Mauritanie/ Esclavage : Quand la Justice s’en prend injustement aux plaignants pour vider les dossiers présentés !?

Ce mardi 17 décembre 2019 à Nouakchott, 5 militants abolitionnistes et anti-esclavagistes issus de la communauté soninké sont mis derrière les barreaux par un juge d’instruction aux méthodes très troublantes.

Nous mettons quelques liens de communication concernant le suivi cette affaire dont l’apologie de l’esclavage condamnée par la loi 031 – 2015 est au cœur http://cridem.org/C_Info.php?article=729831 et http://cridem.org/C_Info.php?article=730468 . Les arrestations d’aujourd’hui concernent également 2 éléments issus des groupuscules féodalo-esclavagistes faisant l’objet des plaintes depuis plusieurs jours. Moustapha Camara et Borou Camara, tous appartenant aux groupes whatsapp (democratia islamic et tounka lenmou fedde) apologistes de l’esclavage coutumier par ascendance dans la communauté. Ces soutiens complices de fousseni camara surnommé donald trump, un provocateur récidiviste apologiste qui venait tout juste de passer 2 semaines en prison et bénéficiant d’une liberté provisoire, ont introduit une plainte pour agressions devant un commissariat il y a quelques jours.

Avec cette décision expéditive de ce jour, il est évident qu’une tentative de confusion des dossiers est en cours afin d’essayer un camouflage de la donnée « Apologie de l’esclavage ». Les preuves matérielles sont accablantes contre Moustapha Camara et et Borou Camara dans les dossiers les concernant avec des audios identifiés et surtout la responsabilité de Moustapha Camara connu sur document Boubacar Camara qui dirige les groupuscules provocateurs qui s’adonnent à l’apologie de l’esclavage coutumier par ascendance chez les soninkés depuis plusieurs années .

Nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale en dénonçant la mise aux arrêts de nos membres antiesclavagistes et plaignants dans cette affaire. Nous précisons que lors des embrouilles devant le commissariat Sebkha 1, pratiquement tous éléments visés dans les plaintes, étaient physiquement absents des lieux où Moustapha et Borou ont déclaré être agressés . Ainsi la bizarrerie de la décision du juge aujourd’hui allant à l’encontre de ce qui aurait été demandé par le procureur, est patente.

Nous faisons appel à tous épris de Justice et défenseurs des droits humains, pour une mobilisation contre cette injustice.

Nos membres mis injustement aux arrêts sont :

– Sidi Koné (plaignant et victime des insultes de fousseni camara)

– Diadie Coulibaly (plaignant et victime des insultes apologétiques de l’esclavage de fousseni Camara)

– Hademou Coulibaly (Plaignant et victime des insultes apologétiques de l’esclavage de fousseni Camara)

– Yakhoub Bakhayokho (Président UVDS, responsable IRA Mauritanie)

– Hamza Camara (Plaignant contre Moustapha Camara et Borou Camara pour propos apologistes de l’esclavage, militant IRA – Mauritanie)

Nous réclamons leur libération et alertons les hautes autorités sur cette situation ubuesque et scandaleuse d’une décision judiciaire dépassant l’entendement de tous observateurs.

L’esclavage sous toutes manifestations en Mauritanie ne sera pas éradiqué quand les victimes et les personnes suspectées ou reconnues défiant les lois nationales en vigueur, sont logés dans la même enceinte. Nous dirions que ça serait un signal d’encouragement aux mentalités esclavagistes qui sévissent dans nos communautés notamment d’une manière vivace chez les soninkés du Guidimagha.

Le 17 / 12 / 2019

P/ La communication GANBANAAXUN FEDDE