Sport /Football : Tournoi de football l’EED-2019

TOURNOI

La cinquième édition du traditionnel tournoi de solidarité de l’ONG L’EED démarrera in shaa Alla le 8 juin 2019 aux stades de LA MOTTE BOBIGNY situé au 59, rue Marcel Cachin, 93 000 Bobigny et LEO LAGRANGE PARIS 12 situé au 68 Bd Poniatowski 75012 Paris
Comme annoncé dans notre précédente édition, ce tournoi regroupe 24 villages du Guidimakha (Mauritanie & Mali)
Pourquoi un tel projet ? Quelles sont les visées ?
Le sport, de façon globale et particulièrement, le football est un sport populaire et fédérateur. Dans ce monde globalisé où les plus proches s’éloignent et les plus éloignés se rapprochent, il est important de créer des évènements où vieux & jeunes de toutes les couches sociales, sans distinction de catégories sociales, se retrouvent, se côtoient et se découvrent pour dessiner TOUS ENSEMBLE les contours d’un monde juste et équitable.
Justice et équité sont les maitres mots de L’EED qui, depuis sa création il y’a 4 ans environ, n’a cessé de mobiliser toutes les forces vives du monde pour améliorer les conditions de vie des plus démunis à travers la sous-région sans distinction de race, d’ethnie, de couleur ou de langue.

Pour revenir au tournoi proprement dit, après la liste des villages qui prendront part à ce prestigieux tournoi, voici les 6 poules de 4 équipes.

Poule A : Selibaby, Séléfely, Boully et Toulel

Poule B : Dafort, Baediam, Guemmou et Diyaala

Poule C : Diogountouro, Khabou, Artoumo et Sollou

Poule D : Diaguily, Olloumbonny, Sabouciré et NDiéwo

Poule E : Goïnitt, Gorillakhé, Diadjibinné et Niéléba

Poule F : Tachott Botokhollo, Tachott Baraané, Bouanze et Wompou

Vous aurez le calendrier dans assez rapidement in shaa Allah

✅Source crédit : Page Facebook L’EED

Mauritanie/présidentielle 2019 : Une rencontre citoyenne entre le candidat indépendant Biram Dah Abeid et la jeunesse du Guidimagha à Nouakchott

Dans la soirée du 29 mai 2019, dans une salle archi comble de l’hôtel Koumbi Saleh à Nouakchott , le candidat indépendant Mr Biram Dah Abeid accompagné d’une partie de son staff a été l’invité d’honneur d’une rencontre de précampagne organisée par la jeunesse originaire du Guidimagha. L’occasion a été donnée aux différents intervenants d’aborder les enjeux cruciaux du rendez-vous électoral du 22 juin prochain. Avant la prise de parole du candidat Mr Biram Dah Abeid, l’appel à un sursaut citoyen parmi le peuple du Guidimagha, a été réitéré par Mr Bakary Diarra (Membre actif IRA-MAURITANIE), Mr Moussa Hamet Soumare (vice-président IRA-France) et aussi par le directeur national de la campagne présidentielle Mr Bakary Tandia fraîchement débarqué des États-Unis. Le Guidimagha, région Sud mauritanien souffrant d’un abandon dans tous les domaines selon la teneur des interventions , ferait l’objet d’une attention particulière du candidat Biram une fois élu. Le candidat arrivé 2ème lors de la présidentielle de 2014, indexe vigoureusement les intermédiaires politiciens du régime étatique injuste dans le Guidimagha qui le maintiennent en état de colonie . Par ailleurs dans sa communication, le directeur national de la campagne, Mr Tandia exprime sa fierté d’appartenir au camp de la Vérité et du refus du Mensonge. Il a scandé que la victoire est accessible dès le premier tour pour leur projet axé sur l’instauration d’un véritable État de droit pour TOUS les mauritaniens.

✅Source crédit : Médias sociaux Proches du candidat

🔷️K.S pour le BLOG

Le Sénégal et le journalisme de caniveau ! Par Diallo Saidou dit Thierno

En écoutant la sortie d’une chroniqueuse et d’un chroniqueur sur une télé sénégalaise, j’ai été abasourdi par la légèreté des propos et la déconcentration par lesquels ils sont dits.

Entre celui qui expliquerait le viol par « l’inaccessibilité » des hommes aux belles nymphes qu’on croise dans les rues Dakaroises ou ailleurs (faisant des femmes une proie, un gibier à consommer pour satisfaire une libido et des hommes des prédateurs qui ne penseraient leurs rapports aux femmes qu’à l’aune de la sexualité) et celle qui circonscrit le viol par ascendance dans les familles Peul-Toukouleur ( il faut qu’elle nous explique la différence au passage) on a une envie de gerber.

