​L’antiesclavagisme en milieu soninké du Guidimagha mauritanien : les chefferies coutumières broient du ROUGE…!

Ces derniers jours, nous avons relevé plusieurs incidents (clashs verbaux et physiques et divers chantages menaçant) dans différentes localités . Aujourd’hui, sous d’autres cieux  les gens veulent savoir comment on pourrait habiter la planète Mars, alors que chez nous dans le Guidimagha, la société  féodaloesclavagiste composée d’une supposée aristocratie désuète, d’un régime maraboutique complice et de quelques lèche-bottes (esclaves statutaires), vit des turbulences. Pour cause, les segments féodaux se radicalisent de plus en plus contre toute expression antiesclavagiste dans nos villages. Ils ne réalisent pas pourquoi des CITOYENS DIGNES ne veulent plus être appelés et pris comme ESCLAVES dans une pourriture de société castée et stratifiée. 

J’écrivais une fois, qu’il y a quelques années on s’était mis modestement à questionner un système sociétal des castes dans lequel les Hommes ne se valent pas, et aujourd’hui nous découvrons un monde d’esclavagistes endurcis qui s’oppose même de fait  à l’ordre citoyen dans nos contrées. Par évidence, les affrontements ne font que commencer entre ceux qui refusent les assignations rétrogrades et déshonorantes et les extrémistes féodaloesclavagistes qui pensent être en déclin sans la monture sociale d’esclaves. 

C’est à l’administration régionale de changer de braquet quant à l’application stricte de l’arsenal juridique contenu dans la Loi 2015-031 réprimant les Faits d’esclavage (Pratiques, séquelles et comportements). 


Nous portons à la connaissance des hautes autorités à Nouakchott, que les féodaux esclavagistes dans les villages bénéficient d’un appui très INTÉRESSÉ parmi certains milieux soninké proches du pouvoir. Ceux qui veulent être prévenus qu’ils le soient pour de bon,  car RIEN NE SERA COMME AVANT. L’INDIGNITÉ ATTRIBUÉE PAR DÉTERMINISME NE PEUT ÊTRE UNE FATALITÉ PROFITANT AUX UNS SUR LES AUTRES.

L’ÉTAT pour nous, ce sont les pouvoirs reconnus dans la constitution mauritanienne et non les chefferies coutumières dépassées par L’HISTOIRE depuis plusieurs siècles.


À CES TENANTS ZÉLÉS DU SYSTÈME, ON EST AU 21ÈME SIÈCLE,  ACCEPTEZ QU’ON SOIT TOUS DES PERSONNES À DIGNITÉ ÉGALE ET DES CITOYENS ÉGAUX EN DROITS ET EN DEVOIRS. C’EST AINSI D’OÙ LA PAIX ADVIENDRA POUR ASSURER UN AVENIR COMMUN DANS NOS ENVIRONNEMENTS ARIDES QUI SONT LOIN D’ÊTRE ENVIABLES.


K.S

Publicités

Le ​référendum annoncé en RIM : des soupçons d’exploitation politicienne  des dossiers bloqués de l’enrôlement biométrique dans le Guidimagha…!


Selon des sources concordantes , la petite caste du monde politicard issu Guidimagha aurait tenu une réunion chez l’un des « dinosaures » politiques à Nouakchott. Lors de cette conclave, l’objet serait lié aux préparatifs pour le rendez-vous annoncé du référendum décidé par le président mauritanien il y a quelques jours. La date de cette consultation unilatérale en vue d’amender la constitution du pays est fixée au 15 juillet d’après les dernières nouvelles. Ainsi les milieux du pouvoir s’activent depuis quelques temps pour jauger ses obligés historiques qui se déclarent comme des barons intronisés à vie qui décident de TOUT dans nos contrées en l’occurrence dans notre région le Guidimagha. 

Lors de cette rencontre chez un conseiller haut placé, il aurait été relevé que plusieurs citoyens dans le Guidimagha sont bloqués dans l’enfer administratif de l’enrôlement biométrique aux visées obscures. Sachant que pour voter, il faut être en règle au niveau de l’état civil, des dispositions urgentes et spéciales  seraient mises en place par le pouvoir à la demande du petit milieu politicard. Ainsi, des commissions auraient été créées et accédant directement à l’état civil central  sans passer par les centres communaux ou régional. Le but serait de régulariser par UN TRI sélectif parmi ces commissions décidées pour servir numériquement la cause du référendum annoncé. Selon nos sources dignes de foi, ceux de gens qui vivent dans une situation inadmissible et inextricable au niveau de ce recensement, connus comme potentiels partisans du pouvoir seront pris en charge et régularisés par les dites commissions.  Et pour ceux qu’on soupçonnerait d’être opposants au pouvoir et ses suppôts obligés dans la région, ces mesures particulières et discriminatoires aux visées TRISTEMENT  politiques ne les concerneraient pas évidemment. Cette affaire entourant les préparatifs du référendum, est d’une gravité innommable pour certains de nos concitoyens du Guidimagha particulièrement chez les milieux soninkés. En effet  l’utilisation politicienne du système biométrique de l’état civil ne fait pas mystère à l’échelle nationale pour des enjeux démographiques au bénéfice du système arabo-berbère. Par ailleurs on n’imaginait pas que dans une même entité régionale ou même sociale, que certains politicards qui ne sont visionnaires que pour le pain du lendemain, puissent tomber aussi bas dans dans la « prostitution » politicienne.


