Urgent : Mauritanie/Politique, le leader abolitionniste Biram Dah Abeid reçu par le président Ghazouani à Nouakchott

©️Crédit photo Tawatur

[Flash – info Mauritanie – politique]

Le président Biram Dah Abeid, député national au parlement et candidat indépendant lors de l’élection présidentielle du 22/6/19, est reçu par le président Ghazouani au palais présidentiel ce lundi 30/9/19 à Nouakchott. Pour rappel le leader abolitionniste mauritanien a annoncé une conférence de presse prévue demain mardi 1/10/19 à son ex QG de campagne. Le président des Réseaux- IRA est arrivé deuxième selon les résultats contestés du scrutin présidentiel de juin dernier. Depuis quelques jours, plusieurs personnalités politiques ont été reçues par le président mauritanien qui selon diverses sources, vise à « normaliser » l’atmosphère politique du pays d’une manière générale par la concertation. Et aujourd’hui cette entrevue avec le Prix Onusien 2013 pour son engagement pacifique en faveur des Droits humains, sera très suivie, décortiquée et commentée dans le pays et ailleurs.

🔹️KS pour le BLOG

AFFAIRE DE L’ENFANT « GHAYA MAIGA »

AFFAIRE DE L’ENFANT « GHAYA MAIGA « HISTOIRE DE PERSISTENCE DE FAIRE FI A LA LOIÀ un moment où le gouvernement mauritanien se vante auprès de ses partenaires internationaux de ses accomplissements fictifs dans la lutte contre l’esclavage, et à un stade où certains recherchent une nouvelle phase au cours de laquelle le régime en place lance des slogans de donner une attention aux personnes vulnérables et de leur rendre justice, vient la question de la jeune fille asservie pour exposer à nouveau le régime et le système, et dévoiler le faux caractère de ses slogans principalement destinés à la consommation externe.Le cas de l’esclave « ghaya » a commencé lorsque le comité des droits de l’homme de l’initiative de résurgence du mouvement abolitionniste « ira » a été informé de la présence d’une mineure sans abri dans un district Du carrefour, dans la moughataa de strict d’Arafat, dans la wilaya de Nouakchott sud, après avoir été insultée et maltraitée par son employeur, Mme Lalla Mint Cheikh Ould Jiddou.Conformément à la loi, l’IRA et les organisations de défense des droits ont informé aux autorités compétentes; mais ils ont vite fait face au même comportement avec lequel les régimes mauritaniens successifs ont confronté les dossiers d’esclavage. Ces parties connues pour falsification ont eu recours à l’attrait de la famille de la victime afin d’induire l’opinion publique en erreur et contourner l’affaire par le biais des déclarations de la famille de la victime, et l’exploitation du beau-père de celle-ci, convoqué par le procureur pour approfondir l’enquête.
La fermeté et la cohésion des organisations et des personnalités portant soutien à « Ghaya » ont joué un rôle crucial pour contrecarrer la tentation pratiquée par les forces féodales; ce qui a fait que le Parquet a conclu a l’accusation formelle des esclavagistes et leurs complices de ce qui suit:- Accusations d’asservissement, d’employer un mineur, de traitement inhumain. Le ministère public a requis à cet égard le placement en prison de Mme Lalla Mint Cheikh Jiddou et du mari de la mère de la victime, qui a menti en prétendant être son propre père, pour induire la justice en erreur, participant ainsi à la falsification des preuves. Le Parquet a également ordonnée de faire amener la mère de la victime de Bassiknou et de la mettre sous contrôle judiciaireDans une démarche étroitement liée au processus de contournement de la loi et à l’impunité des criminels, le juge d’instruction Outhmane Ould Mohamed Mahmoud a refusé de déposer les accusés de ces crimes graves. Il s’agit d’un acte étrange incompatible avec la gravité des accusations, et contredit l’esprit de la Constitution qui a érigée contournement de ces crimes odieux a été couronné en envoyant la victime à Bassiknou en l’éloignant du lieu des violations dans le cadre d’une nouvelle série d’efforts visant à contredire la réalité.Les organisations de défense des droits de l’homme, les partis politiques, les mouvements de jeunesse et les personnalités nationales formant cette alliance de défense de l’enfant asservie Ghaya, en mettant l’opinion publique nationale et internationale devant la réalité de ce crime, tiennent à annoncer ce qui suit:

1- s’engager dans un vaste effort de mobilisation nationale et internationale qui ne s’arrêtera pas avant de rétablir la fille « Ghaya » dans sa dignité, l’accomplissement de la justice contre ses esclavagistes et l’application de la loi de manière à obtenir le droit et dissuader les personnes impliquées dans des cas similaires qui se trouvent malheureusement dans le pays et dans toutes ses composantes.

