04-08-2015 18:45 – Conférence de Presse : L’IRA ne baisse pas la garde

image

Les membres de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste –IRA- en compagnie du collectif des avocats de la défense de leurs compagnons toujours détenus ont tenu ce mardi 05 Août une conférence de presse au FONAHD pour édifier l’opinion sur la manifestation du jeudi dernier. Une manifestation qui s’était suivie d’une répression policière et de plusieurs arrestations.

M.Diop Amadou Tidiane s’est expliqué devant la presse sur deux points. La répression dont les manifestants ont été l’objet et le dossier judiciaire de Birame et ses amis, pendant devant la justice mauritanienne. Il est revenu sur « l’irresponsabilité de la justice mauritanienne » face à ce cas. Le pôle des avocats, comme pour mesurer l’étendue de cette insuffisance, est, elle aussi, largement revenue sur le cas pour monter que cette situation n’est pas une fatalité, « mais une volontairement provoquée ».

L’Initiative pour la Résurgence du mouvement Abolitionniste (IRA) « est plus que déterminée à faire face à une oligarchie mauritanienne totalement irresponsable pour continuer à nous imposer son dictat, en foulant du pied les règles des droits de l’homme », a affirmé M. Diop, lors de cette Conférence de Presse. En effet, l’IRA selon les dires des différents membres « ne compte pas baisser la garde ».

La vingtaine de militants qui avait été interpellée par la police avec coups et blessures a été libérée tard dans la nuit du jeudi au vendredi aux environs de Toujounine, loin de leurs domiciles respectifs. « Nous avons aussi appris l’arrestation d’un de nos membres à Zouerate », mais au juste à quelle fin, s’est inquiété Diagana.

Pour les membres de l’IRA, la Mauritanie est obligé de se ranger dans l’ordre mondial de l’Etat de droit. « Il nous faut rectifier la loi qui est injuste », diront les conférenciers. Répondant à certaines accusations des autorités relatives à la journée sans travail du jeudi dernier au marché, Diop Amadou Tidiane rappelle que Birame, Brahim Bilal et Djiby Sow, ont été jugés à tort, privés de salaire pour nourrir leurs familles. Une vérité que l’on semble occulter.

Ce pays qu’est la Mauritanie est traversé aujourd’hui par un drame effroyable, ce drame vient du fait que toutes ses richesses sont entre les mains d’une minorité qui ploie la majorité sous le poids de la misère. « Est-ce que la Mauritanie est un état de droit ?» Les avocats interrogés ont tous répondu par la négative.

ADN
©Cridem / 04 août 2015

Crédit source : cridem.org

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s