​Libérer l’IslamLibérer les femmes (3) : déminer le Coran   Par Ousmane TIMERA 

Le chemin est miné. La contre-révélation a semé partout des mines antihumaines. Il faut une pensée qui démine le présent pris au piège par les déviances du passé ; une vision qui plante l’avenir d’un renouveau planétaire. Afin que le Livre et ce qu’il proclame d’égalité intrinsèque entre les humains, entre femmes et hommes, puisse retrouver sa voie dans les consciences. 

C’est que les signes (âyat) furent transformés en versets et sa clarté devint obscure. Le détournement du sens put alors battre son plein.

 

Rien dans le Coran ne peut aller à l’encontre de la dignité humaine et de l’égalité qu’il fonde. C’est un fait.  Sauf si bien sûr on fragmente son propos, pour insérer ses morceaux dans une vision tout autre, notamment patriarcale, où l’ordre établi injuste (le contexte comme ils disent) devient l’ordre de toujours qui s’impose, même à Dieu. Il nous faut donc libérer ces passages du Livre généreux, de l’emprise avare de l’interprétation qui fragmente et « dé-lire » ; et les réinsérer dans la cosmique coranique qui leur donne sens et en fait des signes qui se lient.

Nous avons déjà commencé ce travail dans les précédents billets sur l’esclavage et la question des femmes. C’est ainsi que nous avons libéré l’origine d’Eve du mythe judéo-chrétien de sa création à partir de la côte d’Adam. Ce, en lisant et en reliant les signes qui relatent l’interaction entre mâle et femelle et leur origine commune.
Mais ce mythe est porteur de virus qui ont contaminé la conscience musulmane, et au-delà, la conscience humaine. La fièvre bat son plein depuis des siècles et peu ne s’en faut que le « dé-lire » lui fasse perdre raison : elle titube, sa démarche est « dé-cadence ». Enchantement et désenchantement s’alternent en boucle dans sa fiévreuse illusion. Elle n’entend plus le chant cosmique qui les transcende ; ne voit plus le champ coranique qui les dépasse. Le rythme est perdu. C’est la négation déguisée en religion. C’est la « déligion » qui renie Dieu et donc nie l’humain. L’Islam est devenu musulmanisme. 
Guérissons donc cette conscience, guérissons-nous. Réinsérons-nous donc dans ce qui est « une guérison pour ce qui se trouve dans les poitrines » (S10 ;s57). Et reprenons les signes libérateurs que la contre-révolution a transformé en verset contre l’égalité. Cela, dans l’ordre dans lesquels on les rencontre dans le Livre.
Des versets fragmentés aux signes harmonieux

  

a) « Les hommes ont une prédominance sur les femmes » selon le Coran ?
Je me ballade dans une traduction du Coran. Je vais immédiatement voir un verset que beaucoup brandissent en étendard pour la défense de leur prérogative masculine. Ils sont hommes ; ils sont donc supérieurs. C’est naturel. C’est implacable. C’est, soi-disant, divin. C’est leur prétention. Ainsi, obéir à l’ordre divin, selon cette mentalité, c’est se soumettre à l’ordre des choses. La liberté morale ne dépasse point la nécessité naturelle. Mais dans ce cas à quoi sert la révélation si c’est pour répéter la création ? Ils ne comprennent pas les conséquences de leurs dires. C’est le malheur des religions dans leur réduction puis dissolution dans le « contexte ».
Nous sommes avec un bout de verset. Le 228 de la sourate 2 (la vache). Le voici : « …et elles ont pour elles des droits équivalents à leurs devoirs conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles… ».  C’est dit. L’égalité entre hommes et femmes est une chimère. Le propos est général. Il est question de tous les hommes en tant que tel, vis-à-vis de toutes les femmes en tant que telle, dans tous les domaines. Ah bon ? Vraiment ?  
C’est toujours la même chose voyez-vous. On coupe sans vergogne les signes, on en fait des versets explosés, tronqués, handicapés. Remembrons le passage, et au passage revoyons la traduction : 
« Les femmes divorcées devront attendre trois cycles. Et il ne leur est pas licite pas licite de cacher ce que Dieu a créé dans leurs entrailles, si elles ont foi en Dieu et au Jour Dernier. Leurs maris, durant ce moment, ont plus de droit à les reprendre s’ils veulent la réconciliation. Leurs droits à elles sont semblables à leurs obligations, de manière équitable, et les hommes ont un degré (daradja) envers elles. Dieu est Honorable, Sage » (S2 ; s 228).

