29-09-2015 11:11 – IRA-Mauritanie parmi les six finalistes du prix Tulipe des Droits de l’Homme délivré par les Pays-Bas

image

IRA-Mauritanie – Après la série de prix – Prix de l’ONU 2013 pour les Droits de l’Homme, Prix FrontLines Defenders (2013) délivré par l’Irlande, Prix de Weimar (2011) délivré par la ville Allemande- obtenus par son président, Biram Dah Abeid, l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) vient d’être nominée parmi les six finalistes du Prix Tulipe des Droits de l’Homme qu’offre le gouvernement néerlandais « aux organisations ou personnes courageuses qui promeuvent les droits de l’homme de façon novatrice ».

Le lauréat du prix Tulipe des Droits de l’Homme sera proposé parmi les six finalistes par un jury indépendant composé de personnalités de renommée internationale.

Cette année le jury est présidé par l’Ougandaise Margaret Sekaggya, ancienne Rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme, et composé d’Ales Bialiatski (Bélarus), Shahzad Ahmad (Pakistan), professeur Nicola Jägers (Pays-Bas) et Amira Yahyaoui (Tunisie). La cérémonie de remise du Prix sera organisée le 10 décembre 2015 sous la présidence du ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders.

Ainsi, depuis leur prison d’Aleg, au fin fond de la Mauritanie, les militants d’IRA, à leur tête Biram Dah Abeid et son adjoint Brahim Bilal, continuent à focaliser l’intérêt de l’opinion internationale et à mobiliser les consciences du monde autour de l’esclavage, de la marginalisation, du racisme et de toutes les tares qu’entretiennent malicieusement les autorités de notre pays.

Biram Dah Abeid et Brahim Bilal ont vu, il y a de cela un mois, leur peine de deux ans de prison confirmée par un tribunal à l’audience duquel ils avaient refusé de comparaitre. Deux ans de prison ferme pour avoir appelé à l’abolition de l’esclavage!

IRA remercie les internautes qui l’ont soutenue et qui ont voté pour elle. Elle remercie aussi les autorités des Pays-Bas pour avoir offert ce prix pour consolider la défense des droits de l’homme.

Ni les prisons, ni les calomnies, ni l’indifférence n’arriveront à bout de notre détermination à abattre l’esclavage et à pousser les masses des Hratin et tous les autres damnés de la terre mauritanienne à recouvrer leurs droits à la dignité.

Nouakchott Le 29 septembre 2015
La Commission de Communication

Crédit source: cridem.org

SoninkIdees-J’ose by K.S

28-09-2015 10:35 – Mauritanie : pour l’IRA, la lutte contre l’esclavage ne suffit pas

image

Jeune Afrique – Haratines, dockers, grévistes… Malgré la répression, l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) est de tous les combats.

Les autorités mauritaniennes ont choisi l’épreuve de force avec l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA-Mauritanie), et cette répression semble au contraire donner une plus grande audience à ce mouvement antiesclavage dont le président, Biram Ould Dah Ould Abeid, condamné à deux ans de prison pour « offense et désobéissance à la force publique », a refusé de se présenter, le 20 août, devant la cour d’appel d’Aleg, qui a confirmé sa condamnation.

D’origine haratine (descendants d’esclaves maures noirs), Biram a fondé l’IRA en 2008. D’abord consacré à lutter contre l’esclavage, son combat a été récompensé par un prix des droits de l’homme de l’ONU en 2013. Il s’est élargi à « l’esclavage foncier et aux expropriations foncières » qui privent les populations négro-mauritaniennes de leurs terres. C’est en organisant une « caravane » contre un tel phénomène, qui s’accélère avec l’arrivée de capitaux saoudiens dans la vallée du Sénégal, que Biram a été arrêté à Rosso le 11 novembre 2014.

Profitant du refus de la coalition de l’opposition de participer à l’élection présidentielle de juin 2014, il était arrivé deuxième derrière le président sortant avec 8,67 %, à la surprise générale. Forte de cette audience, l’IRA fait, depuis, preuve d’une belle combativité. Privée de siège social et interdite de manifestation, notamment le 30 juillet, elle s’affirme partout où les exclus protestent contre leur sort.

L’IRA aux élections ?