Vouloir soigner son gagne-pain auprès du raïs « président fondateur » par ce biais est une abomination sans nom et l’Histoire retiendra inshAllah. 


Nous rappelons aux autorités compétentes de la gestion mystérieuse de l’état civil biométrique, qu’une échéance électorale ne devrait pas autoriser à bannir certains citoyens pour toujours. 




Une affaire à Suivre de très près …!



K.S

​UNPO: Biram Dah Abeid choisi parmi les 100 personnes les plus influentes de TIME’s 2017.

Un membre de L’UNPO, en l’occurrence l’activiste et abolitionniste Biram Dah Abeid, a été choisi par Time Magazine parmi les 100 personnes les plus influentes de 2017. Ce choix est une reconnaissance des efforts nourris de Biram Dah Abeid pour l’instauration de la justice et pour le respect des droits humains en Mauritanie. Récemment, le fondateur et Président de l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA-Mauritanie), a reçu le Prix Emilio CASTELAR en Espagne. L’UNPO félicite M. Biram Dah Abeid pour cette reconnaissance par Time et abonde dans le sens des propos du Directeur de l’organisation Anti-Slavery International, M. Aidan McQuade, qui qualifie M. Abeid « d’être une inspiration pour des milliers d’individus qui continuent de résister à  l’esclavage en Mauritanie et au-delà”.

 

Biram Dah Abeid est né en 1965 dans le village mauritanien de Jidrel Mohguen, près de Rosso, Trarza. Ses deux parents sont nés sous l’esclavage. Son père, Dah, finit par échapper l’esclavage, mais la pauvreté força son épouse à  rester sous le joug de ce fléau. Le combat de Biram pour le triomphe de la justice et pour l’abolition de la forme moderne de l’esclavage dont souffre son groupe ethnique, les Haratins, a commencé alors qu’il avait 19 ans. A l’époque, il créa le Mouvement National Africain, mouvement dont l’objectif été de combattre la discrimination et l’esclavage dans son pays. En dépit de ses difficultés économiques et de son rang social, il arrive à décrocher sa Maîtrise en Histoire. L’activisme de M. Abeid a bourgeonné à  travers les temps et plus tard il devint un membre du mouvement abolitionniste SOS Slaves.
En 2008, M. Abeid fonda l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA-Mauritanie), une organisation qui défend les droits des esclaves et des anciens esclaves en Mauritanie et qui combat pour qu’ils accèdent aux opportunités éducatives et aux compétences culturelles nécessaires pour rompre les liens qui existent entre les esclaves et les maîtres. Aujourd’hui, la Mauritanie refuse encore de reconnaître IRA, en dépit du fait que l’organisation soit reconnue dans plusieurs autres pays. Malgré cela, l’organisation continue à user de la non-violence pour briser le silence officiel qui permet à l’esclavage de persister. Même si M. Abeid fut emprisonné plusieurs fois, il n’a jamais suspendu son combat pour le triomphe des droits humains dans son pays. En 2013, M. Abeid a reçu le Prix des Nations Unies pour les Droits Humains pour son perpétuel combat pour l’abolition de l’esclavage et pour la protection des droits humains de son peuple. En 2014, il se présente à l’élection présidentielle mauritanienne; il perdit contre M. Abdel Aziz.
L’UNPO se felicite de la décision de TIME Magazine de reconnaître M. Biram Dah Abeid sur sa liste annuelle des 100 personnes les plus influentes. Cette liste est publiée chaque année et identifie les personnes les plus importantes qui jouent un rôle remarquable en Politique, en Business, en Science, mais aussi dans les Arts et les Media. Le choix de M. Abeid est un message d’espoir tres fort au Haratin de la Mauritanie et aux activistes abolitionnistes de par le monde. Nous espérons que cette énième reconnaissance internationale fera pression sur Nouakchott pour l’obliger à abolir l’esclavage et pour mettre fin, une bonne fois pour toute, à la violation des droits humains des Haratin. 
http://unpo.org/article/20052

Traduit de l’Anglais par Siikam Sy

​IRA en mouvement… et les écorces asséchées tombent au fur et à mesure..!

