​Le silence ou l’indifférence est un autre activisme politicien et complice bien connu du « mauritanien »..!!

Je me rappelle et d’autres aussi certainement, on entendait dans notre guidimigha profond que des éléments militaires (qui seraient tous peuls) arrêtés et exécutés pour complot de coup d’état, voulaient ériger un « état peul » avec Kaedi comme capitale et « mboud » comme nom de monnaie. C’est ainsi sensiblement l’ambiance diffuse dans laquelle j’ai eu un écho indifférent de ce qui se faisait comme entreprise sanguinaire sous la direction du colonel Ould Taya. À peu près à la même période, nous étions parmi les écoliers innocents qui acclamaient ce colonel au boubou blanc immaculé entouré d’une forte délégation qui visitait nos terroirs. À l’époque quand ce régime militaire emprisonnait et tuait certains de nos semblables, d’autres politisés issus de nous  distillaient les ragots accusateurs et complices qui ont dû façonner et orienter notre lecture novice et simpliste de ces temps troublés de notre histoire.

Probablement, ceux parmi nous qui accueillaient et accompagnaient Taya et sa suite pompeusement dans nos terroirs, avaient opté pour l’indifférence comme ceux d’aujourd’hui qui font semblant d’ignorer que 13 hommes pacifistes sont  injustement arrêtés et arbitrairement emprisonnés depuis plus de 4 mois. Hier on applaudisait le colonel qui tuait en salissant au passage toute une composante sociale, et aujourd’hui on divertit à la gloire du général pour se faire accepter. Et pour se faire on trouvera également un discours balisé pour faire paraître certains de nôtres comme des extrémistes ennemis de la nation ou de la très fameuse Unité Très Nationale. 

Quand on vous domine outrageusement (Droits d’être et d’avoir) comme c’est le cas chez nous, il faut admettre que la moitié du boulot du dominant est allègrement assurée par une partie de vous mêmes. Un peuple qui est arqué sur l’immédiateté et les appâts particularistes dans le monde politique, est condamné à une perpétuelle soumission avec les pourboires ponctuels sous les projecteurs éphémères à côté du sultan en poste. 

Heureusement, le temps est là pour être le Témoin immanquable. En attendant je témoigne que les prisonniers d’opinion en Mauritanie aujourd’hui, ne sont pas des ennemis de la nation et ni de l’unité nationale, donc ils ne doivent pas être ignorés et oubliés pour le politiquement admis au profit d’intérêts partisans dans nos sables mouvants.

K.S

​WhatsApp et consorts, ces supports qui nous révèlent TOUS.

La calomnie, comme marqueur par évidence d’un ordre sociétal faux , sournois et des non-dits.




Notre monde 2.0 accessible au grand public, est un outil craint et honni par les tenants faussement effacés de tous les ordres coutumiers, traditionnels et modernes qui se soutiennent par les manipulations multidimensionnelles pour dominer et soumettre. Ce ne sont pas les nouveaux supports qui créent les calomniateurs ou les colporteurs , mais ce sont ces derniers qui ont changé de places. Jadis c’était sous l’arbre à palabres ou les grandes places villageoises, où la parole de l’ordre dominant était unique et exclusive. Tout individu qui osait s’écarter du chemin vénéré de l’ordre établi concocté par les gens aux intérêts convergents et interconnectés, était frappé d’anathème par UN DISCOURS CALOMNIEUX ET HAINEUX avant un bannissement purement SOCIAL. 

De ce fait hier sous un arbre à l’air frais sahélien comme aujourd’hui sur l’intrusif Whatsapien ou Viberien, la même trame discursive se perpétue allègrement, sauf que notre e-monde nous réserve en bonus le POSSIBLE DÉVOILEMENT de notre mauvaise foi , de nos hypocrisie et nos tromperies sournoises d’un sujet à un autre et d’une échelle à une autre. Limite on dirait des infimes préliminaires du Jour des COMPTES . 