Elle a créé une section Dockers pour soutenir la lutte des manutentionnaires du port de Nouakchott, « qui vivent une autre forme d’esclavage, sans assistance sanitaire et avec des salaires de misère », explique Balla Touré, responsable des relations extérieures de l’association. Les grévistes de la Société nationale industrielle et minière (Snim) ont reçu son soutien lors de leur bras de fer de soixante-trois jours avec la direction au début de l’année.

Il n’est pas jusqu’au jeune Cheikh Mohamed Ould Mkheitir, condamné à mort pour apostasie le 24 décembre dernier, qui n’intéresse l’IRA. Le jeune comptable de Nouadhibou avait été arrêté pour avoir publié un texte en arabe sur Facebook intitulé « La religion, la religiosité et les forgerons », dans lequel il dénonçait la société de castes qui prévaut en Mauritanie. Balla Touré estime que c’est son appartenance à la caste inférieure des forgerons qui explique l’extrême sévérité des juges car, dit-il, « certains imams disent bien pire sans encourir le moindre reproche ».

Esclaves, Haratines, Négro-Mauritaniens, travailleurs, forgerons : l’IRA est manifestement en train de se constituer un fonds de commerce politique avec « les damnés » de la Mauritanie. Ira-telle jusqu’à se muer en parti et à se présenter aux prochaines élections ? « Nous y pensons », répond Balla Touré. D’après plusieurs observateurs, l’élan est donné, mais il pourrait tourner court si Biram cédait aux réflexes autocratiques qui l’ont déjà isolé de sa base par le passé. Par exemple, quand il avait décidé en 2012, contre l’avis de l’IRA-France, de brûler en public des traités de l’islam malékite défendant l’esclavage. Le pire ennemi de Biram pourrait bien être Biram.

Alain Faujas

Crédit source: cridem.org

Biram absent, l’esclavage se porte bien.

image

Avec l’emprisonnement de Biram Ould Dah est lauréat du prix 2013 des droits de l’homme des Nations unies, la question de l’esclavage est de moins en moins évoquée dans le pays. Il faut bien le reconnaitre, ni les gesticulations d’un Samory Ould Beye et encore moins, les actions ponctuelles de certaines organisations des droits de l’homme n’ont pu soutenir et entretenir le débat depuis que Biram a été écarté de la scène.

Au-delà de la virulence du verbe, de la radicalité du propos et de la hargne dans la « déconstruction du système » pour laquelle il a toujours œuvré, Biram mérite un véritable coup de chapeau. Nonobstant certains errements, sa trajectoire personnelle suffit, à elle seule, pour mesurer le long chemin qu’il a dû parcourir pour en arriver là ! L’homme, s’il ne fait pas partie dorénavant des meilleurs d’entre nous pour ce sacre, est au moins l’un des hommes qui marqueront l’histoire et le futur de la Mauritanie, car on ne peut pas lui nier des qualités que beaucoup d’entre nous n’ont pas. Celles de croire en une chose et de l’assumer. Celle d’être convaincu d’une cause et de l´épouser dans le meilleur comme dans le pire des cas. Celle de se battre inlassablement pour cette cause, malgré ses faibles moyens et un environnement peu propice. Quel que soit son passé, Biram reste un homme qui a su apporter quelque chose dans la lutte contre les inégalités dans son pays. N’est-pas à cause, ou grâce à lui, que bien de ménages ont mis fin au travail de fillettes et de garçons dans des ménages ? Contrairement à la plupart d’entre nous, lui, au moins, croit en une chose et en fait sa cause.

