Appel pour sauver l’unité nationale.

image

Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA)

Le citoyen noir mauritanien vit une telle marginalisation, voire une exclusion, qu’il devient insoutenable de continuer à la passer sous silence; et ceci dans tous les domaines et plus particulièrement au niveau de l’état civil. La coupe est pleine!
Dans toutes les régions du Sud, ainsi qu’à Nouakchott et à Nouadhibou, les Pulars, les Wolofs, les Soninkés ainsi que les H’aratin éprouvent d’énormes difficultés à s’enrôler et à obtenir leurs pièces d’état civil. On empêche ainsi des centaines, voire des milliers de citoyens de s’enregistrer au niveau de Sebkha, au niveau des autres Mouhgataa, au niveau des représentations diplomatiques à l’étranger en multipliant à leur encontre des barrières administratives infranchissables et des tracasseries en tous genres.

  Depuis sa mise en œuvre, dans des conditions on ne peut plus floues et avec des objectifs inavoués, l’Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés, s’est évertuée à appliquer une politique d’exclusion. Les responsabilités ont été confiées à une seule ethnie et les nombreux appels des organisations des droits de l’homme et des partis politiques dénonçant cette ségrégations sont restés lettre morte. N’y aurait-il pas une intention inavouée d’exclure une importante composante de cette société après l’échec des politiques d’extermination raciale et de déportation  vécues il n’y a pas si longtemps? On est endroit de se poser la question.
Ira, en organisant aujourd’hui, un sit-in de protestation devant les locaux de l’Agence à Sebkha, lance un appel urgent aux autorités mauritaniennes en vue de remettre les citoyens noirs dans leurs droits et de cesser d’attiser les conflits inter-ethniques au niveau des centres d’enrôlement. Tous les citoyens, sans distinction aucune, doivent obtenir leurs pièces d’état civil. Elle lance aussi un appel à l’opinion internationale et à toutes les forces vives du pays en vue d’unifier les efforts pour contrecarrer cette politique discriminatoire ( Apartheid mauritanien au niveau de l’état civil mais aussi au niveau du partage des revenus). C’est à ce prix que l’espoir d’une Mauritanie unie sera permis.

Nouakchott, le 30 Mai 2016                      La commission de l’information

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s