Cela est d’autant plus déconcertant que sur le plateau, en dehors des acquiescements, personne ne s’insurge, ni ne dénonce cette cette analyse socio-anthropologique de comptoir.
Des polémiques ou des propos approximatifs existeront toujours dans la presse, cependant si sur 6 participants personne ne relève cette anomalie, il y a alors un réel problème sur le choix des intervenants.

Au-delà de cette polémique, se pose la question de la qualité des programmes télévisuels et des ressources humaines qui animent des émissions.
Si le Sénégal nous servait des journalistes de qualité, aujourd’hui force est de constater que la médiocrité, l’amateurisme, le copinage malsain et le Bad Buzz se disputent les exigences de qualité.
A la recherche d’un audimat du sensationnel, des commerçants publicitaires se disent patrons de presse pour servir une télé poubelle qui en perd sa vocation première, à savoir informer, éduquer et développer le sens critique.

Une régulation rigoureuse doublée de sanction plus que dissuasives doivent accompagner la libéralisation des médias pour ne pas (re) vivre la fâcheuse expérience de la Radio Mille Colline.

Au delà des excuses prononcées par la chaîne, l’autorité de régulation doit sévir pour rappeler à ses animateurs du dimanche qu’il y a une rigueur journalistique et une déontologie à ne point violer.

✅Source crédit : Post Facebook de l’auteur (25/05/19)

[ALERTE – INFO – KININKOUMOU – GUIDIMAGHA MAURITANIE🇲🇷 ] : ⚠️Gros incidents autour de l’affaire de la grande mosquée du village⚠️

Dans la journée d’hier 23 Mai 2019, les autorités régionales (Gouverneurs et préfet) sous l’instigation partiale de la cellule régionale chargée des affaires religieuses, ont tenté avec force de trancher le litige autour de la grande mosquée du village.
Depuis quelques mois, la nouvelle grande mosquée de cette localité située à quelques kms de Selibaby, fait l’objet d’une affaire de gestion de l’imamat entre la composante sociale d’ascendance dite ESCLAVE statutaire chez les soninkés et l’ordre féodalo-esclavagiste (chefferie coutumière et religieuse). Ce lieu de culte qui a été financé et construit par l’ensemble de ressortissants villageois, risque d’être la source d’un divorce irréconciliable entre les 2 camps du village. D’après les dernières nouvelles du terrain, les incidents d’hier ont été provoqués par l’organe régional chargé des affaires religieuses dirigé par un certain Diallo. Ce dernier aurait décidé d’une manière unilatérale de donner la gestion exclusive de l’imamat au camp féodalo-esclavagiste au détriment de ceux qui sont considérés comme des esclaves statutaires. Et dans la journée d’hier, les féodaux avec la complicité des autorités régionales, ont tenté d’installer les tapis dans la mosquée en préparation pour la grande prière d’aujourd’hui vendredi. Les échauffourées ont éclaté et des éléments de la gendarmerie sont arrivés en arrêtant plusieurs membres de la communauté dite ESCLAVE par ascendance statutaire.
Quelques représentants des autorités régionales ont passé la nuit au village et comptent procéder à l’ouverture forcée et unilatérale de la mosquée ce vendredi en prenant clairement cause pour le camp des féodalo-esclavagistes. Nous apprenons que d’autres membres de la communauté lésée et discriminée ont été appréhendés dans la nuit .

Nous dénonçons cette situation injuste et indigne d’un traitement équitable attendu des pouvoirs publics pour TOUS les administrés.

Nous tenons responsables, l’organe régional chargé des affaires religieuses et les pouvoirs administratifs de toutes les conséquences possibles de cette situation dangereusement tendue.

Nous portons à la connaissance de l’opinion nationale et internationale sur le caractère discriminatoire et ségrégationniste de cette décision en cours d’exécution par la force publique. Les droits fondamentaux d’une partie des habitants sont bafoués au profit d’un autre camp basé sur des considérations féodalo-esclavagistes.

Nous rappelons les lois nationales suivantes qui vont à l’encontre de ce qui est entrain d’être commis par ce forcing inadmissible :

✅La LOI 2015 – 031 antiesclavagiste en Mauritanie .

✅La 2018 – 023 portant sur les DISCRIMINATIONS en Mauritanie .