Pour celle-ci, il semble disposé à tout. Y compris au pire.
On peut, certainement, spéculer sur ses engagements idéologiques et politiques antérieurs à l’IRA, sur ses rapports avec le régime de Ould Taya, ou sur certains aventures hasardeuses qu’il pourrait avoir commises mais aujourd’hui, après « le retour de la conscience », l’on ne peut lui reprocher aucune chose autre que celle qu’il rame à contre-courant du système qui nous dirige depuis toujours ! Pour nous qui le connaissons, Biram est ce volontaire, plein de fougue que l’on rencontre sur tous les fronts de la lutte contre les violations des droits de l’homme, notamment les pratiques esclavagistes dans notre pays. Il est ainsi le juste contraire de ces parrains d’ONGs cartables que l’on ne voit que quand il faut dénigrer un homme, stigmatiser une communauté ou faire valoir les combines obscurantistes et chauvines d’une machine étatique arrivée à bout ! Les « instrumentalisés » des droits de l’homme à la commande, qui sont apparus dernièrement sur la scène publique pour le critiquer, ne se font voir que quand les TDF permettant de décaisser le perdiem, le pourboire ou le financement du projet sont fins prêts. Ces vieux « retraités » et autres jeunes à l’aboi d’on ne sait quels services, phagocytant des moins initiés pour perpétuer leur vice qui pourrit les mœurs, corrompent la jeunesse et pervertissent les valeurs des droits de l’homme. Pire, ils ne sont jamais sur le véritable front de la défense des droits et des libertés. Pire encore, ils sont, le plus souvent, « le chien à aboyer » que dresse le système contre les victimes des violations des droits de l’homme et leurs défenseurs !

Quand on évoque un cas d’esclavage, ils rouspètent, crient, maquillent la vérité et crachent des formules toutes faites du genre « notre unité nationale est sacrée », « notre cohésion sociale est intouchable », oubliant de voir aussi qu’il incombait aux esclavagistes voire à l’Autorité publique, d’être aussi attentifs à ces choses, au même pied d’égalité que les véritables défenseurs des droits de l’homme qui dénoncent l’esclavage, la torture, la discrimination, le sexisme et l’obscurantisme religieux ! Jamais, nous n’avons rencontré ces « Têtes d’affiches » du mensonge dans un commissariat de police pour soutenir une victime de la torture.

Jamais on ne les a entendus dénoncer les dérives sectaires des forces de l’ordre contre les populations des quartiers précaires. Jamais on ne les a entendus évoquer les discriminations dont sont victimes les populations de certaines zones du pays, y compris même certains dans quartiers de Nouakchott. Jamais on ne les a vus sur le terrain, chez les esclaves présumés ou réels. Jamais, ils ne se sont déplacés pour voir comment sont « réinsérés » les anciens réfugiés parqués dans des villages, privés de leur état civil et de leurs terres traditionnelles par le fait d’une administration sans scrupule, ni vergogne. Jamais on ne les a entendus plaider pour que justice soit rendue aux exploités, aux veuves, orphelins et rescapés du passif humanitaire ! Jamais on ne les a entendus crier pour plus de justice, plus d’équité et plus de liberté dans le pays. Au contraire…

On peut haïr Biram jusqu’à le vouer aux gémonies, mais on ne pourra jamais dire qu’il n’est pas un vaillant fils de ce pays, car il lutte pour l’égalité des Mauritaniens, pour la justice et pour que la machine Mauritanie tourne pour le bonheur de tout le monde et non au détriment de la majorité du peuple.

Amar Ould Béjà

Crédit source: iramauritanie.org

SoninkIdees-J’ose by K.S

17-09-2015 08:29 – L’éditorial de Camara Seydi Moussa : La polémique Inal… et autres

image

La Nouvelle Expression – Ces dernières semaines beaucoup de sujets brulants ont occupé les pages de notre presse : La fondation de la famille (ou fils) du Président, le dialogue ou monologue, et aussi les années de l’horreur (Inal et Oualata). Je reviendrais dans ce papier sur la polémique Inal et Oualata et dans laquelle s’était invité un certain Gaye qui pourrait m’intéresser dans un second papier, prochainement.

Je ne suis pas polémiste, surtout si la polémique est portée par des faibles et dans une certaine inconséquence ; et quand on sait que le (ou les) porteur(s) de sujet à polémique est un champion de la distraction ou qui réfléchi au premier degré de l’époque de Lucie alors qu’on est en 2015.

Loin de moi tout propos de nature à soutenir une partie contre une autre, c’est-à-dire une victime comme l’auteur de l’enfer d’INAL et une supposée victime qui sort de son mutisme après deux décennies. C’est son choix, il faut le respecter et je compatis avec sa souffrance.