Par ailleurs, aujourd’hui nous semblons étrangement s’étonner et s’inquiéter de la large numérisation COM et ses effets, alors que sur les ondes radiophoniques traditionnelles ou numériques, la parole a été toujours contrôlée et orientée selon les caprices d’un ORDRE BIEN DÉFINI. Le discours diffusé y est pour soutenir les UNS en faisant une apologie subtile et salir les AUTRES qui seraient contre-convenants. Je pense que l’humilité nous recommande d’éviter les envolés réthoriques pour l’exposition d’une  supposée pureté morale qui nous DÉVOILE plus qu’autre chose. Un monde à TABOUS est un monde FAUX et CALOMNIEUX , et ça se SAIT au moins.

Dans nos sociétés , il est de coutume d’entretenir le culte du secret sur TOUT et EN TOUT. Ainsi tout un champ nébuleux très large se perpétue par des imaginaires farfelus.Très souvent ce qui est soigneusement tu, a des conséquences vivaces dans notre RÉEL . Ces conséquences impactent et façonnent diversement les réalités sociales des uns et des autres . De cette approche differentialiste innée, naissent les amitiés superficielles , les rencontres suspicieuses et aussi rapports conflictuels à terme . Nous portons en Nous les prédispositions qui conduisent au silence TROP parlant et aux suspicions sombres pouvant mener aux accusations fondées ou gratuites aussi. La logigue de « ceux qui se ressemblent s’assemblent » qui a prévalu avec méthode dans nos terroirs, s’est transposée inévitablement dans toutes nos initiatives à vocation collective . Ainsi On se parle et s’entend TOUS mais On se comprend sur peu des choses . Espérons qu’on apprendra à se comprendre un Jour , ce qui passe NÉCESSAIREMENT par  se TENIR UN LANGAGE DE VÉRITÉ Face à Face quel que soit le canal utilisé.

K.S

04-11-2016 15:10 – Les 13 détenus d’IRA Mauritanie : Ousmane Amadou Anne, piégé pour son amour pour une Mauritanie juste et égalitaire


La Nouvelle Expression – Ousmane Amadou Anne, à l’état civil et « ZO » pour les intimes, est un enfant de Nouakchott. Ce jeune Mauritanien est né le 06 août 1980. Fils du colonel Anne Amadou Babaly, une mémoire emblématique de la marche de la Mauritanie

Le colonel a marqué d’une encre indélébile plusieurs évènements importants du pays. La mère d’Ousmane est Dia Fatimata, assistante sociale et ancienne cadre à la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale), « la maman de tout le monde ».

Ce jeune des grandes ambitions et qui a une pensée pour le bien être de tout le monde, comme on aime le qualifier, est marié à Mme Raki Barro. Il est père d’un garçon de 2 ans. Très tôt, il rejoint l’Agence française de tourisme Allibert pour un poste de responsable administratif à Atar au nord de la Mauritanie. Il y passera 4 ans et demi entre 2002 et 2006 avant de regagner Nouakchott pour rejoindre, en septembre 2006, la société Mauritano-espagnole Grupo Barber & Cie en qualité de responsable commercial jusqu’en Mai 2011. 

Ousmane travaillera par la suite à la SOGECO en tant qu’assistant projets. Poste qu’il occupera jusqu’en novembre 2013 où il est promu Client Opérations Manager Airfreight (COM). Il s’envole pour Dakar pour une formation en management des métiers transit chez Bolloré avant de prendre sa nouvelle fonction. Il sera envoyé à Abidjan en juin 2014 d’où il reviendra certifié IATA pour le transport des matières dangereuses de l’académie « Sayna Consulting ». 

En août de la même année, il sera certifié AIEA à Nouakchott par l’ARSN (Autorité de régulation de sûreté et de sécurité nucléaire) pour le transport et la manipulation des matières radioactives. Ousmane fut très tôt animé par un amour de sa nation. Et pour cela il est en prison aujourd’hui.

En 2007, il se trace une voie dans les mouvements politiques, son entrée au parti AJD/ MR marque ses premiers pas dans un tourbillon d’opposants et de résistants.

Mais le chemin ne sera pas long : Ousmane, frappé par certaines injustices liées aux politiques à l’époque, décide d’écrire « Sauver la Mauritanie ». Dans cet article, le jeune homme fait part de ses inquiétudes et dénonce la politique qu’il juge « fantôme » à l’époque. « Les militaires dans les casernes », c’est la vision du jeune halpuular qui maîtrise bien la langue de Molière.

