J’ai lu avec intérêt la libre expression, voir le lien ci-après, de notre compatriote Ould Hanefi

image

J’ai lu avec intérêt la libre expression, voir le lien ci-après, de notre compatriote Ould Hanefi:

http://cridem.org/C_Info.php?article=684624

Il me semble qu’il a peu d’information sur la prise de conscience des Haratine, qui comme tous les opprimés, depuis les temps les plus anciens, ce sont battus pacifiquement ou violemment contre l’injustice (voir l’histoire de l’Egypte, de Perse, de Rome, de l’Europe, y compris la France… La lutte contre l’esclavage, puisqu’il s’agit de cette problématique, s’est effectuée par le combat farouche des femmes et des hommes mis en esclavage dans leurs lieux d’habitation, dans les cales de bateaux et plus tard dans les terroirs de destinations; voir la bibliographie immense éditée, à ce sujet.
Pour les Haratine, aucune recherche anthropologique, sociologique et autres  n’a été effectuée …

L’histoire de la Mauritanie est écrite par les élites dominantes qui n’a cessé de se perpétuer à la prise de souveraineté de ce pays.
En 1960, aucun cadre Haratine n’apparaissait en tant que tel. Cela s’explique par la volonté de la puissance dominante, qui avait fait un deal avec tous les « chefs autoproclamés d’Afrique », d’envoyer leurs enfants à son école à Bafoubé, à St-Louis, etc…

La brutalité coloniale d’une part et son opportunisme de l’autre allaient modeler la triste réalité qui caractérise le pays de nos jours. C’est en effet par la force des choses que le colonisateur détermina les contours actuels du pays, introduisant ainsi, pour la première fois, la notion d’ensemble mauritanien à une mosaïque de race, d’émirat, de tribus, de canton et de régions que par opportunisme il n’a jamais voulu déranger et a même souvent volontairement entretenue.

La colonisation, malgré son prétendu message civilisateur, n’avait pas fait grand chose pour améliorer le sort des esclaves, en général, et encore moins ceux des Haratine.
Ressentant très tôt l’effet négatif de ses premières tentatives de libération des esclaves sur leurs maîtres, le colonisateur français avait fini par céder au chantage de la dissidence des chefs féodaux négro africains et autres chefs de tribus maures et avait fermé l’œil. Il avait ainsi rangé dans ses tiroirs ses lois et même ses idées abolitionnistes, privilégiant la stabilité relative d’une colonie réputée difficile à contrôler, à l’ amélioration du statut et des conditions de vie de ces damnés de la terre. Bien au contraire, il mettra tout en œuvre pour que les Haratines cessent de regarder vers les quatre points cardinaux en aggravant leur dépendance de leurs maîtres, car il avait vite décelé que sans l’intégration de la vocation agricole des Haratines, à celle pastorale de leurs maîtres, la colonie Mauritanienne n’en serait que moins vitale.

Les Haratines quant à eux, naguère exclus parce qu’esclaves, ne sachant pas quel bout prendre la vie, découvrent pour la première fois, à la fin des années 1970, une valorisation de leur ÊTRE à travers leurs organisations, avec la ferme détermination de changer l’ordre pré établi dans ce pays par des voies et moyens pacifiques.

Leurs organisations avaient effectué à l’intérieur du pays, y compris dans le fin fond des Adwaba, des campagnes de sensibilisations et de vulgarisations du projet de société, qu’elles souhaiteraient mettre en place ou s’associer avec d’autres organisations patriotiques nationales…pour le concrétiser.

Et depuis, leurs actions patriotiques rythment toute la vie de notre pays. Il n’est plus possible de l’ignorer ou de la diluer dans des entités avec lesquelles, elle partage, certes, quelques caractères; comme la couleur noire, la langue hassaniya (quelques Haratine blancs), etc … comme l’avaient fait le colon et les régimes précédents.
Ilest utile de rappeler que les Haratine sont la résultante d’un rapport de force et d’un fort brassage avec les négro africains, les berbères et les pseudo-arabes…; (voir l’histoire de peuplement de cette partie de l’Afrique). Aujourd’hui, il constitue UNE COMMUNAUTÉ possédant et jouissant de façon indivise d’un patrimoine en commun en Mauritanie… qui les différencient des autres entités nationales.
L’intérêt, ici, n’est pas de mettre en place une République de Haratine, au contraire, une République citoyenne et démocratique, où, chaque individu ou groupe d’individus bénéficie de droits inaliénables et inaltérables…pour le bien être de tous…
Donc, ils ne comptent et ne peuvent compter, d’abord, que sur eux-même « Lejrab maa Hik lou ye koun eydou » et le résultat est probant. Depuis des décennies et la planète terre redécouvre l’horreur de la servitude, de l’exclusion et de la discrimination dans ce pays que l’on compare au sinistre régime d’Apartheid…
Des femmes et des hommes de toutes conditions sociales et de  toutes les communautés mauritaniennes adhèrent à leur combat.
Ces femmes et ces hommes libres sont très sensibles à l’élan grandissant de solidarité humaine  qu’ils reçoivent d’organisations nationales ou internationales, d’Etats et de femmes ou d’hommes connus ou anonymes de notre pays ou de l’étranger pour cette Mauritanie égalitaire et démocratique souhaitée… Elle se fera par toutes et tous les individus de ce pays aidés par les autres de la planète quelque soit son orientation religieuse, du genre ou de sa nationalité…

Crédit source : Post Facebook de l’auteur Baba Ould Jidou du Phare Citoyen.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s