En exclusivité, l’interview-vérité de la militante d’IRA-Mauritanie, Mariem Cheikh Dieng.

image

image

Ce Mardi 30 juin 2015, notre blog Soninkideesjose.wordpress.com a rendez-vous avec la militante d’IRA-Mauritanie, Mariem Cheikh. L’entretien avec la native de la ville minière Zouerate a été très instructif. En effet l’ex-détenue abolitionniste nous a accueillis à quelques heures de son départ pour Bruxelles, au coeur de Paris pour l’interview qui suit… Bonne lecture. Seule la vérité est révolutionnaire.

Soninkidees-J’ose: Bonjour Madame Mariem Cheikh

Mariem Cheikh: Bonjour

S-jose: nous vous remercions d’avoir accepté notre rencontre, pourriez-vous parler brièvement de votre biographie ainsi que votre engagement abolitionniste en Mauritanie ?

MC: je m’appelle Mariem Cheikh samba Dieng, née en 1983 à Zouerate. J’ai des parents conscients de la condition des Haratines en Mauritanie, mon père militait dans le mouvement ElHor, l’ancêtre de tous les mouvements abolitionnistes et anti-esclavagistes, AC,  S.O.S Esclaves et d’autres.
J’étais très tôt confrontée à certains comportements bizarres de mon maître en deuxième année de l’école primaire à Zouerate. La première bizarrerie était que les élèves de ma classe avaient été divisés en deux rangées, l’une composée de haratines et autres, et l’autre de arabo-berbères ( Maures) et en donnant comme motif la différence de niveaux . Notre maître de l’époque était arrivé en fin de premier trimestre de l’année scolaire.
La deuxième bizarrerie m’avait visée personnellement, un jour quand le maître rendait nos notes, il commença par ma note, la première de la classe, mais par mon Mariem Cheikh, il sembla être surpris me voyant lever la main. Il s’attendait que ce nom soit porté par une petite mauresque, et finalement ce jour les notes n’avaient pas été distribuées. Le lendemain, il donnait les résultats en m’attribuant la quatrième note de la classe. Je faisais appel à mon père qui était arrivé à l’école, chez le directeur pour constater mon cas. Cet incident causa un mini-tremblement parmi les enseignants, et notre maître arguant qu’il s’était trompé, subissait un coup d’alerte. Alors le temps passant , j’ai pris conscience que l’engagement devenait un impératif vital, tout en pensant à l’écrasante majorité des Haratines dont les enfants ont peu de chance d’aller à l’école par un suivi parental et consciencieux.
Ceux comme moi dont les parents très soucieux quant à l’avenir de leur progéniture, sont bloqués et brimés dans le système éducatif, les autres enfants déshérités vont se trouver dans le néant et resteront dans les mêmes conditions de dépendance vis à vis de leurs maîtres.

S-jose: Quelles sont les dernières nouvelles sur le cas judiciaire de prisonniers d’Aleg, le président Biram Dah Abeid, Brahim Bilal et Djiby Sow en Mauritanie…???

MC: je pense que vous êtes au courant que le camarade Djiby Sow souffrant , président de Kawtal a bénéficié d’un élargissement provisoire, pour le reste, le dossier judiciaire de nos leaders n’a pas suivi un circuit normal dès le départ après leur transfèrement à la prison d’Aleg pour des motifs obscurs. Le président Biram Dah Abeid est un homme du Droit, et ils refusent tout jugement en appel en dehors de la circonscription judiciaire d’origine, c’est-à-dire à Rosso ou Nouakchott.

S-jose: quel est l’objet de votre voyage en Europe ces derniers jours…. ???

MC: Mon voyage rentre dans le cadre de la sensibilisation des opinions européennes sur le cas de la Mauritanie en matière des droits humains .
À travers nos partenaires de la société civile et des humanistes soucieux, nous comptons interpeller les autorités européennes qui traitent avec la Mauritanie, afin d’allier leurs coopérations économiques aux problématiques des droits humains. J’estime que certains pays européens ne sont pas étrangers historiquement à ce qui se passe dans nos pays. Par exemple, la France coloniale avait bien pactisé avec les milieux dominants, qu’elle n’avait pas suffisamment oeuvrer pour une véritable abolition des pratiques esclavagistes dans les faits. En 1960, comme bien avant, les autorités coloniales savaient que l’écrasante majorité des Haratines était sous le joug esclavagiste arabo-berbère et nous vivons les conséquences directes de cette situation inhumaine aujourd’hui. Donc une certaine complicité de la France est à souligner dans ce sens, ce qu’on doit diffuser auprès de la société civile européenne.

S-jose: selon vous, pourquoi les autorités mauritaniennes refusent toujours d’écouter le discours de la mouvance abolitionniste dont IRA qui se proclame pourtant pacifiste… ???