Mais là où je pense utile de réagir comme tant d’autres personnes c’est quand cette victime du camp de la honte humaine traitent les pèlerins d’Inal de vulgaires cinéastes ou réalisateurs, en déclarant que «Biram m’a demandé de venir avec lui à Inal, j’ai refusé car il voulait m’utiliser dans un film qu’il va présenter à Génève »

C’est un mensonge grotesque. Monsieur, un peu de respect pour la conviction et la détermination de l’équipe d’Inal 1 comme celle d’Inal2 ou de Sorimalé…. Si vous avez été torturé, embastillé, il faut dire que vous avez appris de vos tortionnaires la cruauté. Cette façon de banaliser le combat de tes compagnons d’infortune et autres orphelins et militants à la recherche de la vérité pour une Mauritanie juste nous renseigne sur vos motivations et votre personnalité. Un film pour être projeté à Genève ! Quelle légèreté qui dénote de votre manque de mise à jour par rapport à notre monde actuel et surtout les documents produits sur les horreurs passées dans ce camp et d’autres sinistres lieux de la Mauritanie.

Ressaisissez-vous en commençant par vous respecter et penser réellement à l’horreur que vous avez subi. Si c’en était une !

Monsieur Biram Dah Abeid, pensionnaire aujourd’hui de la prison d’Aleg, n’avait pas besoin de vous et de votre présence à Inal et surtout pas besoin d’un film pour étayer les récits de ce que les martyrs d’Inal (et les autres) ont subi. Cher monsieur, dites la vérité aux Mauritaniens. Les Mauritaniens ont trop le mensonge mal pensé et mal monté, ils veulent maintenant un minimum de vérité. Et la vérité est que c’est vous qui êtes venu voir Biram en 2010 ; tout comme vous êtes venu me voir, moi aussi, avec votre ami après mon édito sur le Général Meguet…

Vous êtes venu voir Biram pour lui demander de vous soutenir dans votre récit « Inalesque » qui ne demandait qu’à vous croire – même sur parole – vous a rétorqué ceci : « Vous ne nous avez pas présenté des preuves de ce que vous soutenez, mais nous vous suggérons de faire connaitre votre histoire aux Mauritaniens en convoquant une conférence de presse. Pour cela nous sommes disposés à vous aider à réunir la presse ». Ce sont là les paroles de Biram.

Depuis lors, vous avez disparu, car n’ayant pas eu le courage, à l’époque, de convoquer cette conférence, à moins que ce ne soit vos conseillers qui vous ont suggéré de procéder par cette manière. C’était en 2010. En tout cas, vous êtes le seul à connaître les raisons de votre refus de faire connaitre votre histoire ; tout comme vous êtes le seul à savoir pourquoi vous avez disparu depuis! Vous êtes réapparu chez Biram après sa sortie de prison en 2013 et vous êtes restés longtemps avec lui pour parler de tout et de rien. Voilà la vérité sur la partie de la polémique Inal concernant Biram.

Pour le reste, que vous ayez été à Inal comme prisonnier pour ne le dire que 25 ans après, cela vous engage ; mais chercher à ternir l’initiative des pèlerins d’INAL, c’est une mission sans issue, si telle est, bien entendu, votre mission. En tout cas, si c’est la personne de Biram que vous visez, sachez que le club grandit de jour en jour et comme on dit dans le jargon : « Quand on veut éteindre un feu sur la mer avec sa bouche… il faut beaucoup d’effort ».

A Inal où j’étais, comme le Pr Soumaré, Wediaa ou Balla, vous pouvez raconter votre histoire de film de Genève dans des salons que vous savez mais de grâce pensez aux victimes et orphelins qui ont initié ce pèlerinage et fait le déplacement.

Inal où j’ai produit deux reportages et deux éditoriaux était pour nous un courage de conviction, de détermination face aux bourreaux et ennemis de la Mauritanie juste. Que les gens comme vous sachent une fois pour toute que notre combat ne se fera pas à Genève ni par les biais de films. Ce combat se fera sur le terrain et en temps opportun et non deux décennies après les faits pour ne pas tomber dans la vérité coranique de la sourate « les hypocrites». Pour la Mauritanie nous travaillons car c’est par elle que nous existons.

