✓Félicitations à notre jeune compatriote gagnant du concours « Muezzin Bilal » au Sénégal | Mohamed Abdoul Dia

Un concours organisé par une TV Sénégalaise 2STV . En savoir plus sur https://www.facebook.com/1418382215085282/posts/2898123287111160/

• Questionnements autour de ce prénom Bilal chez nous !

Du prénom « Bilal », ah ce prénom assimilé et connoté dans une certaine socialisation cultuelle et culturelle dans nos communautés negro-mauritaniennes. Un doyen avait fait remarquer que ce prénom est rarement ou même inexistant au sein de couches sociales dites supérieures dans nos milieux. Parce qu’un imaginaire collectif est construit donnant ce prénom comme celui d’un « esclave ». Dans le sillage d’une idéologie esclavagiste tapie dans les consciences communautaires, le compagnon Bilal (esclave affranchi) et premier muezzin aux temps prophétiques, est à l’origine symbolique d’une perpétuation sociale (dévalorisée) autour de cette fonction cultuelle. J’y ai un peu cogité dans mon environnement proche au sein de la communauté soninké, ce prénom est généralement encarté dans la composante sociale dite des descendants d’esclaves…. Hasard ou pas….? Et peut être un énième élément du fin puzzle de nos petites hypocrisies socialement tenues intra-muros. Une forme pompeuse à fêter occasionnellement pour une figuration collective et un fond gênant à éviter insidieusement.

#Bilal #Muezzin

– KS pour le BLOG

Mauritanie | La nouvelle équipe gouvernementale après le mini remaniement (AMI)

✓La Présidence de la République annonce un remaniement ministériel

• Nouakchott, 26/05/2021

La Présidence de la République a annoncé, en date de ce jour (mercredi, ndlr), un remaniement ministériel, en vertu d’un décret, et sur proposition du Premier ministre.

Aux termes de cet aménagement les personnalités suivantes ont été nommées :

Ministre de l’Education nationale et de la Réforme du Système éducatif : Mohmed Melainine Ould Eyih ;

Ministre de la Santé : Sidi Ould Zahaf ;

Ministre de la Fonction publique et du Travail : Camara Saloum Mohamed ;

Ministre de la Transformation numérique de l’Innovation et de la Modernisation de l’Administration : Abdel Aziz Ould Dahi ;

Ministre des Pêches et de l’Économie maritime : Dy Ould Zein ;

Ministre de l’Agriculture : Sidina Ould Sidi Mohamed Ould Ahmed Ely ;

Ministre de l’Élevage : Lemrabott Ould Bennahi ;

Ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme : Naha Mint Hamdi Ould Mouknass ;

Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle : Taleb Ould Sid Ahmed ;

Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire : SidAhmed Ould Mohamed ;

Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement : Mohamed El Hacen Ould Boukhreiss ;

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Amal Sidi Cheikh Abdallahi ;

Ministre de la Culture, de la Jeunesse, des Sports et des Relations avec le Parlement, Porte- parole du gouvernement : Moktar Ould Dahi ;

Ministre de l’Action sociale, de l’Enfance et de la Famille : Naha Mint Haroune Ould Cheikh Sidiya.

AMI

Regardez « Situation des réfugiés mauritaniens au Sénégal: Le député Biram Dah Abeid interpelle macky SALL » sur YouTube

Discours du président Biram Dah Abeid lors de la conférence de presse tenue conjointement à Dakar par IRA-Mauritanie, IRA-Senegal et la délégation des droits l’hommiste américains dirigée par Abolition Institute, le mercredi 26 mai à la mairie de DiammaGuene.

©️ Crédit source : réseaux IRA-Mauritanie

Mauritanie | A propos de la 1ère Dame


Mariem Mint Mohamed Fadel Ould Dah a accompagné son époux à Paris, venu assister au sommet sur le financement des économies africaines. Elle en a profité pour discuter avec Brigitte Macron de ses combats.