2- Demander une enquête exhaustive sur les circonstances de manipulation de l’application de la loi dans le cas de Ghata et d’autres cas d’esclavage et punir les personnes impliquées;

3- Inviter les forces politiques nationales à surmonter leurs disparités politiques et intellectuelles et à adopter une position unifiée imposant au gouvernement et à l’ensemble du système politique de rompre avec les mesures visant à protéger les criminels esclavagistes et à favoriser l’impunité.

Nouakchott 24/09/2019

Signataires:

1- Association des femmes chefs de famille

2- IRA

3- Organisation Maison de la Liberté pour la défense des droits de l’homme et la lutte contre l’esclavage et ses séquelles

4- La tendance des Mauritaniens séculiers

5- Manifeste des droits politiques, économiques et sociaux du Haratines (REFONDATION)

6- Parti SAWAB

7- Sénatrice Maalouma Mint El-Meidah, présidente de la Fondation Maalouma pour le patrimoine et les arts

8- Dr. Avocat Aicha Salama Moustapha

9- Ahmed O/Ely, avocat

10- -Mouvement « Non au changement de la Constitution »

11- Union des Forces de Changement

12- Touche pas ma nationalité

13- SOS esclaves

14- mohammed lemin mahmoudi

15- Association mauritanienne des droits de l’homme

16- Forum des organisations nationales de défense des droits de l’homme (FONADH)

17- l’institution de l’opposition démocratique.

18- l’Union des forces du progrès

19- Rassemblement des forces démocratiques

20- Samoury Bey

Mauritanie/Diaspora- Europe : la rencontre avec le président Biram Dah Abeid à Paris.

Ce samedi 21 septembre 2019, le leader abolitionniste mauritanien et Prix Onusien 2013 pour son engagement pacifique pour les Droits Humains, le président Biram Dah Abeid avait rendez-vous à Paris avec la diaspora mauritanienne. L’occasion a été pour le célèbre militant antiesclavagiste devenu une figure incontournable de la scène politique mauritanienne depuis une décennie, de remercier vivement la diaspora militante et ses soutiens, et d’exprimer ses salutations citoyennes l’ensemble de la communauté mauritanienne d’Europe. Arrivé deuxième à l’élection présidentielle du 22 juin 2019, le député Dah Abeid accaccompagné de son épouse la brave Leila, s’est exprimé en donnant quelques éléments édifiants sur le scrutin passé et sa suite qui avait été dangereusement tendue et piégée selon lui. L’homme de l’année Time Magazine 2017 dans la cacatégorie Droit de l’hommiste, admet que selon le comptage de sa commission technique lors du scrutin, son pourcentage véritable est situé vers les 26% malgré les fraudes organisées par le pouvoir dans certaines zones bien identifiées. Par ailleurs il a révélé que certains opposants lors cette échéance électorale s’opposaient à lui prioritairement plus qu’au camp politique du pouvoir. Lors de la rencontre, 2 responsables de l’organe politique du candidat en Europe ont pris la parole , Mr Fall Elhadj et Mr Moulaye Elhassen, pour remercier vivement tous les engagés de tous les bords au sein de la diaspora lors de la campagne et expliciter ce que représente la voie politique incarnée la personnalité de Biram aujourd’hui. Par la suite, Monsieur Biram Dah Abeid s’est dit résolu à poursuivre plus que jamais pour l’instauration d’un véritable état de droit en donnant rendez-vous en 2024. Cet événement de retrouvailles entre le président Biram et la diaspora, a été brillamment animé par Mr Magassa Diabé dit Thomas.

Pour rappel, lors du scrutin présidentiel côté Diaspora – Europe, le candidat BDA est arrivé largement en tête avec environs 1630 voix sur un électorat de 4115 inscrits .

👇Trouvez ci-dessous sa communication destinée à la diaspora, diffusée aux médias :

✅Biram Dah Abeid : NOS ENGAGEMENTS POUR LA DIASPORA

Chers concitoyennes et concitoyens établis à l’étranger, ma conviction, chevillé au corps, est que votre potentiel sur les différents domaine de la vie sociale, économique, politique est culturelle n’est pas exploité à sa juste valeur.