Un propos, toujours doit être compris à l’aune de l’ensemble qui le tient. Cela est encore plus vrai pour ce qui concerne le Coran. Les férus de règles générales toutes faites, doivent avoir cette prudence s’ils ne veulent pas être de ceux qui inventent ce qui de Dieu ne vient pas. Le Coran n’est pas un livre de lois, même s’ils s’y trouvent des lois. C’est plutôt le Livre qui fonde et oriente les lois et leurs productions humaines, pour les protéger contre l’arbitraire et les passions des plus forts, et pour qu’elles restent au service de la justice et de la miséricorde. 
Aussi, le degré (daradja, qui n’est pas prédominance) dont il est question ici n’est ni à généraliser sur l’ensemble de la relation conjugale entre un homme et une femme, ni de façon plus globale entre les femmes et les hommes dans tous les domaines : familiaux, sociaux, économiques et politiques. Que nenni ! Le propos est en soi clair. Il concerne le cas spécifique, dans celui du divorce, ou le couple se rend compte qu’ils attendent un enfant. Dans ce cas précis seulement, le Coran donne au mari une prérogative dont ne dispose pas l’épouse : le droit et la priorité de la reprendre durant la période de la grossesse. C’est la raison pour laquelle il prend le temps de mettre en exergue l’équilibre de principe qui existe entre les droits et les devoirs de la femme divorcée, avec dans le cas de l’attente d’un heureux événement (tout de même), un degré de plus pour le mari, une chance donnée au couple de se maintenir, à condition qu’il y ait une volonté de réconciliation. 
Beaucoup reste à dire sur ce passage et ses « consœurs », qui sont autant de sagesses que le Coran fait perler pour à chaque fois, sans parti pris, défendre les droits des femmes et rétablir les relations de couple sur la justice, la bienséance et la conscience de Dieu. En d’autres termes, tout le droit de la famille, du mariage à la naissance, du divorce au veuvage jusqu’à l’héritage, est par le Coran inspiré et induit à partir de ceux des femmes. De sorte qu’il est impossible aux hommes, de connaitre leur devoir et droit, du point de vue coranique, sans déterminer d’abord les droits des femmes. Telle est la réforme coranique qui fut détricotée et déprogrammée de sorte que le propos ici tenu, pourtant fondé, semble complètement étranger à la « tradition musulmane » (musulmaniste ?). 
b) Son témoignage ne vaut que la moitié de celui d’un homme
Deuxième passage tronqué, celui du témoignage des femmes dans les transactions financières, que d’aucuns font une preuve, une règle générale qui traduit l’inégalité intrinsèque entre femme et homme.  Sur ce sujet j’ai pu voir nombre de gens que je considérais intelligents se fourvoyer sans retenu. Que de considération à l’emporte-pièce n’ai-je pas entendu pour tirer de ce passage du Coran, ce qui selon eux est scientifiquement prouvé : l’infériorité naturelle physiologique, psychologique, neurologique et rationnelle de la femme par rapport à l’homme que le Coran, miracle scientifique oblige (en réalité du vent), viendrait confirmer. Bref, en réalité tout ce qui permet de clouer au sol les capacités humaines, au nom d’un ordre social qui se donne des airs d’ordre naturel, puis divin. 
Ainsi, selon cette compréhension préétablie, dans tous les cas de figure, quelque-soit le niveau d’éducation ou de compétence et le domaine concerné, le témoignage d’une femme, parce que femme, serait inférieur à celui d’un homme, juste parce que homme.  
