionnelle aux législatives. Ça y ressemble beaucoup. L’UPR veut que la proportionnelle soit éliminée. Mais on doit l’élargir aux régions de Nouakchott et aux municipalités. »

« Le pouvoir était revenu sur la réforme importante du vote militaire »

Birame a par ailleurs parlé du vote militaire qui avait déjà connu une avancée significative, affirme-t-il. Ainsi les militaires votaient un jour avant le scrutin. Mais en 1993et 1994, ce vote n’avait pas été totalement favorable à l’Etat, c’est pourquoi le pouvoir était revenu sur cette réforme importante.

« En 2014, j’ai eu 7000 votes militaires et en 2019, il n’y avait aucune voix militaire pour moi. Dans les bureaux où se déroulait le vote militaire, les urnes avaient été bourrées. Donc il faut que cette situation soit revue. »

« Le pouvoir doit accepter la compétition »

L’autre grand morceau, selon Birame, c’est le système démocratique. « Le pouvoir doit accepter la compétition. Le pouvoir de Maaouya avait refusé d’accepter la compétition avec AC sous prétexte que dans ce parti il n’y avait pas toutes les composantes. AC avait été interdit. Et pourtant d’après la constitution, les Haratines sont des Maures. Il y a eu le même problème avec IRA et le parti RAG en 2010 et 2013. On prétend que dans le mouvement IRA, il n’y a pas une représentativité de toutes les communautés. C’est ridicule. C’est un problème grossier. Quand on dit que IRA-RAG ne peuvent pas être reconnus car il n’y a pas la composante arabe et pourtant il y a Birame, il y a Oumar Ould Yali. Cela est indéfendable devant l’ONU et la communauté internationale.

« Si le gouvernement mauritanien élimine le RAG qui va le concurrencer ? »

Les mauritaniens ne peuvent pas continuer à régler leurs comptes à leurs adversaires et compétiteurs politiques par des décisions arbitraires. Si le gouvernement mauritanien élimine le RAG qui va le concurrencer ? Même avec des coalitions, seul le RAG peut avoir un score en 2 chiffres. De ce fait, tous les observateurs savent qu’il n’y a pas de démocratie quand on élimine le principal adversaire et j’espère que Ghazouani va régler cet imbroglio créé par Maouya et Aziz. »

Bakari Gueye

©️ Crédit source : http://www.lecalame.info/?q=node/12577

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s