[Vidéos] – Quelques interventions lors de la conférence de Bamako sur la question de l’esclavage par ascendance | les problématiques dans la communauté soninké.

Samedi 22 mai 2021, l’association RMFP – Rassemblement Malien pour la Fraternité et le Progrès (Aile Ganbanaaxu Mali) et l’ONG MSDH – Mouvement pour la Sauvegarde des Droits de l’Homme et leurs partenaires internationaux, ont organisé une conférence sur l’esclavage par ascendance qui sévit horriblement aujourd’hui au 21 ème siècle au sein de certaines communautés ouest-africaines, en l’occurrence chez les Soninkés. Depuis 4 ans avec l’éveil abolitionniste transnational au sein du groupe sociolinguistique soninké, les défenseurs de coutumes esclavagistes et rétrogrades se sont manifestés par des graves violations des droits humains à l’encontre des militants engagés contre cet esclavage coutumier qui humilie et discrimine socialement et humainement. Les descendants d’esclaves qui osent de se défaire du système d’assignation esclavagiste du Ladalenmaxu sont harcelés, agressés, expropriés, expulsés et tués pour certains comme le cas de 4 militants tués à Djandjoumé au Mali dans la nuit du 1 septembre 2020 … Lire ce lien https://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=26219&LangID=F . Dans plusieurs localités soninké du Mali, de la Mauritanie, du Sénégal et de la Gambie, ce même phénomène affreux d’un autre temps est indexé entre les membres de la même communauté ayant la même langue et la même religion. Ainsi la conférence du 22 mai à Bamako rentre dans le cadre d’une sensibilisation à visée d’alerte à la communauté continentale et internationale sur ces vestiges cruels de la traite esclavagiste intra-africaine.

✓Ci-après en vidéos quelques interventions autour de cette rencontre :

– KS pour le BLOG

© Crédit source : RS militants Ganbanaaxu.

DISCOURS DE Me SAID LARIFOU, PRÉSIDENT DE WARABA AFRIQUE, REPRESENTANT DE LA COORDINATION DES ORGANISATIONS AFRICAINES DE LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE ET SES SÉQUELLES.

BAMAKO LE 22 MAI 2021

CONFÉRENCE DE BAMAKO SUR « LA PROBLÉMATIQUE DE L’ESCLAVAGISTE AU MALI : LE CAS DU MILIEU SONINKÉ, ENJEUX ET RÉSOLUTIONS.



DISCOURS DE Me SAID LARIFOU, PRÉSIDENT DE WARABA AFRIQUE, REPRESENTANT DE LA COORDINATION DES ORGANISATIONS AFRICAINES DE LUTTE CONTRE L’ESCLAVAGE ET SES SÉQUELLES.

Honorables assistants et invités en vos grades et qualités, Salam anlaikoum,

Les organisations africaines de lutte contre l’esclavage et ses séquelles m’ont fait l’honneur en me désignant pour venir vous exprimer leur solidarité et leur fraternité en raison des souffrances endurées aux victimes de l’esclavage notamment des femmes et enfants, nombreux dans cette salle de conférence, pour témoigner l’horreur et l’atrocité. Des siècles après l’abolition officielle de l’esclavage et notamment de la traite des êtres humains, il est humainement insoutenable et intolérable de constater que l’humanité n’a pas tiré toutes les leçons des conséquences humaines, sociales et économiques des atrocités de l’homme contre l’humanité.

Des chiffres donnés par des études extrêmement sérieuses et crédibles effectuées par des scientifiques, experts de renom, évoquent 22 Millions d’Africains sont réduits en état d’esclavage, ont été arrachés au continent noir entre 1500 et 1880 et que 200 millions de personnes sont mortes de l’esclavage. Ces chiffres sont confirmés par des historiens, arguments à l’appui
Malgré le caractère odieux, de l’atrocité de ces crimes contre l’humanité, dans certains coins du monde, plusieurs siècles après, des êtres continuent à nier la dignité humaine en perpétuant ces pratiques indignes de nous.