Celui qui tient ce genre de propos ne doit pas beaucoup réfléchir. Ce dernier jamais, j’en suis sûr, ne demanderait à sa mère d’apporter un témoin supplémentaire pour corroborer son témoignage sur sa naissance, son enfance ou sur l’argent de poche qu’elle aurait décidé de lui octroyer ou non. Qu’en pensez-vous ?
Reprenons le passage en question qui d’ailleurs s’insère dans le signe le plus long du Coran et qui concerne les transactions financières et commerciales. Nous ne pouvons pas, au vu de la nature de cet écrit, reproduire tout le signe, mais juste l’extrait qui concerne les témoins lors de la contracture d’une dette, après avoir rendu obligatoire l’écriture de la reconnaissance de dette par un scribe tiers, sous la dictée de l’emprunteur :
« Faites-en témoigner par deux témoins d’entre vos hommes. Et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d’entre ceux dont vous agréez comme témoins. Ainsi, si l’une d’elles s’égare, l’autre pourra lui rappeler (S2 ; s282). 
Il me plait, contrairement au littéraliste et à l’herméneutiste (tous les deux sont d’accord pour fragmenter le Livre et réduire son sens au contexte historique), de m’en tenir à ce que dit le Coran, ni plus ni moins. Ce, pour méditer ensuite sa profondeur et comprendre le sens et l’esprit de son propos sans l’encager dans le contexte ou ma partialité dans la mesure du possible. Il faut pour ce faire lyre le Coran. Or lorsqu’on « lie » ce passage, il n’est aucunement question d’un propos général et généralisable sur l’état mental et psychologique des femmes. Mais d’une procédure légale qui vise à rendre les transactions financières plus justes et moins tributaires des passions qui peuvent amener à de graves conflits. Il faut donc des témoins en plus de l’écrit. Et les femmes, qui rarement étaient/sont concernées par ces affaires (cela est vrai encore aujourd’hui dans de nombreuses sociétés) peuvent (doivent) aussi y participer. La raison d’être des deux femmes témoins demandées aux côtés d’un témoin homme, est clairement indiquée par le passage : le possible oubli et égarement de l’une que l’autre pourrait par sa présence corriger. C’est ce que dit le texte.
La question alors est qu’en est-il si nous nous assurons, soit par sa compétence avérée, soit par d’autres moyens, qu’elle n’oubliera pas ? Si le fait d’ajouter un homme à un autre (il faut deux témoins hommes) n’a pas signifié la mise en cause intrinsèques des capacités rationnelles du premier, pourquoi le fait d’ajouter une femme, en tant que témoin, à une autre signifierait-il ici cela ? Nous nageons en plein « dé-lire », où les choses, déliées de leur ensemble, n’ont plus de sens.
Mais pourquoi cette différenciation alors, pourrait-on me rétorquer? Je répondrai que la réponse n’est pas à chercher du côté de la nature mais de la culture. Elle n’est pas neurologique mais sociologique. Sinon, dans tous les autres passages du Livre où il est question de témoignage (dans le cas du testament, du divorce, de l’adultère etc), cela aurait été indiqué et appliqué. Or il n’a jamais été question dans le droit musulman d’apporter huit femmes témoins en l’absence de quatre hommes témoins, dans le cas par exemple de l’adultère. Non ? L’apport de deux femmes témoins à côté du témoignage d’un homme, en l’absence d’un second, est donc spécifique aux cas de la reconnaissance de dette, pour des raisons sociales qu’il est possible de dépasser. 