IRA-MAURITANIE TRÈS ACTIVE MAIS NON RECONNUE PAR NOUAKCHOTT. 


Saad louleid, un élément important quitte IRA et crée son parti aussitôt et aisément…


Brahim bilal Ramdhane vice-président d’IRA quitte IRA et crée son mouvement aussitôt et aisément…


Diop Amadou Tijane vice-président également d’IRA quitte le mouvement et annonce un parti politique aussitôt et aisément…


Quelques éléments de langage SAILLANTS pas anodins tirés des dires de deux d’entre entre eux en l’occurrence Saad et Diop :


Pour Saad, le mouvement IRA serait exploité par ceux qu’il qualifie les kwars qui s’entretiendraient matériellement à l’étranger sur la cause haratine. Mr Saad n’était pas guerri du « virus communautariste » qui fait de mal aux mouvements politiques et associatifs  mauritaniens, ce qui est organiquement anti-IRA.


Pour Diop, le mot  « collégialité » apparaît dans son discours , ce qui sous-entend qu’il aurait répondu aux sirènes communautaristes quant au leadership au sein d’IRA. Servir utilement et loyalement en étant second dans un mouvement sous pression constante comme IRA demande un certain caractère de béton et surtout avoir un cadre professionnel très autonome par rapport aux milieux proches du pouvoir en croisade multidimensionnelle et continue contre le mouvement abolitionniste du président BIRAM DAH ABEID. Mr Diop désormais ex- vice-président , déclare qu’il est un politique avec son FRDU mais non plus dans un mouvement de Droits de l’homme. Petit rappel, qui ne se rappelle pas qu’un mouvement en gestation le RAG à côté d’IRA , avait été refusé par les autorités il y a quelques années. Qui connaîtrait mieux que Mr Diop que le champ politique s’est imposé de fait à IRA mouvement abolitionniste et défenseur des droits humains  par les mesures coercitives et injustes du pouvoir en place. Ce pouvoir qui pourrait vous reconnaître probablement comme pour Saad et Brahim certainement. 


Cherchons l’erreur…!


Pourquoi Brahim n’a pas rejoint SAAD..?


Pourquoi Diop n’a pas rejoint BRAHIM..?


Pourquoi leurs mouvements respectifs  montés seront probablement reconnus au contraire d’IRA et du RAG..?


Le seul élément de réponse disponible aujourd’hui à travers ce qu’on sait, est que comme écrivait un célèbre journaliste  de la place ,  » Partir d’IRA n’est pas une INFORMATION mais y rester oui ».

Quitter BRUYAMMENT IRA permet certaines FACILITÉS aujourd’hui comme hier, c’est incontestable.

La meilleure couverture pour les RG, c’est de savoir OCCUPER stratégiquement TOUS  LES TRANSFUGES venant d’IRA. Ils font en sorte que ceux qui quittent le mouvement abolitionniste se mutent dans un engagement classique bien balisé. 






K.S

​Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA – Mauritanie) : Communiqué de presse

Le magazine Américain Time désigne le leader abolitionniste parmi les cent personnalités les plus influentes dans le monde


Le grand magazine Américain Time a choisi le leader abolitionniste Biram Dah ABEID, parmi les cent personnalités les plus influentes dans le monde pour l’année 2017. Parmi cette liste on peut citer plusieurs sommités mondiales notamment le président Américain Donald Trump, l’ex première dame de la maison blanche Michelle Obama et l’ancienne candidate aux élections présidentielles Américaines Hillary Clinton.

Cette distinction d’un magazine aussi prestigieux que le Magazine Time arrive quelques jours après que le président Biram Dah ABEID ait reçu le Prix Emilio CASTELAR. Monsieur CASTELAR est l’ancien président du parlement Espagnol auquel revient l’honneur d’avoir été le principal auteur de l’abolition de l’esclavage dans les colonies Espagnoles en Amérique Latine au 19è siècle. Une grande cérémonie s’est déroulée à cette occasion le 17 du mois d’avril courant à Madrid, la capitale Espagnole.

Toutes ces distinctions et tous ces prix qui se suivent reflètent clairement l’importance de l’interaction positive du monde libre avec la lutte pacifique et civilisée de l’Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA – Mauritanie) pour l’éradication de l’esclavage et ses diverses formes et la défense de la dignité et des droits de l’Homme pour la fondation d’un état de droit et d’institutions fortes en Mauritanie.

L’Initiative de Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA – Mauritanie) exprime son bonheur et sa fierté de recevoir toutes ces distinctions et ces prix pour notre organisation IRA – Mauritanie et pour notre président Biram Dah ABEID ; ces prix renforceront davantage notre détermination à aller de l’avant et continuer sans faiblir le chemin du militantisme noble. 