Je constate malheureusement que les autorités mauritaniennes ont mis les braves concitoyens que vous êtes dans des situations administratives et juridiques déplorables. L’absence d’une politique incitative claire, proactive a des conséquences sans précédent sur vos vies emplies de bravoures.

Les Mauritaniennes et Mauritaniens établis au sein de la diaspora sont nos véritables ambassadeurs, nous leur devons respect, protection et une attention bienveillante.

La diaspora est caractérisée par un dynamisme notoire, une productivité, un sens aigu de l’innovation mais également par des liens humains et économiques et sociaux au service de la communauté.
C’est dans ce sens que je me suis engagé lors de la présidentielle du 22 juin 2019 à porter vos revendications sur la place publique. De la question de la double nationalité, en passant par des services consulaires de proximité, sans oublier la promotion de l’investissement de la diaspora, je vousexpose ici les priorités qui vous préoccupent.

L’accés automatique à la double nationalité est un impératif juridique qu’il faut adopter rapidement. Cette reconnaissance doit se faire de façon automatique.

Notre engagement était par ailleurs de mettre en place un solide réseau de services consulaires de proximité qui s’occupera de l’état civil dans son ensemble.

Je porte le projet de création d’un centre de production, dit de proximité, des passeports et cartes d’identité.
La nationalité mauritanienne se transmettra directement par filiation. Il suffit qu’un des parents soit de nationalité mauritanienne afin que ses enfants en disposent de façon automatique même si l’autre parent est de nationalité étrangére.

Afin que l’argent de la diaspora et sa force productive servent au developpement nous proposons la création d’une banques de la diaspora qui financera le developpement local en garantissant des prêts attractifs avec un taux incitatif.

🔹️ Promouvoir l’investissement agricole

🔹️Promouvoir l’investissement immobilier

🔹️ Promouvoir l’investissement dans les équipements
touristiques

🔹️Faciliter le transfert d’argent de la diaspora

🔹️Mettre en place une politique incitative d’investissement dans les différents secteurs de l’économie

Les besoins de la diaspora touchant l’ensemble des secteurs de la vie, je partage avec vous ici nos engagements relatifs à l’implication de la diaspora.

Renforcer la qualité d’accueil dans services consulaires et diplomatiques

Renforcement service état civil dans représentations diplomatiques

■Assurer via la compagnie nationale de transport aérien des rotations hebdomadaire avec des billet moins cher et plus attractif

■Faire de l’immigré un acteur de développement

■Promouvoir l’épargne des immigrés au service du développement du pays

■Création d’une banque de la diaspora

■Faciliter l’accès à la propriété

■Avoir un conseil consultatif des Mauritaniens d’étranger

■Elire le député via la diaspora : élection directe

■Création d un secrétariat d’état du Mauritanien de l’étranger : pour faciliter le retour et création d’entreprise

■Mettre ne place un fonds de solidarité en paralléle des bourses d’études pour l’ensemble des étudiants.

■Baisser les taxes pour les immigrés : faire entrer une voiture, etc……

■Mettre fin aux tracasseries administratives/Faire sauter la limite d’âge pour

■Faire sauter la limite d’âge pour l’accés à la fonction publique afin de profiter de l’expertise de nos ressortissants de l’étranger.

■Signer des accords bilatéraux de transferts des points de retraites à la caisse nationale de sécurité sociale de Mauritanie

■Appui à la mise en place d’accords de coopération bilatérale pour protéger, sécuriser les mauritaniens résidents à l’étranger.

BIRAM DAH ABEID

🔹️Un bref photoreportage :

©️Réalisé par KS pour le BLOG

Note d’information sur la situation chaotique de la Justice au Guidimagha

Nous avons eu connaissance d’une note adressée aux hautes autorités Mauritaniennes, note rédigée par Dicko Hanoune depuis la France. Un natif pur produit du Guidimakha, Secrétaire General de l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe. Elle dénonce les abus judiciaires qu’exerce le président du tribunal régional de Selibabi sur les populations noires. Personne n’ignore dans la région les abus judiciaires indexés, le cas de Boundaouda Ali Sidibé qui a été cité dans sa note, nous avons eu la preuve d’un abus judiciaire incontestable. Cet homme a été accusé gratuitement, jeté en prison alors qu’il n’a rien fait.