🔷Ancien ministre :


Née en 1980 à Atar, dans la région de l’Adrar, Mariem Dah a quatre sœurs et un frère. Son père, Mohamed Fadel Ould Dah, est un ancien militant du Mouvement national démocratique (MND, un parti de gauche), très respecté dans tous les milieux politiques.

Cet avocat a occupé de nombreuses fonctions : il fut ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique du président Mohamed Khouna Ould Haidalla, ambassadeur dans de nombreux pays arabes (Irak, Syrie, Jordanie, Maroc…), puis conseiller de Maaouiya Ould Taya. Il est aujourd’hui retraité.


🔷Étudiante à Damas:


« J’ai grandi dans une famille très ouverte d’esprit », confie-t-elle. Mariem Dah a beaucoup voyagé dans son enfance, au gré des missions diplomatiques de son père.

Elle a été scolarisée en Syrie, où ce dernier était alors en poste. Puis, elle s’est inscrite en 1999 à la Faculté de médecine dentaire de Damas, dont elle est sortie diplômée en 2004.


🔷Rencontre :


Retour en 2003. Encore étudiante, elle séjourne en Mauritanie afin de préparer son futur recrutement dans l’armée. À l’état-major, où elle vient préparer des papiers administratifs, elle rencontre Mohamed Ould Ghazouani, alors commandant du Bataillon blindé.


Ils se sont depuis mariés et ont eu trois fils, de 16, 13 et 7 ans. Mohamed Ould Ghazouani a trois filles issues d’un premier mariage.


🔷Grandes familles soufies :


Avant leur rencontre, et bien que les deux futurs époux ne se soient jamais croisés, les familles entretenaient déjà des liens étroits de longue date.

Cheikh Mohamed Ahmed Ould El Ghazouani, le défunt père du futur président, était le chef d’une grande confrérie soufie (courant ésotérique et mystique de l’islam) de l’est de la Mauritanie et comptait des milliers d’adeptes.

Mariem Dah est elle aussi issue d’une grande famille soufie. Son grand-père maternel en était une figure très respectée.


🔷Dentiste militaire :


Une fois diplômée, elle rentre s’installer à Nouakchott et exerce comme dentiste militaire durant un an. Elle devient ainsi fonctionnaire de l’État.

Deux ans plus tard, en 2006, elle ouvre son propre cabinet, avant d’intégrer l’Office national de la médecine du travail.


🔷Différence :


En 2008, naît son second enfant, Fadel, qui porte le prénom de son père. Le sachant différent « je déteste le terme de handicap », précise-t-elle, Mariem Dah entame un parcours du combattant afin qu’un diagnostic précis soit posé sur la maladie de son fils.

Elle multiplie les allers-retours entre Nouakchott et l’hôpital Necker-Enfants malades de Paris. En vain.


🔷Cap sur Washington:


En 2011, son mari est chef d’état-major depuis trois ans lorsqu’elle décide de partir aux États-Unis afin de consulter d’autres médecins pour son fils.

Elle intègre l’ambassade de Mauritanie à Washington, en tant que première conseillère et enchaîne sans relâche les rendez-vous médicaux jusqu’à ce qu’on puisse lui dire avec certitude que son enfant souffre d’une maladie génétique très rare, liée à l’autisme.


🔷Combat d’une vie :


En 2018, elle rentre à Nouakchott et se lie via un groupe Whatsapp à d’autres femmes, elles aussi mères d’enfants autistes. Ce trouble neurodéveloppemental est très tabou en Mauritanie.

Elle crée avec une amie la première Association des enfants autistes de ce pays puis, avec un financement émirati, elle ouvre le Centre Zayed qui leur dispense des soins (éducation spécialisée, orthophonie, ergothérapie, kinésithérapie…) et accompagne leurs parents. Cette structure offre également des diagnostics gratuits.