Nous lançons encore une fois un appel solennel pour la libération des détenus abolitionnistes Moussa Bilal Biram et Abdallah Matalla Saleck.

La cérémonie de distinction des cent personnalités les plus influentes dans le monde 2017, aura lieu le 25 avril courant en présence du leader abolitionniste qui a été officiellement invité à cet effet.



Nouakchott le 21/4/2017


La commission de communication



Source crédit : Milieu IRA. 

IRA-MAURITANIE : LE PRÉSIDENT BIRAM DAH ABEID CÉLÉBRÉ PAR LE « TIME MAGAZINE » DANS SON « TOP 100 » DE 2017.

Communiqué de presse : le président du mouvement abolitionniste IRA-Mauritanie est nommé parmi les TOP 100 personnalités les plus influentes en 2017 selon le célèbre Magazine TIME.




Washington, le 20 avril, 2017                                                                


FRENCH 


Ce jeudi 20 avril, le Président d’Ira-Mauritanie, Biram Dah Abeid, a reçu une énième reconnaissance pour sa lutte pour l’abolition de l’esclavage et pour l’instauration, en Mauritanie, d’une société enfin juste. Biram Dah Abeid a été en effet choisi comme Une des 100 Personnes les plus influentes du monde en 2017. Cette liste est compilée par le Magazine americain Time (TIME100). Cette nouvelle reconnaissance témoigne de la nécessité de continuer à lutter pour l’instauration de la justice en Mauritanie. 


IRA-Mauritanie dédie cette reconnaissance à ses militantes et militants, aux détenus d’IRA-Mauritanie, Abdellahi Matalla Saleck et Moussa Bilal Biram, et à  tous les hommes épris de justice en Mauritanie et partout dans le monde. 


La cérémonie officielle de reconnaissance aura lieu á New York, le 25 Avril 2017.



IRA-USA Board


ENGLISH


This Thursday, April 20th, IRA-Mauritania’s President, Biram Dah Abeid, received, once again, a high recognition for his continued efforts to end slavery and to build a just society in Mauritania. Biram Dah Abeid was named one of Time Magazine’s 100 Most Influential People of 2017 (TIME100). This recognition is an encouragement to all those who stand, day in and day out, to end slavery and for justice in Mauritania. 


IRA-Mauritania dedicates this recognition to its militants, to its detainees, Abdellahi Matalla Saleck and Moussa Bilal Biram, and to human rights defenders throughout the world.


The official ceremony of recognition will take place in New York, on April 25th, 2017.


IRA-USA Board


Consulter le lien ci-dessous. Merci!

http://time.com/collection/2017-time-100/


COMMUNIQUÉ DE PRESSE : L’ARMEPES-FRANCE ET SES PARTENAIRES DU FORUM GANBANAAXUN FEDDE SONT SOLIDAIRES DES JEUNES  DÉTENUS DE L’INITIATIVE MPJM. 


Le 16 avril 2017 dernier, la jeunesse mauritanienne s’est manifestée via un mouvement inédit appelé Marche Pacifique de la Jeunesse Mauritanienne (MPJM) , dans les rues de la capitale Nouakchott. 
Composée de plusieurs associations de jeunes selon les initiateurs lors de leur point de presse, la MPJM visait une expression citoyenne et pacifique de certaines revendications louables qui sont entre autres; la simplification des procédures de l’enrôlement , l’insertion socioprofessionnelle des jeunes, et une clarification sur certaines questions sanitaires dans le pays. 

Au préalable, une communication soutenue a été menée avant le jour J, et malheureusement les autorités n’ont pas été en  phase avec cet élan citoyen symboliquement prometteur.

En effet la marche pacifique a été réprimée violemment par les forces de l’ordre. Plusieurs marcheurs avaient été tabassés et  arrêtés, parmi eux 10 restent toujours aux arrêts et ils seront jugés à partir de ce jeudi 20 avril 2017. 
De ce constat, Nous, ARMEPES-FRANCE et ses partenaires du Forum GANBANAAXUN FEDDE assurons  notre soutien citoyen et militant aux jeunes arrêtés. 
-Nous demandons aux autorités de notre pays une prise en compte des revendications légitimes de la jeunesse qui devrait être mise à l’avant-garde de tout projet de développement global  d’un pays comme le nôtre. 
– Notre jeunesse consciente doit être le moteur pour l’émergence d’un peuple émancipé qui fera une Nation Digne et Responsable. 
-Nous réclamons la libération  pure et simple des 10 jeunes marcheurs de l’initiative MPJM et leur blanchiment de tout cas d’infraction. 
Le 20 Avril 2017.
Cellule de Communication  (CeCom)