1 an déjà sur WordPress….!!!

image

Ce 31 janvier 2016 correspond au premier anniversaire de la migration de notre blog Soninkidees-jose sur WordPress.
À cette occasion, nous remercions tous nos lecteurs et visiteurs de par le monde entier.
Et nous comptons continuer d’apporter notre voi(e)x modeste aux débats concernant divers sujets, de l’échelle communautaire à l’internationale .
Notre ligne directrice est et sera l’idéal du Vrai dire en TOUT et PARTOUT.
À l’approche du FISO ( Festival International Soninké ) prévu fin février à Bamako, le blog Soninkidees-jose  vous annonce la prochaine publication d’une réflexion sur cet événement de l’international Soninkara.

Notre devise : On n’est jamais CON en TOUT, Osez..!!!

K.S

Publicités

L’appel à la manifestation du comité de soutien aux détenus d’ALEG : Samedi 13 FEVRIER 2016

image

image

APPEL  A MANIFESTER PAR LE COMITE DE SOUTIEN AUX DETENUS D’ALEG
À PARTIR DE 14 HEURES Le Comité de Soutien aux Détenus d’Aleg en France, appelle tous les compatriotes et amis de la Mauritanie à se joindre à la manifestation qu’il organise :

le samedi 13 FEVRIER 016 À LA 
PLACE TROCADERO – metro ligne 6, 9
A PARTIR DE : 14H
D’abord pour dire non aux détentions arbitraires des défenseurs des Droits de l’Homme Biram Dah Abeid, Président de l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste (IRA), Lauréat du prix des droits de l’Homme des Nations unies 2013, et Brahim Bilal vice-président du même mouvement, puis pour dénoncer l’esclavage, le racisme d’état et les expropriations foncières en Mauritanie.
En l’état actuel des choses, s’il existe une voie légitime pour:

~atteindre notre salut

~honorer notre image de « justes parmi les justes »

~faire connaitre notre lutte

C’est bien par la force de l’expression. Il incombe à chacun (Soninké, Pular, Wolof, Bambara, Haratines, Maures) de s’y atteler. Bien des hommes sont morts et bien d’autres continuent de sacrifier leur vie pour assurer notre liberté. Nul engagement ne doit rester vain.
La marche du 13 Février 2016 ne sera certes pas la dernière mais elle pourrait compter. À noter la présence de Madame LEILA, l’épouse de Biram Dah Abeid, président d’IRA-Mauritanie .

La clef de la réussite de l’événement dépendra de la sortie en masse des Mauritaniens (hommes, femmes, enfants).
Le droit ne s’octroie pas, il s’arrache !

Le Comité de soutien aux détenus d’ALEG

Un cri osé : Croire oui, à quoi..!! ??

image

Les convenances sociétales quoique ancestrales et dites porteuses du fait religieux et culturel, ne peuvent éviter les secousses et les trébuchements face à l’épreuve de la VÉRITÉ à terme surtout celle émanant de la RÉVÉLATION DIVINE. L’acharnement et l’entêtement de l’aristocratie mecquoise à l’endroit du dernier Messager Muhammad (psl) doté d’une endurance hors norme, nous enseignent beaucoup. Le FAUX se sent fragile par essence et s’accuse d’office en croyant que tout CRI de tous côtés le vise. L’incertitude d’une vision trompeuse, est une caractéristique bien connue qui inhibe la SÉRÉNITÉ de ceux qui s’accrochent avec zèle et égo caduc.

K.S

28-01-2016 07:00 – Libre Expression. Guidimakha : De l’esclavagisme à l’esclavagisme moderne

image

Youba Cissokho – Les choses les plus cruelles que les maîtres avaient fait aux esclaves ont été de détruire la mémoire de ce qu’ils avaient avant leur contact et de les diviser en sous-groupes. Hérités souvent de leurs grand-parents comme tout autre bien, ces asservis avaient comme tâches, tous les travaux pénibles et durs et n’avaient jamais le temps de s’occuper de leurs femmes ou de l’éducation de leurs enfants.

Historiquement, après le décès de l’un d’entre eux, ses descendants s’étaient fait confisquer tous ses biens et dépourvus d’héritage. Livrés à eux même sans indemnité de licenciement,ces derniers représentent aujourd’hui la couche la plus pauvre, quant aux anciens maîtres détenteurs des richesses et d’une bonne éducation, ils ont mal aidé pour leurs insertions dans la vie active.

Cette conjonction de facteurs défavorables, près de cinquante ans après l’indépendance, explique les malheurs actuels de la seule couche qui voit augmenter le nombre de ses analphabètes.