🔷Loin de la politique :


Première dame depuis l’investiture de son époux, en août 2019, elle a délégué la gestion du Centre Zayed, mais continue de recevoir trois fois par an personnellement les familles.

Toujours à distance de la vie politique, elle projette d’ouvrir un grand établissement, qui pourrait, non seulement, accueillir les enfants autistes, mais aussi trisomiques et aveugles.


🔷Rendez-vous à l’Élysée :


Le 20 mai, elle s’est notamment entretenue au sujet de son combat avec Brigitte Macron, elle-même engagée sur les questions liées au handicap, qu’elle a pris l’initiative de solliciter.

Elle s’était rendue pour la première fois à l’Elysée trois jours plus tôt, afin de prendre part au dîner offert par Emmanuel Macron aux présidents et chefs de gouvernement, en marge du sommet sur le financement des économies africaines.


✍️Par Justine Spiegel, JEUNE AFRIQUE / kaw touré FB

©️ Crédit source : https://www.chezvlane.com/A-propos-de-la-1ere-Dame_a23257.html

DECLARATION LIMINAIRE DU PRESIDENT DE L’ASSEPS SEYDOU MOYE SIDIBE LORS DE LA CONFERENCE DE BAMAKO.


Les rapports entre humains sont aujourd’hui régis par les textes internationaux, communautaires er nationaux. L’article 1er de la déclaration universelle des droits de l’homme disposent : « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. » Ainsi, la déclaration met à égalité tous les hommes sans distinction de race, de sexe, d’appartenance ethnique, de profession, de culture, de religion ou pour tout autre motifs. La civilisation humaine a donc atteint un degré qui doit amener chaque individu à refuser les inégalités quel que soit son origine.
Nous saluons les initiateurs de la conférence de Bamako.

La communauté soninké de la sous-région Ouest africaine garde jalousement des coutumes ancestrales aux antipodes de ces textes novateurs dont les prescriptions ont facilité l’équilibre du monde depuis le début de la deuxième moitié du 20ème siècle. Elles conservent certaines coutumes communément appelés « LAADA » dont l’application aboutit à l’instauration de la suprématie d’une race dite supérieure sur une autre inférieure.

Cette société dite supérieure est composée comme suite :
• Les chefs de village
• «Les maudis» marabouts
• «Les mangous» juges
Ce système rétrograde a marqué le fonctionnement de la société depuis des temps très anciens mais la nouvelle génération la supporte de moins en moins et cette conception féodale de la société favorise régulièrement des tensions. Le refus de cette soumission des classes naguère inférieures et ses conséquences ont poussé des membres issus de plusieurs habitants du villages soninkés à mettre en place «l’Association pour l’Egalité et le progrès des Soninkés » (ASSEPS) qui regroupe les soninkés du Sénégal et ceux de la Diaspora. Ce groupement a intégré un mouvement international appelé «GAMBANAKHOU» qui veut dire EGALITE en langue Soninké. Il réussit des membres de la communauté répartis géographiquement entre les Etats suivants : Mali, Mauritanie, Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry.

C’est dans le cadre de la recherche de solution que l’ASSEPS, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) le Mouvement pour la Sauvegarde des Droits de l’Homme (MSDH) et le Rassemblement Malien pour la Fraternité et le Progrès (RMFP) décidé d’agir par la sensibilisation afin de trouver des solutions dans la paix et le respect mutuel. Ce point de presse vise donc à alerter et à informer les autorités, la communauté national et internationale sur l’existence de pratiques aux antipodes des normes élémentaires de respect des droits de l’homme. Le quotidien de certains membres de la communauté soninké catalogués «castes» est rythmé par des brimades, des vexations et de privations de droits. A titre d’exemple, dans plusieurs villages, ces derniers sont même interdits de postes de responsabilités au sein de la Société.

