Le Président d’IRA France-Mauritanie ne se rendra pas en  Mauritanie le 10 mai 2017 comme il était prévu.  

Alors qu’il souhaitait pouvoir rencontrer cadres et militants d’IRA Mauritanie, les Ambassadeurs de France et des USA à Nouakchott ainsi que les autorités mauritaniennes, le Président d’IRA France-Mauritanie se voit contraint de reporter sa venue à une date ultérieure compte tenu des récentes répressions : 

 

▪ une juriste en droit international des droits de l’homme et une journaliste, toutes deux françaises, viennent d’être expulsées de Mauritanie après de graves menaces et harcèlements. Alors qu’elles effectuaient un travail de recherche sur l’existence de l’esclavage, elles ont été déclarées « Persona non grata » par les autorités mauritaniennes et traitées d’activistes. Juste avant leur expulsion, il leur a été déclaré que « l’esclavage n’existe pas en Mauritanie ». 

 

▪ les dernières arrestations des cadres d’IRA Mauritanie dans la région de Sélibabi démontrent un peu plus la volonté des autorités mauritaniennes d’accentuer leurs exactions à l’encontre des militants pacifiques. Leur seul but est de dénoncer l’esclavage, l’exclusion et le racisme d’Etat. 

 

Nous préférons, par le biais de ce communiqué, dire « à haute voix », sous l’égide d’une association officiellement reconnue en France (IRA France-Mauritanie) et dans le monde ce que les autorités mauritaniennes interdisent chez eux. L’esclavage en Mauritanie est une réalité, pas un mythe. 

 

Nous préférons reporter cette visite en raison des pressions exercées à l’encontre des militants d’IRA Mauritanie. Les autorités mauritaniennes nous auraient sûrement interdit de pénétrer sur le sol mauritanien ou suivis et surveillés si toutefois nous n’étions pas retenus à la frontière. 

 

Cette grave décision de ne pas se rendre le 10 mai 2017 à Nouakchott nous attriste profondément mais nous renforce plus que jamais dans nos combats et soutiens à cette juste cause. 

 

Nos pensées aujourd’hui vont aux deux prisonniers, militants d’IRA Mauritanie séquestrés à Bir Moghreïn par le régime mauritanien, ainsi qu’à leur famille. 

 

Les nombreux prix internationaux honorant M Biram Dah Abeid et la multiplication des associations IRA (Allemagne, Belgique, Italie, Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Canada, USA, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Gabon et France) sont les preuves flagrantes que le combat d’IRA Mauritanie est universellement reconnu. 

 

 

Le Bureau d’IRA France-Mauritanie 

Jean-Marc Pelenc, Président

Source crédit : IRA-FRANCE 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s