Il était venu se plaindre des pratiques esclavagistes coutumières dans son village et il s’est retrouvé en prison du jour au lendemain pour le faire taire. Mieux, lorsqu’il a été acquitté par la Cour d’Appel de Kiffa, le lendemain, ces adversaires partent voir le président du tribunal de Selibabi pour déposer une nouvelle plainte sur la même affaire. Comment une accusation déjà jugée peut recevoir plusieurs plaintes ? Pour rappel, la première plainte de ces adversaires avait été classée sans suite dès le début par le procureur, cela n’a pas empêché le président du tribunal à le jeter en prison. Beaucoup de villages sont victimes de ces pratiques du tribunal de Selibabi, à l’exemple de: Diaguily, Diogountro,Artoumo, Dafort, Bouanze, Tachott, Coumbandao etc… la liste est longue. Jamais la vérité ne sort de ce tribunal, c’est la loi du plus offrant.

Bonne réception.

France le 17 septembre 2019

Objet : Note d’information sur la situation chaotique de la justice au Guidimakha.

A l’attention du président de la République, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani,
Du ministre de la justice, DR Haimoud Ramdan,
Du président de la Cour suprême,
Du président de la Haute Cour de Justice,

Par cette présente note, je vous informe sur les agissements contraires à l’esprit de tout système judiciaire, du président du tribunal de Selibaby, qui s’appelle El Vadil Baba Ahmed dans la région du Guidimakha. Il remplace le juge d’instruction et fait des ravages dans la région. Cet homme est tout sauf un magistrat à qui on doit confier la gestion d’un tribunal. Il a sous sa main, un nommé Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine. Il organise de faux procès sans l’avis du procureur ni les greffiers et condamne de pauvres citoyens innocents. C’est un corrompu qui reçoit de l’argent, condamne sans la moindre preuve à charge. Le tribunal de Selibaby est devenu une boutique d’argent sale pour blanchir les criminels et condamne des innocents ignorants citoyens à la place de vrais délinquants.

« Le président d’un tribunal ou d’une cour est le juge qui préside l’audience, c’est-à-dire qu’il gère le déroulement du procès et les débats. En fonction de la juridiction, le juge peut siéger seul ou être assisté par deux assesseurs. »

A cause de son super pouvoir sans contrôle ni compte à rendre, El Vadil Baba Ahmed organise des procès expéditifs tout seul sans le procureur, ni juge d’instruction, greffier où un avocat. Il est tout à fois. Il a recruté son rabatteur (Sam-sara) qui organise son vaste réseau de corruption, l’obscur individu s’appelle Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, récolte l’argent illicite sur le dos de pauvres. Les victimes se comptent en centaine voire milliers dans la région.

Je vous cite quelques cas : Boundaouda Ali Sidibé alias Samba Ali Sidibé, un homme d’une soixantaine d’années, ressortissant du village Agoïnitt, c’est la Cour d’Appel de Kiffa qui l’a innocenté le 21 Aout 2019 alors que El Vadil Baba Ahmed l’avait jeté en prison à Selibaby sur des fausses accusations. Un certain Yely TRAORE de Tachott est déféré en prison sans raison sur une simple convocation le 24 décembre 2018, personne ne sait pourquoi ? Depuis le 06 Août 2019, il a jeté en prison à Selibaby, un mauritanien immigré en Espagne, venu passé ses vacances au pays qui s’appelle Camara Souleymane, ressortissant village de Tachott Bérané. Il y a de gens qui quittent l’Espagne, la France, l’Europe pour solliciter les services occultes du président du tribunal de Selibaby contre de l’argent pour emprisonner leurs rivaux. C’est un vaste réseau d’une mafia judiciaire qui ne dit pas son nom.

Seul à Selibaby, le président du tribunal s’autosaisit de dossiers qu’un procureur a classés sans suite pour emprisonner gratuitement. Un président d’un tribunal qui refuse le classement sans suite d’un dossier par le procureur, qui juge des affaires qui se passent en dehors de la Mauritanie, mais où va-t-on ? Mr El Vadil Baba Ahmed instrumentalise la justice pour s’enrichir illicitement et emprisonne ces victimes illégalement. La situation judiciaire est catastrophique dans le Guidimakha. Nous demandons qu’il soit banni de l’appareil judiciaire avec son complice cité ci-dessus.

