Quelques éléments biographiques du cheikh Muhammad Dramé décédé le 11/06/2015 à Luanda.

image

Ce 11/06/2015, Mohamed Dramé d’origine malienne (Troungoumbé dans le Nioro) s’éteint à Luanda en Angola. La disparition du cheikh a suscité une grande émotion au sein de la communauté musulmane en Angola et parmi plusieurs musulmans soninké à travers le monde. Lors de ses funérailles à Luanda, le 12/06/2015,  la foule immense et endeuillée quasi-incontrôlable qui l’a accompagné à son dernier demeure, montre l’importance du rôle qu’il tenait parmi ses coreligionnaires. En effet, il était parmi les pionniers qui avaient participé à la propagation sage et patiente de l’islam dans le pays du défunt chef rebelle Jonas Savimbi.
Notre modeste blog Soninkideesjose.wordpress.com présente ses condoléances à toute sa famille et ses proches en Angola et ailleurs. Qu’Allah l’Accueille au paradis et Réconforte les musulmans d’Angola et d’ailleurs par la patience et la mesure dans le deuil. Inna lilahi wa Inna ileyi rajjihoun.

Courant 2011, nous avions eu l’occasion d’assister à l’une de ses conférences aminées en Ile-de-France. Par ses différentes conférences sur supports audiovisuels, nous témoignons du fond instructif pour les fidèles. D’ailleurs, c’est après son décès que nous avons eu accès à l’interview audio accordée au site http://www.kawande.com à Dakar le 06/12/12.
Pensant que le contenu de cet échange peut être utile et instructif pour les musulmans soninkés, notamment les étudiants en religion, nous avons sollicité l’accord du site http://www.kawande.com pour exploiter l’audio et transcrire certains éléments biographiques de l’imam de Luanda. L’autorisation écrite nous a été donnée via un contact Facebook du site, et nos vifs remerciements sont aux responsables du site de rappel qui contient plusieurs interventions de nos prêcheurs et prédicateurs attachés au Tawhid pur et à la Sunna authentique du prophète Muhammad (PSL) selon la compréhension des pieux prédécesseurs.

Plusieurs supports audiovisuels sont disponibles pour accéder aux contenus de leurs conférences et prêches dans différents pays (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Mali, Espagne, France et d’autres).

Les éléments transcrits sont les suivants :

Mohamed Dramé, né le 01/01/1962 à Kanangha dans le Kassai occidental en République démocratique du Congo.

Fils de Bakary Dramé et de Mariame Dramé (nom après conversion), une Kassai convertie à l’islam.

1967, il fréquente sa première Madrassa auprès de son premier maître Ali Kabongo, un swahili à Lubumbashi.

1971, sa famille a été expulsée du Zaïre lors des grandes rafles et rentre au Mali.

1971-1975, il fréquente la Madrassa de Cheikhna Yatabaré à Bamako.

1976, il est envoyé au village par son père afin d’améliorer son soninké et il y avait suivi des cours dans une cour d’études (mossi ngalé), notamment le livre de fiqh « Arssala ».

1977-1978, par décision de son père, il séjournait à Monrovia au Liberia auprès de son oncle Gandiangué Dramé. Il y fréquentait une Madrassa de Liberian Musilm Congress, et obtenait une bourse d’études pour l’Égypte. Le 24/04/1978, il arrivait en Égypte jusqu’en 1981, après l’obtention de son diplôme de Sanawiya, il introduisait une demande d’inscription en Arabie saoudite. Suivant les conseils passés de son père qui avait émis des réserves sur l’environnement extra-estudiantin en Égypte, il pensait quitter l’Égypte un jour pour la poursuite de ses études ailleurs.
Constatant, qu’une réponse tardant à sa demande, le 20/04/1981, il décidait un bref périple commençant par la Turquie, l’Iran et en fin la Syrie d’où il va rester pendant 10 ans, à la suite des conseils de son hôte (étudiant Burkinabé) à Qom en Iran.

1981-1991, pendant ces année syriennes, il pense humblement avoir acquis un certain niveau dans la connaissance de la religion d’Allah. Il avait fait plusieurs allers-retours pendant ses vacances, en visitant plusieurs endroits (Congo, Gabon, France et d’autres) auprès des amis commerçants et connaissances de son père.

1992-1994, il s’était installé à Brazzaville au Congo, en exerçant comme commerçant négociant et détaillant auprès des grands commerçants par exemple Boubou Sallou Kamara. Il était contraint de quitter ce pays qui sombrait dans une guerre civile où la sécurité faisait défaut.

En 1994, il mettait le cap vers l’Angola , où à Luanda, la capitale du pays il y trouvait d’autres soninkés attachés à la religion musulmane en faisant des efforts dans ce sens.
En parallèle de leurs activités profanes, ils s’étaient organisés pour prêcher la bonne parole par la prédication de l’islam largement méconnu des autochtones. Le Cheikh Adama Diakhité assurait la direction du rappel et la prédication. Le Cheikh Mohamed Dramé était le responsable des Imams à Luanda et de toute l’Angola. Dans l’interview, il a précisé qu’à son arrivée à Luanda, il n’y avait que 2 mosquées, et aujourd’hui (06/12/2012, date de l’interview) on y compte 27 mosquées et 82 mosquées dans toute l’Angola.

L’Islam commence à avoir une visibilité même auprès des autorités étatiques.

Une parole dans l’interview a retenu notre attention, parlant sur leur présence en Angola et la propagation de l’islam dans le pays, le Cheikh disait que: «… Toute entreprise dans la vie qui commence par Bismillahi (au Nom d’Allah) aura inévitablement comme finition Alhamdulilahi (louange à Allah)… »

Nous conseillons nos lecteurs soninkophones à l’écoute de cette interview très intéressante et pleine d’enseignements.

Source audio: http://kawande.com/images/stories/kawande%20transfere/interview/interview%20de%20Mouhamed%20Dram%C3%A9%20le%2006-12-2012.mp3

K.S
Pour
SoninkIdees-J’ose