■P/ GANBANAAXU Kininkoumou

✅Source crédit : Réseaux sociaux Militants anti féodalo-esclavagistes GANBANAAXU FEDDE

Édito-Cri Osé : AU GUIDIMAGHA EN MILIEUX SONINKÉS, À QUAND UN VÉRITABLE ÉVEIL POLITIQUE CITOYEN PRODUCTIF ?

Dans l’une de mes contributions passées, j’avais avancé que l’élément “Politique” n’est pas étranger au tissu organisationnel d’un certain monde soninké. Tout en distinguant 2 univers, l’un s’articule autour d’une gestion féodale et coutumière très rigide en interne et l’autre est fait d’une passerelle clientéliste contrôlée par un monnayage communautariste dans l’arène politique nationale. Ainsi depuis toujours ce schéma est tenu efficacement par “une élite” très au fait des rouages de la “CHOSE publique” dans le pays. Cette élite appelée improprement “nos cadres”, est régulièrement indexée et même vilipendée, parce qu’elle ne ferait pas grand chose pour le peuple du Guidimagha, comprendre ici le peuple soninké du Guidimagha à en déduire du discours tenu par ceux qui dénoncent. En cette année 2019 où une présidentielle cruciale s’annonce en juin , la légendaire structure clientéliste convaincue toujours qu’en Mauritanie, la règle tacite est; Une Communauté = Un Vote, semble subir une certaine pression partisane inédite venue de sa base populaire. En effet, aujourd’hui dans le giron soninké Guidimaghanké affilié historique aux différents régimes en Mauritanie, la communautarisation politicienne auprès du candidat désigné par l’Etat profond (composé par l’élite militaire, des hommes d’affaires et des relais communautaro-religieux), trébuche. Les logiques de tendances politiques ou claniques qui ont toujours marqué les partisans du pouvoir dans la région, s’affirment AUTREMENT dans leur versant soninké. De notre angle d’observateur modeste, on pourrait dire que la machinerie clientéliste grince habituellement au niveau des égo de personnalités et aussi à travers les accroches structurelles entre les 2 univers politisés (l’ancien ordre féodal par les statuts assignés et les positions officielles tenues du moment dans l’Etat). Dans le passé, ces querelles intestines pouvant être très rudes se menaient en coulisses loin du citoyen conditionné au VOTE avec/pour nos “cadres”. À l’heure actuelle, dans ce monde 2.0 qui a libéralisé la COM, la base populaire s’intéresse AUTREMENT en s’informant davantage sur ce qui représente vraiment la “communautarisation politicienne” tant prêchée par leurs “cadres”. Ainsi, un bref vocal d’un groupe Réseau social Whatsapp du milieu militant , suffirait pour perturber et dévoiler le fond de ce conditionnement politicien qui a tant inhibé la qualité de CITOYEN. La masse militante est foncièrement communautariste à un premier niveau, clanique à un deuxième niveau et même familiale au troisième palier. De ce fait, l’engagement politique est loin d’être citoyen encore moins d’être patriotique. Et à décortiquer les discours de recadrage et de justification tenus par certains “cadres” du sérail communautaire, à l’endroit de leurs suiveurs qui attendaient du “soninké” pour des soninkés dans le staff de campagne du candidat du système, on dirait qu’on a atteint le terminus d’une infantilisation politicarde innommable.
Et conséquence, aujourd’hui l’avenir d’un engagement politique sain parmi ou pour les soninkés du Guidimagha, serait la culture d’une conscientisation citoyenne qui donnerait sens à des véritables revendications à l’endroit de pouvoirs publics. Depuis 60 ans bientôt le monnayage clientéliste par la politique n’a fait qu’entretenir un régime d’intérêts partisans et l’étouffement d’une expression citoyenne libre. Nous avons besoin d’une autre approche plus intellectuelle de certains termes “nos cadres” , “nos ministres” ou “nos fonctionnaires” qui troublent et tendent même à ethniciser avec “nos” entendre exclusivement soninkés. Alors qu’en citoyen averti ressortissant d’un village soninké , on pourrait légitimement approcher un haut fonctionnaire consciencieux Maure ou Peulh qui serait originaire de Lehajr pour des services rentrant dans ses prérogatives. Cet éveil citoyen sans les balises ne se fera pas dans l’état actuel où les prismes communautaristes pèsent dans les consciences. Et l’individu à l’éveil citoyen bridé ainsi, ne peut être qu’un éternel obligé courtisan même pour ses droits les plus élémentaires. Il se trouve aujourd’hui que ceux qui ont toujours tenu le statut de barons dans l’arène clientéliste politique décrite plus haut, s’adonnent à leur niveau à une certaine forme de mendicité politicienne à l’échelle nationale. Comme on l’a constaté ces derniers temps, la base populaire a bousculé et le maillon intermédiaire “nos cadres” à multiples accroches non identifiables en légitimité par la base, a craqué à ciel ouvert. Ainsi il faudrait une nouvelle approche de l’engagement politique par/parmi NOUS, basé sur des convictions solides qui doivent ÉVEILLER les masses populaires et non VEILLER sur leur supposé poids électoral à monnayer dans la médiocrité et le déshonneur encore et encore.

