Réflexion/ Idées : 《2020 : l’incontournable Islam (partie 2) 》 Par Ousmane Timera

Partie 2/1 : Les dessous philosophiques de la mondialisation actuelle qui expliquent pourquoi l’islam est incontournable pour l’avenir du monde.

L’Islam est incontournable. Ce n’est pas une simple déclaration emprunte de romantisme. L’actualité nationale et internationale le montre. C’est philosophique et politique. Il nous faut en profondeur le démontrer et dire pourquoi. Ce texte sera donc un peu difficile. Il dépasse le prêchi-prêcha qui nous est servi. Il vous respecte. Accrochez-vous. Elevons-nous.

L’Islam est incontournable ? Cela tient en ces deux points. Comprenons-les:

1) Il y a correspondance de l’Islam, en ses enseignements et réformes, en tant que négatif et opposition, avec les dessous philosophiques de la mondialisation actuelle. Ces derniers, en tant que projet de civilisation, sont devenus en effet le contraire exacte, le reflet négatif de la philosophie de l’Islam telle qu’exposée dans le Coran. Et leur échec actuel, tant sur le plan civilisationnel et socio-écologique, est une justification irrémédiable du projet cosmique (nous entendons par le terme « cosmique » ce qui prend en compte les choses avec l’ensemble de ce qui est, en ses relations et interactions infinies dans la mesure du possible) de l’Islam et sa réalisation à venir, libérées des interprétations éculées et/ou contre-coraniques du passé et du présent.

2) Il y a correspondance du projet coranique avec les revendications des peuples pour la dignité, l’égalité et le partage équitable des biens et du pouvoir, ainsi qu’avec la conscience de plus en plus accrue de l’humanité en tant que famille, quant à son unité et le besoin de sa réalisation solidaire, spirituelle et politique à l’échelle planétaire, au-delà des frontières et des spécificités ethniques, religieuses, culturelles et sociales. La réalisation de ce projet sera (les prémisses se réalisent sous nos yeux) prise en charge par l’humanité entière qui se rendra compte de la concordance qui existe entre ses aspirations et les inspirations du Coran.
C’est l’existence de ces deux éléments, que nous allons analyser plus en profondeur, qui rend l’Islam incontournable, en raison de sa vision et de son projet cosmique, pour l’avenir du monde tant sur le plan philosophique-religieux (la dimension spirituelle et symbolique de l’humanité) que sur celui géopolitique qui commande la politique (la dimension temporelle de l’humanité). Et c’est ce qui explique en partie, selon nous, le fond de l’excitation et de l’agitation de l’ordre mondial actuel contre/vis-à-vis de l’Islam.

Analysons le premier point et répondons à cette question :

Quels sont les dessous philosophiques de la mondialisation actuelle et qui expliquent ses dérives politiques et écologiques ? Dérives qui nécessitent et préparent une compréhension et une réalisation plus accomplies du projet de l’Islam, à la conclusion duquel l’expérience humaine arrivera (est en train d’arriver) bon gré mal gré.

Il faut le dire, les cinq siècles de suprématie occidentale sont sérieusement remis en cause. Nous assistons à un changement inédit des rapports de force au profit d’autres puissances et ères culturelles (notamment asiatiques). Le leadership mondial est en train de changer de main. Et cela ne se fera pas sans conflit.

L’occident, à travers ses élites financières, politiques et intellectuelles, veut garder sa place. Et il lui faut embrigader ses populations et ses moyens pour cet objectif. Quitte, pour ce faire, à revenir sur les Droits de l’Homme et sa philosophie égalitaire, devenue une croyance auprès de la majorité des populations européennes et américaines après l’amer expérience des deux guerres mondiales. Ce, afin que ces valeurs ne soient plus un obstacle moral dans la concurrence effrénée pour les richesses et les ressources ; et pour les replonger (ces populations occidendentales) dans la croyance nauséabonde de la suprématie raciale, civilisationnelle et religieuse, qui justifiera la (future, si rien ne s’y oppose) recolonisation directe de l’Afrique, du Monde musulman, de l’Amérique du Sud et d’une partie de l’Asie, avec l’exploitation outrancière des gens (à l’intérieur comme à l’extérieur des sociétés occidentales) au nom de la guerre économique et de la croissance.

Voilà ce qui explique en partie l’islamophobie et son inoculation médiatique et académique d’une part ; et d’autre part, concomitamment, la mise en pièce méthodique des droits sociaux et économiques et la mise au pas des États, de la démocratie et des populations, pour répondre à la logique froide du marché et aux besoins d’expansion des oligarchies financières.