Oui , elles sont indignes de l’humanité et sont l’expression de notre échec , celui de l’homme paradoxalement capable des inventions technologiques extraordinaires , des études sur les sciences humaines, sociales et cruellement incapable de rapprocher des cœurs des êtres humains et construire un monde plus solidaire et fraternel où le principe universel selon lequel « nous sommes tous nés égaux « et de faire de la dignité humaine une valeur sacrée et inaliénable

Aucune civilisation, aucune culture ni idéologie ou religion ne peut être évoquée pour justifier ou légitimer l’horreur , l’atrocité et la cruauté des souffrances infligées à des populations Africaines en Afrique par des catégories sociales s’estimant, à tort , supérieures.
Selon les Nations Unies, dans son rapport publié en 2016, plus de 40.000.000 millions de personnes en sont victimes en ce moment dans le monde.

C’est un passé cruel et présent dans notre mode pensée et dans nos rapports entre nous. L’esclavage est un sujet sensible. Je l’aborde donc avec nuance, prudence, compassion aux victimes, lucidité car je suis conscient que le combat pour éradiquer ces crimes qui résistent au temps, aux évolutions des sciences et du monde n’est et ne sera pas un fleuve tranquille. Il s’inscrit dans temps et requiert de la détermination, de la conviction sur le droit naturel attaché à tout homme et de l’amour et la fraternité que nous devons manifester pour son prochain.

Le paradoxe de l’Afrique. Notre continent a prouve à l’humanité sa capacité à créer, à faire des inventions technologiques et scientifiques ainsi que le prouvent les plus anciennes civilisations qui confirment par exemple que la métallurgie du fer inventée depuis 3850 avant jésus – christ sont l’œuvre des peuples noirs qui malgré cela a passé des siècles douloureux du 15 au 19 ème siècle
Les organisations africaines engagées dans la lutte contre l’esclavage et ses séquelles estiment que l’esclavage n’est pas une fatalité et sa persistance dans ses nouvelles formes requiert des réponses à la fois préventives et répressives.

Dans cette optique, nous saisirons les institutions régionales et internationales des propositions pour demander que l’histoire de l’esclavage, les nouvelles formes d’asservissement humains soient ses conséquences dans les rapports humains soient inscrits dans les programmes scolaires des pays membres de l’Union Africaine. Nous prions pour que les futures générations d’Africains soient plus fraternelles, solidaires et se débarrassent des stigmates et séquelles de ces crimes contre l’humanité.

Nous sommes persuadés et convaincus que tout individu, quelles que soit ses origines sociales et géographiques et son environnement culturel dispose en lui une part d’humanité. La prévention de ces crimes et les sciences humaines doivent être orientées pour prévenir les prémices de ce fléau. Il est important pour nous d’inscrire le rejet, la lutte contre l’esclavage dans le paysage culturel et social en Afrique.

Nous savons que l’impunité des crimes est dangereuse car elle instaure une forme de normalité qui provoque d’autres crimes. Ici, comme ailleurs, la diffusion des images des horreurs témoignent d’une forme de banalisation de ces crimes devenus hélas ordinaires alors qu’ il s’agit des crimes contre l’humanité. Il nous semble donc important de demander à l’Union Africaine et à d’autres institutions régionales et internationales mobilisées contre ces crimes à nous aider pour obtenir la mise en place d’une juridiction Africaine ayant compétence exclusive pour juger les crimes d’esclavage commis en Afrique.

La présence dans cette conférence d’éminents représentants du Barreau Pénal International est une très bonne opportunité pour demander leur contribution dans le combat mené contre l’impunité des crimes d’Etat et crimes contre l’humanité
Je réitère mes remerciements et félicitations aux organisations africaines signataires de la Charte de la Coordination des Organisations de lutte contre l’esclavage et ses séquelles, il s’agit de :

L’ONG Panafricaine Waraba Afrique
AHME
ARMEPES France
Kane Afrique
A.C.D.E
ASSEP Sénégal
Ganbana International
Ira Mauritanie
G5 Sahel
MSDH
PASSE TROP PRESENT

Me Saïd LARIFOU, Président de Waraba Afrique, représentant de la Coordination des Organisations Africaines engagées dans la lutte contre l’esclavage et ses séquelles.