Certains anciens maîtres continuent de profiter de cette situation honteuse et prennent des fillettes de leurs anciens esclaves pour des travaux domestiques et des activités commerciales (vente de l’eau glacée ou des bissâps devant les cours des écoles) à la place des leurs envoyées à l’école.

Ces filles domestiques surexploitées par certaines familles, ont comme « récompense » après des années de dur labeur, une valise dite de mariage qui est un ramassis des tissus bariolés et d’autres vêtements.

Les victimes choisies sont souvent des proies faciles, les fillettes issues des milieux défavorisés. Ceux ou celles qui se sont enrichis sur les dos de ces pauvres ou qui ont éduqué leurs enfants en foulant aux pieds l’éducation de ces innocentes, se le disent bien, ils n’inspirent aucun respect aux esclaves de la région.

Nous ne pouvons jamais obtenir notre liberté en faisant appel au sens moral de ces gens qui nous oppriment, nous devons nous battre jusqu’à l’obtention totale de nos droits. Nous devrons quitter cette peur enfantine qui fait qu’on est gêné dès qu’on est traité d’être esclave et défendre nos idées, qu’elles ressemblent ou non à celles de nos maîtres d’hier.

Nous devrons prendre en mains le destin de nos enfants en se sacrifiant pour leur éducation si nous voulons vraiment changer notre situation, cette dernière est notre seul moyen pour se débarrasser de cette situation.

Ce combat doit être mené d’une manière pacifique et dans le respect des droits des autres car certains d’entre eux se battent régulièrement d’une maniéré ou d’une autre avec nous pour la même cause.

L’état de son côté doit intégrer des opprimés dans ces structures de lutte contre l’esclavagisme et mettre en place des nouvelles lois qui condamnent avec détermination et fermeté ces pratiques criminelles pour qu’elles soient abolies dans leur totalité.

Youba CISSOKHO, Militant social

Crédit source : http://www.cridem.org

France : Tanti Taubira quitte le gouvernement.

image

Ce matin du 27 janvier 2016, madame Christiane Taubira a quitté officiellement sa fonction de ministre de la justice dans le gouvernement de Manuel Valls. La conscience politique de la Guyane a exprimé plus ou moins les motifs de son départ par un Tweet contenant ces quelques mots  « Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir. ». Alors elle s’en va pour résister et elle résistera certainement. Dame de fer, elle a su tenir dignement dans un gouvernement dit de Gauche qui navigue entre les sirènes de l’extrême très droite et une droite de plus en plus extrême. L’environnement racialiste très classique d’une France, ancienne puissance coloniale, a donné l’occasion aux racistes de saboter, railler, insulter et salir cette femme respectable qui fait la fierté de l’effet Noir. On peut ne pas partager ses différentes positions et vues sur divers sujets, mais cette black a forcé notre respect par une prise de conscience de l’effet Noir. En effet, elle a su rester VRAI physiquement dans un monde où l’uniformisation autour d’un TYPE orignal d’individu incarné par le BLANC, fait fuir le Noir des traits naturels du Noir. L’Être naturellement fidèle se reconnaît par le profil de la tête, et madame Taubira s’est gardée fièrement de porter les touffes et greffages pour ne pas paraître faussement quelqu’un d’autre. Son look très cohérent avec ses convictions intimes, ne l’a nullement gênée. La tête qu’elle a à Cayenne est celle qui s’expose dans les salons feutrés du pouvoir en France et à l’étranger.
Ces tresses en rayures fines de ses cheveux crépus, ont un certain symbolique plus politique pour celui ou celle qui se soucie de la CONDITION NOIRE à travers l’Histoire. Cette fidélité à l’effet Noir dont la portée est loin d’être saisie par l’écrasante majorité des Noirs du monde, est une recette miracle qui déstructure les discours et les références racialistes sur lesquels le Racisme moqueur fait son nid.
Ce racisme préfère avoir une posture hautaine et paternaliste à l’endroit des blacks aliénés jusqu’à la moelle épinière. Ces Noirs dont l’idéal d’accomplissement est d’abord de tordre leur physique naturel par divers gadgets et procédés mêmes irréversibles afin de paraître à l’image de l’Homme modèle (BLANC). Et Tanti Taubira symbolise un contrepied idéal nous apprenant qu’on est mieux armé en étant soi même tout court. Sa figure assumée donne sens à la CONDITION NOIRE plus que dix millions de black conditionnés à l’aliénation allant jusqu’à la destruction physique du Naturel qui fait pourtant son ORIGINALITÉ.

L’effet Noir : Être soi-même…!!!

[SOCIÉTÉ] BRÉSIL : QUAND LES CHEVEUX CRÉPUS SONT PLÉBISCITÉS PAR DES AFRO-FÉMINISTES