MC: l’Etat mauritanien s’est construit autour d’un système Maure où ce sont les tribus qui s’approprient du Bien commun pour partager au nom d’un prestige familial. Ils sont extrêmement minoritaires mais détiennent le coeur fonctionnel du pays, et ils veulent s’accrocher à cette situation injuste à l’endroit des autres composantes comme la seule norme qui vaille. Tous ceux qui s’activent courageusement contre leur projet inique, par un discours de vérité sont taxés d’extrémistes. L’IRA paie par des sacrifices dans tous les domaines, son engagement pacifique, véridique et ferme. Les autorités veulent nous diaboliser mais, avec le temps tout le monde constate que c’est à partir des soutiens du système que le diable surgit, avec ces Ulémas qui sont bousculés dans leurs certitudes sur l’esclavage en Islam.
Je tiens à vous signaler un détail technique sur les nouvelles cartes d’identité dites biométriques, le document est en couleur sauf la photo, un détail qui n’est pas anodin. Les manœuvres de ceux qui pilotent le fichier démographique, sont entre autres de faire une confusion certaine sur le poids démographique des uns par rapport aux autres. En effet par les noms uniquement, on confond les haratines avec les arabo-berbères alors que la photo en couleur aurait pu les différencier facilement. C’est une manigance venant des milieux suprématistes arabo-berbères pour gonfler leur nombre à tort, car sur la carte d’identité issue du recensement de 1998, la photo était en couleur, pourquoi celle de 2010 est en noir et blanc…???

S-jose: quels conseils donnez-vous aux activistes de la diaspora mauritanienne en France… ???

MC: d’abord je salue votre courage avec les manifestations et les sit-in que vous faites ici. je ne suis pas d’avis de ceux qui pensent que l’engagement c’est sur le terrain au pays seulement, mais le travail fait par la diaspora compte énormément à l’international. Vous devez redoubler de motivation afin d’interpeller par vos contacts les ONG et les associations dans vos pays d’accueil. Vous devez éviter les clivages inutiles aux relents communautaristes qui ne profitent à personne finalement. Essayez de ne pas gratter l’histoire pour légitimer ou délégitimer en s’accusant les uns les autres pour le leadership, car Dieu sait historiquement, que chaque communauté peut titiller une autre sur quelque chose. Par exemple les haratines ont vécu l’esclavage depuis des siècles dans cette zone bien avant l’arrivée des colons, mais leur sort n’intéressait pratiquement personne afin de les défaire de ce joug psychologique et physique de l’esclavage. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire partout.

S-jose: une femme engagée a-t-elle des difficultés particulières dans la défense des droits humains en Mauritanie… ???

MC: au début avec l’émergence féminine dans l’activisme abolitionniste, les autorités nous ont visées par la violence physique lors des manifestations,  cela nous a plus donné de la détermination. J’ai été emprisonnée après l’affaire de Rosso concernant nos leaders, le pouvoir pensait nous intimider par la force, mais peine perdue. Sur le plan professionnel, je paie sans doute mon activisme, car j’aurai peu de chance de trouver emploi même par concours d’état, et dans le privé même pas dans mes rêves.

S-jose: nous arrivons à la fin de notre interview, nous vous souhaitons un bon voyage et du courage.

MC: Merci, je vous remercie.

Propos recueillis par Kundu Sumare

Paris, le 30/06/2015

SoninkIdees-J’ose

30-06-2015 15:10 – Communiqué de presse : IRA-Mauritanie

image

IRA-Mauritanie – IRA- Mauritanie relève avec fierté la solidarité agissante que reçoivent ses présidents et vice président actuellement en détention arbitraire à la prison d’Aleg où ils ont été soustraits à leur juge naturel. Leur dossier avait été confié à une cour nouvellement mise en place n’ayant guère vocation à connaitre des chefs l’accusation, on ne peut plus dérisoire, portés contre eux.

IRA – Mauritanie salue en particulier :

1. La déclaration du Parlement Canadien recommandant la libération immédiate des militants anti -esclavagistes Biram Dah Abeid et Brahim Bilal Ramdhan,

2. La déclaration faite par le Parlement Européen dans le même sens,

3. L’action commune urgente de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme) et de l’OMCT (Organisation Mondiale Contre la Torture) lancées aux mêmes fins, revendiquant une enquête sur les conditions et motifs de leur transfert et réclamant le dessaisissement de la cour d’appel d’Aleg au profit de celle de Nouakchott, juge naturel des deux détenus,

4. L’interpellation par le Haut Commissariat des Nations Unies du gouvernement mauritanien pour mener une enquête sur les conditions de transfert des détenus dans le cadre de ce dossier ainsi que les sévices de torture et les privations de visite qui leur ont été infligés,

5. La déclaration d’Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme par laquelle, elle demande la libération sans condition des détenus.

Tout en saluant cet élan de solidarité internationale agissant que reçoit sa cause et sa large couverture par les médias nationaux et étrangers, IRA – Mauritanie :

• Réitère son attachement aux droits de ses dirigeants à un procès juste et équitable qui ne peut être, au regard de la loi, organisé que dans le ressort de la Cour d’Appel de Nouakchott.

• Rejette toute participation de ses dirigeants à la parodie de justice que tente vainement d’organiser le pouvoir, en catimini à Aleg pour priver les détenus d’IRA de la présence des observateurs nationaux et internationaux et des bienfaits du large soutien dont ils bénéficient.

• Salue l’action de son collectif d’avocats et les engage à initier tout acte de procédure permettant de ramener les détenus à leur juge naturel qui n’est autre que la Cour d’Appel de Nouakchott.

Nouakchott le 30 juin 2015
La Commission Communication

Source crédit :cridem.org

SoninkIdees-J’ose