Diko Hanoune/ Secrataire général de l’Association des Haratine de Mauritanie en Europe (A.H.M.E)

©️Crédit source : http://guidumakha.com/index.php/14-sample-data-articles/289-mauritanie-note-d-information-sur-la-situation-chaotique-de-la-justice-au-guidimakha

الموضوع: مذكرة اعلامية حول الوضعية الكارثية للعدالة في ولاية غيديماغا

فرنسا بتاريخ 17 سبتمبر 2019
الموضوع: مذكرة اعلامية حول الوضعية الكارثية للعدالة في ولاية غيديماغا
موجهة إلى:
رئيس الجمهورية، محمد ولد الشيخ الغزواني
وزير العدل د/حيمود رمضان
رئيس المحكمة العليا
رئيس محكمة العدل العليا

أردت من خلال هذه الوثيقة اطلاعكم على التصرفات المناهضة لكل نظم العدالة التي يمارسها رئيس المحكمة في سيليبابي ولاية غيديماغا، المسمى الفاضل باب أحمد. فهو يعطل ويحل محل قاضي التحقيق ليعيث فسادا في الولاية، مستعينا بالمسمى محمد محمود ولد محمد الأمين. إن تصرفات هذا السيد لا تشبه في أي شيء تصرفات القاضي المؤتمن الذي يمكن أن تسند إليه مهمة رئاسة محكمة. فهو يعقد محاكمات صورية، دون استشارة قاضي التحقيق أو كتاب الضبط، ويصدر أحكامه على مواطنين أبرياء مغلوبين على أمرهم. إنه مرتش يصدر الأحكام الجزافية دون أي دليل لصالح من يدفع أكثر.. لقد تحولت محكمة سيليبابي إلى دكان قذر تُبرأ فيه ساحة المجرمين ويحكم على الأبرياء الجهلة مكان المنحرفين الحقيقيين.

« إن رئيس المحكمة هو قاض يترأس الجلسات، أي أنه يشرف على سير المحاكمة والمداولات، على ضوء القوانين المعمول بها، ويحق له النظر في القضية منفردا أو الاستعانة بمستشارين اثنين »

واعتمادا على صلاحياته غير المحدودة، ولكونه لا يخشى رقابة ولا يستشير أحدا، أصبح الفاضل باب أحمد يعقد المحاكمات الاستعراضية منفردا من دون وكيل الجمهورية أو قاضي التحقيق أو كاتب ضبط أو محام، فهو الكل في الكل. وقد اكتتب لنفسه سمسارا يشرف على شبكة للفساد واسعة الانتشار، وذلك في شخص المسمى محمد محمود ولد محمد الأمين، المكلف بجباية المال الحرام على كاهل الفقراء. وقد أصبح الضحايا يعدون بالمئين بل بالآلف داخل الولاية.
وسأذكر لكم فيما يلي بعض الحالات: بونا داوودا عالي سيدي بي، المعروف بــ: صمب عالي سيدي بي، رجل في الستين من عمره من سكان قرية آغوينيت، تمت تبرئته من طرف محكمة الاستئناف في كيفه بتاريخ 21 أغشت 2019، وكان الفاضل باب أحمد قد رمى به في السجن في سيليبابي بناء على ادعاءات واهية. وشخص آخر يدعى يلي تراووري من سكان التاشوط يتم حجزه في السجن بدون أي مبرر بعد أن وجهت إليه دعوة بتاريخ 24 دجنبر 2018، ولا أحد يعرف السبب؟ وفي يوم 06 أغشت 2019 رمى في سجن سيليبابي مواطنا موريتانيا آخر مقيما في اسبانيا جاء لقضاء عطلته في وطنه، وهو من سكان التاشوط بيرني، ويدعى كامارا سليمان. هنالك من يأتون من اسبانيا وفرنسا وكل أوروبا، لطلب خدمات رئيس محكمة سيليبابي غير الشرعية ويدفعون له المال مقابل الانتقام من خصومهم. إنها شبكة مافيوية غير معلنة تعشعش في النظام القضائي.
وحده رئيس محكمة سيليبابي يعطي لنفسه حق استئناف قضية أغلقت من طرف النيابة، ثم يصدر أحكاما بالسجن جزافا. رئيس محكمة يتدخل في عمل النيابة ويصدر الأحكام في أمور وقعت خارج موريتانيا، إلى أين يذهب بنا هؤلاء؟ إن الفاضل باب أحمد يتلاعب بالعدالة لجني الأرباح اللامشروعة، يزج بضحاياه في غياهب السجن ظلما وعدوانا. لقد أصبحت وضعية العدالة في ولاية غيديماغا كارثية. ونطالب بفصله نهائيا من الجهاز القضائي هو وشريكه آنف الذكر.
جيكو حانون/الأمين العام لرابطة حراطين موريتايا في أوربا.