Ousmane est militant des premières heures de « Touche pas à ma nationalité » qui dénonce l’enrôlement biométrique qu’il continue d’appeler « le génocide biométrique ». En 2012, il rejoint l’Initiative de la Résurgence Abolitionniste (IRA) et accompagneBiram Dah Ould Abeid dans sa course à la Présidence. Il occupera le poste de président de la Section de Tevragh-Zeina et Directeur de campagne adjoint à Nouakchott lors des présidentielles de juin 2014. Ousmane reste ferme dans sa position de militant des droits humains. 

De l’esclavage à la discrimination des noirs en Mauritanie en passant par le racisme, Ousmane dit NON ! Le jeune nouakchottois aspire à une véritable unité nationale où les droits de tous sont consacrés et non cette unité de façade qu’on sert au peuple mauritanien. Pour Ousmane, donner un sens à la vie en tant que jeune noir mauritanien, c’est promouvoir les droits des Noirs, des Harratines et l’égalité de tous les fils de la Mauritanie. C’est soucieux de cela que « ZO » s’est armé de mots et de plaidoiries pour éveiller l’opinion internationale sur les questions de différences et d’identités en Mauritanie.

Il devient ainsi le porte-parole de Biram, le 29 janvier 2014, auprès des médias nationaux pour parler de la candidature de Biram Dah Abeid pour les présidentielles. Au côté d’IRA, il soutient la marche du Manifeste pour les droits politiques, socioéconomiques et culturels des Harratines. Le 8 mai 2015, il est l’invité de la plus grande émission géopolitique d’Afrique « Le Grand rendez-vous »de la chaîne sénégalaise 2STV pour parler de l’esclavage en Mauritanie et des actions d’IRA. 

Il voyage à travers la Mauritanie et le Sénégal, lance les actions d’IRA à travers des médias nationaux et internationaux. En septembre 2015, il décide de créer avec des amis de très longue date ce qu’ils ont appelé « Groupe de réflexion et d’action » où il sera désigné Coordinateur pour approcher les leaders politiques afin d’attirer l’attention sur les dangers qui guettent la cohésion nationale. Ce groupe reçoit la majorité des leaders politiques et met en marche un plan d’action qu’il compte porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale dans les prochains jours ou semaines…

Suite aux émeutes qui ont opposé les habitants d’un squat (Gazra Bouamatou) et avec les arrestations de ses camarades de lutte (militants d’IRA), Ousmane élabore un plan et passe des jours et des nuits à la recherche de la vérité auprès des politiciens de renom de ce pays afin de réfléchir à la situation de ses compagnons de lutte. Un combat « pacifique et patriotique », dira Ousmane lors de la conférence de presse qu’il a animée pour dénoncer les arrestations injustifiées des membres de l’IRA le 3 juillet 2016. 

Dans son élan de recherche de la vérité, Ousmane se verra priver de la liberté le 8 juillet 2016, une liberté de parler, celle de plaider, de militer, et surtout une liberté de vivre auprès des siens. Il sera enfermé entre le commissariat du CSPJ et le commissariat Tevragh-Zeina 3, où il passera des jours dans des conditions de détention inhumaines, privé de la visite de sa famille, de ses avocats et des ONG des droits de l’homme, avant d’être présenté au Procureur en compagnie de ses camarades de lutte dans la nuit du 11 au 12 juillet à 4 h du matin. Ils seront déférés à la prison civile de Dar Naim, jugés et condamnés le 18 août 2016 à de très lourdes peines de prison allant de 3 ans à 15 ans. 

Ousmane Amadou Anne écopera de trois ans d’emprisonnement ferme. Et depuis, il croupit avec ses camarades dans les geôles du régime de Mohamed Ould Abdel Aziz. Il a été piégé pour son amour pour une Mauritanie juste et égalitaire. 

Son ami Birane Sakho confie que : « Ousmane Anne, ZO comme j’ai l’habitude de l’appeler, symbolise, à mes yeux, Le Patriotisme. De son engagement pour les nobles causes, de l’Honneur (pour tous les Mauritaniens), de la Fraternité (entre tous les Mauritaniens) et de la Justice (pour tous les fils du pays) prend naissance son Amour pour sa patrie, pour notre patrie. Je lui connais un patriotisme et une conviction qu’aucune prison ne peut étouffer». 

