Selibaby: Un professeur abuse de son pouvoir depuis des décennies

image

Touré Mamadou Moussa est professeur de mathématiques au Lycée de Selibaby. Il est arrivé dans cet établissement en 1992 et ne l’a plus jamais quitté.
M. Touré a donc eu en charge, pendant près d’un quart de siècle des milliers de jeunes de la région du Guidimakha. Plusieurs d’entre eux donnent  à l’homme de Boghé, comme il aimait se faire appeler , le titre de plus mauvais enseignant qu’ils n’ont jamais eu. Ils décrivent son cours comme une narration où l’homme, Touré est toujours le héros.
Le professeur fier passe la moitié de chaque séance de cours à vanter son parcours d’ancien élève plus intelligent que les autres. Et lorsque le plus téméraire de ses élèves demandait pourquoi Touré n’a pas eu la bourse pour continuez ses études à l’étranger après le bac, il répondait: à l’époque, on gardait les meilleurs en Mauritanie.
L’homme de Boghé pouvait aussi passait son temps à parlait de sa famille « nous sommes beaux et intelligents, nous avons une tète bien faite » disait-il. Certains anciens élèves ont même eu la chance d’admirer les photos de l’épouse de monsieur Touré que lui même décrit comme étant une très belle femme.
Depuis 1992, le temps a passé, monsieur Touré a eu des enfants et ils ont grandis. Donc l’heure est à leurs éloges. Ainsi Monsieur Touré répète sans cesse à ses élèves que ses enfants sont les meilleurs. Son garçon a eu le bac l’année dernière, tant mieux pour lui qui est innocent dans cette affaire.
L’autre pratique qui a fait et fait des ravages chez les élèves et anciens élèves de Touré, est sa notation particulière. Vous avez beau réussir l’interrogation, vous n’aurez que 3/20. Si vous n’êtes pas contents, la seule chose à faire est de s’inscrire au cours à domicile de monsieur le prof, meilleur mathématicien qui n’a pourtant jamais crée une formule mathématique.
Très ingénieux dans l’escroquerie, Mamadou Moussa s’est toujours arrangé à prendre en charge la dernière année du collège (3eme année à l’époque et 4eme actuellement), les orientations vers les séries littéraires et scientifiques se faisant à ce stade des études. Cela oblige les élèves voulant faire la série D ou la série C du lycée à faire des cours particuliers avec le maitre à bord Touré.
Les pratiques de Touré Mamadou Moussa montrent que ce professeur manque de professionnalisme et qu’il a un comportement immoral. Il a depuis tout ce temps qu’il exerce, ruiné beaucoup de familles, brisé beaucoup de carrières et causé beaucoup de mauvaises orientations. Tout cela n’a que trop duré. Donc aujourd’hui, les élèves et anciens élèves (devenus pour certains des parents d’élèves) du Lycée de Selibaby souhaitent le départ de celui qui a tout été sauf un bon professeur.
Touré Mamadou Moussa est toujours enseignant au Lycée de Selibaby et cerise sur le gâteau, il est le directeur d’études de cet établissement.

Source crédit : Repris d’un post Facebook de Cheikh Dicko.

21-04-2016 22:38 – Derniers échos du procès de Ould M’Khaitir

image

Aux toutes dernières nouvelles, le tribunal d’appel de Nouadhibou a confirmé la peine capitale d’Ould Mkeitir pour incrédulité, en vertu de l’article 306 du code des procédures pénale de la Mauritanie (1).

La Cour d’appel a décidé de déférer le dossier de Ould Mkhaitir, après sa condamnation à la Cour suprême pour s’assurer de son repentir.

(1) Pour rappel, l’article 306 du Code pénal mauritanien dispose que « [tout musulman coupable du crime d’apostasie […] sera invité à se repentir dans un délai de trois jours […] S’il ne se repent pas dans ce délai, il est condamné à mort en tant qu’apostat. »

L’article indique par ailleurs : « Toute personne coupable du crime d’apostasie (Zendagha) sera, à moins qu’elle ne se repente au préalable, punie de la peine de mort », et également que « [si elle] se repent avant l’exécution de cette sentence, le parquet saisira la Cour suprême, à l’effet de sa réhabilitation dans tous ses droits, sans préjudice d’une peine correctionnelle prévue au paragraphe du présent article [de trois mois à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 5 000 à 60 000 ouguiyas mauritaniens – soit de 15 à 181 euros environ. »

©Cridem 2016————

Source crédit : http://www.cridem.org