Mauritanie : La Présidence de la République annonce la nomination d’un conseiller et de chargés de missions

La Présidence de la République a annoncé mardi en début d’après- midi en date de ce jour (mercredi, 18 septembre 2019) sont nommés :

1) Conseiller chargé des affaires diplomatiques à la Présidence de la République: M. Izidbih Ould Mohamed Mahmoud;

2) Chargés de mission à la Présidence de la République MM :

Mohamed Lemine Ould Aboyé Ould Cheikh El Hadrami;

– Mohamed Mahmoud Ould Emmatt ;

– Sidi Ould Domane ;

– Habib Ould Hemmet ;

– Yahya Ould Kebd ;

– Haroune Traoré ;

– El Hacen Ould Zein ;

– Oumar Gueye ;

– Ahmed Salem Ould Mohamed Vadel ;

– Sidi Mohamed Ould Jaavar et

– Saleh Ould Dehmach.

©️ crédit source : AMI.MR (agence mauritanienne d’information)

LA MAURITANITÉ NE DOIT PAS RIMER AVEC MAURITUDE.

La Mauritanie, voilà un pays où certains ont réussi à usurper à leur propre profit notre bien commun, « LA MAURITANIÉ », et à partir de leur position de simples citoyens « bien nés », dictent pourtant aujourd´hui celui qui est Mauritanien et celui qui ne l´est pas. Ils définissent pour leurs propres concitoyens Noirs ce que veut dire la « Mauritanité ». La particularité de cette singulière dictée est dans sa manifestation concrète pendant les années de braise avec la déportation manu militari de plusieurs dizaines de milliers de leurs propres concitoyens au Sénégal et au Mali et l´exil forcé de centaines d´autres en Europe, en Afrique et en Amérique. L´enrôlement biométrique du Général-putschiste Mohamed ould Abdel Aziz vient de boucler la boucle de l´extermination civile et civique ou l’exclusion définitive des Négro-mauritaniens dans leur « Mauritanité » qui rime plus avec mauritude.
N´avons-nous pas le droit de dénoncer ces injustices flagrantes sans être accusés injustement de « séparatistes » ou  » de rebelles à l´unité nationale »!
N´avons-nous pas le droit de penser la Mauritanie autrement, autre que cette politique raciste, assimilationniste, ethno-génocidaires et aventuriste qui a montré ses limites?

Si tous les Mauritaniens sont officiellement musulmans, ils ne sont pas tous arabes. Le droit d´exister et de vivre en tant que Mauritaniens ne peut passer avant celui d´être Soninké, Wolof, Haratine, Haal-pulaar, Arabe, Berbère, Bambara. Et tout ce qui concerne cette question doit-être constitutionnellement reconnu.
La Mauritanie n´est pas un Etat arabe à moins qu’elle ne veuille être un Etat raciste. La Mauritanie est arabo-berbère et négro-africaine voilà la réalité historique, politique, géographique et sociologique du pays. Que ceux qui ont une mémoire courte sachent que La Mauritanie actuelle se situe sur les ruines du berceau impérial du Ghana et du Tekrour. Nos adeptes tropicaux de l´excroissance moyen-orientale du national socialisme nazi (baathisme) doivent réviser leurs doctrines et tirer des leçons sur la défaite de leur héros Sadolf Hutssein.

La Mauritanie de nos rêves c´est ce pays arc en ciel. La Mauritanie de nos rêves est cette cohabitation du « noir et du blanc de l´oeil » comme le disait bien le sage Deyloul. La Mauritanie de nos rêves, on ne le dira jamais assez , est un pays où le fait d´être arabe, noir, haratine, znega ne serait ipso-facto une condition rédhibitoire. C´est ce combat qui est le sens de notre lutte de toujours pour une cohabitation pacifique et juste.

Nous voulons d’une unité qui respecte la dignité de chaque Mauritanien et garantisse l’équilibre entre les grandes composantes nationales. En effet, la Mauritanie est condamnée à s´unir sans s´unifier en lieu et place de l´étouffante uniformisation assimilée à l´unité.
Pour nous, sauver la Mauritanie ne passe pas forcément par l’imposition d’une langue, d’une unité coûte que coûte mais par la mise en place de fondements inébranlables parce que intrinsèquement justes et égalitaires. L’unité, en soi, n’est pas une fin mais un moyen pour construire » le mieux vivre ensemble », dans une Mauritanie viable parce que réconciliée avec elle même.

LA LUTTE CONTINUE.
Kaaw Touré-

©️ Crédit source: Post Facebook de l’auteur du 15/9/19