Et l’ami Ahmed Barro d’ajouter : « Ousmane est l’une des rares personnes qui arrivent à voir et comprendre l’essentiel des choses sans tergiversations ni hésitations. Ousmane, c’est aussi l’intelligence, l’indépendance d’esprit, le pragmatisme et l’extrême générosité ». Quant à ses proches, ils tiennent le coup, le petit, avec, parfois, un regard perçant, sembler chercher son Papa qu’il ne voit plus à la maison. On lui avait dit que Papa était parti en mission. En mission pour la restauration de l’honneur et de la dignité de l’homme mauritanien. En mission pour une Mauritanieavec des citoyens des droits et des devoirs ; des citoyens à part entière et non entièrement à part.


ZO, à bientôt.

Camara Seydi Moussa 


Crédit source : http://www.cridem.org 

​FÉDÉRATION DES FPC-EUROPE : SÉMINAIRE ET CONFÉRENCE PUBLIQUE


Dans le cadre de ses activités politiques, La fédération Europe Occidentale des Forces Progressistes du Changement (F.P.C) organise deux événements majeurs le 3 decembre 2016:
1/ Un atelier – séminaire dédié aux militants et sympathisants le matin à partir de 11h00 à 14h
2/ Une conférence publique dans l’après-midi portant sur la ligne politique de notre parti à partir de 14h30.
 Cette journée aura lieu à la bourse du travail de Massy, située au 2, rue chemin des Femmes 91300 Massy.
Le programme des thématiques à aborder et le déroulement de cette journée vous seront communiqués ultérieurement.
 Les mauritaniennes et mauritaniens de la diaspora ainsi que nos sympathisants et amis Africains et Occidentaux sont invités et leur présence massive est vivement souhaitée.

La lutte continue!
 

Paris, le 31 /10/2016

Le Secrétariat général du bureau exécutif local.

Conférence de IRA-Mauritanie en Belgique : l’ambassadeur Ould Kebd et ses mercenaires échouent dans la mission de perturber l’oral de Biram Dah Abeid. 


​Note d’information IRA

 

 Conférence de IRA-Mauritanie en Belgique : l’ambassadeur Ould Kebd et ses mercenaires échouent dans la mission de perturber l’oral de Biram Dah Abeid. 
Le dimanche 30 Octobre 2016, le président de IRA a animé une conférence organisée à Bruxelles par la section de IRA-BELGIQUE, qui a profité de sa tournée Européenne pour mobiliser une grande masse de militants.  Malgré les efforts engagés depuis plusieurs jours par l’ambassadeur du régime du général Ould Abdel Aziz a Bruxelles et son ministre déléguée aux mauritaniens de l’étranger, pour faire échouer le grand orale qui rassemble le leaders de IRA et la communauté des compatriotes du Benelux, des efforts qui ont impliqué des tentatives de sabotage, les mauritaniens ont répondu massivement à l’appel du bureau de IRA-BELGIQUE et sont venus soutenir et exprimer leur adhésion et soutien à  IRA, á ses détenus et à sa lutte salvatrice.
Les mauritaniens et autres militants et militantes d’Ira-Belgique issus de diverses nationalités, ont dénoncé la perpétuation des crimes d’esclavage, de racisme, de torture et autres formes de violations des droits et de la dignité de la personne humaine en Mauritanie, actes orchestrés par le régime antidémocratique et gabegiste du général Abdoul Aziz. Ils ont dénoncé la tentative honteuse et lâche du dictateur mauritanien de décapiter IRA-Mauritanie par les arrestations arbitraires, les actes de torture les simulacres de procès, les condamnations et déportations dans des goulags, des dirigeants d’IRA. Ils ont enfin salué la mobilisation de la communauté internationale et des mauritaniens de l’intérieur et de l’extérieur pour exiger la libération sans condition des détenus d’opinion.
Rappelons que le président Biram Dah Abeid poursuit des rendez-vous et rencontre avec des personnalités et ONG européennes.  
Le 29 Octobre il avait supervisé á Eindhoven la mise en place d’un bureau provisoire de la section d’IRA-Mauritanie au Pays-Bas, présidé par le doyen de la diaspora dans ce pays, Mr. Harouna Sala SY.

La Commission de communication

Nouakchott, le 1 Novembre 2016