​La transcription d’une communication audio en soninké de notre frère, cheikh ADAMA CISSÉ en Espagne .

Sujet : Entente et Complémentarité nécessaires entre 3 leaders pour la bonne marche de toute communauté ou organisation  (le cas soninké en l’occurrence)

L’intervention qu’on essaie de transcrire a été faite sur le réseau social whatsApp. Depuis plusieurs années avec la familiarisation de l’utilisation de réseaux sociaux , divers groupes d’échanges sont créés pour des objectifs très divers en fonction des différents milieux. Il existe des plateformes allant du familial jusqu’au communautaire en passant par le villageois. En fonction des groupes, on y dispense des cours en langue soninké, en initiation à l’arabe et contenus religieux. D’autres supports interconnectés à l’international essaient de s’organiser afin de travailler ensemble pour la promotion du Vivre Soninké avec une référence progressiste. N’ayant pas toujours les mêmes bagages intellectuels et les mêmes vécus coutumiers, il arrive que les mésententes fassent éclater ces rencontres virtuelles. 
C’est dans ce cadre d’incompréhension mutuelle plus ou moins fréquente que s’inscrivent les SAGES CONSEILS de Monsieur ADAMA CISSÉ :
Dans une organisation à caractère communautaire, il y a 3 principaux  leaders qui, s’ils n’arrivent pas à s’entendre , il y aura du désordre et du déclin. 
Le premier des leaders est la personne âgée parmi nous, qui tient ce statut parce qu’il aura vécu et vu beaucoup de choses au cours de sa vie. Et son expérience est nécessaire. Le deuxième tenant un statut de leader est la personne qui aura étudié plusieurs livres, c’est-à-dire ayant un bagage intellectuel à travers son instruction solide dans des divers domaines. Cette personne même jeune par l’âge doit compter. Le troisième leader est celui à qui les convenances communautaires lui ont confié la chefferie ou la direction pratique des affaires. 
Ces trois leaders doivent pour la bonne gestion, s’entendre, se conseiller et s’entraider. En travaillant en bonne intelligence, Ils pourront concevoir , orienter et agir pour le Bien commun profitable à l’ensemble de la communauté. Maître Adama CISSÉ s’est servi comme métaphore pour illustrer , un arbre bien entretenu qui fera de l’ombre pour tous et des fruits délicieux pour tous également. Pour lui, si cette entente nécessaire entre les trois leaders n’est pas au rendez-vous, il ne pas avoir d’organisation bénéfique. 
C’est dans ce cadre qu’un adage soninké a dit : 3 vieux types ne se contredisent jamais. ils sont : celui qui a lu 100 livres, celui qui a voyagé dans 100 villages et celui qui a vécu 100 ans. Ainsi par leurs expériences diverses, ces 3 types seront complémentaires et s’enrichissent mutuellement. 
Monsieur CISSÉ s’est interrogé pourquoi les 3 principaux leaders cités, n’arrivent pas à s’entendre chez nous les soninkés pour assurer une bonne direction de nos affaires..?
Il existe un certain trait de caractère appelé ressentiment revanchard. Il est conseillé à nos trois leaders d’éviter toutes interventions selon leurs compétences tout en étant animés par un fort ressentiment revanchard ou avec une certaine inimitié. 

Notre maître Mohamadou Dramé (Qu’Allah le couvre de Sa miséricorde) a dit : “ le ressentiment caractériel est comme un cheval bonnement nourri, toute personne qui l’enfourche sera terrassée” . 

Par ailleurs, un important hadith du prophète Muhammad  (PSL) dit : “ le plus fort d’entre les gen, est celui qui sait se maîtriser quand il est en colère” .
Pourquoi parmi ces trois leaders, il n’y a-t-il un qui pourrait taire son ressentiment quand il veut tenir son argumentaire raisonnable ou rappeler les préceptes moraux et religieux..?
Hier comme aujourd’hui, il est  généralement constatable que la plupart des gens procèdent par un camouflage d’autres visées, quand ils veulent dire la vérité ou le discours religieux. 