Cette vie en communauté est en déphasage avec le progrès de l’humanité, les engagements internationaux et communautaires du Sénégal ainsi que les textes internes garantissant les droits fondamentaux des citoyens Sénégalais. C’est pourquoi l’ASSEPS, la RADDHO, le MSDH et le RMFP :
✓Mettent en garde contre d’éventuels troubles ethniques
✓Demandent aux communautés d’éviter la stigmatisation
✓Invitent l’Etat et la société civile à travailler dans l’information et la sensibilisation des communautés concernées.

Fait à Bamako le 22 Mai 2021.

©️ Crédit source : https://www.facebook.com/102319477828361/posts/629705068423130/

Guidimagha : Le wali présente les condoléances du Président de la République à la famille Diallo (AMI)



• Gouraye, 25/05/2021

Le wali du Guidimagha, M. Teyeb Ould Mohamed Mahmoud, a présenté mardi, au nom de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, au chef- lieu de l’arrondissement de Gouraye, (moughataa de Ghabou), ses condoléances à la famille Diallo suite au décès de Mme Fatimata Diallo, atteinte de covid-19.

En cette douloureuse circonstance, le wali a exprimé ses plus sincères condoléances et l’expression de sa compassion à la famille de la défunte, implorant Allah le Tout-Puissant de l’entourer de Sa Miséricorde, de l’ accueillir dans Son Saint Paradis et d’inspirer à sa famille, patience et soumission.

À son tour, le porte-parole de la famille a exprimé ses sincères remerciements et sa gratitude à Son Excellence le Président de la République et au wali pour ce geste qui leur va droit au coeur et qui témoigne de l’intérêt que porte l’État à ses citoyens.

Le wali était accompagné lors de cette visite par le maire de la commune de Gouraye, M. Tidjani Deh et des autorités administratives et de sécurité de la wilaya.

©️ Crédit source : https://fr.ami.mr/Depeche-58568.html

Abolition Institute satisfaite des mesures prises par le gouvernement mauritanien dans la protection des droits des citoyens

La délégation antiesclavagiste américaine d’Abolition Institute qui séjourne depuis quelques jours en Mauritanie a tenu ce samedi 22 mai 2021 en début de matinée et de façon conjointe une conférence de presse l’ONG SOS Esclaves.

Au cours de cette conférence de presse, les activistes et américains de droits humains ont salué les bonnes intentions et garanties fournies par le gouvernement mauritanien à propos de l’application des peines contre les auteurs de crimes d’esclavage, des dossiers pendants devant les juridictions.

« La délégation d’Abolition Institute a été reçue en audience tour à tour par les ministres de la Justice, de l’intérieur, le commissaire aux droits de l’homme et le président de la commission nationale des droits de l’homme.

Et à chaque étape, une réunion de travail a été tenue, ont déclaré les membres de la délégation américaine.

Avec le ministre de la Justice, « il nous a été affirmé que le nécessaire sera fait pour l’application ferme des peines prononcées », a révélé Sean Turner, chef de la délégation américaine.

Sean Turner a salué le » travail considérable réalisé » par Sos Esclaves au profit des victimes.

A propos des difficultés d’enrôlement des citoyens, M. Turner a souligné que le ministre de l’intérieur leur a déclaré que « tous les mauritaniens seront enrôlés en l’espace de deux ans ». Face à cette affirmation, le temps nous en dira davantage », a-t-il noté.

Pour sa part auparavant, M. Boubacar Ould Messaoud, Président de Sos Esclaves avait remercié les autorités pour les dispositions prises et l’appui pour le séjour des hôtes. « Nous avons bien intégré cette logique que les autorités nous ont aidés. Ce voyage nous apaise. Nous étions très touchés de la décision du précédent régime qui avait empêché cette délégation de fouler le sol mauritanien.

Les deux parties ont répondu aux questions des journalistes qui ont porté sur plusieurs questions.

Source : Agence Tawary

©️ Crédit source : https://kassataya.com/2021/05/25/abolition-institute-satisfaite-des-mesures-prises-par-le-gouvernement-mauritanien-dans-la-protection-des-droits-des-citoyens/