25-08-2015 09:12 – Dans l’univers carcéral de Birama

image

        Biram et Brahim, président et vice-président d’IRA-mauritanie.

Le véhicule de notre guide est sorti d’Aleg de son côté EST. Nous roulâmes sur la piste sinueuse d’un hameau avant de voir de loin une immense bâtisse ocre. Une forteresse perdue dans les prairies solitaires du Brakna, dans un monde de silence et d’immobilité.

Que dire de la canicule ambiante de son environnement ? Ici vivent des détenus de droit commun et des prévenus de la justice. Le leader abolitionniste Birama Dah ould Abeid et son compagnon Brahim Ould Bilal se trouvent dans cet univers. Guantanamo-Brakna, c’est le nom trouvé par notre confrère Thiam du Calame à ce lieu lugubre.

Après que le procureur Diallo, eût signé notre autorisation, les formalités de notre entrée ont un peu tiré en longueur par la faute d’un adjudant haratine dont le train train quotidien est la fouille et les questions. Cette étape franchie, un garde nous mène à travers la grande cour du pénitencier, il est grand comme un stade, en dehors du personnel de service, on y dénombre plus de 300 pensionnaires de droit commun qui se trouvent dans son bloc droit.

Nous retrouvions dans le hall du côté gauche les deux compères en pleine causerie avec des confrères. Nous eûmes droit à l’accolade amicale des deux ermites et d’une solide poignée de main avec les journalistes.

L’ambiance était joyeuse dans cet univers carcéral, malgré la présence de deux gardes, couchés à deux mètres de nous, l’oreille tendue. Ici toute conversation est écoutée et relayée à la hiérarchie. Autour d’un thé, les deux hommes n’en ont cure, ils étaient visiblement détendus et répondaient à toutes questions. C’est ici qu’ils ont affirmé qu’ils ne seront pas au tribunal, aux journalistes.

Sur les problèmes de famille, les deux hommes ne se plaignent pas. « Ma femme est à Aleg, elle était partie juste à Nouakchott pour accoucher, mais elle est de retour et loge chez des proches…j’ai vu mon dernier trois fois », confie le président de l’Ira.

Un infirmier fît son entrée avec une boite rectangulaire bleue et une seringue à la main, il salue tout le monde. Birama se leva et entra dans sa chambre avec lui, suivi d’un garde qui assiste à l’injection. Visiblement amaigri, le leader abolitionniste serait diabétique. Brahim Ould Bilal, la calvitie large, comme son sourire est lui au top, et comme son compagnon, lui aussi ne souffre de solitude.

« Je me suis marié très jeune, mes enfants sont grands et à l’université, ils prennent soin de leur mère, ils sont venus trois fois ici nous voir Birama et moi, s’il y a une chose que je regrette, c’est leur encadrement scolaire », souligne le professeur de philosophie.

Autre avantage pour nos bagnards, le régisseur de Guantanamo-brakna, est le cousin de Brahim ould Bilal, un homme d’une haute stature à la poigne solide. C’est dans cet univers où la forte chaleur bat tous les recors, que l’on veut abattre le moral de deux hommes. Peine perdue, ils sont comme le roseau qui plie mais sans jamais ne rompt.

ADN

Copyright © 2015 Cridem

Source crédit: cridem.org

SoninkIdees-J’ose by K.S

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s