Toutes mes excuses à mes lecteurs : j’ai honte car je n’ai pas l’habitude de tirer sur les ambulances. Mais à Monsieur Gaye Elhadj concernant l’affaire Tène (je reviendrais). Vous savez cher Monsieur, il y a un idéal dans la vie auquel n’importe qui doit souscrire… il faut accepter d’être ce que vous êtes et avancer la tête haute dans sa sphère d’évolution en tant qu’humain qui s’assume. C’est un remède contre la manipulation et… la frousse.

Camara Seydi Moussa

Crédit source: cridem.org

SoninkIdees-J’ose by K.S

14-09-2015 00:00 – Le mauritanien Khassa Camara signe à Héraklion en Grèce

image

Mauritanie Football – L’ancien joueur de Troyes et de Boulogne-sur-Mer, Khassa Camara (23 ans) va poursuivre sa carrière en Grèce . Le milieu de terrain qui a signé un contrat de deux ans avec Ergotelis Heraklion, relégué en D2 grecque à l’issue de la saison dernière.

Né à Chatenay-Malabry en France et international mauritanien, Khassa Camara est une des pièces maîtresses du dispositif de Corentin Martins, il n’a pas participé à la dernière rencontre des Mourabitounes contre l’Afrique du Sud dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2017 , suite à une blessure à l’entrainement au Stade Olympique de Nouakchott.

La première rencontre de Championnat se déroulera le dimanche 27 septembre à domicile face à Chania.

Crédit source: Mauritaniefootball via cridem.org

SoninkIdees-J’ose by K.S

Le pouvoir, c’est servir toute la JUSTICE d’abord….!!!

image

Le pouvoir, c’est servir d’abord la justice et par la justice avant de se servir autrement sinon il sera naturellement contesté. Tout ce qui s’organise injustement à toute échelle doit s’attendre à être dénoncé à court terme et combattu à long terme. L’injustice crée elle même les conditions de son déclin à terme.

Un exemple d’exercice du pouvoir pour nos dirigeants arabo-musulmans d’aujourd’hui: Dans la série « Umar Ibn Khattab », un personnage (émissaire byzantin) venu rencontrer le deuxième calife à Médine et étonné de la sobriété qui entourait le chef d’une telle armée qui les a vaincus quelques temps avant disait : 《 un homme peut apprendre de son adversaire ce qu’il ne peut pas apprendre avec son ami》

En effet, il n’a trouvé aucun garde corps et ni cordon sécuritaire avant d’accéder au calife Umar (ras) qui était assis sur le sol sans siège particulier, l’émissaire disait :《 un dirigeant juste ne craint ni complots, ni trahison et encore moins une vengeance, alors que chez lui par leur faste démesuré, leurs rois injustes s’enferment dans des palais bien garnis craignant les complots de tout genre.》
#SérieOmar

12-09-2015 21:45 – Une dame dénonce le trafic d’être humains et les viols subis par les mauritaniennes en Arabie Saoudite

image

De retour d’Arabie Saoudite ce vendredi à 3 heures du matin, Salka a dénoncé un trafic d’êtres humains auxquelles se livrent d’obscures agences de recrutement de domestiques basées à Nouakchott.

«Nous (les bonnes recrutées et envoyées récemment en Arabie Saoudite) avons signé des contrats en tant que bonnes domestiques et nous en sommes fières, nous ne sommes pas des femmes qui font commerce de leurs corps. Les gérants d’agences qui nous ont envoyées en Arabie nous avaient en réalité vendues, cela à notre insu », dit-elle en substance.

Salké a également dénoncé les maltraitances dont elle et ses compagnons d’infortune ont été victimes : «Nos bourreaux saoudiens nous ont violées, battues», affirme-t-elle en substance. Elle a estimé que ces derniers sont en vérité des impies et non des musulmans.

Enfin, elle a appelé l’Etat à punir les soi-disant gérants des agences de recrutement de bonnes qui en réalité se livrent à un trafic d’êtres humains. Rappelons que Salké et les autres bonnes envoyées récemment en Arabie Saoudite doivent leur salut aux militants abolitionnistes qui ont poussé les autorités saoudiennes à agir et à rapatrier les dames.

SC
(©Cridem/ 12 Septembre 2015)

Crédit source: cridem.org

SoninkIdees-J’ose by K.S