Mais que veut-on cacher au juste en procédant de la sorte..?
D’aucuns veulent s’adonner à des règlements de comptes sournois et fourbes par une utilisation à mauvais escient de leurs positions de leaders. 
Il est temps qu’on essaie de promouvoir le pardon et l’entente dans nos groupes sociaux virtuels. Ces derniers doivent être un espace mutuel d’apprentissage entre nous, afin d’en tirer diverses connaissances utiles. Par ailleurs, il est plus temps et impératif qu’on s’entende sur l’essentiel afin de travailler ensemble et en bonne intelligence. Chacun doit amener sa petite pierre à l’édifice commun. Il est dit dans un adage que les arabes se sont entendus pour ne jamais s’entendre. Une assertion similaire est dite à propos des soninkés également , disant qu’ils sont comme des grains de maïs bouillis qui ne peuvent point s’entremêler pour être compacts . C’est-à-dire que les soninkés seraient tendance à être dans une mésentente perpétuelle qui sape tout grand et large projet fédérateur porté vers le développement. Il est conseillé que nous devons apprendre à travailler ensemble. Ainsi pour commencer , nos échanges doivent être cordiaux et productifs au sein de nos différentes plateformes devant aboutir à des actes concrets de développement et de progrès au profit de nos ensembles communautaires. 

Kundu  Sumaare 

11/09/2016

Xaranmoxo Adama Siise

Ñaamarindi loogonte katta Sooninkan kafonun ŋa.

Sefon safandaana:

Kamara Debigume.

Juumayu ga na bange safandu ku, xa na i sirondi o dan ŋa ni ti Alla.
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Sero xooron ŋa kafon noxo sikko ya ni.

Kun sero xooro sikki ga na konto gollini doome kafo be noxo, ken kafo na ña kafo karante, kafo gurujante.

Sero xooro ku sikki faayi:

Sere ke be Alla ga da a ña wuyu gume, an ga da wuyun kite, anken ni sere xooren ya ko yi, bawoni, an da fo gabe mugu, an da fo gabe wari.

Sere xoore tana wa non ŋa, ke ba ga da kitaabu gabun xara hari a ga ma wuyu kita.

Sere xoore tana wa non ŋa, aken ma ku su kita, xa a ganta kuna, kafon denŋenden mareyen ga ro a kitte, aken ya ga ña yinmanke.

Ku xirisu xooro sikki, kafo su ku yan xawa i kittun kini me, i nan golli doome, i na me tinmandi, i na me deema, i na me suturi.

I ga na yitte be lori, a sirawu ku na ña sirawu, yitte ke na ña yitte birante, a derun na ña deru xooro, a sirawun na yuruwe, kafon kutten na taaxu ken yitte sirawun wure.

Ken yitte na renmu saara, ren moonikanto, i ga kafon birandini.

Xa, ku xirisu sikki ga na konto gollini doome kafo su, ken kafo ñaana kafo karante.

Ken moxo baananne ya ni, Sooninkon ga ti: yugu xaso sikki wa non ŋa, kun nta me kutana, ke da kame kitaabe xara, ke da kame debe tera, ke da kame siine bira, i ti ku nta me kutana, bawoni baane su ga na ñi i moxon konno, a ga na ñi dugutana, ken da ñi ke baane gan xawa a digaamu ku taaxundini noqun be, ken bote duuron wa a maxa, a wa tu nanti a da ñi ke yan  manke. 

Ku na me ya tinmandini, i nta me kutana.

Xa, Sooninokon ku, o ku xirisu sikki konto gollini doome.

Manne sigi oku Sooninko, o xirisu ku sikki be ga o geesunu, i ga konto o geesunu?

Sefe wa non ŋa, i ti ken dan ŋa butte.

Tonŋu be ga an maxa, tuwaaxu be ga an maxa, marekitte be ga an maxa, wuyun tuwaaxu be ga an maxa, sere su an na an kiilu toxo, an do a maxa ri na ñi an butunte.

O Xaranmoxo Mahanmadu Daraame(Alla gan na hinne a yi)a ti: butten ni siiyugo fakkan ya, sere su ga na taaxu a kanma, a na an fanqana.

Hadiisen koore katta a yi nanti: jaaxa, a su sere senbenten ni ke be ga na butu, a ga ra wa malini du, ken ya ni seron senbenten ŋa.

Yaala ku xirisun noonu sikki, baane nta non ŋa ba a gan ra wa yi i butten ragana, a ga na lafi tonŋun konno biran be, a ga na lafi diinan konno biran be?

Bawoni yella ke ni nanti: fiinu filli wa non ŋa seron nan gaba muxini kun ya falle, gelli daaru ma lenki.

An ga na ñi tonŋun koono, an na muxi a falle, an ga na ñi diinan koono, an na muxi a falle.

An na manne muxundini? an lafi an butte ya murana saasa, an wa diinan konno butti muraadon xa wa muxini a noxo.

An ti an wa mulla na tonŋun ko sero filli naxa, xa, an wa mulla na an butten xa mura.