Communiqué de presse : Événement / sortie d’un livre sur le candidat indépendant Biram Dah Abeid

La direction de la campagne du candidat indépendant Biram Dah Abeid organise une cérémonie de présentation du livre intitulé : « Le candidat indépendant Biram Dah Abeid ». Cet ouvrage retrace le parcours du combattant pour la liberté qu’est le président d’IRA – Mauritanie.
La presse nationale et internationale ainsi que la classe politique et civile, les blogueurs et les militants des droits de l’homme sont priés d’assister à cette cérémonie à partir de 11 h ce lundi 20 mai 2019 à l’hôtel Chinguiti Palace
Le public est informé que des exemplaires du livre en arabe et en français seront mis en vente parallèlement à la conférence, avec l’opportunité d’avoir une dédicace du candidat Biram Dah Abeid
Le livre sera présenté par Oumar yaly, Fatimata Mbaye, Saadany Khaitour, Abdesselam Horma et Cheikh Tidiane Dia

Nouakchott le 16 mai 2019
La commission de communication

Mauritanie/Présidentielle 2019 : Bakary Tandia, directeur national de la campagne du candidat Biram Dah Abeid.

🔷️Note de Remerciement

Au moment où je m’apprête à rejoindre la campagne du Président Biram Dah Abeid, candidat à l’ élection présidentielle 2019 en Mauritanie, je voudrais sincèrement le remercier pour la confiance qu’ il me témoigne en me nommant Directeur National de sa campagne. J’ accepte avec une grande humilité cette responsabilité combien importante car, il s’agit de faire avancer l’agenda des droits des droits de l’homme et de l’état de droit pour une Mauritanie nouvelle où tous ses fils et toutes ses filles seront traités avec respect et dignité. Dans une telle Mauritanie ils auront les mêmes chances de s’épanouir sans distinction aucune. Je suis profondément convaincu qu’ ensemble, sous le leadership charismatique du Président Biram, nous y parviendrons car, nous avons déjà la victoire de l’adhésion populaire; Il s’ agit maintenant de la transformer en victoire électorale, ce qui est à portée de main.

Je remercie tous ceux qui ont enthousiatiquement célébrer cette nomination en me présentant leurs félicitations. Je leur serai toujours redevable pour ce geste d’ amitié et de sympathie. En fait ces félicitations vont á tous ceux qui se battent pour le respect de la dignité humaine en Mauritanie.

Je voudrais au passage saluer les candidats de l’opposition qui ont toujours combattu pour une Mauritanie juste et égalitaire. Je suis persuadé qu’en temps opportun, ils sauront se soutenir pour réaliser le changement tant attendu.

Je voudrais aussi exprimer ma gratitude à tous les frères et sœurs de la Diaspora avec qui j’ai eu l’honneur de travailler avec la même passion pour défendre nos droits fondamentaux en Mauritanie. Je les remercie de tout cœur pour leur amitié et leur soutien. Mes remerciements vont également à l’ensemble de la communauté que j’ ai la chance de servir et au sein de laquelle je compte de nombreux proches amis. A nos collaborateurs qui ont fait de notre combat le leur, nous leur seront toujours redevable pour leur sens élevé de la justice et de la liberté. C’est parce qu’ils ont compris que, »l’ injustice, où qu’ elle soit, est une menace pour la justice partout, » Dr Martin Luther King.

En conclusion, je remercie une fois encore le Président Biram pour cette confiance. Cette campagne sera une œuvre collective et participative où toutes les idées seront les bienvenues. Je compte sur vos suggestions et commentaires pour qu’ on puisse ensemble atteindre avec succès notre objectif, gagner l’ élection présidentielle 2019 sous le leadership du Président Biram Dah Abeid, candidat indépendant.
Fraternellement,

Bakary Tandia
Directeur National de la Campagne de Président Biram Dah Abeid, Élection Présidentielle Juin 2019

✅Source crédit : Post Facebook Bakary Tandia du 11 – 5 – 19