Événement/ Esclavage : Le court métrage 《Les Diambourou》 de l’universitaire Marie Rodet en projection publique à l’EHESS PARIS.

Ce samedi 26 octobre 2019, au sein de l’EHESS PARIS situé au 105 boulevard Raspail 75006 , le mouvement transnational antiféodal et anti-esclavagiste connu sous le vocable soninké GANBANAAXU* a pris part à une rencontre pour la projection du film Les Diambourou de l’universitaire française Marie RODET . Ce court métrage réalisé en 2014, porte sur les problématiques liées à l’esclavage par ascendance intra- africain en Afrique de l’ouest notamment dans la région de Kayes au Mali. Le contenu de ce film retraçant succinctement l’historique d’un phénomène qui resurgit dans l’actualité brûlante en milieux soninkés, est très instructif pour les engagés abolitionnistes d’aujourd’hui. Après le visionnage, lors des échanges – débat très fructueux et tendus par moments, les participants ont été édifiés sur la complexité et les mécanismes multiformes de cet esclavage coutumier très « socialisé » dans le vivre soninké mais couvert d’un certain déni scandaleusement entretenu par la hiérarchisation sociale par les castes. Madame COTTIAS Myriam du CNRS a fait office d’hôte de l’événement . La réalisatrice a détaillé longuement ses observations sur les différentes problématiques en débat face au public. Mr Gaye TRAORÉ, l’initiateur du forum GANBANAAXU FEDDE (fondé en octobre 2016) et président de l’association Armepes- France (Ganbanaaxu diaspora Aile Mauritanie), Mr Salif KAMARA, membre bureau exécutif du RMFP (Ganbanaaxu Mali) et Mr Mohamed COULIBALY (Ganbanaaxu Sénégal Assep) ont porté les discours du mouvement anti- esclavagiste GANBANAAXU coorganisateur de cet événement. À noter la présence très remarquée de l’honorable député Issa Mansega DIAWARA (Député de la diaspora mauritanienne Zone Europe). Également nous avons eu droit à une prise de parole de Mr Adama Madi waly BATHILY. Il a été relevé à plusieurs reprises le laxisme des États sur la question notamment avec le vide juridique au Mali ou la non application stricte des lois en Mauritanie. Alors que dans certaines zones à dominance soninké de ces pays, les agressions, les harcèlements, les intimidations et les expropriations du foncier pour refus du statut d’esclave, se passent sans cesse depuis 3 ans.De notre humble constat après cette journée, les problématiques de cet esclavage coutumier par ascendance et l’engagement pour leur éradication doivent attirer l’attention de tous les esprits épris de Justice et de la défense des Droits humains. En milieux soninkés, même le langage familier est porteur consciemment ou inconsciemment des mentalités foncièrement esclavagistes que d’aucuns essaient de les socialiser comme valeurs coutumières à perpétuer.Conclusion, l’esclavage de pratiques ou par statut ne peut être qu’une CHOSE abjecte et affreuse pour l’Homme, Être Digne par essence.Comme disait un ancien président US , A . LINCOLN : 《 Si l’esclavage n’est pas mauvais, rien n’est mauvais.

👉🏿Le lien du film https://vimeo.com/245704895

* Égalité en Droits et en DIGNITÉ.

©️ Récit par K.S pour le BLOG

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s