Telle est la situation que nous vivons. Mais poussons plus loin notre réflexion. La mondialisation et globalisation actuelles, issues du modèle occidental, repose sur l’application de la loi de l’évolution et de la sélection naturelle dans les relations économiques, politiques et internationales. Elle est un reniement méthodique du sens, de la morale, du symbolique et du religieux qui reposent sur la transcendance divine, la dignité humaine et le dépassement de cette vie d’ici-bas vers l’au-delà qui le comprend. Ce, soit par la négation pure et simple ; soit par leur soumission à la justification idéologique de l’ordre des choses. Dieu et la religion, avant (dans une théocratie), l’homme et la démocratie ou les droits de l’homme, aujourd’hui (dans «l’anthropocratie»), sont des paravents qui servent à masquer et justifier la domination : ils en parlent d’autant plus qu’ils n’y croient pas/plus.

En d’autres termes, la séparation et opposition de la nécessité naturelle et de la liberté morale ou, en d’autres termes, de la politique et de la religion, au détriment du second qui s’atrophie (ou le contraire), est ce qui caractérise le modèle civilisationnel de la mondialisation actuelle. C’est une réduction philosophique et religieuse volontaire à l’ici-bas, au détriment de l’au-delà et de l’idéal. C’est un affaissement envers les seuls besoins naturels contre ceux du spirituel qui ne le nie pas et les englobe (du moins en Islam et dans la modernité). Ce qui déchiquette notre monde intérieur et épuise notre monde extérieur, en en faisant un moyen (dans les deux sens) et un combustible pour alimenter l’ordre naturel quantitatif des choses et celui des plus fort, qui se transposent comme idéal indépassable.

Il n’y a ainsi plus de dépassement possible de soi et du monde, car il n’y a plus d’au-delà vers lequel tendre et qui nous inspire. La seule chose qui s’impose c’est alors l’imitation de ce qui est considéré comme le summum (l’Occident) et la soumission de l’Être à cela. Et c’est le plus fort, dans le jeu naturalisé et normalisé des rivalités et interactions entre individus et entre peuples, qui doit avoir raison des plus faibles qu’il est naturellement normal, dans cette logique, d’exclure, d’exploiter et d’écraser.

C’est une conception qui insère et réduit l’homme et les relations humaines dans les lois de la nature, c’est-à-dire de la nécessité déterministe et du rapport de force; et fait du monde de la liberté, c’est-à-dire de la conscience, de la morale et de la religion, une chimère qui ne se sépare point de la réalité naturelle du phénomène humain, au détriment de son autre réalité spirituelle. Il n’est ainsi, de ce point de vue, qu’un animal évolué qui reste tributaire des lois naturelles auxquelles sont soumis, au même titre, les animaux.

Or à ce niveau réduit et restrictif de l’existence, les notions de dignité, de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité sont inexistantes, et ne peuvent servir tout au plus que de moyens (et non de fins) pour, de la part des plus fort, ruser contre les faibles et les soumettre (l’explication de la religion pour Marx) ; ou pour, de la part des faibles, désarmer les plus fort et leur volonté de puissance (l’explication de la morale pour Nietzsche).

Dans tous les cas, il s’agit bien d’un reniement de la dimension spirituelle de l’être humain, qui transcende sa dimension naturelle (sans la nier comme le prône l’Islam) et n’est pas soumise aux lois de la nécessité. Dimension d’où proviennent les idées de Dieu, de dignité et de fraternité humaine, de justice et de retour à la vie (Kant, Descartes, Ibn Khaldun, Ibn Taymiyya, al-Ghazali). Dimension humaine issue, selon le Coran, de l’esprit divin insufflé en lui (mais qui n’en fais pas un dieu ni un ange) et qui fonde sa dignité et son rôle de calife/lieutenant de Dieu sur terre.

C’est alors, dans cet oubli, l’isti’mâr (action de vitalisation et d’exploitation de la terre) qui se fait sans les principes de l’istikhlâf (la lieutenance selon des principes divins et cosmiques supérieurs) qui lui donne ses orientations divines et humaines de civilisation. C’est la source de la corruption (fasâd) de la terre et de la falsification (tahrîf) de la conscience humaine.

Voilà l’origine des excès économiques, technologiques et écologiques, dévastateurs pour l’humanité, de la mondialisation actuelle. Cela, en raison du détachement de son modèle vis-vis de tout principe transcendant divin (quelque-soit le nom donné à la divinité) et/ou de la falsification de l’idée que l’on s’en fait à travers la religion judéo-chrétienne, qui en est l’inspiratrice véritable. Nous y reviendrons (dans la prochaine partie).

©️ Crédit source : Post Facebook de l’auteur (24 janvier 2020)

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s