Bref, tout ça pour juste dire ce qui somme toute est simple :  la femme et l’homme sont égaux et les quelques différences qui peuvent exister, en matière de droit et de devoirs, sont dues à la prise en compte des spécificités biologiques que la révélation respecte mais n’absolutise pas moralement, et de la situation sociale injuste qu’il veut « dénaturaliser », corriger et moraliser avec pédagogie et équilibre. 
c) « …et le garçon n’est pas comme la fille »
Un autre passage fragmenté. Une autre pensée slogan exprimée par un bout de verset. Une personne qui m’enseigné le Coran, et qui par ailleurs était mon camarade, puisque nous étions tous deux élèves du Cheikh Ayoub, aimait mettre en exergue ce genre de passage pour me signifiait que les hommes seraient supérieurs aux femmes. Les étudiants qui nous écoutaient, et qui par ailleurs ne connaissaient pas nos relations, s’empressaient de me faire comprendre, lors de nos échanges qu’il provoquait, que je n’avais pas la compétence pour le contredire, puisque lui connaissait le Coran par cœur. Mais mémoriser n’est pas comprendre, surtout lorsque le puzzle du propos ne se réunit pas en harmonie dans l’esprit. Il lui manquait la méditation.
Alors voici ce fameux passage, brandi comme une évidence : 
– « …et le garçon n’est comme la fille… ». 
– Ah ! Oui ? Et alors ? Pas besoin d’études poussées pour vérifier ce fait. 
– « Oui mais c’est Dieu qui le dit, tu vois…aujourd’hui ils veulent faire en sorte qu’il n’y ait pas de différence entre homme et femme, ils veulent la parité, c’est n’importe quoi ».  
– « Tu mélanges les choses mon ami lui répondis-je. Qu’il se trouve des différences entre femmes et hommes, cela est indéniable, voire nécessaire pour la vie. Mais que fais tu de ce fait ? La différence biologique ou physique induit-elle nécessairement l’inégalité de droit ? L’égalité induit-elle l’uniformité et la mêmeté biologique et physique ? Et puis vous mélangeaient les choses. On parle du Coran et de son sens et vous me parlaient de politique, de mode de vies occidentales ou d’homosexualité. Ça n’a rien à voir. Où se trouve ce passage ? Dans quel contexte (dans le Livre) est-il énoncé ? Penons le Livre et lisons sans rajouter » :
 « Quand la femme d’Imran dit : « Mon Seigneur, je t’ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon sein. Accepte-le donc de moi. Tu es l’Audient, le Connaissant ». Puis, lorsqu’elle eut accouché d’elle, elle dit : « Mon Seigneur, j’ai accouché d’une fille ». Dieu savait bien ce dont elle avait accouché. ‘’Et le garçon n’est pas comme la fille’’. Je l’ai nommée Marie, et je la place sous ta protection, ainsi que sa descendance, contre le diable banni ». 
– « Comment pouvez-vous, ajoutais-je, faire de ce que la mère de Marie déclarait lors de la naissance de celle-ci, une règle générale cosmique universelle. Elle voulait un enfant qui soit dédié au culte et au service exclusif de Dieu. Ce qui de son point de vue est, à première vue, on peut le comprendre, plus adéquat pour un jeune garçon que pour une jeune fille. Pas la peine de faire un dessin. Et pourtant Dieu ne tiendra pas compte de ce point de vue culturel et social, et fera de celle qui n’était pas prévue pour ce type de dévouement religieux, parce que fille, un signe, un model et un miracle de vertu et d’élévation pour toute l’humanité, hommes et femmes, et dont sortira un autre miracle vivant, Jésus fils de Marie, Prophète et Messager de Dieu. Tout cela, grâce à une femme, qui dans le tréfond de son cœur, invoqua Dieu et fut par lui entendu. Alors cette fille, Marie, était-elle inferieure à un homme ?». 
Quelle fut leur réponse vous demandez-vous ? Juste l’entêtement habituel et cet argument « fatal » à chaque fois brandi par la bêtise : « Oui mais comment ça se fait que t’es le seul à dire ça. Y a plus savant que toi ! nos Salaf sâlih ont tout dit et les savants qui sont dans le minhaj les confirment ».
Que voulez-vous ? On ne peut éclairer celui qui ferme ces yeux. « Sourds, muets, aveugles, ils ne peuvent donc pas revenir en arrière ». 
D’autres versets démembrés, victimes des mines antihumaines semées dans la conscience musulmane, sont à méditer et à relier en signes. C’est ce dont la suite de ce texte se chargera de continuer, pour ensuite rétablir ce que les signes du Coran proposent de vision cosmique et de réforme émancipatrice, concernant les relations femmes-hommes, en tant que socle sur lequel se fondent la société et la civilisation, si celles-ci veulent perdurer.

Source: ousmanetimera.unblog.fr 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s