Gelli an ga ri kuudo nan xara do seron batte, an Xaranmoxonu ya faayi sero ku.

Gelli an ga ri nanti nafa yogo ya na an maxa, manne an ga ma a bagandi?

N maarenmu ! O nta duroxotono keeta, digan lemaane ga na giri daaxanun kanma  musilimo filli naxa, a na gillo, a na gillo, a na lasame, a na ñaxami na Hadamaaxun taanun wutu, na Hadamaaxun dinman wutu.

Seren ra wa ku digaamu su terinkana ba in maarenmu?

O nta a faayini in maarenmu o na digaamu ku newondi, o n saage digaamu ku funsun baanu riiti.

Koromo ku do deru ku, o na kun mullin mogga, o na funsu ku riiti.

Funse ga sere ba maxa, an na funse ke riiti na misiliimon nafa ti a yi.

Fusen ga nta sere be maxa, an na musiliimon terinka ma an xa na funsu sagarana bakka musiliimo ku digaamun ŋa.

N maarenmu, xa ri o nta duroxoto ko yi!

Araabun ŋa, i ga lasami kafon taaxu moxon do kafon kafumanden ŋa.

I fintuwaanan da taali xoore ko !

A ti: Araabun gemu ya nanti; lenki falle, i nan maxa gemu, ken yan sigi  Araabun ŋa, a neye feti i nan golli doome.

Jaaxa Sooninkon xa da a me dabari, i ti: Sooninkon ni makkan bajungun ya, an ga na a soro, a ga moyi moxo wo moxo, an ga na i bagandi, baane su duran saqa ya.

Makkan bajungen ni makka funsen ya, an ga na makka funsun soro, i ga na moyi moxo wo moxo, an ga na i bagandi, i nta roono me noxon ŋa xo suuren moxon

O faayi ken kiyen ŋa lenki, o yinmenu faayi taaxinu o ga o daaxanun karana paqi.

Xa ri o n maxa ken dabari.

O xa xirisin noonu ku sikki be gan xawa me mukku, i nan duroxoto na me mugi, o na me deema, o na me tinmandi, o na hinne me, o na yanpa me maxa.

O na a tu nanti: sere baane nta non ŋa a tinmante ga ni, tinmantaaxun ŋa, Alla baane ya xalle ni.

An yinme wa tu an do ke be ga gollini doome, an do ke be ga masalana doome, xa ga tuwaaxun sagarana do me batten ŋa doome, a kontonten ya ni.

An yinme do ken fanin giri ya, an do ken wuyi saqa ya.

Ken ga na naqasiye dabari, a ntaxa an juwana.

Selli an gan ra wa a tinmandini, an gan ra wa a deemana ti Alla, feere ña an na a deema.

Maxa a deena ti inke yi, maxa a deema kuudo i nan ti: fulaana yan da a deema.

Feere ña an ga deemana moxon be Tunkan ga an tugana. Deemanden fo dinka, na me deema wureedu, a ya do wosiye ga nta tinto me, a do waritinde ga nta tinton me, a do jakkinden gan laatu me.

Xa ri o n duroxoto, koroosindaano ku ti: sere wo sere seron ga na jope feere muurunu an xibaare, na feere kutu an xibaare su, i na feere kitana an xibaaren ŋa.

Sere su fin ga na xoto o kafonun noxo, o misiidu, o golliranu, o nan xawa manne ñaana?

O na an bagandi sellan ŋa! O na an bagandi! ma yitte ke be o da a  lorininden ga me, walla tagayi xoore ke be o do a tanganden ga me, a  nda duguta biranbe. Sirawun taaxen ga na ri, o na follaqen wuñi an da, o na ti: ro.

Baawo, kafon taganden neye feti.

A nda ñi saasa konpen ya ni, o su do banxudu gudan (guda fana ke) sefen ya na me, anken do a wa me o na a bilini kan moxo? Palanteerinun bakka kan moxo? Ken biren ma kiñe fina in maarenme.

 Ken ya lasamaye xooren na kafonu ku yi saasa. 

O ga ma mulli ku wa a tagana, ku wa a karana, o na me ya gollen su bonondini.

Xa ri o na me deema, o nan hinne me, o nan duwa me da.

Sooninko, o xa tanpi keeta !

Baane su na i duroxotoyen dabari, ma o na katu gollini doome.

Tuwaaxu ga sere be maxa, an na kafonun deema ti a yi.

Tuwaaxu yinme ga nta sere be xa maxa, an na xara do seron batte.

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s